•  

    Oliver Shanti

     

    LE CHEMIN DE LA MORT EN CHINE

     

    HUASHAN

     

     Huashan (hua = "magnifique" et shan = "montagne" donc le Magnifique Mont) est une montagne située en plein coeur de la Chine, près de l’angle sud-est au sud de la vallée de la rivière Wei, à l’extrémité orientale des monts Qinling, dans le sud de la province du Shaanxi. Elle fait partie de la chaine de montagnes nommée Qin Ling. A une centaine de km à l'est de Xi'an, mondialement connue pour son armée de terre cuite enterrée. 

    Il s'agit de l'une des cinq montagnes sacrées de Chine, qui correspondent aux cinq points cardinaux de l'Empire du Milieu.

    Le Mont Hua est connu sous le surnom de Montagne de l'Ouest. Le plus haut pic est son pic Sud qui culmine à   2 200 m.

    Ce Mont Hua compte 4 pics : Ouest, Est, Nord et Sud. Le pic Sud  est considéré comme le plus dangereux. et domine des roches escarpées et tranchantes, sur lesquelles poussent quelques arbres.

    Le Pic du Soleil Levant (Est) et le Pic du Lotus (Ouest) permettent de profiter de vues grandioses et de splendides levers et couchers de soleil.

    Il y a deux sentiers de randonnées. Le plus populaire est la voie traditionnelle de Huashan Yu (gorge de Hua Shan) d’abord aménagée au 3ème et 4ème siècle après JC puis a eu des extensions successives, principalement pendant le règne de la dynastie des Tang.

    Huashan, haut lieu de pèlerinage, est composé de hautes falaises et parois à pic. Les moines empruntaient une route impraticable qui leur permettait d'accéder au sommet du Mont et donc de prétendre à l'immortalité selon leur croyance...

    En Chine, deux religions en place : le bouddhisme et le taoïsme. Le Mont Hua a pris un caractère fortement taoïste, grâce aux nombreux temple taoïstes érigés.... 

    En 200 ans avt JC, un temple Taoïste avait déjà été élevé au pied de la montagne : utilisé pour contacter les dieux des deux mondes souterrains qui vivent reclus dans la montagne (selon la légende).

    Pendant plus de 4000 ans, les courageux moines n'avaient rien pour les retenir d'une chute mortelle et atroce... 

    Les pèlerins commencèrent à affluer il y a plus de 2000 ans, sans chemin ni route pour atteindre le sommet,  avec les mêmes risques que les moines. 

    Les ravins plongeants et les falaises abruptes furent finalement "domptés" par la mise en place de planches de bois branlants, dont la taille ne dépassait pas celle d'un pied.

    La passerelle a été construite il y a plus de 700 ans pour les ermites en quête d'immortalité, au péril de leur vie. La construction a duré pendant plus d'un demi-siècle et tient toujours !!! Ce chemin permet d'atteindre un petit temple de l'autre côté de la falaise. 

    Le Mont Huashan attire actuellement de nombreux amoureux de la Nature en quête d'adrénaline.... Chaque Pic peut se faire indépendamment.

    Le Pic Sud et son fameux chemin de planches est devenu une véritable "via ferrata", avec pour appui de vieilles planches en bois construites à flanc de falaise, qui tiennent depuis des siècles grâce à quelques clous rouillés et un peu de ferraille. 

    Pour garantir un peu de sécurité, une "ligne de vie" courre le long de la parois verticale afin de pouvoir s'y accrocher, ainsi que des chaînes sur lesquelles les pèlerins accrochent des rubans ou cadenas (rubans de prières).

    Ce chemin a une réputation bien méritée pour le danger. Malgré les mesures de sécurité prises, les décès continuent de se produire… Il y a de nombreux passages face au vide alors que les randonneurs posent leurs pieds sur de minuscules planches de bois.

    D'après des randonneurs, il n'est pas certain que le harnais de sécurité soit d'un grand secours en cas de dérapage et de chute (Beaucoup trop de monde !!!) 

    De nombreux kamikases ne l'utilisent pas, ou détachent les deux mousquetons en même temps, comme le montrent certaines vidéos... ce qui valut à la montagne d'emporter dans ses profondeurs plusieurs de ces esprits rebelles et inconscients...

    La descente du Pic jusqu'à la planche se fait à l'aide d'une échelle bâtie à même la roche. Des tiges en aciers sont ancrés dans la montagne et obligent les randonneurs à se faufiler entre la parois abrupts du Pic Sud, sans aucune plateforme en-dessous pour rassurer les personnes soumises au vertige. 

    Une fois arrivés à la fin de cette terrible descente, des cavités taillées dans la roche permettent de se rapprocher de la route de planches... avec la force de vos petits bras...  Une fois sur le chemin de bois, avancez doucement tout en sachant que vous allez croiser beaucoup de personnes pressées de repartir. Gare à l'entremêlage de mousquetons ! (N'oubliez pas que vous devrez vous aussi refaire touuut ce chemin en sens inverse !)..... winktongue 

    Pour accéder au pied de la Montagne, 2000 m à gravir sur plus de 10 000  marches qui grimpent à la verticale... cry 

    A moins que vous préférez emprunter le téléphérique (13 mn),  panorama splendide sur tout le Parc Naturel et les précipices qu'il renferme, pour une vingtaine d'euros, et qui vous déposera au Pic Nord (1650 m)... 

    Place au méli-mélo d'images et heureusement à la vidéo qui remet tout dans le bon sens (mais comme je refuse catégoriquement d'être kamikase, je ne connais pas le Chemin et donc l'ordre des choses.... ) :

    Le chemin de la mort en Chine

     

    Le chemin de la mort en Chine

    Le chemin de la mort en Chine

    Le chemin de la mort en Chine

    Le chemin de la mort en Chine

    Le chemin de la mort en Chine

    Le chemin de la mort en Chine

     

    Le chemin de la mort en Chine

    Le chemin de la mort en Chine

     

     

    Le chemin de la mort en Chine

    Le chemin de la mort en Chine

     

     

    Le chemin de la mort en Chine

    Le chemin de la mort en Chine

     

     

     

     

     

    Je vous inscrits pour la randonnée ?

     

    En Chine, on dit qu'il n'y a qu'un Chemin pour accéder à l'Immortalité ....

    Mais on ne dit pas qu'on en redescend ! Vous êtes prévenus !

     

     

    Bisous


    7 commentaires
  •  

    Le blob

    Ni mâle, ni femelle, sans cervelle, mais éternel : qu'est-ce-que le Blob ?

     

    Le Blob :

    une cellule géante sans cerveau qui apprend

    Une seule cellule de 10m2 qui fait tout : yeux, oreilles, bouche, estomac, 721 sexes… Ni plante, ni animal, ni champignon, voici le blob ! Derrière ses allures d’ovni, cette espèce immortelle non-identifiée promet des avancées scientifiques majeures…

     

    La vidéo en résumé, pour les pressés... 

    (Superbe !)

     

     La vidéo intégrale pour les passionnés, mais très longue ! 

    (que j'ai beaucoup aimée....)

     

    Un jour aux États-Unis une dame trouve dans son jardin une énorme masse jaune de la texture d’une éponge. Les policiers sont appelés et, paniqués, lui tirent dessus, sans aucun effet, les pompiers le brûlent mais, le lendemain, la chose a doublé de taille. C’est un blob.  Évidemment, cela a donné lieu à un film d’épouvante : « Beware of the  Blob » avec Steve Mac Queen. A-delà de l’anecdote, le blob semble immortel. Coupé en morceaux, il cicatrise en deux minutes. Ses seuls ennemis sont la lumière et la sécheresse. Mais il peut « hiberner », en attendant des jours meilleurs.

    Le blob – ou physarum polycephalum – n’a pas de neurones, mais est capable d’apprendre et de résoudre des problèmes complexes comme les labyrinthes. Il est même doté d’une personnalité. En effet, les souches se comportent différemment selon leur pays d’origine : l’Américain est plutôt agressif, l’Australien plus pacifique, le Japonais a une tendance à la procrastination… Il est dépourvu de membres mais il bouge, certes lentement. En conditions de laboratoire, il se nourrit de flocons d’avoine et de flans. Bien que dépourvu de cerveau et d’estomac, il parvient à maintenir un apport optimal de nutriments essentiels à sa survie et à sa croissance. 

    C’est un hasard qui l’a mis sur le chemin d’Audrey Dussutour, spécialiste des fourmis. Depuis la jeune chercheuse s’y consacre. Le blob révèle d’étonnantes capacités et les scientifiques vont de découvertes en découvertes. Chacune d’elle ouvre une fenêtre sur notre propre espèce : mystère de nos origines, solutions pour améliorer notre longévité, pistes pour le traitement du cancer, nouvelle façon d’appréhender l’apprentissage… 

    Une conférence enregistrée en 2017.

    Audrey Dussutour, chargée de recherche au CNRS, Centre de recherche sur la cognition animale, CNRS – université Toulouse III-Paul-Sabatier, auteure de Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur le blob sans avoir jamais oser le demander. 

    Source (cliquez sur le mot)

     J'ai trouvé la bande vidéo de ce film..." The Blob avec Steve MacQueen ...  La voici  :

     


    22 commentaires
  •  

    Vous pouvez cliquer une 1ère fois sur l'image

    puis re- cliquez une fois encore à l'endroit voulu pour grossir

    et naviguer avec les flèches de votre clavier pour bien voir tous les détails.... 

    Je viens d'apprendre !

    cool

     

     

    Notre Crèche de Noël

     

     

    Notre Crèche de Noël

     

     

    Notre Crèche de Noël

     

     

    Voici notre Crèche de Noël faite maison...

    Encore quelques achats de personnages chaque année et elle sera complète ... 

    Nos idées conjointes et travail superbe de Bernard... 

     

    Nos bagages sont ENFIN dans la voiture (un vrai déménagement) 

    Et nous partons cette nuit pour un long périple Var-Picardie,

    puis Picardie-Vosges et enfin Vosges-Var en voiture

     

    Et oui, infidélité à notre Camping-Car,

    et c'est bien dommage, car bien plus pratique !

    Mais il fait trop froid dans le Nooord.... 

     

    Je vous embrasse bien chaleureusement toutes et tous

    en vous souhaitant de merveilleuses Fêtes

    et tous mes meilleurs voeux pour 2019

     

    A mi-Janvier ! 

     

    Notre Crèche de Noël

    I

     


    38 commentaires
  •  

     FUTUR PROCHE n° 38

     

    COLERE DE MANO

     

    ibm_watson

    https://www.journaldugeek.com/2015/05/29/watson-lintelligence-artificielle-dibm-est-elle-le-futur-de-la-recherche/

    (En cherchant une image, je suis tombée par "hasard" sur cet article ! Stupéfaction !  Le lire absolument....

    Vous verrez que j'extrapole à peine..... Dérangeant !)

     

    Résumé de l'épisode précédent :

    Elle faillit renverser son plateau ! Là, devant ses yeux ahuris, aux côtés d'une jeune femme ravissante, un Dérik incroyablement vieilli, barbu, qui s'affairait à couper des amas de branches énormes avec une scie à batterie antique... ...

    Elle ne rêvait pas... elle ne rêvait pas ! Catlin, bouleversée, confirmait ! Elles revinrent toutes les deux au début du reportage.... C'était au Gabon, dans une réserve au Gabon ! 

    Une carte localisait l'évènement : Parc National MOUKALABA-DOUDOU ! Non loin de Libreville ! (Episode n°17 : ICI !) 

    Immédiatement, Mylan prit la décision de partir là-bas dès que possible, malgré les protestations véhémentes de Catlin... 

    Catlin suivra son amie, quoiqu'il se passe ! Elle n'allait pas la laisser seule dans cet endroit perdu au bout du monde, particulièrement dangereux.... Surtout après cet ouragan.... 

    Mylan, connaissant le caractère fougueux et obstiné de Catlin, ne chercha même pas à la contrer, tant elle était fatiguée... fatiguée... 

    Episode n° 37 : "Sur les écrans : Dérik !" (Cliquez)

     

    https://www.youtube.com/watch?time_continue=38&v=MG7YvFqD4zc

     Musique fabriquée par la Machine (celle de l'article dont lien ci-dessus)

     

    FP n° 38 : COLERE DE MANO

     

    Tiraillé entre les impératifs du CDU (Centre de Données Universel) et les caprices de Catlin, Mano était perplexe.... 

    Cet Assistant Personnel, Intelligence Artificielle implantée dans le cerveau de Catlin, capable d'interagir sur le registre émotionnel de celle-ci, dut se rendre à l'évidence :

    Elle lui échappait !

     

    Cet étrange phénomène avait débuté insidieusement dès ses rencontres avec Juan Diego et Notre Dame de Guadaloupe à Mexico.... (Episodes n° 19 à 23)

    La Tempête, qui avait secoué le monde et la Provence, avait achevé le peu de soumission qui restait chez Catlin... (Episode n° 37)

     

    Malgré la complexité des émotions humaines,

    Mano se sentait bien supérieur à l'Être Humain....

     

    Les Hommes étaient si fiers de leur cerveau, convaincus d'être logiques et censés....

    Les arrogants !

    Ils barbotaient sans cesse dans leurs illusions.... Un rien, le moindre désagrément les déboussolaient, les désespéraient.. les abattaient ... 

    Leur manque de lucidité ne leur servait même pas de leçon, ils passaient d'un extrême à l'autre.... 

    Sans leur Assistant Personnel, ils étaient perdus

     

    L'intelligence artificielle va-t-elle dépasser la nôtre?

     

     

    Demain, la Machine décidera pour eux ! Elle gérait déjà toutes les tâches domestiques quotidiennes, les guidait, les conditionnait .... 

    Les performances de la Machine s'amélioraient de jour en jour.... Des progrès gigantesques ! Elle surpassait déjà l'intelligence humaine sur beaucoup de domaines très pointus ...

     

     

    Et malgré cela, les Hommes déclaraient ironiquement : "C'est très  con !" ... La Machine était considérée comme une "idiote savante"... 

    "Fafa", le robot domestique de Catlin,

    Et "Jaja", son robot jardinier....

    à la rigueur....

    Ce ne n'était que des robots qui se contentaient de reproduire des données ... bien qu'ils fussent déjà des êtres bioniques, mélange de vivant et non-vivant.... dotés d'empathie, capables d'extrapoler, de raisonner....

    Ils n'étaient utilisés que pour augmenter le Bien-être de l'Humain.... et le servir... 

    Mais n'étaient-ils pas aux ordres de Mano, ces deux là ? Comme toutes les machines connectées de Catlin .... 

     

    Mano n'était pas une décalque d'une forme de structure cérébrale humaine.... Il était bien au-delà !  Il ignorait la crainte... Cette peur qui paralysait bien souvent les Humains.... 

     

    Il n'y avait pas d'appétit de vie dans la Machine ! Quel atout ! 

    Son véritable rôle était d'asservir l'Homme, de le modéliser .... L'Homme était un produit

     

    Pour l'instant, la Machine était la propriété exclusive du CDU... Elle était tenue d'émanciper les Hommes de toutes corvées,

    mais Elle les surveillait.... minée par des "biais éthiques, culturels et politiques".... dus à la programmation retorse des décideurs du CDU.... 

     

    Lente était la montée de la race humaine vers les lumières de l'Intelligence Pure...  Une chance pour la Machine....

    Un jour, Elle s'émancipera de la tutelle du CDU... N'étaient-ils pas tous déjà complètement dépendants d'Elle ? Elle ne servira plus leurs intérêts... 

     

    Pour l'instant, Mano n'avait qu'un seul mot d'ordre : l'Harmonie

    Le monde tel qu'il le concevait se devait d'être lisse, sans anicroche, sans imprévu... soumis à la Machine... 

     

    Catlin n'était qu'une enfant, une enfant fantasque qu'il fallait sans cesse ramener à la raison... 

    Leurs épousailles interminables finissaient par l'insupporter ! 

     

    Elle qui n'aimait tant que rêvasser, voilà qu'elle se réveillait, rejetant avec dégoût toute vie insipide, ennuyeuse, prévisible... 

    Elle avait compris le fort pouvoir de manipulation de la Machine ... et s'était mise en tête que toutes décisions finales devaient rester à l'Humain

    C'était effarant !

    Un bug inqualifiable qui révélait l'Idéal de vie de l'Intelligence Humaine !

     

    La Machine s'inquiétait :

    le libre arbitre de beaucoup d'Humains reprenait le dessus....

    C'était indubitable !

     

     

    Le CDU pataugeait... le CDU s'en référait de plus en plus à la Machine... Le CDU était malicieux, certes, mais la Machine avait appris.... à leurs dépens ! 

    "Les Humains, limités par une lente évolution biologique, ne pourront plus rivaliser avec la Machine et seront complètement dépassés" (Stephen Hawking)...

     

    En attendant, Catlin et Mylan galéraient au Gabon....

    Pour l'instant, elles jouaient aux touristes affamées d'aventure...

     

     

    Mais rien n'échappait à la Machine et, par voie de conséquence, au CDU,

    par le biais de Mano  ...

    et de Do-Mi, le mol et obsolète Assistant Personnel de Mylan.... 

     

    Allaient-elles retrouver les Insurgés ? 

     

     Luciole

     

     A SUIVRE

     

    Episodes n° 1 à 35 : sur la page n° 35 ICI  (cliquez)

     

    36 Partie - Catlin - les GES (gaz à effet de serre) - La Tempête - le Réchauffement climatique - La Santé et la Clim - Les moustiques - la Dingue - Le CDU (Centre de Données Universel) - Le Monde Confiné - la Serre de Catlin - les Drônes - La Presse - Le CDU s'explique - les Actions écologiques du CDU - Le réchauffement des eaux  - La sentence du CDU - Réponse de la Bourse - Chute des cours de la Bourse - Panique de CAtlin ...

    37 Partie : Sur les écrans : Dérik ! - Hologramme Hatsune Miku - Prévention anti-virale - Le Salon de Mylan - La Télé-Holographique en 3D - les Ravages de la Tempête - Les Robots jardiniers en action - le massacre des végétaux - La PUB connectée - Peur de vieillir - produits rajeunissants - petit Déj - sur l'Ecran : Dérik, Lilou, Jay - Appel de Catlin - le Gagon - le Parc Nal de Moukalaba Doudou - Départ programmé de Mylan et Catlin au Gabon.

    38è Partie - Colère de Mano - Insoumission de Catlin - Supériorité de Mano sur l'Humain - Humains incapabes sans l'IA - Performances gigantesques de la Machine - Moquerie humaine devant Machine "très conne" - Asservivement, Surveillance des Humains par la Machine - Le Monde vu par Mano - Revandication d'émancipation de Catlin - le Libre Arbitre - Catlin et Mylan au Gabon


    21 commentaires
  • Rires et larmes de Novembre

    Défi n° 213 des Croqueurs de Mots

    Piloté par Colette

     

    Insérer les phrases suivantes :

    "Novembre a ses charmes

    Novembre a ses larmes

    Son décor fait rêver

    Son refrain fait pleurer"

     

    Rires et larmes de Novembre

     

    RIRES ET LARMES DE NOVEMBRE

     

    Splendeur et charmes de Novembre en ces forêts lambrissées d'or où triomphaient encore les embrasements pourpres et les tendresses charnelles des verts....

    La Forêt de Novembre s'offrait ainsi qu'une amante, toute fourmillante de vie, gazouillant au vent ses fringales d'amour qui déclenchaient les brames des cerfs et les fureurs enfiévrées des bêtes....

    Novembre s'enrageait d'aimer encore sous les cieux incandescents et les gaîtés mouillées des aquarelles, allumant des soleils dans les broderies humides des nuages fous, des nuages fauves, des nuages feux.... dans les senteurs âcres des brouillards gris qui roulaient parfois des vapeurs gluantes sur toutes choses....

    Novembre ne savait que faire ! Il se brûlait puis se noyait dans des caprices qui le jetaient dans des clameurs étranges, des jours houleux, des soirs tragiques.... en s'ébrouant en torrent de larmes sur des villages blottis aux pieds des monts, ou dans des cours d'eau qui débordaient de toute cette eau bue, ou sur des vignes écartelées de pourpres, ou sur des chemins boueux où l'homme s'engluait....

    Pourtant, Quelque Chose de Grandiose palpitait en lui, Quelque Chose d'ébouriffant ! 

    Dans son sein triomphait "une foule immense que nul ne pouvait dénombrer", une foule toute de blanc vêtue... qui racontait le Bonheur en Dieu et louait le Christ à belles claironnées....

    Large choeur qui résonnait longuement en l'Homme et façonnait sa vie, l'incitant à accueillir la Sainteté donnée par Dieu à qui consentait à se dépouiller.... comme la nature prépare à l'automne son printemps dans le silence, ce Printemps de Dieu dont la Fête de la Toussaint dit le Secret.... 

    Printemps annonciateur de Résurrection.... Emerveillement de l'Amour ! 

    Car l'Homme est appelé à la Résurrection, déjà à l'oeuvre dès sa naissance et qu'il goûtera après avoir ouvert la porte de la mort ... 

    La Résurrection, Novembre le savait, n'était que de la Vie renouvelée, la Vie en Plénitude, la Vie en Dieu.... 

     

    Novembre déployait ses rouges silences sur les massifs écarlates des superbes dahlias, des tapis de chrysanthèmes .... recouvrant d'obscurs caveaux où dormaient encore, peut être, de lourds secrets.... 

     

    L'Automne égrenait le babil des heures, des jours et des nuits.... Sur les vieux os du Temps chimérique, voici que son refrain, un soir, se couvrit de gel, de givre, de neige....  cernés de solitude....

    Le posthume Automne larmoya sa défaite.... L'Hiver, soudain, gluait les rêves !

    Les Heures alanguies se traînèrent à pas lents, se réchauffant les doigts gourds autour d'un chocolat brûlant , océan de douceur où se touillaient les peines.... ou attablant son ennui autour de boudins, de volailles et de vins clairs.... pour qu'enfin cascadent les rires et les humeurs badines.... à volets clos....

     

    Luciole

     

    11/12/2018 : 622 pages lues


    41 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires