•  

    Gare à l'eau qui dort n° 68

     

     

    Gare à l'eau qui dort n° 68 - Une journée mémorable !

     

    Résumé du roman dans le Synopsis :

     http://le-petit-monde-de-luciole.eklablog.com/gare-a-l-eau-qui-dort-synopsis-a208076524

     

    UNE JOURNEE MEMORABLE !

     

    Adèle se leva avec moultes difficultés ! Elle était tellement fatiguée, usée... Encore une tuile à digérer ! Fallait il accepter pareille stupidité ? Elle enlaça tendrement la jeune femme qui hoquetait ... Que dire ? Que dire ? (Episode précédent - cliquez sur la phrase)

    Lou souriait, heureuse de savourer sa toute nouvelle liberté... Le caniculaire mois de Juin touchait à sa fin. Les vacances d'été démarraient enfin. 

    Epuisée par toutes ces années chaotiques et douloureuses, elle espérait retrouver une forme olympique  avant de devoir se confiner pour une bonne partie de sa vie, au coeur d'une pension pour adolescentes surdouées dès la rentrée scolaire... Ordre de Bonne Maman, appuyé par Bon Papa...  et Mummy avait fini par se laisser influencer, comme d'habitude ! 

    Nany n'avait pas eu son mot à dire malgré toutes ses réticences... Qu'allait devenir "son" enfant dans ces lieux pour "gosses de riches" si éloignés de sa Famille ? 

    Mummy avait tranché : Nany restera au sein de la Famille non seulement comme Gouvernante, rôle dans lequel elle excellait, mais surtout comme amie et conseillère au même titre que celui du père Romain.... Tous ceux qui regardaient et écoutaient Nany.... ou plutôt Emmy, éprouvaient pour elle une grande admiration. Sa force de travail, son maintien, sa noblesse de caractère et de langage, sa maîtrise de soi exemplaire, sa droiture  la plaçaient au-dessus du commun des mortels.... 

    Emmy dut s'incliner, bien qu'elle aurait aimé partir se reposer par chez elle et, pourquoi pas, fonder une famille ? Elle ne savait plus si elle était jeune encore ou bien trop vieille pour espérer une nouvelle vie.... Sans Lou, elle se sentait vide, nue et tellement solitaire ! Seule Maminou la comprenait ! Une grande amitié les liait désormais et elles se complétaient presque sans mot dire.... Mais Maminou s'étiolait de jour en jour.... De grandes fatigues la couchaient... Emmy se promit de réfléchir à sa situation plus tard, quand Maminou ne sera plus... Pour l'instant, Lou était encore sous sa responsabilité et Maminou se raccrochait désespérément à elle.... Et puis, Agathe et Daisy avaient tellement besoin d'elle, bien qu'elles préféraient l'une et l'autre la chaleureuse petite maison de Pierre et de Suzy dès la sieste terminée, jusqu'à tard le soir ! 

    C'était pour Emmy une lutte fatigante contre son espérance et toutes sortes de difficultés, de contraintes, de désagréments... 

    Juillet déboula avec une fureur exaspérée et répandit au fil des jours une chaleur de fournaise sur le Domaine dès la fin de la matinée... Un ciel d'azur transparent éclaboussé de lumières crues redonnait des envies de baignades, de farnientes à peine rafraîchies par des brises soudaines en soirée dès le coucher du soleil... La végétation gémissait, les arbres craquaient et exhalaient des messages d'alerte entêtants et désagréables. Les massifs de buissons et de fleurs faisaient pitié... Quelques fleurs courageuses résistaient encore au milieu de parterres dévastés. L'eau devenait rare et précieuse ! La Municipalité interdisait l'arrosage et le lavage des voitures... Tout devenait déjà fort poussiéreux ! La Clio de Louise avait triste mine... 

    Lou rêvait de se prélasser sur des plages de sable fin au bord de la mer, loin des tracas quotidiens et de la routine des jours... Mais Mummy ne s'autorisait pas à décrocher de son travail abrutissant au sein de l'Agence d'Assurances... Elle avait des soucis ! C'était d'une extravagance ! Déjà du temps de Daddy, la famille ne se déplaçait plus hors du Domaine... ou bien ils partaient sans elle.... 

    Tout comme Agathe, elle souhaiterait tellement "s'éclater" sur un surf ou un paddie, une planche à voile ou un jet-ski dans un cadre idyllique .... Puis "faire la teuf" en soirée... Pourquoi ne pas louer un bungalow, tout simplement, comme tout le monde, puisque Mummy semblait avoir encore et encore des problèmes avec "les Finances".... ??? Elle s'enhardit à glisser cette proposition dans l'oreille fatiguée de sa mère un soir de farniente sous le ciel étoilé de la terrasse au bord de la piscine, mais Mummy ne répondait pas ou restait évasive... "Plus tard, ma Chérie, plus tard !" 

    Lou et Agathe, agacées, se racontèrent des histoires pleines de sensations fortes et d'activités nautiques en  regardant des vidéos sur leurs smartphones dès potron-minet tout en jouant avec Daisy sur le sol mou et souple de la pataugeoire... Seule la petite fille s'éclatait à fond dans la vieille pataugeoire de Lou remise en état pour elle, les bras enserrés dans des bouées "parfaitement inutiles dans si peu d'eau" clamait Agathe, énervée..."On ne sait jamais !" ordonnait Maminou.... Agathe grognait : un grillage séparait l'Espace de la "grande piscine olympique" de l'espace-pataugeoire... "Les vieilles mamies radotent toujours !" Mais Nany, pleine de compassion pour "la vieille mamie" épouvantée par l'idée de perdre sa petite fille, avait suggéré la patience et la prudence....: les bébés peuvent parfois se noyer lorsqu'ils tombent à plat ventre dans quelques centimètres d'eau, n'ayant pas l'idée de relever leur tête.... Surprise apeurée d'Agathe et de Lou qui n'oublièrent plus les brassards.... 

    Agathe et Lou se relayaient : l'une allait se baigner dans le grand bassin, pendant que l'autre gardait la petite qui barbottait au milieu de ses jouets en caoutchouc, protégée de la fournaise par un fin nuage d'eau tiède crachoté par  un jet anémique  au bout d'un tube planté au beau milieu de la pataugeoire.... "On dirait la pomme d'arrosage des lessiveuses de mes grand-mères !" s'esclaffait Agathe.... Il fallut trouver l'image dans Internet pour que Lou comprenne.... 

    Daisy, championne des escapades brusques à quatre pattes, s'essayait maladroitement à relever son petit corps dodu et de se mettre debout avant de retomber lourdement sur les fesses.  Lou la laissait s'agripper aux mailles du grillage en la maintenant fermement pour regarder sa mère "faire sa folle" dans l'eau du grand bassin interdit.... Ce qui déclenchait chez la petite des fous rires monumentaux et communicatifs... Lou et Agathe adoraient ces envolées joyeuses et stridentes de Daisy... qui enchantaient tous les Résidents de la Maison.... "On venait voir" puis "on repartait" de bonne humeur en riant.... Souvent, le travail terminé au plus vite ou bien remis à plus tard, Ida ou Elsa venaient en catimini jouir du spectacle et jouer avec Bébé... Comble du bonheur de Daisy qui ne lésinait pas sur les marques d'affection distribuées à son public favori.... Baisers mouillés qui claquaient sur les joues offertes.... Ida ou Elsa ou les deux ensemble repartaient bien trempées, facétieusement éclaboussées par  Daisy et le jet d'eau, mais heureuses ! 

    Un Samedi matin, elles furent surprises par Louise qui avait "pris sa journée", tant elle était épuisée.... Honteuses, elles s'excusèrent et voulurent s'en retourner, mais Louise éclata de rire et leur suggéra de venir en maillot de bain, cela évitera de gâter leurs vêtements !

    Tout le monde se retrouva donc dans la pataugeoire auprès de bébé déboussolé qui n'osait plus bouger... Mais l'étonnement ne dura pas, et ce fut une mémorable matinée de cris, de rires, d'adultes à quatre pattes aux trousses de la petite fille qui filait à toute vitesse dans de grands cris sauvages... Puis on la laissa choir, sous la garde d'Agathe, et toutes se précipitèrent dans l'eau glacée du grand bassin.... Ida et Elsa, fort émues, longeant le bord gauche, tandis que Louise et Lou se réservaient le bord droit du bassin.... Louise proposa une course d'endurance... S'ensuivit un raffut tel que Nany et Maminou accoururent en hâte, puis s'en retournèrent rapidement, sous les ordres de Louise, mettre un maillot... On oublia le repas, le ménage et toutim...

    Bientôt, chacune se retrouva assise en maillot mouillé sur les chaises de la terrasse couverte adossée à la maison, devant un déjeuner surprise rapidement composé par Ida et Elsa.... sous le regard ahuri de Lou qui n'avait jamais, au grand jamais, vu les employées servir en maillot de bain.... encore moins s'asseoir à la même table qu'eux et se servir, fort timidement il est vrai, comme les autres dans les mêmes plats ! Une révolution des moeurs était née au Château de Louise ! Agathe et Lou riaient comme des folles : une chance que Bon Papa et Bonne Maman étaient repartis dans leur Ermitage !!! Louise souriait béatement, ravie de son petit effet ! A vrai dire, c'était charmant !

    Daisy, gavée, se fatiguait dans les bras des unes et des autres et finit par grogner. Agathe soupira, l'emmena dans une petite salle de bain réservée à cet effet lorsqu'elles étaient "en bas", la changea rapidement après un petit bain et la coucha dans le landau, garé dans le Hall, qu'elle amena sur la terrasse, pressée de retrouver le bonheur d'être toutes ensembles... 

    La discussion animée finit par languir, Ida et Elsa débarrassèrent et retournèrent à leur travail après maints remerciements, encore fort embarrassées par ce qu'elles venaient de vivre, et le silence digestif tomba d'un coup sur les femmes et les adolescentes.. Louise s'excusa, monta rapidement prendre une douche et se jeta nue sous les draps frais du lit... La terrible chaleur les coucha toutes très rapidement... Agathe monta Daisy profondément endormie, l'allongea dans son petit lit, se débarrassa rapidement du maillot humide, enfila sa nuisette et un slip, et courut rejoindre Lou qui l'attendait déjà en pyjacourt sur son lit, drap rabattu. Elles papotèrent mollement quelques instants, puis s'endormir comme des loirs... rafraîchies par la clim qui tournait à fond.... 

    Louise se réveilla la première, tourmentée par des soucis majeurs qu'elle taisait à la Maisonnée... Elle laissa divaguer ses pensées qui, sans cesse, la ramenaient à cette obsession dévorante : faire table rase de tout et recommencer une nouvelle vie ! Pourquoi étouffait elle sans cesse ses sentiments, ses émotions, ses désirs profonds ?

    Faire carrière dans les assurances ne l'enthousiasmait pas, loin de là ! C'était un univers impitoyable ! La concurrence rêvait d'engloutir l'Agence en son sein et réitérait sans cesse ses propositions de rachat.... Les jeunes loups de l'Agence, alléchés par leurs offres d'emplois mirifiques, se ralliaient à cette Multinationale un à un... 

    Les impacts de ces subits changements d'effectifs se sont révélés très lourds, trop lourds pour l'Agence ! 

    L'Entreprise avait dû s'adapter très rapidement en favorisant de nouvelles pratiques organisationnelles... 

    Elle avait été dans l'obligation de mettre en place un système efficace de direction à des postes clés tout en préservant une meilleure prise en compte de la santé et du bien être de chacun de ses employés, ainsi qu'en privilégiant l'intelligence collective... Un challenge affolant ! Recréer une relation d'autorité sans pour autant renoncer aux liens amicaux, à la chaleur des relations humaines .....

    Allait elle savoir transmettre une énergie positive à l'ensemble des employés malgré ce retour aux procédés de Damien,  selon lesquels seul le pouvoir est exercé ? Stan jubilait et y était grandement favorable, mais Justine désapprouvait formellement !

    Conscience aigüe qu'elle était responsable de la qualité des conditions de travail de ses employés... Comment préserver les effectifs face aux requins ? 

    Elle se leva, s'habilla simplement d'un pantacourt de coton jaune et d'un tee-shirt bariolé aux couleurs chaudes, chaussa ses tongs de luxe garnis de brillants, se rendit à la cuisine, puis dans la réserve derrière la cuisine où Ida stockait quelques bouteilles de vin dans une cave à vin de service dans laquelle elle était certaine d'y trouver une bouteille de champagne. Elle batailla dur pour ouvrir la bouteille, ragea de voir une quantité non négligeable du précieux breuvage se répandre sur la paillasse de la cuisine, se hâta de verser le pétillant dans une coupe banale, tant pis pour le standing, pas le temps de chercher le cristal, tamponna les dégâts avec du Sopalin, et se rendit dans le Salon avec bouteille et coupe pleine... 

    Nany, qui descendait tranquillement les escaliers, la vit traverser le Hall avec sa drogue ! Elle fronça les sourcils, profondément agacée : comment pouvait on se détruire la santé avec une telle inconscience ? Telle mère telle fille ! Allait elle, elle aussi, devenir une épave ? Elle se posta doucement sur le pas de l'entrée du Salon : Louise se resservait déjà une autre coupe ! Le sang d'Emmy ne fit qu'un tour, elle traversa le Salon et arracha la bouteille de Champagne des mains de Louise... 

    - "Cela suffit, Louise ! Une dame de qualité ne trouve pas son bonheur dans une bouteille de Champagne, bien au contraire !..."

    - "Erreur, ma chère Emmy, le Champagne est un vin de plaisir !" la coupa vivement Louise, plus amusée qu'irritée.. 

    - "Ce n'est pas la quantité ingérée qui en fait le plaisir ! C'est un alcool noble à déguster par petites gorgées. Les vrais amateurs en boivent modérément, Louise.... Ne vous ingéniez pas à ressembler à votre mère... Regardez dans quel état elle se met avec ce breuvage.... Ne dit-on pas qu'il n'est réservé que pour les évènements heureux ?" lui rétorqua la Gouvernante avec autorité..... 

    " "Si vous me parliez de ce qui vous tracasse tant, Louise ?" 

    Louise ne répondit rien, se contentant de déguster son liquide ambré avec délectation.... Une griserie passagère la fit sourire béatement... Voilà ce qu'elle cherchait, la griserie et l'oubli de tous les soucis.... 

    Quand même, la comparer à sa mère ! Emmy devait être fort en colère pour en arriver à ce genre d'argument ! Cela ne lui ressemblait guère.... 

    Nany la regardait fixement... Louise craqua... et raconta tout ! La Gouvernante réfléchit longuement, et lui asséna :

    - "Et si vous preniez votre courage à deux mains et téléphoniez à Thomas, Louise ! Je suis certaine qu'il accourra à votre secours : C'est un homme d'honneur et droit, généreux et simple, fort intelligent et de bon conseil ! Votre temps de deuil est terminé, il est grand temps pour vous de le retrouver ! Qu'en pensez vous ?"

    - "J'en pense que vous avez raison, Emmy, comme toujours ! Vous avez raison... Je me dessèche sans lui ! Je coule sans lui ! Plus rien n'aura de saveur, sans sa présence aimante à mes côtés...  Plus je vieillis... mal... plus je l'aime ! J'ai l'impression d'être passée à côté du bonheur, Emmy... J'enrage, j'enrage, savez vous ! Merci... ! Je vais l'appeler de suite....."

    - "Attendez de retrouver vos esprits, Louise, et téléphonez seulement quand vous sentirez les vapeurs de l'alcool se dissiper...Sinon, vous allez lui dire des sottises... Ne le braquez pas d'emblée avec des sottises, d'accord ?....."

    La bonne volonté de Louise vacillait déjà ! Elle avait peur ! Peur d'être rejetée ! Pourquoi ne l'appelait il pas, lui ? L'aimait il encore ? Pourquoi la laissait il dans ce désert affectif affreux ? C'était une torture.... une torture.... 

    - "Peut être m'a t-il déjà remplacée, Emmy ! Quelle honte pour moi ! J'ai si peur, Emmy..."

    - "Comment pouvez vous dire des choses pareilles, Louise... Vous l'aimez bien mal ! Que faites vous de la confiance en l'autre ? Je suis bien assurée qu'il vous attend depuis bien longtemps ! Il vous attend, car il sait, lui, que vous lui reviendrez...."

    Louise sortit son portable de sa poche, chercha en hâte et glissa son doigt sur le numéro de Tom... Il décrocha presque aussitôt :

    - "Louise ? C'est toi, Louise ?"

    - " Je t'aime, Tom, viens vite, je t'aime tant ! Nany m'a conseillée de t'appeler... Elle a tellement raison... Je coule sans toi ! Je coule !"

    - "J'arrive, ma Douce... Ne crains rien, j'arrive ! J'attendais ton appel ! Je viens...."

    - "Il vient, Emmy, il vient et je suis fagotée... tellement fagotée.... !" s'épouvanta Louise

    - "Restez comme vous êtes, ma chère amie, vous êtes si touchante dans votre simplicité... Comment croyez vous qu'il arrivera ? Il ne prendra pas le temps de se changer... Mais lavez vous la bouche ! Il n'aimera pas les effluves de l'alcool... Il ne faut pas lui montrer cet aspect là de vous, ce ne serait guère convenable !"

    Celle que tous appelaient la Patronne tremblait comme une feuille au vent... Emmy l'emmena doucement à la cuisine et lui fit rincer la bouche. 

    Ida revenait et les trouva ainsi occupées... Elle crut que Madame était malade ! La chaleur, certainement... puis comprit, tant la cuisine empestait le Champagne... 

    Emmy lui dit simplement :

    - "Thomas arrive et elle a bu ! Que faire ?"

    Sans réfléchir, Ida préleva quelques feuilles de menthe dans un pot placé sur la paillasse et ordonna à Louise :

    - "Mâchez ça soigneusement, puis vous recracherez dans le Sopalin... Allez, vite, vite ! Je m'occupe du reste" 

    Louise s'exécuta, au bord de la nausée ! Tom arrivait et elle était si laide, si désemparée... 

    Ida avait déjà nettoyé, désinfecté la paillasse et parfumait l'air de la cuisine à grands renforts de désodorisant...  Emmy, catastrophée, l'arrêta net... 

    - "Malheureuse, lui qui es bio de chez bio... vous allez le faire fuir, avec votre chimie synthétique... Louise, rincez votre bouche, cela suffit, tout va bien, tout va bien ! Tout ira pour le mieux, maintenant... Allez vous asseoir dans votre fauteuil et détendez vous, d'accord ?"

     

    Gare à l'eau qui dort - 11ème partie- Le plogging

     

    THOMAS

    On sonna longuement.... Déjà ? Les femmes se figèrent ! Louise essuya sa bouche, ne sachant plus que faire... Emmy reprit ses esprits et alla ouvrir. 

    - "Thomas, je suis si contente de vous voir, elle est un peu malade... elle se croit laide... Allez vite la rassurer... Merci d'être venu si vite ! Moi aussi, je vous attendais..."

    Tom l'embrassa sans façon sur les deux joues et comprit : la cuisine empestait l'alcool et la chlorophylle... Louise le regardait avec des yeux plein de larmes... Il se précipita et l'enveloppa de ses bras puissants... Elle gémit et se plaqua contre lui avec force... Elle avait l'air d'une enfant prise en faute... Comme il l'aima, comme il l'aima ainsi, aussi fragile qu'un petit oiseau tombé du nid....  

    Luciole 

    A SUIVRE 

     

    Gare à l'eau qui dort n°67 - Frontières sociales !

     

     Coucou les Aminautes

    Sommes de retour après escapade dans le Maine et Loire ... 

    Juste le temps de se retourner afin de recevoir nos petits enfants vosgiens et ENFIN de faire connaissance avec notre arrière petite fille de 16 mois (Un amour !!!).... Que du bonheur !

    Ensuite, une semaine compliquée avec dentiste lundi, spécialiste dentaire pointue avec microscope à Nice pour une dent bien malade mardi, suivi par contrôle ophtalmo à Aix Mercredi et piqûre oeil le lendemain. à Aix... 

    Et ce n'est pas terminé : 3ème vaccin Covid qui nous laisse, mon mari et moi, quelque peu KO ! Grosses douleurs bras, épaule et dos... soignées par Dafalgan... ça ira mieux après le WE... 

    Ne me reste plus que l'arrachage d'une dent pour compléter le tout ! Ouch ! 

    Merci d'être là et bon WE

    Bisous

     

    19/08/2021 : 205 visiteurs et 473 pages lues

    23/09/2021 : 147       "         567       "

     

    ROMAN : "Gare à l'eau qui dort" - cliquez sur les phrases ci-dessous :

     1ère Partie : Justine cherche un emploi

    2ème Partie : Entretien d'embauche entre Damien et Justine

    3ème Partie :Portrait de Damien MAYER

    4ème Partie : Louise, épouse de Damien

    5ème Partie : Justine, secrétaire de Damien

    6ème Partie : Lou, fille de Louise 1

    7ème Partie : Lou, fille de Louise 2

    8ème Partie : "Le regard magique"

    9ème Partie : l'Empreinte (1)  

    10ème Partie : L'Empreinte (2)

    11ème Partie : Le Plogging

    12ème Partie : Les enfants perdus

    13ème Partie : Quel carburant voiture ?

    14ème Partie : L'Etang

    15ème Partie : Lettres anonymes

    16ème Partie : Dorian le détective privé

    17ème Partie : Réminiscences

    18ème Partie ; Filature

    19ème Partie : Le Poucave

    20ème Partie : Sous-marin (camion de filature) et pinholes (caméras minuscules)

    21ème Partie :Dignité bafouée 

    22ème Partie : La Charité fraternelle

    23ème Partie : "Le Constat d'adultère"

    24ème Partie : La "road rage" à 200 km à l'heure

    25ème Partie : Le fouille merde

    26ème Partie ; Le Daron engraine

    27ème Partie : Choc émotionnel

    28ème Partie : Prodigieuse Lumière

    29ème Partie : Inspecteur Stan Faure

    30ème Partie : Etrange entretien

     31ème Partie : Révélations fracassantes de Dorian

    32ème Partie Adèle coupable ?

    33ème Partie : Enjeux autour d'un bébé

    34ème Partie : Duo de choc Louise et Justine

    35ème Partie : Coma Damien

    36ème Partie : Réveil Damien

    37ème Partie : Les trois mousquetaires

    38ème Partie : Une famille encombrante

    39ème Partie : La tornade blanche

    40ème Partie : Mutique imposture

    41ème Partie - Le bon curé 

    42ème Partie - Le bon curé suite

    43ème Partie : Révélations fracassantes  

    44ème Partie : Les prisons de l'âme

     45ème Partie : l'Assemblée Générale Extraordinaire

    46ème Partie : Mort de Damien

    47ème Partie : Baiser d'outre-tombe

    48ème Partie : Diners de Louise

    49ème Partie : Jour de traîne-misère

     50ème Partie : Eve ou Lilith ?

    51ème Partie - Self contrôle

    52ème Partie - La Maison d'accueil

    53ème Partie - Les secrets d'Agathe

    54ème Partie - Le Château de Louise

    55ème Partie - La Chambre d'Agathe

    56ème Partie : "Oh que c'est sublime

    57ème Partie : Toubib 

    58ème Partie : La violence des Mots !

    59ème Partie : Madame est servie !

    60ème Partie : Querelles de préséance !

    61ème Partie : Lou et Agathe amies ?

    62ème Partie : La Fosse aux Lions

     63ème Partie : Si le Loup y était...
     
    64ème Partie : Le coup de foudre !
     
    65ème Partie : La maison de Pierre et de Suzy
     
    66ème Partie : Péché de gourmandise
     
    67ème Partie : Frontières sociales !
     
    68ème Partie : Une journée mémorable !

     


    18 commentaires
  •  

    Gare à l'eau qui dort n° 67

    Gare à l'eau qui dort n°67 - Frontières sociales !

    FRONTIERES SOCIALES !

    Gare à l'eau qui dort n°67 - Frontières sociales !

    Gare à l'eau qui dort n°67 - Frontières sociales !

     

     

    Gare à l'eau qui dort n°67 - Frontières sociales !

     

     

    Mais son corps s'obstinait ! Il savait, lui, que cette petite était une fière guerrière qui donnera beaucoup de fils à retordre à ce brave et naïf colosse... Voire même une chatte brûlante et sauvage .... Le colosse aura intérêt à assurer.... 

    Il allongea ses foulées ! (Episode précédent - cliquez sur la phrase)

     

    Maminou l'attendait anxieusement devant le majestueux Perron, la mine sévère ! Agathe qui aurait voulu rentrer en catimini, s'énerva soudain :

    "Qu'est-c'qu'elle a à m'couver comme ça, c'te grand mère ? Toujours sur mon dos ! A croire que j'suis une gamine qu'il faut surveiller comme un bébé !"

     

    - "Misère, que t'arrive t-il, ma Chérie ? Tu es toute pâlotte ? Mais ma parole, tu es trempée ? Dans quel état tu t'es mise ? ....."

    - "T'affole pas, Maminou, c'est rien ! J'ai voulu boire à une fontaine dans l'Parc et je me suis noyée, c'est tout, quoi !" lui répondit brutalement la jeune femme. "

    Suffoquée par le ton revanchard de la "gamine", Maminou jugea bon de ne pas répondre ! Elle se pencha sur le landau ! Daisy, réveillée par les voix grondeuses, n'osait plus se manifester et la regardait intensément. Maminou la prit doucement dans ses bras, et lui parla avec tendresse. Daisy se tourna vers la mine colérique de sa mère...  et se laissa faire, interdite ! 

    - "Rentre vite, Agathe, tu vas prendre froid ! J'emmène la petite dans sa chambre, elle empeste ! Laisse le landau, les hommes s'en chargeront, et monte vite te changer avant que Louise ne rentre ! Tu as une  mine à faire peur !" la sermonna Adèle d'une voix sèche, fort contrariée par son attitude insolente et butée... Pas facile, la gamine ! 

    La petite dans les bras, Adèle monta avec difficulté les marches de l'escalier qui grimpait au premier. Agathe lui emboîtait le pas, surprise par ses réactions à fleur de peau ! Enfin quoi, c'était minable de s'enflammer pour rien ! Fallait qu'elle se reprenne, maintenant qu'elle s'était trouvée l'Homme de sa vie ! 

    Gare à l'eau qui dort n°67 - Frontières sociales !

     

    Pendant que Maminou changeait Daisy, Agathe prit une douche bien chaude et s'habilla avec un soin particulier : la grand mère sera contente ! 

    Assise dans le grand fauteuil, les jambes reposant sur le pouf, Adèle câlinait la petite qui lui souriait béatement. Agathe s'attendrit :

    - "C'que vous êtes mignonnes, toutes les deux ! ça t'va bien, Maminou, de dorloter Daisy ! Merci, merci beaucoup d'l'avoir fait propre !"

    Daisy se retourna brusquement vers sa mère et lui lança un appel suraigu angoissé ! Agathe comprit : la petite avait peur ! C'était pareil que dans le Centre quand les autres criaient après elle.... La jeune mère prit sa fille contre elle pour la rassurer.... 

    - "Ben ça va, Daisy, t'inquiète ! Maman est juste énervée, c'est pas grave ! J'aime bien Maminou, mon Coeur, tout va bien !"

    La petite gazouilla en explorant le visage de sa mère à l'aide de ses mains, puis lui tapa brusquement sur les joues... "Bbbeuh !" souffla la mère... Daisy explosa de rire ... Le jeu dura longtemps entre mère et fille, pour la plus grande joie de Maminou, affalée dans la bergère... 

     

     

    Gare à l'eau qui dort n°67 - Frontières sociales !

     

     

    Soudain épuisée, Agathe posa Daisy sur l'oreiller du parc, alla chercher un fauteuil dans sa chambre, le traîna jusqu'à la bergère et s'assit aux côtés d'Adèle...

    - "Excuse moi, Maminou, j'ai été malade ! J'ai trop mangé de tartes aux fraises chez Suzy et Pierre et j'ai vomi dans un buisson.. Alors, j'me suis lavée à la fontaine, mais l'eau a trissé sur moi... J'm'en veux, tu sais ! Sais pas c'que j'ai, en ce moment, j'me goinfre !!! C'est pas normal "

    - "Ah moi, c'était tout le contraire, je ne mangeais plus tant j'étais contrariée, avant de rencontrer Louise. J'étais maigre comme un coucou ! A chacun sa façon de réagir face aux épreuves et aux contrariétés ! De quoi as-tu donc si peur, ma Chérie ?"

    - "J'sais pas ! J'ai peur tout l'temps... " lui répondit Agathe, incapable de définir son mal être. Le langage se dérobait... Elle se tortilla dans son fauteuil...

    "Le Château de Louise est ... merveilleux, mais j'suis mal à l'aise, ici, tu vois ! J'aurais bien aimé "gravir l'échelle sociale" comme dit Lou, mais c'est pas mon truc, finalement... C'est comme si j'étais toujours sur le point de partir, quoi ! C'est juste un endroit pour survivre et pour que Daisy soit bien... "

    - "Tu n'oses pas t'y ancrer, si j'ai bien compris ?"

    - "heuuu ???"

    - "Un bateau, pour s'arrêter et rester quelque part, jette l'ancre dans la mer. Tu refuses de t'enraciner dans un monde qui n'est pas le tien ?"

    - "Bah.... je rêve d'avoir un chez moi solide, tu vois ! Qui dure pour la vie... Où j'serais Moi, et pis c'est tout ! Pas celle que les autres veulent que je sois !"

    - "Je comprends ! Mais on est toujours quelque part celui ou celle des autres, où qu'on aille ! "simplifia Adèle en se calant sur le niveau de compréhension de la jeune fille... "C'est tout un travail d'intégration à faire, au coeur d'une communauté ! Tu ne seras jamais seule, tu auras toujours une communauté autour de toi à laquelle il faudra t'adapter !"

    - "Ouais ! Mais ici, j'ai aucune chance de "m'ancrer" ... j'ai pas "d'racines", ici, tu comprends ? Pis j'dénote trop, j'suis comme un danger pour eux !"

    - "As-tu remarqué combien tu fais d'énormes progrès de langage, ma chère Agathe...?"

    - "Haa ? tant mieux ! ..... T'as pas d'vie privée non plus, ici, Maminou ?"

    - "C'est vrai, mais ma vie privée était si nulle que je préfère être ici ! Je me rends utile, c'est important, de se rendre utile aux autres, vois-tu !"

    - "Bah moi, y'a rien à faire, j'me sens toujours l'intruse... Comme la fille pauvre, la fille d'la rue qu'on.....  héberge... par charité...

    "Et pourtant, dans la banlieue, c'est une vie toute vide, qu'a pas d'sens, pas d'sécurité... tu deviens vite fou, tellement c'est minable !
    Ici, c'est comme enfermé ! T'étouffes ! T'as pas d'liberté, t'as pas d'identité...Tu peux pas être Toi !

    "Alors, elle est où, ma place ?"

    - "Ne te fais pas d'illusions, ma Chérie... Où que tu seras, tu te retrouveras toujours chez quelqu'un.. à moins d'habiter seule, et crois-moi, c'est galère d'être seule avec soi-même ! Vu comme tu es jolie et loin d'être sotte, tu trouveras un mari et tu vivras chez lui !"

    - "Mais chez lui, ce s'ra aussi chez moi, quand même ?"

    Gare à l'eau qui dort n°67 - Frontières sociales !

    - "Houuu, ça....!!! Si tu veux ! mais si peu ! Ce sera un territoire à partager avec ton mari, sa famille, ses amis, et vos enfants... c'est à dire avec toute une communauté !"

    - "Ouais, c'est pas faux ! Mais ici, j'ai pas d'valeur, moi !"

    - "Tu as la valeur que TOI, tu t'accordes ! Peu importe ce qu'en pensent les autres ! Tu as en toi la possibilité d'affronter le monde... Tu en es capable !"

    - "Ils affrontent pas le monde, ici, Maminou, ils sont contre le monde ! C'est des riches : y sont les plus forts, forcément ! Le monde, y s'en moquent, non ? Quand tu les écoutes, tu flippes, tant y se sentent les plus forts ! Y ont quand même pas le même horizon que le tien, non ?"

    - "Pas faux !" la china en riant Adèle... 

    - "Remarque, la banlieue, c'est un monde à part aussi ! Y ont leurs lois à eux ! Si t'es pas né dedans, tu survis pas ! Dans l'fond, c'est pas mieux !

    "Mais quand t'as un chez toi, tu te fais ton monde à toi ! C'est comme un entre-deux mondes ! Du coup, t'es mieux, non ?"

    - "Bof... peut-être ?! Pour moi, c'est comme un espace clos avec beaucoup de gens dedans, ce que j'appelle une communauté !... Ce n'est pas toujours le Paradis, une communauté ! Il faut accepter de s'adapter ! Ce n'est pas toujours accueillant, un foyer, même seulement à deux ! Tout est adaptation ! S'accommoder de ce que l'on a, de ce que l'on vit à l'instant présent, voilà tout ! "

    Gare à l'eau qui dort n°67 - Frontières sociales !

    - "Ben dis-donc, c'est comme une bulle de savon, c'que tu dis ! C'est beau, t'es content,  puis ça éclate et t'as pu rien, alors ! Que d'la misère.... ? Tu fais des projets, et paf, t'as un truc pas prévu qui t'fout tout par terre ?

    "Bah moi, si j'reste ici, c'est pour Daisy ! Elle est toute neuve, elle, elle saura comment faire avec eux tous ! Elle aura une ancre ici !"

    - "Elle aura un ancrage ici... un ancrage... qui sera un point de départ pour elle, c'est vrai ! On va tous s'organiser pour qu'elle évolue correctement dans ce milieu, dans cette maison, dans ce monde... Mais ce ne sera possible qu'avec toi ! Sans toi, elle serait perdue et n'avancerait plus, tu comprends ? 
    "Tu as beaucoup de possibilités, avec nous, au milieu de nous ! C'est la peur de l'inconnu qui te bloque... Les gens ne se font pas l'un sans l'autre ! On ne peut évoluer qu'avec l'autre, les autres... Nous sommes interdépendants. Tout est interdépendant, dans le monde ! ... c'est à dire dépendants les uns des autres...."

    - "Ah oui ? Et tu peux faire ce que tu veux, dans c'monde bizarre ?"

    - "Tu choisis ce que TU veux faire, et tu fonces ! Tu es loin d'être une idiote ! Nous pouvons t'aider à acquérir tout ce dont tu as besoin, langage correct, manières correctes et tu verras ton horizon s'élargir... 

    Mais si tu veux rester à ne rien faire : c'est la mort pour toi et ta fille ! Apprends ! C'est ça la vie !"

    - "Mais alors, pourquoi le monde va si mal ?"

     

    Gare à l'eau qui dort n°67 - Frontières sociales !

     

     

    - "Mais parce qu'on élève des barrières entre les gens, entre les différentes catégories sociales, tout simplement ! Il y a bien trop de disparités en favorisant les uns au détriment des autres.... comprends tu ?

    "Que sont les banlieues ? Ce sont des lieus  pauvres pour les pauvres, pour les exclus qu'on repousse volontairement loin de la frontière qui les séparent des riches et des bourgeois...

    "Et comme tu l'exprimes si bien, ce sont des frontières fort difficiles à franchir ! Tu le ressens bien, tu sors de ta banlieue et te voilà complètement perdue, déboussolée.... parce que tu perds tes repères... Les repères propres à ton milieu social ! 

    C'est normal, tu vois ! tu sors quelqu'un de son milieu habituel, il perd tous ses moyens et oui, c'est vrai, son identité aussi.... Tu as raison !

    "Et ce n'est pas naturel, ça ! Ce sont des états qui ont été provoqués par ces frontières qu'on a élevées entre les uns et les autres ! 

    "C'est à cause de ces frontières qu'il y a tant de conflits ! Et c'est encore pire pour une femme, parce que là aussi, on créé des frontières entre hommes et femmes ! Les hommes ont pris le pouvoir sur la femme... Ils leur imposent un rôle bien déterminé

    Même les corps  des femmes restent  propriétés des hommes... Tu vois un peu comme nous sommes libres de nous-mêmes ??? Ne te fais pas d'illusions, ma petite ! Comment veux tu redresser le monde, désormais ?! C'est trop tard ! 

    "Si Louise ne m'avait pas repêchée, je serais dans une extrême misère... Ma retraite est en-dessous du seuil de pauvreté, vois-tu ? Louise m'a aidée à franchir la frontière entre riches et pauvres ... Sans elle, je serai restée pauvre jusqu'à la fin de ma vie !"

    "D'ailleurs, Louise a eu bien des difficultés à garder son rang dans "son monde" friqué à la mort de mon fils Damien ! Sans l'aide de son père et sans son courage à redresser et rentabiliser l'Agence de Damien, elle serait peut être, elle aussi, dans une misère noire, de l'autre côté de la frontière, chez les pauvres !!!.... C'est par son courage et son travail acharné qu'elle a réussi à garder la tête hors de l'eau, mon petit ! tu vois, c'est tout un boulot de rester riche ! 

    "Te marier telle que tu es t'handicaperait terriblement ! Tu dois te motiver et travailler pour te permettre toute possibilité d'ouverture... "

    - "Bah justement... Maminou, j'ai peut être une ouverture, comme tu dis ! J'suis amoureuse dingue de quelqu'un !"

    - "Quoi ? ici ? mais de qui donc ?"

     

    Gare à l'eau qui dort n°67 - Frontières sociales !

     

    - "De Regan, le garde du corps... Il est trop trop bien pour moi ! Même Daisy l'a choisis pour père ! Il veut reconnaître Daisy, tu t'rends compte !"

    - "Mais .... c'est extravagant, enfin, Agathe ! Tu n'es jamais sortie hors aujourd'hui, et déjà, tu me parles de mariage ? C'est très sérieux, le mariage !

    "Remarque, à ton âge, il m'aurait impressionnée aussi ! C'est un très bel homme ! Un véritable Apollon .... et loin d'être sot !.... Il a bourlingué, ce gars ! Il connaît la vie et sait comment surmonter les épreuves ! C'est un homme solide sur lequel on peut toujours compter.... 

    "ça alors!  Je n'en reviens pas ! .... Regan ! 

    "Attends ! Ne te précipite pas ! Louise a son mot à dire, tu sais, elle est votre tutrice à Daisy et toi ! Ne dis rien pour l'instant, tu vas te faire ...  bloquer ! Ton avenir ne se décide pas en un jour, enfin! ça demande du temps !

    "Puis, il a le double de ton âge, non ? Ce n'est pas possible, voyons, Agathe ! Ne te coince plus dans des situations pareilles ! Il sera déjà un vieux quand tu n'auras que trente ans ! On va le prendre pour ton père !..."

    "Je comprends mieux pourquoi tu t'es gavée avec les tartes ! Tu dois être morte d'angoisse ! Pauvre petite ! Pourquoi te choisis tu toujours des hommes âgés ?"

    - "J'sais pas, Maminou ! C'est la première fois.... que j'tombe si amoureuse d'un coup !" se mit à sangloter Agathe... "ça flambe en moi, tu sais ! J'suis toute retournée.... J'le veux, c'est tout ! Pis, tu l'aurais vu avec Daisy, t'aurais compris tout d'suite ! Il est fada de ma petite ! J'ai même été jalouse de Daisy... t'as qu'a voir un peu si j'suis mordue pour lui !......."

    Adèle se leva avec moultes difficultés ! Elle était tellement fatiguée, usée... Encore une tuile à digérer ! Fallait il accepter pareille stupidité ? Elle enlaça tendrement la jeune femme qui hoquetait ... Que dire ? Que dire ?

    Luciole

    A SUIVRE  

     

    5/09/2021 : 143 visiteurs et 241 pages lues

    10/09/2021 : 157    "           214         "

    13/09/2021 : 139    "            181       "

    15/09/2021 ; 180     "            264        "

    Gare à l'eau qui dort n°67 - Frontières sociales !

     

    ROMAN : "Gare à l'eau qui dort" - cliquez sur les phrases ci-dessous :

     1ère Partie : Justine cherche un emploi

    2ème Partie : Entretien d'embauche entre Damien et Justine

    3ème Partie :Portrait de Damien MAYER

    4ème Partie : Louise, épouse de Damien

    5ème Partie : Justine, secrétaire de Damien

    6ème Partie : Lou, fille de Louise 1

    7ème Partie : Lou, fille de Louise 2

    8ème Partie : "Le regard magique"

    9ème Partie : l'Empreinte (1)  

    10ème Partie : L'Empreinte (2)

    11ème Partie : Le Plogging

    12ème Partie : Les enfants perdus

    13ème Partie : Quel carburant voiture ?

    14ème Partie : L'Etang

    15ème Partie : Lettres anonymes

    16ème Partie : Dorian le détective privé

    17ème Partie : Réminiscences

    18ème Partie ; Filature

    19ème Partie : Le Poucave

    20ème Partie : Sous-marin (camion de filature) et pinholes (caméras minuscules)

    21ème Partie :Dignité bafouée 

    22ème Partie : La Charité fraternelle

    23ème Partie : "Le Constat d'adultère"

    24ème Partie : La "road rage" à 200 km à l'heure

    25ème Partie : Le fouille merde

    26ème Partie ; Le Daron engraine

    27ème Partie : Choc émotionnel

    28ème Partie : Prodigieuse Lumière

    29ème Partie : Inspecteur Stan Faure

    30ème Partie : Etrange entretien

     31ème Partie : Révélations fracassantes de Dorian

    32ème Partie Adèle coupable ?

    33ème Partie : Enjeux autour d'un bébé

    34ème Partie : Duo de choc Louise et Justine

    35ème Partie : Coma Damien

    36ème Partie : Réveil Damien

    37ème Partie : Les trois mousquetaires

    38ème Partie : Une famille encombrante

    39ème Partie : La tornade blanche

    40ème Partie : Mutique imposture

    41ème Partie - Le bon curé 

    42ème Partie - Le bon curé suite

    43ème Partie : Révélations fracassantes  

    44ème Partie : Les prisons de l'âme

     45ème Partie : l'Assemblée Générale Extraordinaire

    46ème Partie : Mort de Damien

    47ème Partie : Baiser d'outre-tombe

    48ème Partie : Diners de Louise

    49ème Partie : Jour de traîne-misère

     50ème Partie : Eve ou Lilith ?

    51ème Partie - Self contrôle

    52ème Partie - La Maison d'accueil

    53ème Partie - Les secrets d'Agathe

    54ème Partie - Le Château de Louise

    55ème Partie - La Chambre d'Agathe

    56ème Partie : "Oh que c'est sublime

    57ème Partie : Toubib 

    58ème Partie : La violence des Mots !

    59ème Partie : Madame est servie !

    60ème Partie : Querelles de préséance !

    61ème Partie : Lou et Agathe amies ?

    62ème Partie : La Fosse aux Lions

     63ème Partie : Si le Loup y était...
     
    64ème Partie : Le coup de foudre !
     
    65ème Partie : La maison de Pierre et de Suzy
     
    66ème Partie : Péché de gourmandise

    9 commentaires
  •  

     

    UN DINER EMPOISONNE

     

    Un dîner empoisonné !

     

    Mercredi 28 Juillet  2021 :

    Après midi sympathique  et ventilé au bord de mon Lac préféré. Il fait beau et chaud ! Les touristes s'agglutinent sur la plage et envahissent la forêt de chênes verts et de pins.   

    Cygnes, matelas gonflables, paddles et canoés colonisent le Lac. Peu de baigneurs, l'eau ne dépasse guère les 17°.... Seuls quelques enfants courageux pataugent, surveillés par les parents frileusement restés sur la rive, les pieds dans l'eau...

     

    Un dîner empoisonné !

     (Photo prise en 2005 sans les touristes)

     

    Cris joyeux des petits qui courent... Bruits saccadés et agaçants de boules nerveusement entrechoquées l'une contre l'autre par un abruti en pleine  crise de pétanque aigüe. Partie acharnée entre jeunes hommes qui crient, s'interpellent, fanfaronnent... entre le bord populeux de la plage et la limite de la forêt où se cachent bon nombre de familles de pique-niqueurs ou en pleine sieste digestive.... 

    Soudain, on hurle tous ! une petite fille de 3 ou 4 ans sort de l'eau comme une fusée, échappe à ses parents  et court sur le boulodrome improvisé au moment où un joueur lance sa boule... Un des joueurs empoigne énergiquement la petite qui crise et trépigne... Dispute véhémente entre parents et joueurs de boules....

    Nous avons eu beaucoup de chance d'avoir trouver une place pour parquer la voiture à l'ombre sous les arbres. Pagaille de voitures partout, sur tous les endroits disponibles....  jusque loin dans la forêt ... ou le long de l'étroite route goudronnée et cabossée... Difficile pour certains de ressortir sans froisser la tôle à l'aide de multiples et dangereuses manoeuvres .... 

    Nous nous contentons d'un minuscule espace entre les arbres pour nos deux transats et notre glacière... J'aperçois le Lac et des bouts de plage entre les troncs d'arbres....J'ai emmené ma sacoche avec un livre, un carnet de notes, des stylos et l'indispensable stabilo jaune... Mais le paysage sublime, les cigales, le bruit, le spectacle permanent de la foule accaparent mon attention et m'abrutissent progressivement ! Plus le courage de "travailler" ! La sacoche ne s'ouvrira pas !

    Pourtant, un fort vent frais nous requinquent par rafales... J'ai presque la chair de poule malgré le soleil qui frappe la plage et parvient à nous éblouir suivant l'agitation des ramures..... 

    Nous farnientons agréablement dans nos relax entre réalité bruyante et rêveries cotonneuses..... Mon mari, qui s'endormirait sur un tas de cailloux en plein bombardement, ronfle ! Mais il est vrai qu'il a retiré ses sonotones à cause du bruit du vent qui lui provoquent des sifflements aigus dans les appareils.... beurk

    Le temps semble s'étirer paisiblement....  et pourtant nos estomacs crient déjà famine, réveillant l'Homme dont l'horloge interne implacable lui signale que "l'heure, c'est l'heure !"... On ne badine pas avec le diktat de l'estomac qui "mouille la chemise, donne des suées et des vertiges".... winktongue

    Depuis que j'ai développé le diabète type II, je comprends mieux mon époux, sujet à l'hypoglycémie depuis petit sans être diabétique ! Les bâillements intempestifs, la tête soudain vide, les vertiges et les "chaurées" ou au contraire, les refroidissements brutaux qui obligent à mettre la polaire....... je connais ! 

    C'est terrible, l'hypoglycémie ! frown

    Les touristes partent par vagues à la recherche d'un resto sympa dans les environs ou sur Aups... Les boulistes ont remballé depuis un bon moment... Paddles et canoés, cygnes et matelas gonflables se rapatrient sur la rive avec un bel ensemble... Les mères appellent les petiots... Les pères donnent de la voix, tant les minots sont occupés ! Le soleil descend ! Nous baignons dans une lumière dorée étrange, irréelle,  qui donne un relief particulier au paysage ...

    Je regrette mon gilet.... 

    Au loin, en plein coeur de la forêt, un cabanon se devine ! Tiens, c'est nouveau ! D'un commun accord, nous décidons de nous y rendre... Seulement voilà, comme les touristes partent ailleurs, le petit resto ferme et ne rouvre que pour une fête nocturne avec animations à 21 H 30..  Déception ! Une employée nous propose une salade composée ou une crêpe... Le mari choisit une crêpe et moi une salade César. Nous attendrons longtemps... Il fait vraiment froid... pour moi, car l'époux est torse nu et savoure la fraîcheur comme un poisson l'eau.... 

    Pendant que les employées s'activent à tout récurer, nous pensons repartir, tant pis ! Puis, comme devançant notre décision, crêpe et salade arrivent enfin.... sans serviettes ni sets de table ... sur le bois brut... On grimace... mais on a faim !

    La crêpe blanchâtre,  molle et froide  déçoit mon mari qui râle ! Une chance, sa bière est fraîche ! Je me régale avec la salade composée, bien que la salade verte en grande quantité est fatiguée... Je retire les feuilles flétries et, hélas, mange le reste.... Deux aiguillettes panées passées à la poêle, deux belles rondelles de bacon frit, du maïs, des tomates cerises, des quartiers d'oeufs et des croûtons frits.... Une sauce inconnue très savoureuse nappe le tout ! 

    Nous rentrons ! Mon mari, affamé, tartine et confiture... puis se concocte un chocolat chaud très corsé qui dégage un parfum envoûtant ... 

    Je ne cesse de frissonner... Glacée jusqu'à l'os malgré la polaire ! 

    Bientôt une douleur vive au bas-ventre, suivie par des aller-retours aux toilettes qui ne laissent aucun doute : j'ai une belle cystite et rien pour la contrer ! Il faudra attendre demain après midi ! Suis déjà restée tout l'après midi d'avant hier  au Cabinet médical pour un renouvellement d'ordonnance... Je peste à l'idée de recommencer !!! 

    Je prends un Doliprane, à tout hasard, qui ne calme rien... Nuit agitée, plus souvent debout que couchée ! Je suis vraiment très très mal ! 

     

    Jeudi 29 Juillet 2021 :

    Dès l'ouverture, mon mari appelle le Cabinet médical ! Nous n'échapperons pas aux presque trois heures d'attente... 

    Petite fiole pour recueillir les urines... de suite... et dose massive d'antibiotiques ... de suite ! J'ai attrapé "une bactérie" ?! Méchante, la bestiole ! J'échappe à l'Hôpital et à la perf' à cause de la Covid ! 

    Me retrouve fracassée, affalée sur mon fauteuil releveur... Mauvaise idée, c'est électrique et c'est extrêmement lent, en cas d'urgence... Ce vieux fauteuil acheté d'occasion marche à merveille, ses rouages mille fois sollicités dans la journée ont bravement tenu le coup... De même pour les jours suivants....

     

    Samedi 30 Juillet 2021 :

    Le résultat d'analyse nous laisse perplexes, voire inquiets ! Pas d'infection, mais un grand nombre de Leucocytes (1 000 000/ml - globules blancs) est entré en guerre contre la bactérie, réaction tellement virulente qu'elle attaque les parois de la vessie qui saignent (hématies : 20 000/ml : globules rouges), d'après les explications du médecin. 

    J'ai un système immunitaire très réactif, au point que je me suis retrouvée 5 jours bien malade et fiévreuse à la 2ème injection du vaccin Pfeiser.......  et que je je supporte pas la plupart des médications actuelles.... 

     

    Lundi 2 Août 2021 :

    Re-belote salle d'attente, mais je n'ai que 4 patients devant moi : Ouf ! Seulement deux bonnes heures et c'est bon !

    Explications ci-dessus du médecin sur l'interprétation du résultat d'analyses qui me rassurent ! Internet m'avait flinguée avec ses divagations en tout genres concernant le sang dans les urines... 

    Une fois les antibios terminés, re-prélèvement d'urine, afin de s'assurer que la vilaine bactérie est définitivement éliminée...

    Sinon, adieu les vacances en famille dans la Loire .... 

    Espérons que les effets trèèèès laxatifs des antibios seront dissipés ! Autrement le voyage en voiture risquera fort d'être .... folklo .....

     

    Tout ce billet pour vous mettre en garde : méfiez vous des petits restos qui campent dans des camions, des cabanons en bois ou dans des containers....  bien que je n'en fasse pas une généralité !

    Simplement, si une salade vous paraît douteuse, avec des feuilles abimées, ne la mangez pas ! Ces salades proviennent souvent des sachets sous vide qu'on doit absolument tenir au frigo.... ce qui n'est pas toujours le cas ! Et qui doivent être consommées très rapidement !

    Voir absolument l'article suivant

    https://www.medisite.fr/a-la-une-le-risque-que-vous-prenez-en-mangeant-de-la-salade-en-sachet.1225607.2035.html

     

    Merci de votre lecture et portez vous bien, surtout ! 

    Luciole

     

    Un dîner empoisonné !

     

     

    03/08/2021 : 242 visiteurs et 211 pages lues

    04/08/2021 : 171 visiteurs et 489 pages lues

    05/08/2021 : 101 visiteurs et 388 pages lues

     


    21 commentaires
  •  Gare à l'eau qui dort n° 66

     

    Gare à l'eau qui dort n°66 - Péché de gourmandise ! 

    Cette image est tirée du film "Autant en emporte le vent"   

    Après s'être longtemps isolée dans sa chambre, Agathe décide enfin de promener sa petite Daisy de quatre mois dans l'immense Parc du Château. Elle y rencontre les trois Jardiniers du Domaine : Pierre et ses aides occasionnelles, Regan et Marc (chauffeurs gardes du corps de la Maisonnée)

    Coup de foudre entre l'athlétique Regan, 34 ans et la jeune mère, Agathe, 18 ans ! 

    Le fringant Marc, plus jeune que Regan, s'efface amicalement devant la soudaine passion de son aîné

    Synopsis du roman :

    http://le-petit-monde-de-luciole.eklablog.com/gare-a-l-eau-qui-dort-synopsis-a208076524

     

    PECHE DE GOURMANDISE !

     

     La jeune mère s'installa confortablement dans l'un des fauteuils, déballa tranquillement l'un de ses seins et l'offrit à sa fille qui s'en empara avec voracité tout en le triturant de sa main libre...  (Episode précédent - cliquez sur la phrase)

     

    Les hommes s'attablèrent devant une boisson fraîche et saucissonnèrent sur la table de la cuisine. Suzy coupait le pain en tranches épaisses.

    Daisy tétait encore, la bouche barbouillée de lait tiède.... La jeune mère l'avait changée de sein, tant ce dernier était douloureux, car gorgé de lait....

    Suzy avait téléphoné au Château pour signaler la présence d'Agathe chez eux, afin que personne ne s'inquiète...

    Nany, soulagée, la remercia vivement ! La Gouvernante était sur le point de réquisitionner les gardes du corps tant elle avait craint que "la jeune femme  ne se soit perdue dans les sous bois du Parc" ! 

    Les hommes enfin rassasiés prirent leur verre rempli, qu'ils posèrent sur la table basse du salon  et vinrent s'asseoir sur la banquette, face à Agathe, fort  émus et intimidés par le spectacle réjouissant de la jeune mère allaitant son bébé...

    Regan regretta profondément que cette petite fille si adorable ne soit pas la sienne...

    Il rêva à son futur bébé... dès que possible, car il arrivait à grands pas vers ses trente cinq ans. Il frémit soudain en réalisant combien cette jeune femme n'était encore qu'une enfant......  ! Allait-on le prendre pour son père ? Un vertige le saisit ! 

    Daisy s'agitait ! Agathe enfouit prestement son sein dans le soutien-gorge spécial allaitement, rajusta son sweat et redressa la petite sur ses genoux... Une salve de rots bruyants mit en joie les hommes qui plaisantèrent... Daisy leur souriait béatement.

    Pierre la réclama et la petite atterrit sur ses genoux ! Elle commença derechef à explorer le visage de ce bon grand père qui n'osait pas la bouger de peur qu'elle ne régurgite.... Il se laissa tirailler sans ménagement la barbichette, le nez, les oreilles...

    Il tenta de chantonner, de cette voix de baryton qui réjouissait le coeur de Romain pendant l'Office religieux. Saisie, la petite cessa son manège et l'observa fixement en lui touchant les lèvres... Il en profita pour lui mordiller doucement les doigts ! Elle éclata de son gros rire de bébé heureux... Voilà, c'était gagné, elle l'avait adopté.... 

    Les hommes, encouragés par l'exploit de Pierre, essayèrent à leur tour de jouer avec elle... Elle commençait toujours par les scruter attentivement avant de répondre à leurs avances... 

    Regan la prit enfin dans ses bras. Elle était à croquer, cette petite ! Trop ému pour l'amuser, il se contenta de la regarder droit dans les yeux avec une tendresse infinie...

    Agathe se demanda soudain s'il n'était pas tombé amoureux d'elle à cause de sa fille... Il avait la fibre paternelle, ce géant au grand coeur !

    Daisy se coula dans les bras puissants du "colosse" comme l'aurait fait une petite chatte, et s'endormit brusquement.... ça alors ! Etonnés, tous s'exclamèrent !

    - "Comment t'as fait, Regan ?" murmura Agathe qui vint s'asseoir contre lui.

    - "Je ne sais pas, ma douce... Je lui ai dit avec les yeux de mon coeur combien je l'aimais, c'est tout ! Elle a compris, sans aucun doute !, ça comprend tout, les bébés !" lui sourit Regan, fort surpris lui-même de cette tendre interaction entre la petite et lui...

    Un monde nouveau  d'amour et de douceur s'ouvrait à lui ! Il prit amoureusement la main d'Agathe dans la sienne et ils restèrent ainsi pendant longtemps, éperdus, dans un silence habité de rêves heureux.... Il leur sembla qu'ils se connaissaient depuis toujours... 

     

    Gare à l'eau qui dort n°66 - La tarte aux fraises

     

     

     

    Suzy s'activait dans la cuisine... Les fonds de tarte cuits ne tardèrent pas à se multiplier sur la paillasse. Elle les sortait un à un des deux grands fours. Une crème pâtissière terminait de cuire doucement sur une plaque électrique...

    Bientôt, les fonds de tarte s'emplirent de cette onctueuse et odorante crème, préalablement tiédie dans une bassine d'eau fraîche... Puis Suzy disposa artistement les magnifiques fraises cueillies fermes  et d'un rouge brillant... Les oeuvres d'art au parfum envoûtant s'exposèrent sur l'immense table.... 

    Les hommes humaient l'odeur appétissante des tartes avec délectation. Celle-ci les tarauda, les poursuivit, ne les lâcha plus ! Ils se levèrent tous en choeur et se rendirent à la cuisine, le regard gourmand... Regan alla poser doucement la petite Daisy endormie dans le landau, la recouvrit de sa couverture, retourna dans le salon et, prenant la main d'Agathe dans la sienne, il l'entraîna vers la longue table. 

    Suzy lui proposa de déguster quelques parts de tarte avec eux ! Déjà, les hommes  amenaient les assiettes, les verres, les petites cuillères, l'eau et les bières fraîches, le cidre mousseux et une pile de serviettes en papier. Chacun s'attabla devant une délicieuse part de tarte aux fraises, croustillante, onctueuse, acidulée.... recouverte d'une épaisse et aérienne couche de crème chantilly... Agathe salivait !  

     Silence religieux et recueilli ponctué de "Huuum ! délicieux ! extra !" et de bruits de mastication ! Un grand moment de gourmandise !!! Une merveilleuse histoire sucrée et parfumée qui n'en finissait pas d'étonner.........

    Les parts de tarte défilaient... Regan, surpris, s'aperçut rapidement que sa dulcinée était un redoutable bec sucré... Elle ne disait rien, tant elle se régalait ! La chantilly lui barbouillait la bouche jusqu'au nez ! 

    Elle finit par articuler entre deux bouchées :

    "Mortel ! C'est trop bon ! Suis fan de tes tartes, Suzy ! Merciiiii !"

    Elle qui s'était structurée sur du manque, se remplissait enfin d'une joie de vivre communicative toute simple, faite de petits plaisirs quotidiens savoureux, chaleureux et tendres..... 

    Regan s'inquiéta soudain : 

    - "Ne te rends pas malade, ma douce ! La saison des fraises n'est pas finie, tu reviendras!"

    - "Regan a raison, ma belle ! Je te promets de te faire des tartes à chacune de tes visites !" lui susurra en riant Suzy.

    La bouche pleine, Agathe secoua la tête et finit sa énième part de tarte, un peu honteuse... De toute façon, elle était déjà un tantinet embarrassée ! Si elle continuait à se gaver ainsi, elle allait devenir obèse, sa plus terrible obsession !!! Et Regan ne la regardera plus ! Elle finira vieille fille avec des bourrelets partout ! 

    Regan s'empara d'une pile de serviettes en papier et entreprit de la débarbouiller en riant avec une tendresse telle que les larmes montèrent aux yeux de la jeune femme ! Il mouilla un torchon propre avec l'eau de la cruche et le lui passa sur le visage. La fraîcheur de l'eau la requinqua ! Elle se laissait faire comme une enfant... Il n'osa pas l'embrasser doucement devant les autres... 

    - "Regan, n'oublie pas Lou ! Il faut te préparer : c'est l'heure d'aller la chercher au Lycée !... " s'agaça soudain Suzy... bizarrement émue jusqu'aux entrailles par ce spectacle insolite : son impassible et solide gaillard, terreur des mauvais garçons, bêtifiait comme un ado avec une ... gamine...

    Les hommes sont impossibles, imprévisibles ! Même Pierre, son homme au coeur d'or, s'était laissé prendre au piège... Souvenir douloureux dont elle avait mis des années silencieuses à s'en remettre.... 

    Cette amourette s'enflammait bien trop vite ! Il fallait tempérer les ardeurs.... Son gaillard avait trop de vigueur... et la petite, manifestement, tremblait ! Quelle histoire si elle retombait enceinte !!! Pourvu qu'elle ne soit pas malade, en plus ! . 

    - "Oui maman, merci de ce rappel à l'ordre !" lui répondit en riant Regan qui se leva aussitôt. Il embrassa furtivement Agathe sur le front et partit à grandes enjambées.... 


    - "Agathe, je ne te chasse pas, sois en certaine, mais tu devrais retourner au Château....si tu veux éviter les soucis... Ne te précipiter pas, surtout, ménage ton estomac ! Veux tu que Pierre ou Marc te raccompagne ?"

    - "Non merci, maman Suzy !" lui répondit ingénument Agathe, pressée de prendre l'air.

    Cette fois, son estomac regimbait, il fallait vite s'éclipser avant que........Valait mieux être seule !

    Elle les remercia vivement tous en les embrassant. Pierre et Marc emportèrent le landau dans le chemin sans réveiller la petite Daisy et Agathe s'en alla doucement en les saluant de la main....

    Une fois hors de vue, au creux d'un buisson, elle se soulagea brusquement ! Elle attendit que les nausées cessent avant de reprendre la route. C'était le truc de Cathy pour ne pas grossir !

    Au détour d'un chemin, au fond d'un sublime parterre de fleurs, une mignonne petite fontaine, adossée à un muret arrondi en pierre, murmurait joyeusement... Un filet d'eau jaillissait d'une bouche grande ouverte d'un mascaron à tête humaine antique et grotesque pour se jetait dans une vasque ovale en pierre....

    Agathe laissa le landau sur l'allée goudronnée, s'engagea rapidement sur le petit sentier sablonneux, longea  sans un regard le massif de fleurs et, arrivée à la fontaine,  se rinça abondamment la bouche et se lava la figure  à grande eau glacée à l'aide de ses mains,  en détrempant au passage son sweat...

    Si Regan la voyait ! Il avait raison, elle n'était pas normale ! C'était tellement nul de se gaver ainsi... Elle tremblait de tous ses membres, furieuse contre elle-même....

    Il est vrai que Cathy la surveillait de près lorsqu'elles logeaient ensemble dans ce minable appartement de cette minable banlieue... Il n'était pas question qu'elle prenne du poids, elle devait rester mince pour assurer leur survie... 

    Alors, pourquoi se laissait-elle aller ainsi, alors que son horizon semblait enfin s'éclaircir ? Avait-elle peur du bonheur ? 

    Cathy et elle étaient soeurs de la misère... Elles se soutenaient mutuellement.... Mais ici, dans ce luxe inouï, dans ce décor de rêve, elle se sentait seule et complètement perdue, inadaptée !

    Tout allait trop vite ! La tête lui tourna.... elle dut s'agripper au fronton de la fontaine. 

    Moooon ! Si Regan la voyait  dans cet état ! Elle s'épouvanta ! Pouvait-elle l'aimer ??? En avait-elle le droit ??? Il était trop trop bien pour elle ! Mortel, tellement trop bien ! Même Daisy le sentait ! Elle l'avait manifestement accepté pour père.... devant tout le monde !!! Alors si Daisy l'avait choisi, la mère se devait d'être à la hauteur, non ??? 

    Jamais plus elle ne recommencera ! C'était trop trop grave ! Elle n'allait pas se donner en spectacle ainsi devant son homme, tout de même ! Oh la honte ! Fallait qu'elle se mette dans la tête qu'elle n'était plus dans la misère !!! Y'en aura d'autres, des tartes ! Faut t'accrocher, ma vieille ! Sinon, tu vas rater la marche, une fois de plus....

    Elle avait peur : c'était trop beau, toussa, tellement trop beau !

    Dès qu'elle se sentit mieux, elle retourna au landau, frigorifiée.... Chance : Daisy dormait toujours.... car impossible de la prendre contre elle... Son sweat trempé lui glaçait la poitrine et les bras ! 

    Marc, qui retournait se changer aux Communs afin d'accompagner Regan, assista à toute la scène de loin. Il soupira et se promit de freiner fermement la terrifiante gourmandise de la "gamine", la prochaine fois.... A la place de Regan, il aurait râlé, sûr ! Et de bien belle manière ! Quelle idée de s'empiffrer ainsi...
    Il reconnut qu'il n'était guère patient, vif de caractère et chaud -bouillant... bien loin du flegme impressionnant, agaçant de son collègue ! 

    Il eut soudain pitié. d'elle... Malgré toute l'amitié qu'il portait à son copain, il était terriblement ému ! Pourvu que cette "gamine" ne vienne pas troubler leur belle entente ??? 

    Suzy devait se faire du mauvais sang ! Il eut une pensée tendre envers cette adorable femme qui se comportait avec eux comme une mère....

    Il partit en footing en espérant détendre ses nerfs à vif et apaiser le corps....  Quelle connerie, la jalousie ! Elle le bouffait jusqu'à l'os.... Mais pourquoi Regan et pas lui ? Son âge était plus en rapport avec celui de cette môme ! Peut être avait-elle besoin d'un mari- papa-poule ? 

    Il rit : alors, elle n'était pas faite pour lui ! Cette pensée le soulagea mieux que ses longues foulées élégantes.... Il ne supportait pas ces femmes-enfants capricieuses qui manipulaient et abrutissaient leurs conjoints... Seules les amazones qui lui tenaient tête l'intéressaient ! 

    Voilà, c'était clair comme de l'eau de source ! Pas la peine de se mettre martel en tête ! 

    Mais son corps s'obstinait ! Il savait, lui, que cette petite était une fière guerrière qui donnera beaucoup de fils à retordre à ce brave et naïf colosse... Voire même une chatte brûlante et sauvage .... Le colosse aura intérêt à assurer.... 

    Il allongea ses foulées !

     

    Luciole.

    A SUIVRE

     

     

    Gare à l'eau qui dort n°66 - Péché de gourmandise !

     31/07/2021 : 120 visiteurs et 450 pages lues

    01/08/2021 :  242 visiteurs et  514 pages lues

    ROMAN : "Gare à l'eau qui dort" - cliquez sur les phrases ci-dessous :

     1ère Partie : Justine cherche un emploi

    2ème Partie : Entretien d'embauche entre Damien et Justine

    3ème Partie :Portrait de Damien MAYER

    4ème Partie : Louise, épouse de Damien

    5ème Partie : Justine, secrétaire de Damien

    6ème Partie : Lou, fille de Louise 1

    7ème Partie : Lou, fille de Louise 2

    8ème Partie : "Le regard magique"

    9ème Partie : l'Empreinte (1)  

    10ème Partie : L'Empreinte (2)

    11ème Partie : Le Plogging

    12ème Partie : Les enfants perdus

    13ème Partie : Quel carburant voiture ?

    14ème Partie : L'Etang

    15ème Partie : Lettres anonymes

    16ème Partie : Dorian le détective privé

    17ème Partie : Réminiscences

    18ème Partie ; Filature

    19ème Partie : Le Poucave

    20ème Partie : Sous-marin (camion de filature) et pinholes (caméras minuscules)

    21ème Partie :Dignité bafouée 

    22ème Partie : La Charité fraternelle

    23ème Partie : "Le Constat d'adultère"

    24ème Partie : La "road rage" à 200 km à l'heure

    25ème Partie : Le fouille merde

    26ème Partie ; Le Daron engraine

    27ème Partie : Choc émotionnel

    28ème Partie : Prodigieuse Lumière

    29ème Partie : Inspecteur Stan Faure

    30ème Partie : Etrange entretien

     31ème Partie : Révélations fracassantes de Dorian

    32ème Partie Adèle coupable ?

    33ème Partie : Enjeux autour d'un bébé

    34ème Partie : Duo de choc Louise et Justine

    35ème Partie : Coma Damien

    36ème Partie : Réveil Damien

    37ème Partie : Les trois mousquetaires

    38ème Partie : Une famille encombrante

    39ème Partie : La tornade blanche

    40ème Partie : Mutique imposture

    41ème Partie - Le bon curé 

    42ème Partie - Le bon curé suite

    43ème Partie : Révélations fracassantes  

    44ème Partie : Les prisons de l'âme

     45ème Partie : l'Assemblée Générale Extraordinaire

    46ème Partie : Mort de Damien

    47ème Partie : Baiser d'outre-tombe

    48ème Partie : Diners de Louise

    49ème Partie : Jour de traîne-misère

     50ème Partie : Eve ou Lilith ?

    51ème Partie - Self contrôle

    52ème Partie - La Maison d'accueil

    53ème Partie - Les secrets d'Agathe

    54ème Partie - Le Château de Louise

    55ème Partie - La Chambre d'Agathe

    56ème Partie : "Oh que c'est sublime

    57ème Partie : Toubib 

    58ème Partie : La violence des Mots !

    59ème Partie : Madame est servie !

    60ème Partie : Querelles de préséance !

    61ème Partie : Lou et Agathe amies ?

    62ème Partie : La Fosse aux Lions

     63ème Partie : Si le Loup y était...
     
    64ème Partie : Le coup de foudre !
     
    65ème Partie : La maison de Pierre et de Suzy
     
    66ème Partie : Péché de gourmandise
     

     


    12 commentaires
  •  

    Gare à l'eau qui dort n° 65

     

    Gare à l'eau qui dort n°65  - La maison de Pierre et Suzy

     

     

    LA MAISON DE PIERRE ET DE SUZY

    Après s'être longtemps isolée dans sa chambre, Agathe décide enfin de promener sa petite Daisy de quatre mois dans l'immense Parc du Château. Elle y rencontre les trois Jardiniers du Domaine : Pierre et ses aides occasionnelles, Regan et Marc (chauffeurs gardes du corps de la Maisonnée)

    Coup de foudre entre l'athlétique Regan, 34 ans et la jeune mère, Agathe, 18 ans ! 

    Le fringant Marc, plus jeune que Regan, s'efface amicalement devant la soudaine passion de son aîné

    Synopsis du roman :

    http://le-petit-monde-de-luciole.eklablog.com/gare-a-l-eau-qui-dort-synopsis-a208076524

     

    "Elle a raison, ta copine ! Allez, il me faut retourner travailler. Pierre et Marc ont besoin de mo... Reviens, ma brave Aggie au grand coeur, moi, j'ai grand besoin de toi.... Je t'attendrai....... et je t'expliquerai tout ce qui concerne le jardinage, si tu le veux ! Tu deviendras vite une pro, tu verras ! On fera du jardin ensemble, c'est passionnant ! Tu aimeras ! ".......(Episode précédent n° 64 - Le coup de foudre ! cliquez sur la phrase)

    Cliquez sur les photos pour les avoir en grand !

     

    Gare à l'eau qui dort n°65  - La maison de Pierre et de SuzyGare à l'eau qui dort n°65  - La maison de Pierre et de Suzy

    Pierre et Marc s'étaient remis au travail en évitant de les regarder, tant ces deux là semblaient ne faire qu'un....

    Gare à l'eau qui dort n°65  - La maison de Pierre et de Suzy 

    Seule Suzy les observait attentivement ! Sa cueillette terminée, elle s'était réfugiée dans l'ombre bienheureuse de la haie, auprès de la petite Daisy qui commençait à s'agiter 

    Elle soupira, consciente que "quelque chose d'intense" se passait entre "son gaillard" et la jeune mère...

    Des nuages se profilaient à l'horizon de leur petit univers bien tranquille !!! Comment Louise, "la Patronne", allait elle prendre cela ? 

    Gare à l'eau qui dort n°65  - La maison de Pierre et de Suzy

    Elle prit tendrement Daisy dans ses bras tout en lui chantonnant une petite comptine afin d'apaiser sa peur... Surprise, la petite la regardait intensément avec des yeux immenses, puis se mit à pousser de petits cris qui alertèrent sa mère...

    Gare à l'eau qui dort n°65  - La maison de Pierre et de SuzyAggie s'essuya furtivement les yeux avec la manche de son tee-shirt, et accourut auprès de son bébé... Les tiraillements de ses seins l'avertirent que la tété était proche... 

    - "Merci Suzy, c'est chou d't'occuper d'Daisy !" bégaya la jeune femme "C'est l'heure d'sa tété ! J'me mets où ?"

    - "Viens chez nous, tu seras plus à l'aise, ma belle ! Allez, suis-moi !"

    Agathe remit la petite dans son landau et, avant qu'elle ne hurle, le poussa rudement sur l'herbe en suivant Suzy qui ouvrait la marche, les deux bras tendus par des paniers remplis de fraises.... Chahutée par les soubresauts du landau, la petite grognait ! Ce n'était plus l'heure de la rigolade ! 

    Gare à l'eau qui dort n°65  - La maison de Pierre et de Suzy

    Elles arrivèrent jusqu'à une maison mangée par les chevelures envahissantes des plantes et rosiers grimpants dont l'exubérance de la floraison souffla Agathe ...

    D'énormes chênes séculaires, des arbres de toutes sortes, des saules pleureurs s'étalaient sur la vaste pelouse verte et rase.... 

     

    Gare à l'eau qui dort n°65  - La maison de Pierre et de SuzySous un chêne immense, une longue table de bois et des chaises attendaient les travailleurs... 

    - "Ooooh ! Que c'est top, ici ! Trop trop belle, ta maison, Suzy.... Mortel, j'kiffe dur !" s'écria t'elle, oubliant "les belles manières" en retrouvant le langage et l'accent  de son monde natal".

    Puis, devant le regard ahuri et vaguement réprobateur de Suzy, elle se reprit, penaude :

    - "Heu, pardon, j'veux dire : j'adooooore !"

    Suzy éclata de rire et, secouant la tête :

    - "Alors nous sommes deux ! J'adore aussi cet endroit ! Pierre veut tailler, rogner ... mais je refuse obstinément, sauf autour des fenêtres et portes... à la rigueur !"

    Aggie prit sa petite dans les bras. Suzy posa ses paniers sur le sol, gratta soigneusement ses bottines sur une grille posée sur le sol, à droite de la porte, puis se dirigea vers une jolie fontaine murale en pierre naturelle composée d'un bac mouluré à angles coupés et d'un chapeau de gendarme, ouvrit le robinet en laiton, se saisit d'un savon  posé sur le chapiteau et se lava soigneusement les mains sous l'eau glacée, referma le robinet.... puis  secoua ses bras pour expulser l'eau. Elle reprit ses paniers... 

    Elles entrèrent dans la fraîcheur sombre d'un couloir aux murs peints en blanc, d'où s'élevait au fond un escalier en bois vernis. Suzy posa ses paniers sur un banc en bois foncé le long du mur de gauche, se débarrassa de ses boots zippés en cuir en les rangeant sous ce long banc dont l'assise semblait cacher nombre de choses, en retira des claquettes lanières de cuir et semelles de bois qu'elle chaussa promptement.

    Les hommes les suivaient de près... Agathe les entendit se laver à grande eau. Suzy s'empara vivement d'une pile de serviettes usagées dans un placard placé sous l'escalier et la leur porta.

    Agathe se risqua à jeter un oeil vers la fontaine. Les hommes s'étaient débarrassés de leur combinaison et chemise de corps et, en boxer, le torse nu dégoulinant, se savonnaient et se rinçaient vigoureusement à l'aide d'une vieille casserole placée sous le robinet. Le spectacle était saisissant ! Pierre s'empara d'un tuyau d'arrosage et se doucha copieusement, bientôt suivi par les deux autres... 

    Pierre était solide, sec et noueux, le jeune Marc était splendide, une musculature et un corps d'athlète, mais Regan était de loin le plus  baraqué ! Un vrai colosse ! La jeune femme frémit, impressionnée !

    Suzy revenait .... Agathe se réfugia promptement dans l'ombre relative du couloir  illuminée par la lumière de la porte grande ouverte... Pierre et Marc, revêtus de vêtements propres, soulevèrent le landau et le posèrent dans le couloir... pendant que les femmes se rendaient dans la vaste et sombre cuisine.

    Gare à l'eau qui dort n°65  - La maison de Pierre et de SuzyRegan, fleurant bon une eau de toilette esprit vétiver, au coeur puissant et épicé, le torse moulé dans un tee-shirt immaculé sur un short kaki, tongs aux pieds, ouvrit les volets... Il traversa l'immense pièce, monta une marche et alla pousser les volets de l'autre fenêtre, sise en face de celle de la cuisine... C'était une pièce traversante composée d'une cuisine et d'un espace salon sur deux niveaux....

    Un flot de lumière éclaboussa la merveilleuse cuisine moderne aux meubles et murs blancs Le sol aux larges carreaux blancs éclairait la pièce. 

    - "Désires tu te laver les mains avant d'allaiter ta petite, Agathe ?" lui proposa Suzy, qui la libéra de la petite Daisy avec autorité... 

    La jeune mère se laissa faire, et se rendit vers l'évier de la cuisine où l'attendaient savon et serviette. 

    Que c'était beau ! Elle prit le temps de contempler au passage tous les éléments de l'élégante et harmonieuse cuisine.... 

    Gare à l'eau qui dort n°65  -

    La paillasse et la crédence étaient recouvertes d'un revêtement ancestral italien, fabriqué à partir du ciment et de fragments de marbre anthracites piquetés de touches blanches qui illuminaient l'ensemble, le tout sur un fond neutre. Un impressionnant et profond bac-évier noir mangeait une bonne partie de la paillasse.

     

    Elle se lava rapidement les mains, les essuya et reprit sa promenade admirative....

    A côté du bac, un lave-vaisselle  blanc d'une grande contenance s'encastrait sous le plan de travail... Au bout de la longue paillasse, une monumentale cuisinière ??? Intriguée, Agathe s'approcha de l'engin... 

    Très surprise, elle reconnut un volumineux piano de cuisson blanc résolument moderne, muni de sa hotte d'aspiration,  qui s'intégrait magistralement dans la cuisine. Il était équipé de six  feux gaz et d'une plaque électrique, de deux fours multifonctions, d'un four-gril et d'un four chauffe-plat. 

    - "Morteeel, ce truc !!! Tu aimes cuisiner, Suzy ? C'est presque comme dans la grande cuisine d'Ida!" 

    - "Presque, sauf qu'elle contient l'équivalent de  deux pianos comme le mien... si ce n'est plus ! Je suis toujours en cuisine, ma belle ! Pour les confitures, les conserves, et surtout pour les tartes : mes hommes en raffolent ! Là, je vais me lancer dans la fabrication de tartes aux fraises....!   

    Puis pour les dîners mondains de la Patronne, quand elle reçoit le beau monde. Je prends en charge les tartes, les gâteaux... Ou les quiches et pizzas pour l'apéro ! Il m'arrive aussi de préparer et cuire de grandes pièces de viande...
    C'est une aide précieuse pour Ida qui se retrouve bien seule face à beaucoup de convives... Elsa ne peut guère l'aider, car elle est trop prise par le service !

    Pierre amène le tout avec la Golfette..."

    - "La quoi ?"

    - "La Golfette ! C'est une voiturette de golf qui sert à nous véhiculer dans l'immensité du Domaine..." 

    "Elle m'est bien pratique ! En fait, nous ne chômons guère, Pierre et moi ! J'ai en charge également d'aller chercher le courrier, ce qui n'est pas une mince affaire, avec tous les rigolos qui postent des colis piégés... "

    - "Des colis piégés ? sans blague ?"

    - " Oh, ça va de la farce grossière, genre menaces de mort et diablotin qui te saute à la figure, au colis qui explose quand tu l'ouvres ! Voilà à quoi s'en tenir, ici ! Nous avons une bande de vauriens qui vadrouillent dans la forêt.

    Cette forêt se trouve derrière le haut mur électrifié au bout de la Ville,. Ils font des dégâts partout, et ils arrivent  parfois à pénétrer on ne sait comment dans cette Cité fortifiée... C'est pas faute d'avoir des murailles, des caméras, des gardiens et chiens, pourtant !

    "Et malheur aux écervelés d'ici qui vont se promener en famille ou seuls dans la forêt...."

    - "Mais alors, comment tu fais pour pas t'faire sauter avec ?" s'inquiéta Agathe, horrifiée, qui comprenait mieux pourquoi Louise refusait de la laisser chiner dans les boutiques de la Ville.... 

    - "Madame a acheté deux chiens dressés pour renifler les colis. Quand ils signalent un colis suspect, j'appelle Regan et Marc, qui accourent de suite et s'en occupent !"

    - "Où y sont, tes chiens ? J'adore les chiens ! J'me fais jamais mordre, j'ai l'truc avec les toutous !"

    - "Ils sont dans le vaste chenil....Oooh, ne me fais ces yeux furibonds, il vaut mieux les parquer, ces bêtes, elles ne sont pas tendres avec les inconnus, tu sais ! Pierre et Marc vont souvent les promener en laisse dans le Parc... Nos bêtes ne sont pas malheureuses ! Et puis, elles s'attaquent volontiers aux animaux de basse-cour ! Mieux vaut ne pas les lâcher dans la nature, elles feraient un massacre !"

     Un peu secouée, Agathe  continua sa visite en longeant la paillasse... Elle dut reprendre sa petite dans ses bras tant celle-ci s'agitait. Rassurée d'être au contact de sa mère, Daisy ouvraient de grands yeux et observait tout... Suzy fut frappée par la vivacité et la curiosité de ce bébé de presque quatre mois... 

    Au bout du plan de travail qui prolongeait le piano de cuisson, un énorme frigo américain blanc, suivi par une porte qui s'ouvrait sur l'arrière-cuisine. 

    - "Cette porte donne sur un couloir qui dessert d'un côté une grande réserve où se trouvent également des frigos de secours, des congélateurs..., et de l'autre côté, une salle d'eau avec toilettes... Derrière tout ça, mon grand bureau ... tu veux visiter ?"

    - "Non merci, une autre fois peut être, car Daisy a faim...."

    Aggie   se retourna. 

    Une table monumentale, inspirée des réfectoires de monastère, en chêne teinté ébène trônait au milieu de la vaste pièce, entourée de chaises  paillées en bois teinté ébène. 

    C'était splendide ! 

    - "Viens, ma belle, il ne faut pas faire attendre la petite ! Tu vas t'installer dans un fauteuil du Salon... "

    - "Waouuuh ! C'que c'est sublime, ici !" s'enthousiasma Agathe.

    Elle monta la marche qui menait au niveau du Salon et contempla le tout avec attention, éblouie.

    - "Ah, j'en suis fière, tu sais ! C'est Pierre qui a tout conçu et fabriqué ! Nous n'avons acheté que le salon de cuir ! Il a des mains d'or, cet Homme !"

     

    Gare à l'eau qui dort n° 64-

     

    A droite de la porte desservant l'arrière de la cuisine, un épais mur blanc dans lequel s'encastrait une cheminée-insert contemporaine noire tout en longueur. En réalité, Pierre avait prolongé un immense foyer noir muni d'une vitre par un aplat de peinture noire dans un renfoncement de chaque côté de la cheminée. Le résultat était bluffant ! Quelques livres et décorations meublaient le renfoncement noir.... 

    Sur le mur opposé, un immense écran télé occupait presque tout l'espace mural...

    - "On s'croirait au cinéma !" s'écria la jeune fille, épatée par un tel luxe.

    Un confortable canapé et quatre fauteuils en cuir blanc complétaient ce salon sympathique au sol gris réchauffé par un tapis d'un gris soutenu agrémenté de motifs gris clairs sur lequel paradait une table basse au plateau de verre fumé.... Une multitude de coussins blancs, gris  et grenats invitaient à la détente.... 

    La jeune mère s'installa confortablement dans l'un des fauteuils, déballa tranquillement l'un de ses seins et l'offrit à sa fille qui s'en empara avec voracité tout en le triturant de sa main libre...  

    Luciole

    A SUIVRE

    (La suite programmée :"Péché de gourmandise" !)

     

    Gare à l'eau qui dort n°65  - La maison de Pierre et de Suzy

    Pierre le Jardinier 

    Bisous et à bientôt.

    Merci pour vos gentils commentaires 

    28/07/2021 : 100 visiteurs et 509 pages lues

     

    ROMAN : "Gare à l'eau qui dort" - cliquez sur les phrases ci-dessous :

     1ère Partie : Justine cherche un emploi

    2ème Partie : Entretien d'embauche entre Damien et Justine

    3ème Partie :Portrait de Damien MAYER

    4ème Partie : Louise, épouse de Damien

    5ème Partie : Justine, secrétaire de Damien

    6ème Partie : Lou, fille de Louise 1

    7ème Partie : Lou, fille de Louise 2

    8ème Partie : "Le regard magique"

    9ème Partie : l'Empreinte (1)  

    10ème Partie : L'Empreinte (2)

    11ème Partie : Le Plogging

    12ème Partie : Les enfants perdus

    13ème Partie : Quel carburant voiture ?

    14ème Partie : L'Etang

    15ème Partie : Lettres anonymes

    16ème Partie : Dorian le détective privé

    17ème Partie : Réminiscences

    18ème Partie ; Filature

    19ème Partie : Le Poucave

    20ème Partie : Sous-marin (camion de filature) et pinholes (caméras minuscules)

    21ème Partie :Dignité bafouée 

    22ème Partie : La Charité fraternelle

    23ème Partie : "Le Constat d'adultère"

    24ème Partie : La "road rage" à 200 km à l'heure

    25ème Partie : Le fouille merde

    26ème Partie ; Le Daron engraine

    27ème Partie : Choc émotionnel

    28ème Partie : Prodigieuse Lumière

    29ème Partie : Inspecteur Stan Faure

    30ème Partie : Etrange entretien

     31ème Partie : Révélations fracassantes de Dorian

    32ème Partie Adèle coupable ?

    33ème Partie : Enjeux autour d'un bébé

    34ème Partie : Duo de choc Louise et Justine

    35ème Partie : Coma Damien

    36ème Partie : Réveil Damien

    37ème Partie : Les trois mousquetaires

    38ème Partie : Une famille encombrante

    39ème Partie : La tornade blanche

    40ème Partie : Mutique imposture

    41ème Partie - Le bon curé 

    42ème Partie - Le bon curé suite

    43ème Partie : Révélations fracassantes  

    44ème Partie : Les prisons de l'âme

     45ème Partie : l'Assemblée Générale Extraordinaire

    46ème Partie : Mort de Damien

    47ème Partie : Baiser d'outre-tombe

    48ème Partie : Diners de Louise

    49ème Partie : Jour de traîne-misère

     50ème Partie : Eve ou Lilith ?

    51ème Partie - Self contrôle

    52ème Partie - La Maison d'accueil

    53ème Partie - Les secrets d'Agathe

    54ème Partie - Le Château de Louise

    55ème Partie - La Chambre d'Agathe

    56ème Partie : "Oh que c'est sublime

    57ème Partie : Toubib 

    58ème Partie : La violence des Mots !

    59ème Partie : Madame est servie !

    60ème Partie : Querelles de préséance !

    61ème Partie : Lou et Agathe amies ?

    62ème Partie : La Fosse aux Lions

     63ème Partie : Si le Loup y était...
     
    64ème Partie : Le coup de foudre !
     
    65ème Partie : La maison de Pierre et de Suzy
     

     


    7 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires