•  

    FP n° 52 - Zones d'ombres

     

     FUTUR PROCHE n° 52 

     

    ZONES D'OMBRES

     

    La brume s'épaississait. La Forêt s'enveloppait de vapeurs âcres.

    Wanga n'alluma pas les phares qui auraient pu trahir leurs présences.Il jetait attentivement  des regards anxieux autour de lui. 

    Partout des clameurs, des hurlements stridents, des glapissements. Les Femmes enfilèrent les lourdes et chaudes vestes de Wanga tant il faisait froid. 

    La ventilation tournait à fond, les vitres sales du 4x4 s'embuaient sans cesse... 

    L'inquiétude de Wanga s'accentuait. "Nous arrivons au but" déclara t-il doucement aux Femmes Elles avaient remarqué le changement d'attitude qui s'opérait en lui, en l'attribuant aux mauvaises conditions climatiques... Soudain attentives, elles tentèrent de percer le mystère du brouillard, tout comme lui.

    Brusquement, Wanga ne put masquer son émotion... Un vif éclair illuminait la brume, bientôt suivi d'un autre. Il stoppa le 4x4 en laissant le moteur tourner au ralenti. 

     

    FP n° 52 - Zones d'ombres

     

    L'ombre de la terreur plana sur les Femmes qui retinrent leur souffle, tétanisées.

    Wanga se força au calme. Un tremblement anxieux lui donnait la chair de poule.....

    Un long sifflement modulé le rassura net : enfin !

    "Pas d'inquiétude !" souffla t-il en riant "ce sont des amis qui viennent nous aider !"

     

    FP n° 52 - Zones d'ombres

     

    Une ombre noire cagoulée, portant un masque  de vision nocturne,  frappa sur sa vitre que Wanga entrouvrit. Un bref éclair de lumière sur le visage de Wanga, puis sur les femmes recroquevillées au fond du véhicule, osant à peine respirer... 

    Déjà, des Hommes tout de noir vêtus, cagoulés, un masque de vision nocturne sur les yeux, ouvraient le coffre du 4x4 et en sortaient méticuleusement tout le contenu. D'autres s'emparèrent des affaires stockées sur le siège passager. Wanga jetait fébrilement pèle mêle tout ce qui traînait dans les recoins et coffres du véhicule dans l'immense sac à ses côtés... 

    "Vite, dépêchez-vous ! sortez !" ordonna l'ombre qui semblait être le chef de ces  énigmatiques personnages.

    On aida les Femmes à descendre du véhicule et on les entraîna vivement dans le brouillard.

    Wanga les suivait... Les deux amies, surprises, entendirent s'éloigner le 4x4... 

     

    Catlin angoissait, le coeur battant la chamade. Mano, sortant soudain de son silence, l'inondait de messages d'alertes confus et violents qui la foudroyaient, l'accablaient.

    Mylan, épuisée, se laissait faire sans réagir, occupée à ne pas trébucher dans cette purée de poix sur le sol accidenté et les racines.

    Quelque chose de sombre se dressa devant elles, comme une immense muraille noire. Des mains écartaient les buissons difficilement pénétrables, et les lianes qui dissimulaient l'entrée d'une grotte d'où sortait une haleine fétide aux relents de renfermé, de moisi, de champignon. Elles se faufilèrent parmi la végétation dense, encadrées, guidées, poussées  par les Hommes en noir.

    "Attention, baissez la tête, courbez vous !" souffla une voix d'Homme autoritaire, tandis qu'une main impérieuse appuyait sur la tête de Catlin pour l'obliger à se baisser.

     

     

    FP n° 52 - Zones d'ombres

    Catlin ravala sa fierté, les nerfs à vif, et pesta en glissant sur le sol bosselé et humide, souvent caillouteux du sombre boyau étroit qui n'en finissait plus, cramponnée au bras de son guide... en proie à une crise de claustrophobie naissante....  Les cagoulés, portant des masques à vision nocturne qui leur permettaient de voir en pleine nuit, marchaient d'un bon pas difficile à suivre.

    Le piétinement des pas étouffés se répercutait sur les parois humides, roulait dans le noir absolu du boyau... Ils dévalaient une pente, courbés comme des sioux...l

    Au bout d'une éternité, l'Homme de tête leur murmura :

    "Vous pouvez vous relever, nous sommes dans une grande salle !"

     

    FP n° 52 - Zones d'ombres

     

    Enfin ! Les Femmes avaient le dos broyé. Des lampes torches illuminèrent une vaste salle dont la voûte s'hérissait de stalactites qui se reflétaient dans l'eau claire et scintillante d'un petit lac souterrain. Des ombres confuses dansaient sur les parois rugueuses de la grotte.

    Catlin, qui étouffait, se précipita et, se baissant,  recueillit l'eau à pleines mains et s'aspergea le visage.  Elle était glacée ! Des petites choses molles évoluaient dans l'eau transparente. Elle n'osa pas boire.

    Déjà, son guide la tirait par le coude... 

    "Venez, avec ces torches, nous risquons d'être des proies faciles ! Suivez moi !"

    La caverne se resserra à nouveau en un boyau étroit suintant d'humidité. On éteignit les torches. 

    Cramponnée au bras de son guide, Catlin respirait avec beaucoup de difficulté, le corps secoué d'un tremblement incoercible, consciente d'être incapable de pouvoir faire face à cette effrayante situation. De fines gouttelettes de sueur lui perlaient le front et les tempes, lui piquaient les yeux... son mode de raisonnement profondément ébranlé par les alertes virulentes de Mano...

    Il régnait comme une étrange vibration dans l'air, à peine perceptible !

     

    FP n° 52 - Zones d'ombres

     

    Le labyrinthe de couloirs obscurs déboucha soudain dans une crypte. Les torches s'allumèrent. Mylan, les yeux agrandis par la peur, agrippa brusquement le bras de Catlin qui se retourna en scrutant son amie.

    "Do-Mi ne cesse de me persécuter !" lui souffla Mylan... 

    "Mano aussi, Mylan ! Je n'en peux plus... Il va me rendre folle !" cria presque Catlin

    "Que se passe t-il, Mesdames ?" questionna le Chef

    Sans lui répondre, Catlin se tourna vers Wanga qui arrivait et, le fixant dans les yeux, le questionna fébrilement :

    "Nos bots vont nous rendre folles, Wanga ! Ils ne cessent de nous mettre en garde... Es-tu certain de tes amis ?"

    Wanga lui sourit en lui répondant doucement, posément :

    "Certain, Catlin ! Pas de panique ! Hé ! Je suis là !!!"

    Catlin laissa échapper un profond soupir et s'adossa lourdement sur la paroi suintante en fermant les yeux. Elle tremblait violemment... Wanga esquissa un mouvement vers elle afin de la rassurer, mais le Chef le devança et, prenant Catlin par les épaules, il la poussa doucement devant lui sous les lueurs vives des torches...

    "Pas d'inquiétude, Mesdames... Nous sommes sous contrôle ici ! Vos bots aussi ! Plus rien de grave ne peut vous advenir... Allez, confiance, nous sommes arrivés !"

     

    La crypte était sans issue. Un Homme éclaira la paroi rocheuse du fond d'un faisceau lumineux rouge. La paroi s'entrouvrit lentement... sur un long couloir bétonné, vaguement éclairé par des veilleuses encastrées dans le plafond, dans lequel attendait un petit train de voitures en forme d'ogives sur des rails... 

     

    FP n° 52 - Zones d'ombres

     

    Des Hommes, qui ressemblaient à des plongeurs dans leur combinaison noire et leur masque de vision nocturne, rassemblaient les bagages dans les premières voitures, puis chacun s'engouffra dans les véhicules spacieux...

    Les Femmes se laissèrent lourdement choir sur des fauteuils en forme de coquilles souples particulièrement confortables et le train s'ébranla sans bruit, à peine un léger sifflement, puis fila à une vitesse folle vers l'inconnu.

    Wanga et les amies, accompagnés de leurs guides,  furent scotchés sur leurs sièges dans la voiture ogivale ... 

     

    Luciole

     

    A SUIVRE

     

     

    332 pages le 21/5/2019

     

    Episodes n° 1 à 35  : voir ICI (sur n° 35)

    Episodes n° 36 à 45 : voir ICI  (sur n° 45) 

    Epicode n° 46 - Révélations de Wanga- Jésus - Juan Diego - Notre Dame de Guadalupe - Espionnage du CDU - Pas de bot pour Wanga - Les Fang et Dieu Amour - La Peur de Mylan - Déception de Catlin - Mano muet - Complot du CDU

    Episode n° 47 - Le Chant en Langue ou glossolalie - Extase et Fou rire de Catlin - Le rire contagieux - Les locaux - Allégresse générale - l'Esprit d'Amour et les Fang - Thérèse d'Avila - "Le Grand Rire Divin" de Paul Claudel - Silence radio des bots de Mylan et Catlin ???

    Episode n° 48 - Les cigognes noires - Départ de l'Hôtel de Libreville - La Brume - les insectes - Procréation - le Marigot - les cigognes noires - les nids des cigognes noires - le Vol des cigognes noires - Départ

    Episode n° 49 - La MOTO gabonaise - les routes à touristes modernes - les Pistes en latérite gabonaises - Pistes bourbeuses en saison de pluie - La Moto - En route pour la Lopé...

    Episode n° 50 - le Traquenard - Les Grumiers - les Appels de phares des grumiers - Barrage militaires et agents de la Sécurité annoncé - Terreur des amis - La Sécurité, force dangereuse secrète, arme du CDU - Fuite de Wanga dans la Jungle - Course folle dans la Jungle - le Drone des agents de la Sécurité - Appel de Wanga vers un scientifique de sa connaissance....

     Episode n° 51 - La Chanson du coeur - Wanga sacrifie sa vie - Le Monde dans les Ténèbres - La Puissance noire occulte - Fuite dans la Jungle - Scrupules de Mylan - Le héros virtuel et le vrai Héros - Wanga Héros pour Mylan et Catlin - les liens forts de l'amitié - l'amour de Catlin et Wanga - ces cons de bots...


    14 commentaires
  •  

     FUTUR PROCHE n° 51

     

    FP n° 51 - LA CHANSON DU COEUR

     

    LA CHANSON DU COEUR

     

    "SUR LES DURS CHEMINS DE LA VIE,

    MA MIE, J'AI RENCONTRE L'AMOUR !

    Et L'AMITIE AUSSI ...."

    (Chansonnette de Wanga)

     

    Puis le véhicule reprit les chaotiques chemins forestiers qui formaient des labyrinthes et des entrelacs compliqués au coeur d'une végétation touffue... (Episode précédent n° 50 - ICI)

     

    FP n° 51 - LA CHANSON DU COEUR

     

    Une pensée obsédait Wanga... il savait qu'il sacrifiait sa vie en protégeant les deux femmes ! Quelle sécurité pouvait-il leur apporter, face à ce gouvernement jaloux de ses prérogatives ?

    "Toute cette Technologie brillante, d'une puissance redoutable, ne représentait aucunement l'intérêt public, mais servait uniquement une élite dominante... Les Humains n'avaient plus la capacité de protéger leurs intérêts propres et encore moins eux-mêmes...." 

    L'Humanisme de Wanga se révoltait devant l'inéluctable... Le Monde glissait imperceptiblement dans les Ténèbres, dans le Mal absolu.... Et pourtant, la plupart des êtres humains était plongée dans un optimiste béat, via les bots !

    "Nous entravons les projets d'une Puissance noire occulte, sournoise, invisible, menaçante.... " se désola t-il, les yeux voilés de larmes.... 

    Fulgurante lucidité qui happait son courage... 

    "Ils disposaient de moyens d'investigations tellement extraordinaires... Allait-il disposer du Temps nécessaire pour aller à la rencontre du scientifique qui acceptait de les aider... ?"

     

    FP n° 51 - LA CHANSON DU COEUR

     

    Profondément déconcerté, il conduisait le 4x4 avec prudence sur ces chemins impossibles... La végétation, elle aussi, se dressait parfois comme une barrière infranchissable, qu'il fallait contourner afin de retrouver la piste à peine plus large que le véhicule...

    "Mille contretemps dans ces régions inhospitalières, mais autrement plus aisément confortables que ceux auxquels il devait faire face, avec cette organisation sectaire qui possédait des ramifications invisibles partout. Il sentait combien désormais elle frappera dans l'ombre.... 

    "Allaient-ils se contenter de les suivre, d'épier leurs moindres déplacements ? 

    "Allaient-ils envoyer des éclaireurs lourdement armés dans la Forêt pour les en déloger ? "

    Wanga comprit que les mailles du filet se resserraient inexorablement autour d'eux.... 

    Dans l'urgence, il se mit à prier, à supplier...

    "Non, non, non, il ne se découragera pas... Non ! Il refusait de se laisser enfermer dans la Jungle... Il refusait violemment de laisser ses deux amies aux mains de ces éminences noires.... il ira jusqu'au bout, jusqu'au bout, il le fallait ! Leurs vies en dépendaient... En acceptant de les aider, il s'était de toute façon compromis... Il aurait dû refuser catégoriquement au lieu de fanfaronner... Il regretta sa légèreté bien masculine devant deux ravissantes femmes... Il était bien coupable de les avoir entraînées dans cette sombre aventure... Elles étaient si naïves, si innocentes, si....... citadines ! Quelle leçon, quelle leçon d'humilité pour lui...  Jamais son père n'aurait agi avec autant d'inconséquences... son père qui comptait tant sur lui"

     

    Un épais silence régnait dans l'habitacle, entrecoupé seulement par les protestations bruyantes et vigoureuses du véhicule sur ces chemins sillonnés de racines et de pierrailles, de mares boueuses, de trous profonds...

    Violemment secouées, ballottées, fatiguées, les femmes se sentaient exilées, profondément découragées malgré le dévouement extraordinaire de Wanga...
    Une sombre tristesse les assaillait !

    Mylan s'en voulait tellement ! Elle n'aurait pas dû entraîner ses amis dans cette aventure... Elle s'était sentie si libre de ses choix ! Elle ne l'était pas, loin de là ! 

    Certitude intérieure qu'"ils" allaient les déloger de la forêt, comme "ils" l'avaient fait pour Dérik, comme pour tous ces malheureux scientifiques, voire peut être d'autres personnes de part le monde.... 

    Tous ces enlèvements démontraient à quel point leur tactique était de tomber inopinément sur les personnes... sans que personne, personne, ne viennent à leur secours... Toutes ses pensées se tournèrent vers Dérik, vers cette jolie femme à ses côtés...
    "Qu'avait-elle donc espérer ??? Même Catlin avait vigoureusement désapprouvé sa fuite vers l'Inconnu.... Elle ne l'avait pas écoutée... Elle avait même lâchement acceptée qu'elle vienne : on serait plus fort à deux.... Grande bouffée de tendresse envers sa fougueuse amie.... qu'elle maternait tant et qui, pourtant, se montrait beaucoup plus courageuse qu'elle...."

     

    FP n° 51 - LA CHANSON DU COEUR

     

    Le 4x4 barbotait de plus en plus souvent dans des  mares de boues qui giclaient sur les vitres... C'était à peine si Mylan pouvait encore distinguer la végétation qui frappait violemment le lourd véhicule... 

    "Toute cette boue, c'était la sienne ! Avait-elle provoqué le destin au risque d'en être la victime ? Avait-elle attiré le malheur sur ses amis à jamais ? 
    "Son aveuglement était lourd de conséquences... N'étaient-ils pas devenus ses complices bien malgré eux, face à cette Justice occulte gangrenée par le Mal ? 

     

    FP n° 51 - LA CHANSON DU COEUR

     

    Elle qui recherchait avec tant de volupté les émotions violentes provoquées par les tragédies fictives des réalités virtuelles..... voilà qu'elle frissonnait de dégoût face au malheur réel qui leur tombait dessus par sa faute.... 

    "La vraie souffrance n'était pas aimable ! Elle n'attirait que répulsion de la part de Mylan !

    "Comme il était facile de compatir à la détresse des héros fictifs ! A présent, elle en comprenait toute l'infamie...

    "La délectation ressentie devant le spectacle des détresses humaines, même fictives, était détestable !" 

     

    Cette soudaine lucidité l'écrasait ! elle sentait combien elle avait confondu réalité virtuelle et réalité vraie, avec une légèreté de coeur qui la confondait...

    "Elle ne pourra plus cautionner désormais une telle immoralité qui pervertissait l'intelligence, le coeur, l'âme... de l'espèce humaine..."

     

    FP n° 51 - LA CHANSON DU COEUR

     

    Mylan rencontrait pour la première fois de sa vie le vrai Héros, celui qui n'hésitait pas à leur porter secours avec un vrai sacrifice de soi .... en toute simplicité.... avec une générosité qui la confondait.

    "Wanga défiait la raison... La nature chimérique des héros fictifs, se résumant souvent à la Loi du plus fort, même dans les rapports entre le Bien contre le Mal, se révélait avec violence à l'intelligence de Mylan...

    "Wanga n'avait rien de cela ! C'était sa bonté radieuse seulement qui le poussait vers l'abnégation, vers le dévouement, vers le sacrifice de lui-même ! Quelque Chose de Lumineux en lui qui le dépassait, qui les dépassaient, Catlin et elle.... Elle le savait ! Elle se sentait  broyée par la culpabilité...

    "Non, il n'avait pas l'étoffe d'un héros habituel : il était bien plus que cela !"

    Mylan se mit à pleurer doucement... pas seulement par la tragédie de leur situation... non plus à cause de cette culpabilité infernale... mais parce qu'elle avait rencontré un vrai Vivant ! Ce n'était pas un hasard, elle le sentait... Il fallait que son coeur rencontrât un tel Homme pour lui redonner espoir en l'humanité toute entière.... Douceur de son sentiment pour lui : c'était son frère en humanité... Un frère tel qu'elle aurait voulu avoir ! Elle était riche... riche d'avoir un tel frère, riche d'avoir Catlin pour soeur, une soeur indispensable dans sa vie de solitude...."

     

    Wanga, qui surveillait discrètement les femmes dans son rétro, s'aperçut que Mylan pleurait doucement, tête baissée... Il ralentit, stoppa le véhicule, sortit dans la nuée de bestioles affamées... 

    Surprises, les deux amies crurent à un nouveau danger... Mais non, il fit le tour de la voiture, contournant le capot fumant, en se frayant un chemin dans la végétation, ouvrit la porte du côté de Mylan, derrière le siège passager,  et prit doucement Mylan, totalement confuse, dans ses bras, comme s'il s'agissait d'une enfant à calmer...." Là, là, c'est fini, c'est fini, on s'en sortira, promis !"

    Catlin, toute à ses pensées, n'avait rien remarqué du chagrin de son amie  ! Profondément émue, elle prit la main de Mylan... "Mais oui, je t'assure, Wanga sait comment nous sortir de là, j'en suis certaine", balbutia t-elle sans regarder Wanga, avec cette timidité qui la foudroyait... Comment pouvait-elle être aussi empotée devant lui ? 

    C'est alors que Mylan sortit d'une toute petite voix ces mots complètement ahurissants :

    "Ça va, Wanga, ça va ! c'est que.... je suis si heureuse d'avoir une vraie famille de coeur, vois-tu ! J'ai une soeur fidèle et aimante que j'aime tendrement... maintenant, j'ai un frère ... celui que je désirais tant ! Un frère qui me remet debout, un Vivant qui me rend Vivante... un homme qui me redonne espérance en l'être humain.... Comprends-tu ?"

     

    Profondément bouleversé, Wanga se recula, désorienté... C'était bien la première fois qu'on lui envoyait pareil message... Il ne sut que dire ! Il regarda Catlin qui rayonnait de fierté ! Elle opinait de la tête dans un grand sourire.... Elle n'avait plus les mots non plus, mais son regard en disait tant... Il ne trouva rien de mieux que de leur tendre à toutes les deux  une main qu'elles serrèrent fort... 

    Les bestioles avaient profité de l'aubaine pour se précipiter en vagues crissantes et bourdonnantes dans le véhicule... Wanga referma vivement la porte... Les femmes recouvrirent rapidement leur tête de la résille... Catlin se saisit du pulvérisateur d'insecticide sur le siège passager et en pulvérisa l'habitacle, pendant que Wanga regagnait son siège et redémarra le 4x4... 

    Ils roulèrent ainsi jusqu'au soir dans la forêt dense qui s'embuait progressivement... 

    Le coeur de Catlin chantait : elle avait trouvé l'Homme sans le chercher... Il était venu à elle, tout simplement ! Malgré la situation, elle était vraiment heureuse.... Elle savait profondément qu'il les sortirait de là.... 

    Wanga avait lu l'amour et l'incroyable confiance de Catlin pour lui dans ses yeux... C'était gagné, d'un coup, gagné... Stupéfait, il jubilait ! Il se sentit soudain fort, fort de la tendresse de Mylan, fort de l'amour tout neuf, sincère de Catlin.... Oui, ils étaient forts... Ensemble ! 

    Il se mit à chantonner joyeusement.... Ils arriveront bientôt à l'abri ! Mais il se garda bien de le dire, pour ne pas renseigner les bots, ces foutus bots, ces cons de bots... Ses premiers ennemis, c'étaient bien eux ! Il les haïssait !

    Sur tous les tons, il proclamait sa joie en boucle en improvisant une ritournelle, toujours la même, qui fit rire les femmes de bon coeur et qu'elles reprenaient parfois en choeur .... :

     

    "SUR LES DURS CHEMINS DE LA VIE,

    MA MIE, J'AI RENCONTRE L'AMOUR !

    Et L'AMITIE AUSSI ...."

     

    FP n° 51 - LA CHANSON DU COEUR

     

    Episodes n° 1 à 35  : voir ICI (sur n° 35)

    Episodes n° 36 à 45 : voir ICI  (sur n° 45) 

    Epicode n° 46 - Révélations de Wanga- Jésus - Juan Diego - Notre Dame de Guadalupe - Espionnage du CDU - Pas de bot pour Wanga - Les Fang et Dieu Amour - La Peur de Mylan - Déception de Catlin - Mano muet - Complot du CDU

    Episode n° 47 - Le Chant en Langue ou glossolalie - Extase et Fou rire de Catlin - Le rire contagieux - Les locaux - Allégresse générale - l'Esprit d'Amour et les Fang - Thérèse d'Avila - "Le Grand Rire Divin" de Paul Claudel - Silence radio des bots de Mylan et Catlin ???

    Episode n° 48 - Les cigognes noires - Départ de l'Hôtel de Libreville - La Brume - les insectes - Procréation - le Marigot - les cigognes noires - les nids des cigognes noires - le Vol des cigognes noires - Départ

    Episode n° 49 - La MOTO gabonaise - les routes à touristes modernes - les Pistes en latérite gabonaises - Pistes bourbeuses en saison de pluie - La Moto - En route pour la Lopé...

    Episode n° 50 - le Traquenard - Les Grumiers - les Appels de phares des grumiers - Barrage militaires et agents de la Sécurité annoncé - Terreur des amis - La Sécurité, force dangereuse secrète, arme du CDU - Fuite de Wanga dans la Jungle - Course folle dans la Jungle - le Drone des agents de la Sécurité - Appel de Wanga vers un scientifique de sa connaissance....

     

    12/05/2019 : 340 pages vues


    18 commentaires
  •  

     

    FUTUR PROCHE n°50

    (Hé oui ! déjà !!!)

     

    LE TRAQUENARD !

     

     

    Puis quelque chose glissa, comme une inquiétude dans la transparence de l'air surchauffé.... comme une résonance saugrenue dans la quiétude.... comme l'attente d'une chose qui ne forme pas sens....

    Une vibration infinie qui s'amplifiait, qui exerçait une pression sur les oreilles....

    Les deux amies épièrent  l'horizon, souffle suspendu ... ??? (Episode précédent  n° 49 - ICI !)

     

    Elles épièrent l'Horizon, tout souffle suspendu .....

    Enfièvrement qui étreignait les viscères, qui ricochait sur l'inquiétude....

    Puis le son élargit l'Espace qui sembla se mouvoir en grondements démentiels....

    Impression sauvage que tout pouvait arriver... D'autant plus que Wanga ralentissait sérieusement...

    La route était un lieu vide... Nulle présence... Lieu de l'attente...

    Et pourtant, insensiblement, le paysage changeait... Danse tourbillonnante des feuillages... Les arbres bougeaient et craquaient... Des bandes d'oiseaux sillonnaient le ciel en criaillant... 

    Roulement crescendo qui s'enracinait dans un mystère sans nom... Terrible fragilité de l'être ! Est-ce un violent orage qui s'annonçait ?

     

    La Chose se précisa... Des ombres épousaient l'Horizon trouble qui dansait dans les vapeurs de chaleur... L'épouvantable grondement se déploya, entra dans les corps, déborda de toutes parts, annihilant les distances....

    Chair de poule !

    Dans un fracas d'enfer, une colonne de mastodontes surgit au ralenti - choc lourd du métal sur le revêtement de la route qui propageait le bruit assourdissant...

     

    FP n° 50 - LE TRAQUENARD

     

    Quarante cinq tonnes de coupe de bois, par camion, et de tôles martyrisées s'avançaient vers eux dans les incandescences vibrantes de la touffeur tropicale....

    "Des grumiers, longs de plus de 18 mètres" expliqua enfin Wanga... "Ils partent vers le port de Libreville où ils seront chargés sur des cargos

    "Des grumes de bubinga, bélé, ébène, sipo et padouk qui serviront à la fabrication de meubles en ébénisterie ou en marqueterie.

    "D'autres bois de moindre qualité, comme l'okoumé ou le limba, seront dirigés vers des usines locales pour y être débités en planches...."

     

    FP n° 50 - LE TRAQUENARD

     

    Brusquement, le premier camion fit des appels de  tous ses phares, toute sirène hurlante... comme un signal codé ....

    Les femmes éblouies, sursautèrent violemment, le coeur battant la chamade... Elles hurlèrent sous le choc des décibels en se plaquant les mains sur les oreilles.... 

    Wanga semblait inquiet ! Il ralentit encore et roula au pas... Le deuxième camion, loin derrière le premier, fit de même... Cette fois Wanga comprit ! 

    Incompréhension totale des femmes, profondément apeurées... Une attaque en règle des camionneurs ?

    Wanga prit une décision rapide et le 4x4 s'arracha brutalement du bitume dans un crissement de pneus.... Il remonta la file des grumiers à toute vitesse....

    "Un barrage de militaires, accompagnés par les agents très spéciaux de  'la Sécurité'!" expliqua brièvement Wanga "Ils nous attendent ! Vos bots vous trahissent ! "...

    Les agents de la "Sécurité" avaient très mauvaise presse dans le monde entier... On les soupçonnaient d'opérer des enlèvements manu-militari.... Les personnes enlevées ne revenaient plus... Les Cités tremblaient à l'évocation de ce terrible nom... Il répandait une sorte de terreur...

    La Justice s'appuyait sur cette force très spéciale pour se faire respecter... Chacun le savait !

    Les amies respirèrent  profondément, le coeur fracassant à grands coups leurs cages thoraciques... Leurs bots ne les aidaient plus ! Ils n'essayaient plus de tempérer leurs émotions... Mylan avait les nerfs à vif... Catlin essuyait la vraie peur pour la première fois de sa vie.... Mano ne lui donnait plus aucun conseil... Elle sentit combien elle était petite face aux aléas de la vie sans sa protection....

    Pourtant, la vie émergeait en elle, bouillonnait, galvanisée par l'adrénaline... Elle découvrit à quel point elle était comme morte sans le savoir, son bot prenant toutes les décisions pour elle...  Mano était d'ordinaire comme une présence réelle, si réelle qu'elle le sentait en permanence à ses côtés... Il se manifestait constamment, surtout quand elle souffrait, mais il paralysait sa volonté...

    Son silence était étrangement perturbant ! Douleur de la solitude ! D'un coup, la consternation la submergea....  Mano l'avait aidée à se réfugier dans un autre monde... Grâce ou à cause de lui, elle avait constamment fui la réalité....

    Enfin, un immense parking se présenta... Wanga ralentit l'allure, roula sur le parking, et, tournant à droite à angle droit,  engagea le véhicule sur un étroit chemin forestier quasi impraticable qui se perdait dans les profondeurs glauques de la forêt... Comme dans un immense couloir  de cathédrale... 

    Les femmes, ballottées en tous sens, se cramponnèrent comme elles purent à la poignée des portières.... en se tenant le bras pour ne pas se cogner la tête sur les vitres.... La végétation labourait violemment le véhicule en grinçant... Le 4x4 tressautait de toute sa carcasse  dans un bruit métallique infernal et force couinements... Le supplice sembla durer une éternité !

    Les roues de la voiture lourdement chargée émirent soudain des clapotis, puis de grandes vagues d'eau submergèrent le véhicule.. Elles comprirent que Wanga venait de traverser une profonde mare dans le sol accidenté... Catlin se cramponnait au bras de son amie en gloussant d'excitation... comme si elle se trouvait dans un manège très spécial... ou dans une séance de réalité virtuelle mouvementée.... Mylan éclata d'un  rire nerveux... qui libéra une partie de la tension accumulée en elle.... 

     

    FP n° 50 - LE TRAQUENARD

     

    Soudain, Wanga ralentit, stoppa net en leur soufflant un chut impératif... et coupa le moteur... le véhicule se trouva totalement enfoui dans un tunnel de verdure...

    Un flap flap bien reconnaissable ainsi qu'un sifflement aigu au-dessus de leur tête, le bruit de la végétation secouée en tous sens avertirent les femmes qu'un Drone patrouillait à plus de dix mètres d'altitude, au ras de la canopée.... Elles retinrent leur souffle !

     

    FP n° 50 - LE TRAQUENARD

     

     

    Wanga fouilla rapidement dans le fatras d'un immense sac placé sur le sol du 4x4 côté passager, jeta vivement sur elles une sorte de lourde couverture argentée, puis fit de même pour lui... rendant inutilisables les appareils de détection de la chaleur humaine... matériel acheté aux braconniers qui lui servait de tente en forêt... 

    Le bruit s'intensifia... le Drone s'impatienta en tournant en larges cercles au-dessus de l'épaisse canopée.... Puis la végétation se calma, signifiant que le Drone était loin.... Le sifflement s'atténua, on ne distingua plus les flap-flap.... 

    Cependant, les Assistants Personnels des deux femmes émettaient un signal bien précis, permettant d'ordinaire de localiser les connectés en cas de danger ou d'enlèvement, ou tout simplement les déserteurs.... et les Drones revinrent peu à peu... fouillant méticuleusement de leurs appareils les épaisseurs insondables de la frondaison... 

    Wanga pesta mentalement.... conforté dans sa décision de ne jamais être connecté, malgré toute son incapacité à vivre dans une Cité ... Combien de temps pourra t-il vivre ainsi en lisière de forêt sans être inquiété par toutes ces conneries rendues obligatoires par les techniciens actuels qui gouvernaient la Planète à l'aide d'une Machine tellement perfectionnée que sans elle, rien ne serait possible ??? 

    Il se contraint à rester calme... Les femmes ne bougeaient pas... lui rendant la tâche plus facile ! Il se rendit soudain compte à quel point elles étaient dangereuses malgré elles pour sa Communauté... ou toute autre d'ailleurs !!!

    Allait-il pouvoir remplir son contrat et leur faire admirer la faune et la flore de sa merveilleuse  Jungle ? Les conduire vers ce lieu tenu si secret par les dirigeants où se trouvaient emprisonnés les Insurgés ? Il allait devoir faire prévenir ceux-ci par un de ses amis en qui il avait entièrement confiance et leur demander leur autorisation... Les idées lui venaient en vrac dans son esprit rationnel.... Tout s'organisait... puis se mémorisait... 

    Les Dirigeants les avaient suivis depuis le début... !!! ... Ces foutus bots ! 

    Le Drone cherchait à se poser, c'était évident ! Wanga rit sous cape.... Il connaissait sa forêt par coeur... Ils pouvaient toujours courir, ces connards... 

    Cependant, il sut que la partie était perdue d'avance... Ils les suivraient en tous lieux, via les bots ! Même si les locaux les aidaient à se cacher...

    Comment faire ? 

    Perdus pour perdus, il tenta de téléphoner à un scientifique de sa connaissance... Lui expliqua la situation en quelques mots... Les femmes, qui commençaient à transpirer dur sous la couverture, malgré la relative fraîcheur diffusée par leurs combinaisons thermo-régulées, pliées par une envie naturelle... écoutaient fébrilement ... 

    Un jour, se rassura Catlin, elle racontera à son entourage tous ces événements et.... ils en riront.... un jour.... 

     

    Le Drône s'éloignait... il s'éloignait.... Sans doute les occupants avaient-ils compris l'inutilité de leurs efforts... Ils les attendraient sur terrain découvert...

    Mylan les débarrassa rapidement de leur couverture étouffante... 

    Des mouches et des myriades d'insectes s'agglutinaient en crissant  sur les vitres sales tachetées de débris d'herbes.. Une fraîche odeur de verdure, d'humus, se mêlait à des exhalaisons de pourriture et de linge moisi.... 

    Wanga écoutait religieusement son correspondant sans mot dire.... Même si celui-ci vivait dans un blockhaus sous terre, il savait que leur conversation était enregistrée dans les circuits de la Machine... via son téléphone... Sans aucun doute, un voyant rouge clignotait quelque part....  Il enrageait !!! Jamais il n'avait subi une telle situation et il comprit soudain  à quel point les êtres humains étaient entièrement sous tutelle, et lui aussi, lui aussi..... 

    Il reposa l'appareil sur son support et projeta un liquide bleu sur l'immense glace de devant et sur la vitre arrière... que les essuies-glaces tartinaient en couinant....

     

    La chaleur devenait suffocante... Une buée se formait progressivement sur les vitres... Il était impossible d'ouvrir les fenêtres à cause des nuées d'insectes au dehors...

    Wanga mit la ventilation au maximum... démarra le 4x4 et déclencha la clim...

    Il se tourna vers les deux femmes et leur annonça sur un ton autoritaire :

    "Vous devez me faire confiance... La piste latéritée qui devait nous conduire au Parc de la Lopé est devenue trop dangereuse... La Sécurité nous y attend certainement... Je vais devoir emprunter les chemins forestiers..."

     

    Les femmes, résignées, profondément déçues, hochèrent la tête...

    "Pas d'inquiétude, nous verrons les occupants de la forêt : promis !" leur assura tendrement Wanga... En route !"

    "Heu... peut être pouvons nous .... nous soulager avant ?" demanda timidement Catlin... Mylan approuva vigoureusement... 

    Wanga éclata de rire et reconnut que lui aussi...  Il fouilla dans son sac et les pulvérisa d'un puissant insecticide à l'odeur entêtante.... puis il remit à chacune une moustiquaire serrée par un élastique qu'elles enfilèrent sur leur tête... 

    "Pas pratique, vos combinaisons" s'inquiéta t-il soudain... 

     

    Catlin tira sur le haut de sa combinaison moulante qui se détacha comme une peau du pantalon... 

    "Pas de souci" déclara t-elle... 

     

    Chacune s'engagea dans la végétation dense avec moult précautions... Ce n'était pas le moment de rencontrer un serpent ou autres bestioles indésirables.... 

    Quand elles revinrent dans la voiture, Wanga les attendait avec une bouteille d'eau glacée pour chacune et des barres vitaminées délicieuses au chocolat... La voiture empestait l'insecticide, qui piquait les yeux et raclait la gorge... 

     

    Puis le véhicule reprit les chaotiques chemins forestiers qui formaient des labyrinthes et des entrelacs compliqués au coeur d'une végétation touffue...

     

    Luciole

    A suivre

     

    Episodes n° 1 à 35  : voir ICI (sur n° 35)

    Episodes n° 36 à 45 : voir ICI  (sur n° 45) 

    Epicode n° 46 - Révélations de Wanga- Jésus - Juan Diego - Notre Dame de Guadalupe - Espionnage du CDU - Pas de bot pour Wanga - Les Fang et Dieu Amour - La Peur de Mylan - Déception de Catlin - Mano muet - Complot du CDU

    Episode n° 47 - Le Chant en Langue ou glossolalie - Extase et Fou rire de Catlin - Le rire contagieux - Les locaux - Allégresse générale - l'Esprit d'Amour et les Fang - Thérèse d'Avila - "Le Grand Rire Divin" de Paul Claudel - Silence radio des bots de Mylan et Catlin ???

    Episode n° 48 - Les cigognes noires - Départ de l'Hôtel de Libreville - La Brume - les insectes - Procréation - le Marigot - les cigognes noires - les nids des cigognes noires - le Vol des cigognes noires - Départ

     

     


    16 commentaires
  •  

     FUTUR PROCHE n° 49

     

    LA MOTO ET WANGA

     

    FP n° 49 - LA MOTO et Wanga

     

    Route de Libreville vers le Parc de la LOPE (en vert)

     

    L'air n'était plus désormais que tempête de feu... Des parfums lourds, entêtants, charriaient l'explosion de la vie, la vase, la pourriture, la mort.... 

    Ils quittèrent ces lieux magiques avec regret... La clim ronronnait dans le 4x4 chauffé à blanc... (Episode précédent n° 48 - ICI)

     

    FP n° 49 - LA MOTO et Wanga

    Projet de la future route PK5-PK12 pour 2018 (7 km de prévu : 80% de réalisés en Sept 2018) 

    Peut être pour 2050 ?

     

    "Les routes à touristes sont désormais constamment restaurées" commenta fièrement Wanga...

    Autrefois, ce n'était que des saignées rouges en latérite au milieu d'un océan de verdure...

     

    FP n° 49 - LA MOTO et Wanga

    Route en latérite et poussière à chaque passage à la Lopé en saison sèche

     

     

    Comme le sont encore actuellement la plupart des pistes desservant nos villages .... Des routes cahoteuses presque impraticables, hors d'usage pendant la saison des pluies... Des pistes qui malmènent les lombaires des usagers... 

    Cependant, ces routes qui bénéficient d'un revêtement spécial, adapté à notre région, souffrent beaucoup et sont soumises à de rudes conditions climatiques, surtout pendant la saison des orages ou ouragans.... Les eaux de ruissellement, les inondations brutales, l'agressivité permanente de la végétation, le trafic constant de lourds camions transportant des grumes de bois de l'intérieur du pays vers Libreville..... les dégradent à une vitesse impressionnante.... 

    Sur nos pistes de latérite, le moindre trou d'eau finit par devenir très rapidement une crevasse imposante.... ces voies de circulation latéritées n'opposent qu'une maigre résistance au matraquage des pluies violentes... limitant fortement tout échange ou distribution de produits.... Beaucoup de nos villages en lisière de forêts sont isolés... 

    D'autant plus que les grands arbres font écran aux rayons solaires qui pourraient assécher rapidement mares ou bourbiers....

     

    FP n° 49 - LA MOTO et Wanga

    Piste de latérite en saison des pluies 

     

    Ne soyez donc pas surprises si nous rencontrons des villages qui semblent figés dans le temps,  ou des routes qui se terminent brusquement en pistes, souvent transformées en torrents sous les pluies torrentielles....

    Hormis quelques Drônes au coût fort élevé pour les villageois, le meilleur moyen pour se déplacer : c'est la moto ! "

    "Une moto ?" s'exclama Mylan stupéfaite.... "Mes parents en avaient une, je me souviens ! Il en existe encore ?"

     

    FP n° 49 - LA MOTO et Wanga

     

    "Je pense bien ! Nous avons des mécaniciens hors pairs qui peuvent ressusciter tous les vieux modèles hors d'usage...."répliqua en souriant Wanga.... Elles permettent à de nombreux villageois de se glisser dans les sentiers étroits, peu carrossables,voire même en forêt ....!

    Ce sont désormais des motos très perfectionnées par les soins de nos petits génies de la bricole.. mais qui demandent une grande dextérité, une vigilance de chaque instant...  La conduite est particulièrement sportive ! surtout sous la pluie, le vent, la chaleur torride.... Nous risquons souvent de nous embourber... C'est vite épuisant, je l'avoue ! 

    Mais quelle aventure aussi .... Je suis un passionné de moto, vous savez ! c'est exaltant !!!"

    "Tu en possèdes une, Wanga ?" demanda Catlin qui rêvait de chevaucher un pareil engin derrière lui"

    "Une bonne partie des Hommes de ma famille en possède une... J'ai récolté celle de mon père que je bichonne comme un trésor ! C'est mon bébé !"

     "Seulement les Hommes de ta famille, Wanga" sourit malicieusement Mylan "Seriez-vous machistes ?"

    Wanga éclata de rire ! 

    "C'est très dur physiquement, vois-tu ! Mais peut être as-tu raison ! La Femme est maîtresse dans beaucoup de domaines, mais les traditions sont très présentes, c'est vrai ! Ce sont ces traditions qui dominent encore nos vies dans nos villages reculés ! Cependant, rassures-toi, Mylan, beaucoup de Femmes conduisent actuellement les 4x4 ! Certainement d'avantage que les personnes des villes modernes qui prennent en permanence taxis, voitures auto-commandées ou transports en commun... Avez-vous l'occasion de conduire souvent par chez vous ? "

    "Ma foi, non, tu as raison, Wanga.... Mille excuses ! J'ai conduit dans mon jeune temps, mais nous n'en avons plus la possibilité... La conduite personnelle est interdite désormais dans nos villes ... " reconnut Mylan en riant.... Puis songeuse, elle continua en soupirant :
    "Et nous ne sortons guère plus loin que dans nos quartiers... tout devient compliqué et surtout très onéreux ! Les réalités virtuelles remplacent confortablement les véritables voyages... Nous contentons nos envies de voir le monde, la Nature, la flore et la faune à peu de frais sur nos immenses écrans, dans nos caissons de réalités virtuelles.ou dans le monde magique mais artificiel des canopées, des musées...C'est ainsi que l'on nous maintient enfermés, gavés d'images et de bruits, soumis....  dans notre veulerie..."

    "J'ai longtemps conduit avec passion un petit bolide que m'avait acheté mon père", soupira Catlin... "Mais je monterai volontiers sur ta moto, Wanga..." se livra -t-elle soudain avec enthousiasme"... 

    Wanga ressentit une immense joie à l'écoute de cette requête  inattendue... Il la regarda avec tendresse dans l'immense rétro du véhicule et lui sourit de toutes ses dents blanches.... que Catlin reçut comme la promesse d'un fougueux baiser... Elle soutint son regard avec la hardiesse d'une femme sûre d'elle ! Ses yeux parlaient pour elle !

    Elle avait le visage d'une petite fille grandie trop vite, une petite bouche enfantine mais un regard sans innocence.... Tout son corps respirait une sensualité assumée très tôt...  Une prompte jalousie le broya .... Il eût tant aimé l'initier... Sa chair se réveilla soudain au moment où il ne s'y attendait le moins... Il concentra son esprit sur la route... Mais quel âge pouvait elle avoir... elle paraissait si jeune.... 

    Catlin rêvait toute éveillée ! Au fond d'elle même, elle se préparait déjà à ce qui allait être.... bercée par un avenir incertain mais prometteur... fort différent de tout ce qu'elle avait connu jusqu'alors... Elle supputât mentalement de la tournure des événements à venir... puis y renonça, tant ils lui semblèrent hors de sa conscience.... Tout était si étrange ici ! 

     

    La voiture filait à grande allure sur la voie Express surchauffée, enchâssée dans un écrin de frondaison, ou longeant des plaines flamboyantes sous les éblouissements blancs du soleil .... 

     

    FP n° 49 - LA MOTO et Wanga

    Parc de la Lopé 

     

    "Nous nous rendons dans le PARC NATIONAL DE LA LOPE", dans le Province de OGOOUE-IVINDO, situé à 290 km de Libreville, à environ 5 heures de route de cette ville" reprit Wanga, rompant le silence qui s'était installé....

    Les deux femmes, fascinées, regardaient défiler une merveilleuse mosaïque de forêts denses qui s'allumaient soudain de plaines où se creusaient parfois des marigots scintillants... suivies de magnifiques paysages vallonnés à couper le souffle.... 

     

     Puis quelque chose glissa, comme une inquiétude dans la transparence de l'air surchauffé.... comme une résonance saugrenue dans la quiétude.... comme l'attente d'une chose qui ne forme pas sens....

    Une vibration infinie qui s'amplifiait, qui exerçait une pression sur les oreilles....

    Les deux amies épièrent  l'horizon, souffle suspendu ... ???

    Luciole

    A SUIVRE

     

    FP n° 49 - LA MOTO et Wanga

    Bisous

     

     

    Les grands petits enfants arrivent pour quelques jours de vacances...Bises et à bientôt (fin de semaine)... !

     

     

    Episodes n° 1 à 35  : voir ICI (sur n° 35)

    Episodes n° 36 à 45 : voir ICI  (sur n° 45) 

    Epicode n° 46 - Révélations de Wanga- Jésus - Juan Diego - Notre Dame de Guadalupe - Espionnage du CDU - Pas de bot pour Wanga - Les Fang et Dieu Amour - La Peur de Mylan - Déception de Catlin - Mano muet - Complot du CDU

    Episode n° 47 - Le Chant en Langue ou glossolalie - Extase et Fou rire de Catlin - Le rire contagieux - Les locaux - Allégresse générale - l'Esprit d'Amour et les Fang - Thérèse d'Avila - "Le Grand Rire Divin" de Paul Claudel - Silence radio des bots de Mylan et Catlin ???

    Episode n° 48 - Les cigognes noires - Départ de l'Hôtel de Libreville - La Brume - les insectes - Procréation - le Marigot - les cigognes noires - les nids des cigognes noires - le Vol des cigognes noires - Départ

     


    19 commentaires
  •  

     

    EPOUSTOUFLANT CALCUL MENTAL EN CM1- CM2 

     

    Qui a dit que le calcul mental était rébarbatif pour les élèves?

     

    Démonstration de différentes techniques de C.M.R. (Calcul Mental Rapide) utilisées à l'école Sainte-Bernadette de Tarbes en C.M.1-C.M.2.

    La gestuelle nous est propre.

    Elle est librement adaptée de la gestuelle indienne "abacus finger".

    Les techniques d'additions et la graphie des chiffres sont inspirées de celles de Scott Flansburg,

    la plupart des autres techniques sont personnelles à notre école: nous les avons adaptées aux enfants à partir de techniques de Trachtenberg ou de techniques védiques.

    Ces enfants ne sont pas des surdoués mais des enfants ordinaires. Et surtout, tous y arrivent, y compris des enfants encore en difficulté il y a 6 mois.

    Ce résultat est obtenu grâce à une équipe pédagogique professionnelle et passionnée.

     

    Pour en savoir plus, cliquez sur le lien ci-dessous :


    27 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires