•  

     Défi n° 226 du Lundi 11 Novembre 2019

     

    L'HORRIBLE BASILIC : 3ème Partie

     

    La Peur d'être mangé !

     

    Et comment le rêve actuellement peut devenir réalité !!!

     

     

     

    "Ça sort, ça sort" crie l'opérateur

     

     "Sacrebleu !" s'exclama un gendarme horrifié.... saisi de terreur .... (2ème partie - Ici)

     

     

    L'HORRIBLE BASILIC 3ème partie

     

     

    Musique d'ambiance

     

    L'Hélico, sagement, remonta... Les Forces de l'Ordre au sol se replièrent vivement derrière un rocher, et ajustèrent les armes entre des gendarmes qui braquaient les miroirs par dessus le rocher... 

     

    Une petite idée du cri de la Bête

    activez le son pendant toute la description sans stopper la musique

    (son et lumière)

    (après quelques paroles, vous entendrez le cri du sifflet de la mort des aztèques)

     

    Les sifflements vibrèrent à l'ultra-son... Une puanteur s'insinua dans l'habitacle de l'hélico !

    Auréolé de gaz irisés par le soleil couchant, la silhouette du Cocatrix, puisqu'il faut bien lui donner un nom, se profila sur le surplomb de roches... 

     

    Dans mes lunettes, je le vois presque distinctement : Il souffle son venin, il écume : une bave gluante noie un bec puissant... Un râle inhumain atroce le dresse sur des pattes de coq énormes terminées par des griffes recourbées impressionnantes... On entend dans l'hélico le battement sourd et le cliquetis des écailles de son immense queue verte de bien 3 m de long.... sur la roche... Un bruit atroce bien retransmis par les écrans de vidéo... 

    Bien à l'abri dans l'habitacle de l'hélico, je suis fasciné !

     

    L'HORRIBLE BASILIC 3ème partie

     

    Cet animal, sorti d'un Apocalypse mystérieux, est .... splendide ! Son corps écailleux violacé  moiré de rouge, d'orange, de vert et de noir flambe sous les feux du soleil couchant... Il est énorme, bien 2 m de haut et plus de 6 m de long... Vraiment une tête de coq, couronnée d'une crête épineuse rouge... 

     

    L'HORRIBLE BASILIC 3ème partie

     

    Ses yeux, d'un jaune démoniaque étincellent... Je suis heureux, franchement heureux d'être loin de leur contrôle... brusquement persuadé que son regard a un mortel pouvoir de fascination.... un regard démoniaque, vraiment ... démoniaque !!! Pas d'autre mot pour le qualifier... 

    Déployant ses ailes épineuses moirées d'orange et membranées de vert, il se projette dans l'air en des bonds prodigieux... Les belettes, les braves bêtes, l'attaquent de tous côtés.... Je suis admiratif de leur courage, de leur combativité.... 

    Mais ô combien, je n'aimerais pas me retrouver devant lui... Je crains soudain pour la fragilité des Hommes au sol particulièrement courageux face à l'Inhumain, l'Incompréhensible ..... 

     

    L'HORRIBLE BASILIC 3ème partie

     

    Nous sommes à plus de 100 m au-dessus de lui, et pourtant nos gorges sont violemment irritées... Nous commençons tous à tousser et nos yeux irrités coulent abondamment... Le pilote juge plus prudent de reprendre de la hauteur pour nous éviter un empoisonnement....

    Les vapeurs délétères âcres et piquantes nous secouent de quintes de toux pendant encore un bon moment... Je réalise soudain combien il doit être atroce de mourir ainsi, suffoqué, brûlé par les vapeurs acides, épouvanté par sa présence .... Une terreur abjecte m'envahit... Mon coeur se révulse et j'ai bien du mal à me contrôler.... 

    A peine remis, je me précipite vers les écrans de vidéo... les Hommes au sol doivent avoir de graves problèmes, malgré leur masque et respirateur, car ils prennent le large au pas de course sur un petit sentier encore intacte le long de la montagne... Nous sommes tous paniqués, car certains se démènent comme des pantins désarticulés, tirés, poussés  par leurs camarades...

    Des volutes étranges opacifient la scène de combat ! La paroi de la montagne..... fond sous l'action du brouillard malfaisant... et prend une curieuse apparence vitreuse....  Je comprends soudain que le miroir poli est du folklore : la Bête se meut au coeur de ses gaz délétères qui la protègent de ses ennemis...  J'ai peur, vraiment peur  pour les Hommes ! 

    Ces images resteront à jamais gravées en moi ! Cette sorte de brouillard opaque rend la Bête encore plus inquiétante... Je comprends tout à fait l'hébétude des témoins du bar.... C'est vraiment une vision de l'Enfer,  ponctuée de sifflements abjectes, de criailleries rauques grimpant dans les aigus à la limite du supportable.... 

     

    Brusquement, l'escarpement rocheux s'effondra... et l'on ne vit plus rien ! Une épaisse poussière s'éleva de toutes parts... Les Hommes au sol, en haut d'un sentier à flanc de montagne, se mirent à tirer sans interruption dans le brouillard, arrosant tout le bas de la montagne... Un feu nourri qui brusquement enflamma l'air ! Les courageux Hommes remontèrent la pente aussi vite que possible, le plus haut possible... loin du brasier ! 

     

     

    L'HORRIBLE BASILIC 3ème partie

     

    Sur les écrans, je distingue enfin la silhouette de l'animal mythique convulser frénétiquement son corps dans le brasier... Ce n'est pas un feu ordinaire... Je pressens combien la terre aura bien du mal à abriter de nouveau la vie dans ces endroits maudits.... Même la poussière est réduite en cendres.... et se vitrifie... 

     

    Nous sommes tous profondément soulagés d'assister à l'agonie du Monstre, car cette créature mystérieuse et incroyablement redoutable incarne en elle les forces les plus primitives du Mal... 

     

     

    L'HORRIBLE BASILIC 3ème partie

     

    Pourtant, elle nous renvoie à une certaine généalogie présente entre le genre humain et l'animal... "l'animalité" .... la présence d'instincts et de pulsions bestiales en soi, dans notre subconscient... 

    L'homme est loin d'être au centre de son univers... Il est au coeur de la Nature, d'une Nature souvent hostile et dangereuse.... 

     

    Mes pensées divaguent en contemplant, saisi, les images qui défilent sur les écran.... L'Homme a dû assumer sa suprématie territoriale sur la Bête, quelle qu'elle soit, avec un courage stupéfiant, obstiné, devant ces monstres terrifiants des commencements de l'Humanité.... petites belettes humaines  face au Monstrueux... mais sans immunité !

     

    L'HORRIBLE BASILIC 3ème partie

     

    Peut être pour cette raison que l'Humanité n'a cessé de produire un monde imaginaire avec ces Créatures mythiques aux formes monstrueuses... Un remake sans cesse renouvelé des Temps préhistoriques ? 

     

    Peur de la Bête ! La peur la plus profonde et la plus archaïque qui soit !

    Peur d'être mangé, peur d'être dévoré "tout cru", d'être digéré, d'être dissout et réduit au néant.... L'Horreur suprême ! 

    Peur d'être désintégré dans le corps de l'animal, corps et âme, jusqu'à faire partie d'elle et de finir en déjection.....

    Peur d'être dévoré "tout vivant", peur archaïque vivace en soi pouvant créer des phobies tenaces :  des araignées, des serpents, des reptiles en général, et de bien d'autres encore...

     

    L'HORRIBLE BASILIC 3ème partie

     

     

    L'araignée ficelle sa proie et la déguste de préférence encore vivante afin de mieux la conserver.... Les reptiles ont la sale manie d'engloutir leurs proies toutes entières et bien vivantes, vite tuées il est vrai, par les sucs gastriques, et de les digérer pendant des heures.... 

     

     

    Face à cette Bête qui ne veut pas mourir et qui se tord abominablement encore devant moi, sur les écrans, mes divagations empreintes d'une réalité atroce me font frissonner de dégoût....

     

    Je n'avais jamais réalisé à quel point j'avais peur d'être mangé, dévoré "tout cru", c'est à dire tout vivant ! Être pourchassé, rattrapé, puis sauvagement déchiqueté par la gueule dévorante de l'Autre.... 

    Préfiguration de l'Enfer, d'une certaine façon ? La peur de l'Enfer est elle une réminiscence de ces temps archaïques ? "Châtiment des pécheurs sous l'espèce d'une puissance hostile et dévoratrice démoniaque, qui exprime l'horreur, non pas d'un châtiment éternel, mais de la damnation par elle-même ?" 

     

    Voilà peut être l'explication du comportement aberrant de l'Humain face à la Nature qui lui a donné tant de mal à être domestiquer, à être dominer ? 

     

    Être ramené à l'Humilité de la proie ! Je pense soudain "au Vieux" qui tente désespérément de me soumettre.... A t-il peur d'être mangé par "l'Autre" ? Style le chien qui mord avant d'être mordu ?


    A t-il eu l'expérience ou les expériences  douloureuses, infamantes, d'avoir été "mangé par l'Autre ou d'Autres" pendant son enfance, son adolescence voire sa vie d'adulte ? 


    Voilà qui me fait soudain deviner la face cachée de mon Patron....  et me le rend un peu plus sympathique.... enfin, presque !

     

    L'HORRIBLE BASILIC 3ème partie

     

    La "peur de l'Autre" découle t-elle donc de la peur d'être proie, d'être "mangé", peur fondamentale, la première et la plus intense qui soit dans notre existence ? D'où ces symboles foisonnants de la littérature, souvent enfantine, des ogres, des croque-mitaines, des loup... qui dévorent à belles dents ?

     

    Crainte réactivée à la moindre agressivité de l'Autre, à sa moindre défaillance dans son comportement domestiqué, à la moindre pulsion d'autonomie, qu'elles soient humaines ou animales....., qui ramènent l'Être humain à sa créature primitive, à son instinct animal dont la motivation élémentaire est la SURVIE ... ?

    Peur qui perdure en soi - être la proie d'un prédateur - quel qu'il soit, en dépit de tous nos efforts d'enfouir, de refouler cette peur profondément ancrée,

    que certains faits divers réveillent brutalement, comme celui d'un enfants attaqué par un chien, ou celui concernant des brebis égorgées par des loups.....

    ou cette Bête monstrueuse surgie du néant.. - chose qui aurait dû être cachée et qui est reparue.... 

    La Bête du Dehors, Bête extérieure qui provient de notre imaginaire, de notre "intériorité".... Projection externe d'une lutte intérieure et intime.... Projection de ce que nous sommes ""au dedans" ... 

    Quête identitaire tourmentant l'Humanité.... 

     

     

    L'HORRIBLE BASILIC 3ème partie

     

     

    Quelle Bête cachons nous dans notre "intériorité" ? 

    "Spectre de notre animalité, incarnation de nos mauvais penchants qui refusent la Sagesse, la Justice et la Charité , vertus qui font que les Hommes sont des Êtres raisonnables vivant en communautés ?

    Ou rééquilibrage de ce qui a été refoulé (notre animalité) et de ce qui a été prôné de façon trop arbitraire et réductrice (notre humanité) ?"

     

    "Incarnation de la violence de la Bête face à l'Homme ?

     

    Ou bien la violence de l'Homme face à la Bête, face à sa bête intérieure.... ?"

     

    Démons intérieurs refoulés qui parfois refont surface et conduisent l'Homme - animal raisonnable impliquant le dépassement de soi - à sombrer dans "la monstruosité de la bestialité" conquérante".... 

     ............

     

    Par sa présence, la Bête - le Cocatrix ou le Basilic - a bouleversé - un temps, pas longtemps ! - la soi-disant supériorité de l'Homme sur l'animal....  Cette prétention intellectuelle de l'Homme face à la "primitive" Nature ! 

     

    Pour venir à bout du Monstre, l'Homme a du faire appel aux petites belettes ! Ironie de la faillite de l'Homme conquérant, ramené à la fameuse citation de Jean de la Fontaine (1621-1695) dans le Lion et le Rat :

    "on a souvent besoin d'un plus petit que soi......"

     

    L'HORRIBLE BASILIC 3ème partie

     

    Une partie des notes prises par Victor lui reviennent en mémoire... favorisant sa méditation,

    pendant que l'Horreur de la "damnation" de la Bête continue d'angoisser l'équipage de l'hélico... et sans aucun doute, ceux des autres hélicos... et particulièrement les Hommes les plus exposés, ceux au sol....

    Ils se sont éloignés afin de plus subir les miasmes pestilentiels, mais Victor devine combien ils doivent souffrir... car ils sont condamnés, eux, à rester jusqu'au bout afin de rassurer une humanité apeurée sur le sort final du Monstre .... 

    Le brasier perdurera pendant plusieurs semaines... De partout, des foules de curieux, touristes, et les médias se relaieront  pour se repaître du spectacle... 

    Il ne restera plus rien de la Bête... Un sol qui se vitrifiera peu à peu !

    La grotte sera fouillée de fond en comble... Le mystère  de la naissance de la Bête ne sera jamais élucidé ???

     

    Les Autorités, relayées par les médias, soupçonnent qu'un oeuf, peu importe de quelle manière il a été pondu et fécondé il y a des siècles, protégé des intempéries dans cette Grotte-Matrice... a survécu au Temps qui passe et broie... A cause de quelles circonstances ???? 

    Doit on craindre pareille mésaventure dans d'autres lieux ? 

     

    Mais Victor en doute :

    La Bête ne serait elle pas le produit de la manipulation d'un Savant fou ? 

     

    L'HORRIBLE BASILIC 3ème partie

     

     

    Comment le rêve peut devenir réalité !!! 

     

    Actuellement, des chercheurs cherchent à manipuler l'ADN partout dans le monde pour redonner vie à des espèces disparues....

    Grâce à la modification génétique d'embryon de poulet....

     

    Lire absolument l'article lien suivant :

    https://www.focusur.fr/tech/2015/05/26/des-scientifiques-veulent-recreer-des-dinosaures-grace-a-un-embryon-de-poulet/

     

    Et regardez donc l'image de ce que l'on commence à obtenir.... 

     

    L'HORRIBLE BASILIC 3ème partie

     

     LE POULETOSAURE 

     

    !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

     

     

    Que deviennent les villages meurtris : 

     

    L'HORRIBLE BASILIC 3ème partie

     

     

     

    Ou comment le malheur des uns fait le bonheur des autres ....  

    Les villages meurtris par le désastre devinrent très rapidement de hauts lieux touristiques prospères.... Des musées avec son et lumière retraceront la terrible histoire des deux villages dévastés et dans la grotte se déroulera inlassablement la vidéo sur l'agonie et la mort du Cocatrix....

    Le "fleuve gris", cicatrice indélébile entre montagne et forêt, se solidifiera progressivement, devenant un chemin foulé par des milliers et des milliers de curieux.... 

    Dans le Parc désertique et vitrifié du premier village, le nouveau monument dédié aux "disparus, victimes de la Bête", croulant sous les avalanches de fleurs,  remplacera l'ancien Monument des "morts aux combats", reconstruit et relégué dans un autre espace de la Cité.... 

     

    Mais Victor continue ses recherches en grand secret..... 

     

    Luciole

     

    Jacques Horner, célèbre paléontologue, a l'initiative de nombreuses découvertes en terme de dinosaures...Il propose de donner une nouvelle vie à ces espèces disparues depuis 65 millions d'années... 

    Les oiseaux sont les descendants des dinosaures et portent l'ADN ancestral - la mojeure partie du programme génétique concernant les traits des dinosaures est toujours là chez..... le POULET ! 

    Jack Horner souhaite provoquer l'apparition des traits des dinosaures,  disparus du poulet : leur  queue, leurs mains à 3 doigts et leurs dents.... 

    En 2006 : Matthew Harris et John Fallon, scientifiques, obtiennent un poulet mutant avec des dents

    En 2008 : Horner est en passe d'obtenir queue et membres supérieurs des dinosaures au poulet

    En 2011 : Il parle d'une réussite à 70 % de ses objectifs, annoncé par la très sérieuse NASA, en inversant l'évolution d'un embryon de poulet

    En 2015 : En inhibant un des gènes régulant le développement des os de poulet, les scientifiques sud-américains ont obtenu des embryons équipés de pattes proches de celles des dinosaures, leurs lointains ancêtres... 

    Actuellement, quelques poulets se verraient affubler d'un museau de reptile au lieu d'un bec

     

    L'HORRIBLE BASILIC 3ème partie

    Pauvre vieux poulet, quand même !

     

    Pour essayer de devenir Ça :

     

    L'HORRIBLE BASILIC 3ème partie

    ça se mange ? 

     

    Rétro-révolution qui préfigure la création d'hybrides mi-volailles, mi-dinosaures........

    On croit rêver !

     

     

     

     13/11/2019 : 1200 pages lues et 131 visiteurs

     

     

     

     

     

    Pin It

    20 commentaires
  •  

    Musique d'ambiance  (superbe)

     

    DEFI N° 226 des Croqueurs de mots

    Du lundi 11 novembre 2019

     

    L'HORRIBLE BASILIC

     

    2ème Partie : Poursuite de la Bête

     

     "Il a raison, le Papé ! c'est bien vivant, pour sûr !" confirma le Patron du Bar...." (1ère partie - ICI)

     

    Les jours sont passés dans un flottement étrange : on attendait la Chose dont parlaient tous les journaux télévisés et journaux-papiers... 

    Les journalistes investissaient tout le village. Heureusement, le temps gris et pluvieux calmait les ardeurs des curieux, des touristes venus du monde entier, des chercheurs de tous horizons... L'histoire du Monstre fascinait... On avait peur, certes, mais on voulait voir ! 

    Beaucoup ricanaient... incrédules. Des rumeurs d'extra-terrestres circulaient, s'amplifiaient ...

    Dans les villages alentours, des témoignages de personnes qui auraient entendu des sifflements stridents meurtrissant les tympans, des plaintes lugubres... et la meute des journalistes, des  curieux rappliquait en masse... 

    Etait-ce la fin d'une époque ? l'Apocalypse ? On ne savait que penser ! 

    C'était une manne pour les villages, pour les commerces, pour les hôtels..... Pour un peu, on aurait béni le Cocatrix !

    Et c'était très cruel pour les morts... surtout pour les enfants disparus.... 

     

    L'HORRIBLE BASILIC -  2ème partie

     

    Des foules recueillies se massaient sur la route devenue impraticable, et dans le grand café plus que jamais illuminé et bondé.... le Patron affichait une mine de circonstance.... A longueur de journées, son équipe, renforcée, distribuait boissons, sandwichs, repas et souvenirs.... Le boulanger, le pâtissier avaient été dans l'obligation de demander secours aux  collègues des villages voisins.... 

    Victor se sentait las... Il avait recueilli tous les témoignages, entrepris de multiples recherches sur le Cocatrix, le Basilic, le Basilicoq.... 

    Les Forces spéciales de l'Armée, de la Police, de la Gendarmerie fouillaient toute la région. Les hélicoptères sillonnaient le ciel, affolant habitants et animaux.... Sans succès ! Rien, nada .... 

     

    L'HORRIBLE BASILIC -  2ème partie

     

    Autour de l'emplacement dévasté du Parc s'entassaient des monceaux de fleurs, des bougies, des peluches....  et de longues processions déroulaient leurs litanies à longueur de journée... Les familles et les amis des défunts, anéantis, se recueillaient en silence ou pleuraient.... 

    Les journalistes, fascinés par la morbidité de tous ces jours gris d'attente, comblaient le vide en filmant tous ces instants endeuillés sans délicatesse.... 

    Les familles se focalisaient sur une détresse sans nom : celle de ne pouvoir enterrer leurs morts ! Chacun pleurait sur sa propre mythologie, comme soudain déraciné : on leur avait volé leurs morts, toute une partie de leur vie... 

    Lentement, inlassablement, les souvenirs s'appliquaient, au fil des jours, à recomposer des détails, des bribes... et le malheur refermait ses bras sur un quotidien pantelant qu'on ne pouvait plus justifier.... sur un avenir insaisissable ! 

     

    L'HORRIBLE BASILIC -  2ème partie

     

    La présence, encore visible de la Chose dans la cendre fumante, dans l'abominable odeur persistante, dépassait tous les esprits fébriles.... 

    Et pourtant, il fallait bien réintégrer le Présent. Présent-refuge devenant comme une bouffée d'oxygène après l'apnée....  Présent aussi précieux qu'une veilleuse pour petits enfants effrayés par le noir... Familles endeuillées, abattues, rattrapées par les choses familières, par le paysage mental compliqué de l'amour, de la tendresse ....

    Les hélicos, après avoir couvert de leurs battements de pales tout le village, étaient repartis !  Les journalistes, lassés d'attendre, aussi ! 

    Seuls résistaient à la pluie quelques courageux fous de chagrin... Leur amour tout puissant voulait redonner à la terre ce que la Chose leur avait pris .... 

     

    L'HORRIBLE BASILIC -  2ème partie

     

    Des esprits planant sur le sol apaisé par litanies et prières , sortirent d'un sommeil sans joie et se jetèrent, éperdus, encore tout enfiévrés de souvenirs brûlants, vers les feux mystérieux d'une Lumière et d'une divine Paix... heureux d'échapper aux froides sépultures.... 

    Les priants, confiants, entendirent comme une vague rumeur et virent en leur esprit doucement s'élever du sol calciné de légères transparences ... Les regards exaltés souriaient ! Les mains s'unirent et ils chantèrent des hymnes,  des actions de Grâce....l'âme apaisée... 

     

    Je compulse méthodiquement tous les dossiers collectés... remerciant in petto le vieillard qui avait nommé le Monstre... 

    Ce Monstre mi-coq, mi-serpent, une créature diabolique au regard pétrifiant, à l'haleine fétide donnant la mort qui désertifiait tout sur son passage... s'appelait Basilic, devenant au fil du temps Cocatrix ou Basilicoq...

     

    L'HORRIBLE BASILIC -  2ème partie

     

    Une incroyable légende prétendait qu'il naîtrait d'un oeuf sans jaune d'un coq, oui, d'un vieux coq et non d'une poule (?) et de surplus, couvé par un crapaud.... Le délire total ! 

     

    "Suivant mes notes, j'avais demandé au Boss de prévenir la Gendarmerie de se prémunir d'un bouclier poli comme un miroir, de protéger leurs yeux derrière des lunettes fumées, de porter un masque muni de respirateur... 

    Ainsi que d'enregistrer le chant d'un coq et de le passer en boucle dans des hauts parleurs disséminés dans les villages environnants... 

    Et surtout, de récupérer par tous les moyens une dizaine de belettes... Oui, de belettes, seules ennemies de la Bête... et de les tenir prêtes au cas où !" 

     

    L'HORRIBLE BASILIC -  2ème partie

     

    "Cette quoi, cette blague !" avait hurlé le Patron.... " Vous avez perdu la tête ?"

    "Pas du tout" avais -je soupiré bruyamment, manifestant ma volonté brutale de ne plus me laisser admonester  perpétuellement comme un gamin pris en faute, avec un grand désir de taper du poing sur le plateau en verre du luxueux bureau.... qui, à coup sûr, n'aurait pas résisté... 


    " D'après mes recherches, la Bête ne supporte pas le chant du coq, a horreur de son reflet dans un miroir, meurt de sa propre haleine... et craint tout particulièrement la belette qui, elle, ne craint ni son regard, ni son venin...

    Donc, les seules façons d'en venir à bout sont de lui renvoyer son regard et son haleine à l'aide d'un miroir et de lui envoyer des belettes...."

     

    L'HORRIBLE BASILIC -  2ème partie

     

    "Qu'est ce que peut faire une belette face à ce soi-disant Monstre ?" s'était indigné le Patron, ignorant mes signaux d'exaspération... 

     

    Que faire, sinon se contraindre au calme, reprendre son souffle et ses explications... 

     

    "La belette est elle-même l'ennemie du cobra, lointain cousin du basilic, Patron ! ou Cocatrix  qui signifie "traqueur, chasseur" en latin....  parce qu'il poursuit ses proies avec acharnement....

    Et c'est plausible ! J'ai assisté en Guadeloupe à des combats entre une mangouste, cousine de la belette et du furet, contre le redoutable et énorme serpent : "le Fer de lance"... dont la mangouste est invariablement vainqueur tant elle est combative....."

     

    L'HORRIBLE BASILIC suite

    (note de l'auteur : nous avons réellement  assisté à un combat entre mangouste et fer de lance 

    en Guadeloupe en 1993)

    Photo provenant du blog de Mansfield (cliquez)

     

    Un bruit de pales fit trembler les grandes baies ....

    Soudain, la porte de mon bureau s'ouvrit à grande volée et un collègue, la face congestionnée, se catapulta devant moi en criant :

    "Victor, je viens de recevoir un mail de l'Agence Centrale : ton bestiau, il a sévi dans un autre village : Même topo ! Des attaques surprises à des vitesses foudroyantes... Les hélicos sont partis en urgence et fouillent inlassablement les forêts, montagnes et environs... 

    Les Hélicoptères de la Gendarmerie Nationale  sont envoyés en patrouille.... Vite, vieux, en route ! Débrouille vite cette affaire, le "Vieux" en fait une jaunisse ! Un hélico t'attend sur le toit de l'immeuble!"

     

    L'HORRIBLE BASILIC suite

     

    L'hélico avait rejoint la patrouille des EC 135 déjà en action... ... La lumière décroissait !

    "Equipé de jumelles de vision nocturne, je tente de localiser la Bête malgré les vibrations de l'appareil de la Gendarmerie Nationale... 

    L'appareil, qui assure les missions de sécurité routière et de secours, équipé d'une biturbine, est un véritable laboratoire électronique volant. Je suis impressionné ! 

    A l'arrière de la cabine, l'opérateur observe un mur d'écrans vidéo et dirige avec un joystick la caméra thermique fixée sur le ventre de l'appareil. 

    L'hélico passe en mode silence et l'opérateur enclenche le zoom de la caméra ... L'objectif balaie à 180° et filme sans cesse... On peut apercevoir distinctement des animaux gambadant dans la forêt. 

    Les images filmées par les gendarmes (officiers de police judiciaire) peuvent être enregistrées et transmises au sol afin que les équipes au sol voient en direct comment se déplacer et s'organiser....

    Les projecteurs d'infra-rouge sont en marche. D'en bas, le halo lumineux est invisible, mais dans l'appareil, la vidéo est capable de lire les plaques minéralogiques à une distance de 800 m. Cet hélico est capable de repérer les voyous à 2 kms... 

    https://www.lefigaro.fr/lefigaromagazine/2010/02/06/01006-20100206ARTFIG00102--cet-helico-repere-les-voyous-a-2-km-.php

     

    Brusquement apparaît un large sillon embrumé de poussière en suspension, de filoches de vapeurs gazeuses jouant avec le vent, entre forêt et montagne... Un fleuve gris-noir sur des kilomètres.... que les hélicos suivent immédiatement...

     

    L'HORRIBLE BASILIC -  2ème partie

     

    Au fur et à mesure que le Cocatrix s'enfonce dans l'écrin de la Nature, chaque être, animal ou plante se défont..... Je sens ma gorge se serrer ! Qu'on l'envoie au diable, ce fruit des Gorgones ! 

     

     Un hélicoptère descendit dans une clairière non loin de la saignée grise et les gendarmes débarquèrent les six belettes emprisonnées dans des caisses, ouvrirent les trappes des caisses et les belettes  détalèrent à toute vitesse... 

     

    L'HORRIBLE BASILIC -  2ème partie

     

    Je peux  les suivre en gros plan sur les écrans vidéo de l'hélicoptère dans lequel je suis...

    Les Forces spéciales de la Gendarmerie et de l'Armée débarquèrent elles aussi , chaque Homme, étant masqué par un casque intégrale fermé relié à un respirateur,  protégé derrière un bouclier en acier poli, badigeonné par une décoction de "rue", une plante qui permettrait, selon les informations détenues par Victor, de se protéger de l'action des gaz venimeux du Monstre... l'antidote, en quelque sorte ! Seule la "rue" appelée également "l'herbe de grâce",  était capable de résister à son souffle.... 

    Il était écrit par ailleurs que les belettes, avant d'affronter le Monstre, se roulaient dans les feuilles de rue.... 

    Des instructions que les gradés avaient trouvées complètement saugrenues, mais les ordres étaient formels : suivre à la lettre les informations de Victor....

     

    Les Forces de l'Ordre, affublées de la sorte, progressaient avec beaucoup de difficultés dans la forêt dense, puis jusqu'à mi-mollets dans le fleuve gris pulvérulent de la saignée... en direction de la montagne...  aveuglées par la poussière dense qu'ils provoquaient... 

     

    Notre hélico, descendu au plus bas, se focalise plus particulièrement sur la trajectoire des belettes, qui, toutes, instinctivement, suivent une trace olfactive invisible de nous, grimpent à flanc de montagne en direction d'une grotte à peine visible dans les anfractuosités, prolongée d'un surplomb pierreux... 

    Brusquement, malgré le bruit régulier des pales, un sifflement sur-aigu vrilla les tympans, bientôt suivis par des plaintes lugubres ressemblant à la stridence du cri enroué d'un coq....

     

    quelques paroles et vous en aurez un petit aperçu du cri de la Bête

    (Sifflet de la mort aztèque)

     

    "Sapristi! Des vibrations à faire hurler un sourd" Je suis obligé de plaquer mes mains sur mes oreilles, tant c'est insupportable ! 

     

    "Ça sort, ça sort" crie l'opérateur

     

    "Sacrebleu !" s'exclama un gendarme horrifié.... saisi de terreur ....

     

     

    Luciole

    A SUIVRE 

    3ème et dernière partie : La peur d'être mangé !

    Et surtout : comment le rêve peut devenir réalité ... 

    A ne pas louper, car une grosse surprise vous y attend !!! 

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Le 11/11/2019 : 153 visiteurs et 1 144 pages lues

    Le 13/11/2019 : 181  "                 1200    "

    Pin It

    22 commentaires
  •  

     

    Guillaume de Machaut

    https://fr.wikipedia.org/wiki/Guillaume_de_Machaut

     

    Ballade  "Une vipère réside dans le coeur de ma Dame" (14ès) où l'on parle du "Basilic"

    "Une vipère réside dans le coeur de ma Dame
    Qui étouffe son oreille de sa queue
    Pour qu'elle n'entende pas mes lamentations
    Voila, rien de plus, ce qui la tient aux aguets tout le jours
    Et, dans ma bouche, ne se repose jamais
    Le scorpion qui blesse mon coeur à mort
    Son doux regard abrite un BASILIC

    Tous trois m'ont tué, mais elle : que Dieu la garde !

     

     

    L'HORRIBLE BASILIC

     

    Cliquez sur l'image

     

    DEFI N° 226 des Croqueurs de mots

    Du lundi 11 novembre 2019

     

    Bien à l’abri dans sa cachette Josette nous demande d’écrire un « bestiaire fantastique »

    En vers ou en prose ayant pour sujet un être, un animal

    (Sirène, ondin,Licorne, dragon…) sorti de votre imagination.

     

    Nouvelle

     

    L'HORRIBLE BASILIC

     

    1ère Partie 

     

    Victor, un journaliste scientifique, rédigeait tranquillement un article pour son magazine quand vibra son téléphone portable... C'était "le Vieux" !

    Le visage sympathique de Victor, Homme cultivé et sportif que l'on disait fort séduisant et désinvolte se plissa de mécontentement... "Le Vieux" n'avait pas bonne réputation ... D'un caractère atrabilaire, ses foudroyantes et imprévisibles colères le rendaient particulièrement antipathique aux yeux de ses employés.

     

    "Une chose incompréhensible vient de se produire, qui dépasse l'imagination. Dans mon bureau tout de suite !" aboya le Patron de l'Agence.

     

    En soupirant, Victor ramassa ses papiers, les enfouit dans une chemise, et enferma le tout dans un tiroir... Prit tranquillement la clé qu'il cacha dans son coin secret... Attrapa au vol son portable et s'en alla d'un pas rapide vers le bureau du Boss, à l'autre bout du couloir... 

     

    Le Patron était d'une humeur massacrante ! Il triturait les feuilles d'un dossier en mâchonnant son éternel cigare rarement allumé, à cause de ses poumons malades... Il exhalait une forte odeur de transpiration, un lourd parfum de luxe sentant le tabac froid ; ses mains tremblotaient en permanence, trahissant une nervosité survoltée.... 

     

    "Nous sommes en plein Moyen Âge" déclara l'asthmatique de sa voix sifflante... Les Hommes jouent avec les rumeurs les plus folles... et naturellement les médias s'en font l'écho ! 

    Il semblerait qu'une Bête mythique ferait son retour... Au 21ès, on croît encore à ces sornettes... et le mystère s'épaissit ! Ce genre de créatures, entre l'Homme et l'animal le plus souvent, apparaissent et disparaissent régulièrement au fil des siècles partout dans le monde... et voilà que cela tombe par chez nous .... 


    "Bref, les rumeurs les plus fantaisistes circulent... Abracadabrante histoire ! Il paraîtrait que cette Bête serait un signe qui révélerait tout simplement l'Homme dans tous ces comportements .... Que ce Monstre serait la synthèse des travers humains.... blablabla, blablabla....

    Qu'un démiurge prométhéen aurait fabriqué ce Monstre en manipulant les gènes et les hormones pour modifier les animaux... 

    Que l'Apocalypse serait à nos portes.... Voyez le genre ! 

    Bien ! Votre travail consiste à élucider cette énigme, d'éliminer toutes les affabulations, d'y trouver éventuellement une origine scientifique..., et de vous collez dans les traces de cette fichue bestiole.... 

    Allez, je ne vous retiens pas ! Portez vous le plus rapidement possible vers le Square St Martin dans lequel se trouve le Théâtre de Guignol...Il y aurait  plein de monde à cette heure ci.... et du grabuge... N'oubliez pas de tout enregistrer... Portez une caméra cachée.... 

    Tenez moi au courant !"

     

    "Hé, Victor, pas de zèle intempestif : j'ai une conscience moi aussi !"

    Touché, le Victor ! Remué même ! Bien la première fois que le Patron lui parlait ainsi ! 

     

    Par les baies vitrées de son bureau, Victor contempla le fabuleux panorama de la petite ville de Provence et chercha à localiser le Parc en question ??? La chaleur printanière commençait déjà à peser... Ça promettait un été brûlant ! 

     

    En quelques longues minutes, il atteignit les environs décentrés du Parc St Martin, en pleine Cité non loin de la forêt : quel choc !

    Des voitures de police, toutes sirènes hurlantes, roulant à vive allure, suivies de nombreuses ambulances, obligeaient tous les véhicules à se rabattre sur les parkings encore libres le long des trottoirs pour les laisser passer...

    Des policiers au bout de l'avenue refoulaient les véhicules en les répartissant dans les rues adjacentes... Là, d'autres policiers, à grands coups de sifflets, les renvoyaient d'où ils venaient .... Une pagaille d'enfer ! 

     

    Victor pesta ! Devant lui, une silhouette familière attira son attention... Profondément soulagé, il gara sa voiture et s'avança vers le policier en lui brandissant sa carte de presse... 

    "Hé té, Victor !"

    "Avé, Castor (surnommé ainsi parce que ce fada de pêche aimait faire quelques barrages sur les cours d'eau pour assurer ses prises .. qu'il retirait consciencieusement une fois son seau rempli de poissons)... Que se passe t-il donc ? 

     

    "Oh pôvre ! c'est épouvantable" lui hurla le policier, blême et les traits tirés, par dessus le vacarme.... On n'y comprend rien ! Il ne reste plus rien du Parc et de tous les promeneurs... et de tant d'enfants... Pense donc, c'était la sortie des classes ! Par ce beau temps, ils étaient en grand nombre éparpillés dans le Parc à jeux !

    Va voir, va voir.... mais je te préviens, c'est l'Horreur totale  là-bas !

     

    Une odeur épouvantable prenait à la gorge !

    Victor se mit à courir et déboula  devant le café grand moderne bondé d'une foule des grands jours, clinquant de toutes ses couleurs vives, qui mangeait tout le coin de l'intersection et faisait face au Parc...

    Il suffisait de traverser la rue perpendiculaire à celle empruntée par Victor pour accéder à ce magnifique espace vert.... Normalement !!!

    Médusé, Victor stoppa net ! Derrière la barrière de policiers et d'officiels, tous portant un masque sur leur visage,........ plus de Parc !

     

     

     

    La gigantesque zone arborée, fleurie, aux allées sablonneuses sur-fréquentées, surtout aux jours d'affluence : les Mercredis et les Dimanches....

    agrémentée de bancs, de pièces d'eau où s'ébattaient canards et autres volatiles, de petites cryptes croulant sous la verdure et parc à jeux, son célèbre monument aux morts et sa buvette... 

    lieu incontournable de retrouvailles familiales, de footing...  véritable bulle d'oxygène au coeur d'une immense Cité populaire bétonnée....  ...

    était mystérieusement détruite.... volatilisée... dévastée.... Brûlée.... 

     

    Une sorte de brume grise et des fumées âcres, si malodorantes que Victor dut se plaquer un mouchoir sur son nez et sa bouche, s'élevaient de la Zone calcinée recouverte d'une épaisse couche de poussières.... 

     

    On empêcha Victor, visiblement très choqué, de plonger la main dans la poussière.... "Hautement toxique", lui cria t-on !"

    On lui passa un masque de circonstance pour se protéger des vapeurs toxiques.... Tous les yeux larmoyaient et l'on toussait à s'arracher la gorge.... La peau découverte piquait affreusement... 

     

    Victor avait la nausée ! Ce qu'il voyait le glaçait : "un désert de poussière fumant et grisâtre ! Une odeur pestilentielle corrompant l'air ! Aucun survivant" enregistra t-il avec peine... 

     

    "En quelques minutes, la totalité de la Zone fut réduite en poussière" expliqua un gendarme éploré..."Mon enfant aurait pu y être aujourd'hui avec ses camarades, soudain décédés aujourd'hui, si sa nounou n'avait pas eu la flemme... la brave femme !"

    De grosses larmes allèrent se perdre dans son masque... 

     

    "Mais où sont les corps" s'écria Victor qui, pour une fois, avait du mal à réaliser.

    "Là !" lui répondit laconiquement le brave policier qui se mit à sangloter, en montrant de son index l'étendue poussiéreuse.... 

    Victor, ému, lui tapota le dos et alla rejoindre les policiers regroupés sur le trottoir du café en leur présentant sa carte.... 

    "Des témoins ?" espéra t-il

    "Dans le café, une bonne dizaine... Ils étaient attablés dans le café, derrière la grande baie... 

     

    Il se précipita dans le café, si illuminé que c'était comme une injure à la catastrophe d'en face.... 

    Une bonne dizaine de personnes, hébétées, silencieuses, tassées sur les chaises et les banquettes, attendaient le feu vert pour déguerpir au plus vite. Des infirmiers et infirmières naviguaient entre eux pour leur porter secours....

     

     

    Une grand mère affreusement blanche se balançait d'avant en arrière en tremblant violemment, une couverture jetée sur elle... Elle serinait une sorte de complainte : "la Bête, la Bête, la Bête....."

    "Quelle Bête ?" lui demanda Victor, pris de compassion

     

    Un vieux monsieur, sans doute son mari ou son compagnon, se tourna vers Victor, la figure déformée par l'épouvante :

    "Une Bête monstrueuse, une Bête diabolique... Je n'ai jamais vu une Horreur pareille... De toute ma vie, Monsieur.... "

     

    Une petite fille aux grands yeux anormalement fiévreux se faufila auprès de Victor et lui tira la manche... en lui criant d'une voix suraigüe :

    "c'est comme un dragon, mais c'est pas un dragon! Je sais, j'ai des livres sur les dragons.... La Grosse Bête, elle a des yeux jaunes qui tuent les gens, Y bougent plus ! Y sont comme Mowgli avec le serpent Kaa... Pareil ! Et pis elle crache du gaz qui tue et pffffuit,  pus personne, pus rien... Les gens y brûlent tous et les fleurs et les arbres ... et même les grosses pierres... J'ai eu très peur, M'sieur et ma mamie aussi... elle est pas bien !"

     

    "Tu peux me la décrire, la Bête qui n'est pas un dragon, mon petit ?" s'enquit doucement Victor

    "Ben, elle pue très fort et elle pue d'la gueule ! Pis elle est toute verte et comme violette... sais pas bien dire... avec des taches toutes blanches sur sa drôle de tête de coq... "

     

    "C'est des temps de misère, M'sieur" psalmodiait la mamie... "Des temps de misère qui arrivent.... C'est le diable qui s'est jeté sur not'pôv'terre... c'est une Bête infernale.. malfaisante... "

     

    Un jeune homme en survêtement gris, encapuchonné, interpella nerveusement Victor :

    "Je l'ai vu... Elle fait bien ses deux mètres de hauteur, p't'être même plus  ? Une Bête immonde qui pue horriblement... C'est comme mi-cop et mi-reptile, la p'tite a raison ! ...."

     

    "Fichtre !"  s'exclama Victor

     

    "C'est exact, Monsieur !" déclara posément une femme au teint blafard couperosé, qui tremblait convulsivement sous sa couverture...

    C'est vraiment comme un corps de coq recouvert d'écailles ou de plumes écailleuses jaunes, noires et violacées ou vertes, avec des ailes de chauve-souris épaisses se terminant par des épines recourbées... Une longue queue de reptile bien trois mètres de long recouvertes d'écailles vertes avec comme un éperon au bout... Elle frappait les gens avec cette épine et ils mourraient de suite... 

    La Bête a une tête, un cou, le corps et les pattes d'un coq.. avec un bec énorme recourbé...

    Sa peau suinte d'un quelque chose de gluant qui coule et qui sent très mauvais...

    Elle crache sans cesse des sortes de jets de vapeur sans doute acides, je pense, qui pulvérisent les gens... je ne sais pas comment dire...

    Ses yeux jaunes sont affreux, comme les yeux d'un démon, et paralysent les gens qui les regardent... ça c'est certain ! car ils ne bougent plus et se laissent faire ! 

    Et elle crache, elle crache cette sorte de brouillard pestilentiel apparemment venimeux et acide, qui asphyxie, brûle et consume de suite ... Tout disparaît dans ce brouillard... Il désertifie tout sur son passage... Même les pierres !

    J'ai eu l'impression que le poison ou le venin ou l'acide ou je ne sais quoi est si violent qu'il passe même à travers les pierres et les dissout... 

    Une vision infernale, Monsieur, infernale !"

     

    "Infernale, oui, infernale" répéta la mamie qui avait cessé son mouvement de balancier... "Il faudra lutter pour rester vivant, M'sieur... not'monde va s'écrouler, c'est sûr ! Elle va tout détruire !"

    Epuisée, elle se tut brusquement !

    Elle se trouva mal, et son pouls se ralentit d'une façon dramatique... Les infirmiers la couchèrent sur une banquette et appelèrent une ambulance...

    On l'emmena à l'Hôpital sur un brancard, mais un infirmier déclara à Victor en chuchotant "qu'elle avait passé !"... Comme si il était urgent de clore sa vie... et de quitter cette terre maudite.... 

     

    Cette nouvelle jeta un froid terrible ! Les rescapés, profondément choqués, n'arrivaient plus à contrôler leurs émotions et leur stress ! On dut évacuer le Bar et tous se retrouvèrent embarqués par les ambulances.... 

     

    Sauf un vieillard décharné, sans âge, qui s'était planqué dans l'arrière boutique d'articles touristiques du Bar... 

     

    Il trottina vers Victor et lui cracha avec forces postillons : "C'est un Cocatrix !

    Mes grands parents m'en parlaient sans cesse... Ils voulaient m'effrayer avec ça, pour m'obliger à m' tenir tranquille chez eux ! 

    Il est revenu ! Pour sûr, il est bien vivant ! Y'en avait des tas, autrefois ! Ils avaient déjà dévasté le village... Çui-là a traversé les âges... C'est une sale race... C'est y pas possible, c'est y pas possible ! 

    Mes "Vieux" m'parlaient d'un truc pour le réduire à néant, mais y m'faudrait m'dégourdir les pensées : y'a tout qui fout le camp, maint'nant ! ... sais plus !"

     

    Les choses n'étaient pas simples ! et les complications administratives n'allaient rien arranger...  Victor était secoué par des émotions contradictoires... 

     

    "Pensez vous que nous avons affaire à une sorte de robot, ou à une machine effrayante faite de mains d'hommes ? demanda t-il au Patron du Bar...

     

    Le petit vieux tout malingre en tremblait de colère... "Non mais, c't'idée ! C'est bien vivant, bien vivant !"

     

    "Il a raison, le Papé ! c'est bien vivant, pour sûr !" confirma le Patron du Bar....

     

    L'HORRIBLE BASILIC

     

    Le Basilic ou Cocatrix ou Basilicoq 

    Luciole

     

    A SUIVRE  

     

     

    Le 11/11/2019 : 170 visiteurs et 1 700 pages lues

    Pin It

    25 commentaires
  •  

     

     

    Le Transhumanisme

     

    vu par le Dr Nozman

    (avec bcp d'humour !)

     

    En attendant d'avoir le temps de vous concocter un nouvel épisode du "FUTUR PROCHE"...

    je vous propose une petite entrée de bouche en vous rappelant les principes de base du Transhumanisme, très à la mode en ce moment...

    C'est très drôle et instructif ! A bientôt .....

     

    N'hésitez pas à passer sur "écran total"

    et mettre des sous-titres en français, c'est plus facile à suivre

    .....

     

     

     

     

     

     

    Le Transhumanisme vu par le Dr Nozman

     

     

     

     

    Le 10/111/2019 : 1675 pages lues

     

    Pin It

    21 commentaires
  •  

     

     

    L'EMBERLUCOTEUR 2ème partie

     

    cliquez sur l'image

     

    DEFI CROQUEURS DE MOTS n° 225

    JILL BILL prend le quart  pour le Défi du Lundi 14 Octobre 2019 (cliquez)

     

    Vendre, avec l'image ci-jointe (dans la 2ème partie), ce chouette tableau en héritage, digne d'Halloween ! Soit à votre richissime patron collectionneur, Soit à un vide-grenier, Soit à une galerie d'art, Soit dans une célèbre émission télévisée sur A2

    A inclure dans votre récit le verbe "emberlucoter" 

     

    L'Apprenti sorcier de Paul DUKAS

     

     

    L'EMBERLUCOTEUR 

    (2ème partie et fin)

     

     

    L'EMBERLUCOTEUR 2ème partie

     

    Dominique Webb (mort à 78 ans) 

      

    Soudain, au comble de l'effroyable délire collectif, il se saisit d'un cadre qu'il retourne promptement en le posant sur un chevalet et le présente à la foule.... 

    Un hurlement d'horreur se répercuta dans le Hall, sur le gigantesque lustre de pampilles de cristal qui se mit à trembler dangereusement au-dessus de la foule...

    Un tableau hallucinant, déchirant, voire hilarant .... peut être......(Précédent Episode ICI)

     

    L'EMBERLUCOTEUR 2ème partie

      

    "Jarnicotonnnn !" hurla le méduseur "gardez les yeux ouverts... Ne les fermez pas sur une triste réalité.... Osez regarder ! Osez faire face ! 

    "Ce tableau vous révèle un aspect du monde actuel, un aspect de chacun de nous....

    "Le monde actuel peut être fascinant, mais il est surtout terrifiant !

    "Entre guerres et catastrophes naturelles, crises budgétaires et affrontements sociaux.... notre monde est apocalyptique....

     "A travers ce visage, c'est le monde entier, la France entière qui se décomposent.....

     "Cette femme dévastée qui s'offre sans pudeur à tous les regards, c'est chacun de nous... 

    "Ce visage monstrueux qui vous fait si peur, déformé par les ravages du temps, c'est une allégorie du destin de chacun de nous, jalonné de drames et de tragédies... dans un monde fou qui nous ignore...

    "Il est le miroir de notre étrangeté...  Qui sommes nous ? Hein, qui sommes nous ?

     "A chacun d'y voir le sens qui s'en dégage !

     

    "HE QUOI ? ce tableau vous fait flipper ? Bande de trouillards ! Ne refusez pas de voir la mort en face !

     "N'est-ce pas bientôt Halloween ? 

    "Qui verrait bien son salon ou pourquoi pas ... la SALLE DES FÊTES, que sais-je, flanqués de ce fabuleux portrait, avec vos masques hideux et vos squelettes en plastique... vos têtes de mort fluo sur vos tee-shirts noirs....

    "Vous feriez sensation !!! Imaginez... Ce tableau vous montre comment fêter zombies et consorts, non ??? NON  ??? Je n'entends rien ....  OUIIIIII ! encore ..... OUIIIIIII.....

    "Franchement, il est vraiment jouissif, non ??? NON ???  De quoi nourrir les morts que nous sommes ... 

    "Un vrai bijou imprégné d'un discours engagé... C'est deux en un ! De plus, vous ferez intellos.... vous le commenterez en vous  rengorgeant de toute votre matière grise devant vos convives....  comme vous frétillez devant une toile abstraite que, pourtant, vous ne comprenez pas....

     

    "Quoi ? vous avez la frousse ? Ce tableau vous dégoûte ?

     

    "Mais il est des plus divertissants ! Si, si ! Je vous assure que vous aurez un succès fou ! 

     

    "Ça va saigner chez vous ! plongez vos invités dans un bouillon de musique groove et vous verrez.... Plantez le décor, imaginez.... imaginez .....

    "Osez le cauchemardesque ! le dantesque ! 

     

    L'EMBERLUCOTEUR 2ème partie

     

    "P'TITES NATURES !.....  Vous n'allez pas vous contentez de vos p'tites citrouilles, de vos p'tits fantômes... qui ne font même plus peur à vos gosses.... 

    "Laissez la magie opérer... Ce tableau mettra en lumière vos déguisements les plus fous !..........."

     

    Je ne l'écoute plus...Je sature....  Il n'hurle pas, il vocifère.... Il roule des yeux de feux énormes sur un public médusé, surexcité... Ce n'est pas tous les jours qu'on se fait houspiller ainsi sans réagir... J'en connais qui aurait cogné pour moins que cela.... Certains explosent d'un rire gras, nerveux, sans retenue....

    J'étais dans un magouillis total ! Empreint d'un malaise mêlé de pitié devant cette toile : un vrai cauchemar ! Cette femme demeure aussi hideuse que mystérieuse. 

    Et ce fableur d'Emberlucoteur me donne des vapeurs.... Non mais, quel farçeur !

    Une calamité, cet Héritage....!

     

    L'EMBERLUCOTEUR 2ème partie

     

     "Nous sommes tous des CONS-DAMNES à mourir" s'époumone l'Epouvanteur.... au comble de l'hystérie en agitant sa clochette..........

     

    Me croirez-vous ? Une fiévreuse enchère concernant le tableau soulève progressivement  le public ! C'est à celui qui relève le défi en criant le plus fort.....

    Ce fût.... Monsieur le Maire en personne, au bord de l'apoplexie, qui remporta la victoire, pour SA Salles des Fêtes..... sous les regards furieux, indignés de sa moitié, paniquée .... 

     

    "Ah ça ! ce sera le plus beau et le plus étrange, le plus prometteur et le plus remarquable JOUR des MORTS de tout mon mandat..." se rengorge t-il ....

     

    C'est à mourir de rire.... la crédulité publique est sans limite !  Petitesse de l'être humain face à sa fragilité ! Je suis totalement dérouté par sa candeur....

    Ah ça, l'art moderne détourné de sa fonction de serviteur du Beau, du Vrai et du Bon devient souvent une arme de la Folie contre la Raison .....

    "La loi de l'art classique fut de plaire et d'ordonner, celle de l'art moderne aura donc été de choquer et de désaxer"..... citation qui me revient à l'esprit de je ne sais plus qui.... 

    Si l'art moderne, qui se dit "rebelle" ....""libérateur", se fait complice de la duplicité maintenant !!!!

    "Ce siècle est un cauchemar dont je tente de me réveiller" : je fais mienne cette citation de Joyce... content d'avoir encore un peu de tête malgré ma grande confusion mentale .... 

    A mesure que l'Humanité toute nue, ingénue, entre dans la modernité, elle abandonne peu à peu tout espoir et se réfugie dans le rêve ou la crédulité....

    "Ô chimères, dernières ressources des malheureux" soupirait Colette...

     

     

    L'EMBERLUCOTEUR 2ème partie

     

    Et ce n'est pas fini.... Monsieur le Maire, dans un geste large qui fut applaudi à tout rompre, décida même d'acheter "tout le décor ici présent, les paravents noirs, les images glauques et tout le toutim"

    Et chacun, soudainement, comme ivre, promit généreusement de lui offrir qui son grimoire, qui son ou ses pots d'onguents, qui toute sa batterie de sorcier...... pour ce jour mémorable..... au fond assez soulagé de se débarrasser de tout ce fourbi encombrant dont il ne savait que faire....

     

    "Ah, ça oui ! ce sera un grand Jour ! Nous inviterons toutes les communes alentours... Nous organiserons des concours, celui du plus beau déguisement, par exemple...."Nous ferons une belle fête......"pavane Monsieur le Maire.....

     

    L'EMBERLUCOTEUR 2ème partie

     

    "POUR LE CHATEAU ? Monsieur le Maire ?" risqua tranquillement le raseur en veine d'ingéniosité pour obtenir l'attention rémunératrice du public et de son Représentant.....

     

    Grand silence !

    Superbement investi de sa mission et de son rôle de Responsable Municipal, Monsieur le Maire se gratte la tête, se frotte la barbe , met ses deux mains sur sa bedaine, fait quelques pas en soupirant et, hochant la tête comme un Homme en proie à de profondes réflexions d'une importance capitale..., promène son regard sur ses administrés qui l'observent avec beaucoup d'intérêt....   comment va t-il s'en sortir ????

    L'opposition brusquement ricane, s'enflamme .... trépigne.... "Chuuut ! Chuuut" s'énerve le public, la mine grave.... Le silence revient, épais, chargé d'une tension presque palpable.... comme une bombe prête à exploser... Monsieur le Maire s'affole... perd les pédales.... dérape.... 

    "Bah oui quoi, le Château, le Château ! J'ai bien ma p'tite idée, à vrai dire, depuis longtemps, mais les finances, les finances.... " bredouille t-il perplexe...

    Et bien si mes administrés sont d'accords, on pourrait peut-être en faire une maison de retraite pour les personnes âgées, non ? Nous ferons les transformations nécessaires... Je monterais un dossier et ferais tous les papiers... demanderais des subventions.... Qu'en pensez-vous ?

    "Tout de même ! " s'indigne violemment Madame le Maire, rouge de colère... C'est pas une maison .... honnête, non ?" Elle n'ose pas prononcer le mot "sorcière", comme si la morte pouvait brusquement revenir et.... sait on jamais.... avec ces choses là !

    "Mmmmmeuh non ! meuh non !" répondit énergiquement un choeur de femmes en branlant de la tête, décidées à casser la belle entente des Hommes.... "Non mais ! pas une maison honnête du tout, du tout ! c't'idée !"...

    On sait de quoi on veut parler, mais on évite soigneusement de dire tout haut ce qu'on pense tout bas... on essaie même de ne pas le penser... on frissonne en regardant de tous côtés... Des énergies bizarres se baladent dans ce château, on le sent, on a peur soudain.... 

     

    "Oh mais on pourrait peut être, si vous êtes tous d'accord , demander au Curé de l'exorciser... puis même d'y installer une Chapelle, voyez vous, une Chapelle qui serait consacrée...Ils auront ainsi le Bon Dieu dans leur Château, ces p'tits vieux" triomphe déjà l'Emberlucoteur...Ils seront protégés, vous savez !......."

    Il darde sur eux un regard féroce, pistolétade qui électrise et rétrécit le public peu enclin à le contrarier...

    D'autant plus que presque tous ont un p'tit vieux ou p'tite vieille à placer.... On suppute déjà, on fait des projets... Ah si seulement ! Et le Château n'est pas loin, pas comme cette maison de vieux dans la ville, à une bonne heure du village... qui ressemble plus à un mouroir qu'à une maison convenable.... Un Château pour leurs p'tits vieux... l'idée enchante ! Déjà, ils se rengorgent, ils sont fiers .... 

    Une personne applaudit timidement, bientôt suivie par d'autres, puis ce fut toute l'assemblée... et plus l'idée faisait son chemin, plus les applaudissements devenaient hystériques.....Sifflets stridents, cris....

    Monsieur le Maire fit le modeste, hochant la tête ici, petit geste de la main par là... pas très rassuré par toutes les démarches, les papiers, les demandes de subventions et le toutim... ça trottait à la vitesse d'un éclair dans sa tête.... Il crût qu'il allait "passer", tant la pression montait déjà....

    Sa femme, inquiète, lui prit la main, en lui criant dans l'oreille à cause du bruit : "Faut mettre tout le monde à contribution... mon cher ami ! tout le monde ! faire une cagnotte aussi.... Ah ça,  c'est une riche idée que tu as eue ! .... ça va en être des embrouilles, mon pauvre ami....."

    L'Emberlucoteur, tout sourire et empressement, les tire chacun par un bras et les entraîne vers un petit bureau où attendent les papiers déjà prêts à être signés....

    Résigné, le couple fut obligé de s'exécuter sous les applaudissements à tout rompre... L'Emberlucoteur tend prestement un petit verre d'eau de vie au Maire qui avait un léger malaise... et un autre à sa femme au cas où....

     

    Médusé, assommé, je regarde cette scène sans vraiment la voir... Cet Intermédiaire est devenu l'élément dévastateur de la morne existence de tout ce village.... par ma faute.... Profond sentiment de malaise, de trouble, de confusion....

    Le déroulement des événements me dépasse complètement ! Cet Homme a brillamment rempli son rôle, avec beaucoup de  brio.... et j'en suis le principal bénéficiaire... et pourtant une rage intérieure m'assaille ... une rage refoulée, mais d'autant plus violente qu'elle ne peut s'exprimer...

    Je ne maîtrise rien de ce qui est et de ce qui peut encore arriver... Rien ! Déchaînement de violence difficile à refouler... L'émotion me submerge ! Ma faiblesse est face à l'orgueil démesuré d'un homme dont je subodore à quel point il est dangereux de s'y frotter ! je n'ai pas les armes nécessaires.... Le savoir me rend malade ! Ma lâcheté m'écoeure ....

    Je ne peux même plus me défausser.. Il faut respecter les engagements faits sous l'égide du Notaire ! Je me trouve dans une belle impasse, désormais comme un Homme traqué par sa conscience...Et le déni est une ornière !

    Le pire est ce sentiment de Honte totale qui m'étreint depuis le début ! Ma naïveté m'a conduit à accepter un marché qui fait de moi le complice d'une duperie monstrueuse, car il est manifeste que ce village et son maire n'ont pas les moyens nécessaires pour s'offrir ce Château et les transformations nécessaires.... Il va me falloir les aider en retour .... mais jusqu'où ?

    Marché de dupe des deux côtés ! Seul l'Emberlucoteur touchera son dû ! 

    Mon silence coupable a été scandaleux ! Je ne suis pas un calotin, mais la marque indélébile de mon éducation ne me permet pas d'empocher et de m'enfuir en laissant ces gens dans une mouise pareille....

    J'ancre de suite cette bonne résolution, de peur de vaciller et de reculer,  en leur proposant de participer aux financements de leurs travaux, ce qu'ils accueillent avec force remerciements et soulagement... Je connais beau monde qui acceptera de coopérer.... Je ferai mon maximum... 

    On découvre que je suis le lointain, très lointain cousin de la Veuve ! Je deviens le Héros de la Journée... le Libérateur, bien malgré moi, bien malgré moi.....

    Depuis ce jour, ma vie a radicalement changé ! Ce contexte irréel, mystérieux, hors de toute temporalité, m'a fait passer de l'adolescence tardive aux responsabilités de l'adulte....

    Plus question de s'acagnarder désormais, ni de jouer les croque-lardons dans des fêtes permanentes.... Black-out total de mon hier ! 

    Jamais plus je ne m'enferrerai dans une tutelle délictueuse ! Plus jamais ! 

    Me voici embourgeoisé dans ce petit village de huit cents âmes, sous la férule bon enfant de Raimu, Maire de son état, qui ne tardera pas à me refiler le flambeau après tant d'années de bons et loyaux services dans sa commune... bien malgré moi, une fois encore.... sous l'aval de ses administrés.... ce qui me vaudra la reconnaissance éperdue de sa femme... 

    Ma grande et seule consolation de cette histoire qui clôt une jeunesse dissipée et paresseuse : ma femme, leur fille unique, une fille honnête et belle, bonne comme le pain frais dont je suis tombé follement amoureux....

    Quand j'ai appris que le tableau avait été peint par ma cousine, je n'ai pas hésité : je l'ai racheté ! Lorsque ma tête enfle, je viens vite me mettre sous sa vigilante protection... et médite sur l'infini petitesse des choses .... Avec lui, j'apprends beaucoup !

    Cette Femme au visage ravagé, c'était l'auto-portrait de ma cousine, telle qu'elle se voyait ! Ce visage en décomposition, c'était celui de la Honte, comme une blessure inguérissable, celle qui vous jette dans la nuit des ténèbres.... Celle qui vous maintient sous les regards condescendants, qui engendrent les trahisons féroces lesquelles vous envoyaient, vous tassaient dans des cachots lugubres ou vous liaient sur des bûchers. Celle qui vous excluait des villages... C'était tout un héritage qui interdisait le bonheur, enlaidissait, désagrégeait, pourrissait le corps et l'âme....

    La Honte !

    Dieu merci, elle m'a quitté ! Depuis que je tiens avec persévérance mon regard respectueux envers moi-même !

     

    Quelques nouvelles :

     Je prête ce tableau à chaque Halloween, Fête qui devient un événement grandiose rassemblant une foule immense venant de tous les environs... Fête que je ne cautionne pas, que je fuis tant j'exècre les  excès, les folies d'une foule en délire... mais Fête qui rapporte gros aux nouveaux commerçants du village... Village qui s'étoffe d'année en année...

    Fête qui renfloue les finances sans cesse dévastées de la Commune par les frais d'entretien du Château et des ses nouveaux pensionnaires.... Un gouffre ! Mais un gouffre qui offre une multitude d'emplois aux villageois enthousiastes et participants... et fait la joie des pensionnaires, trop fiers de leur Château... On vient de si loin pour l'admirer... Et les visites ne manquent pas.... 

    Et ma Femme est si jolie, si fière de de moi... Je suis son Héros ainsi qu'à sa mère, très rapidement veuve et inconsolable.. qui vit avec nous... où plutôt nous vivons chez elle... car Fille et Mère sont inséparables.... surtout depuis qu'un heureux événement se prépare.... 

    Mille mercis à ma cousine qui m'a valu un tel bonheur !

     

    Antoine Juste, Maire du village de Châteaulares 

    (les Lares sont des divinités romaines appelées à protéger les être humains. Le Lare est donc le dieu de la maisonnée qui protège toute la famille)

    Ce nom me déplaisait tant que j'envisageais de le transformer en "Châteaulara", Lara étant le prénom de ma Femme chérie.... Mais l'opposition et les habitants ont eu raison de ma volonté... Un Maire n'est pas forcément le tout puissant du village....

     

    Luciole

     

    - emberlucoter : séduire par la ruse. 

    - jarnicoton : pardieu

    - sacagnarder : paresser, mener une vie obscur et fainéante

    - croque-lardon : pique assiette

    - éplapourdi : étonné, stupéfait

    - magouillis : dans la m.....

     

     

    L'EMBERLUCOTEUR 2ème partie

     

     15/10/2019 : 740 pages lues

    16/10/2019 1200 pages lues

     

    Pin It

    30 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires