•  

    Gare à l'eau qui dort - 7ème partie - Lou

    Gare à l'eau qui dort - 7ème partie

     

     

    Musique d'ambiance

     

    LOU 

    Gare à l'eau qui dort - 7ème partie - Lou

     

     

    NAISSANCE ET MORT

     

    En attendant, elle restait une enfant posée, studieuse, obéissante et particulièrement discrète. épisode précédent cliquez sur la phrase...

     

    Lou se laissa embrasser tranquillement par sa mère dont elle connaissait la tendresse. Mais, lassée par les sempiternelles disputes de ses parents, elle se sentait comme morte de l'intérieur, ne ressentant plus rien... 

     Depuis qu'elle existait, elle subissait cet état insoutenable. En fait, depuis sa naissance !

    Sa naissance en était-elle la cause ???

     

    Elle avait acquis au fil des années une connaissance terrifiante: la vie est sans fondement, elle est insensée ...

    Qu'est- ce que la réalité, sinon celle que chacun se fabrique avec sa culture, sa religion, ses traits de caractère, son rang social ???

    Le rang social ! Ses parents ne révélaient que trop leur rang social, étalaient leur richesse : stupidité de leur part qui étouffait Lou !

    Ils s'empêtraient dans des apparences que rien ne justifiait....

     

    Gare à l'eau qui dort - 7ème partie - Lou

     Passé et présent

     

    Lou estimait que sa naissance, tant pour eux que pour elle, était un désastre...

    Dans l'insanité de sa vie, sa naissance était un éternel présent vieux de dix ans... Fallait-il s'astreindre à remplir cette vie insensée, de jour en jour, d'heure en heure, de choses, d'oeuvres, d'états, dont elle en reconnaissait l'inutilité ? 

    Lou devra se débrouiller seule, sans impatience. La cruelle désillusion ressentie depuis sa naissance l'avait affranchie de toute précipitation.... Elle n'avait plus besoin de justification.

    Seule, elle avancera pas à pas, pour gagner son autonomie.... reconquérir une raison d'être !

    Parce que, dans le temps présent, elle se sentait coincée entre une naissance funeste et l'étrangeté d'un avenir rempli d'ambiguïté....

    Elle se devait de survivre à sa naissance, comme elle avait survécu au désamour de ses parents... Même si, avec lucidité, elle savait qu'elle en garderait des cicatrices qui, déjà, souvent, la brûlaient à l'excès.

    Mais sa froideur, acquise laborieusement, la préserverait.

    Une absence d'émotions la remplissait toute. Cette sécheresse la détachait de tout. Son âme n'avait plus besoin de rien d'autre que de se nourrir intellectuellement... Même la nourriture physique ne l'intéressait plus ! Elle ne mangeait que du bout des lèvres....juste pour maintenir le corps en bon état de marche !

    Se nourrir intellectuellement, là résidait sa sécurité !

    Sans cela, la stérilité de ses jours la rendrait incapable de convertir cette sécheresse en victoire, de surmonter la consternation de sa naissance.

    Il fallait bien avoir un but dans cette désillusion de la réalité ! Même si rien, en fait, n'était consistant, même si tout était illusoire.... 

    Comme l'était le désamour de ses parents, une illusion de vie, un jeu traîné au long des jours...

    Ils piétinaient dans le virtuel.... elle les observait s'affronter, lui dans les hurlements de son importance, elle par son silence obstiné enfiévré de contingences protocolaires, de futilités bien pensantes..... 

    Ah oui, Lou avait mal à sa naissance ! C'était un obstacle quasi infranchissable, un abîme inconcevable... tout le reste n'était que désert et simagrées... 

    Finalement, elle avait fini par opter pour le silence et l'intelligence  de sa mère et l'ambition de son père : réussira-t-elle ainsi à combler le vide de ses jours ? Le vide de leur désamour pour elle ?

    Fallait-il un jour se pardonner d'avoir voulu naître ? 

    Elle s'était enfin décidée à demander ce matin à Nany, avant l'arrivée de sa mère :

    "Nany, à quoi cela sert-il de naître puisqu'on va mourir ?"

     

    Gare à l'eau qui dort - 7ème partie - Lou

     

    Malaise visible de Nany ! Un seul mot lui venait aux lèvres : "Mystère !", mais il fallait bien répondre à cette petite bien trop précoce....

    "Ne lui flanquez pas de tourments métaphysiques" avait ordonné le père

    "Parlez lui en adulte !" exigeait la mère

    Que faire ?

     

    "La pensée de la mort à votre âge ne vous aidera pas à vivre, ma chère Lou" tenta Nany, choisissant soigneusement ses mots en rapport avec les exigences du père de l'enfant,  "vous êtes bien trop jeune pour y exercer votre pensée...

     

    Gare à l'eau qui dort - 7ème partie - Lou

      

    "Mais si vous voulez bien de mon opinion, toute relative, discutable : la mort n'est qu'un passage vers une nouvelle vie ! Votre Conscience, votre bien le plus précieux, survivra dans un Monde de Plénitude... "

     

     

    Gare à l'eau qui dort - 7ème partie - Lou

     

    "Ce n'est pas l'avis de père !" la coupa vivement la gamine "il parle de morgue, de tombe dans laquelle le corps pourrit et devient poussière ... D'ailleurs, dans les tombes anciennes ne se trouvent que des ossements ..."

     

    "C'est exact, mademoiselle" répliqua calmement Nany " mais vos pensées, vos émotions, votre caractère, l'essence même de votre être sont stockés dans votre Conscience qui sera projetée hors de votre corps au passage de la mort... 

    "Quant au laps de temps entre votre naissance et le moment de la mort" continua t-elle vivement, peu désireuse de décrire la mort à une enfant si jeune " je suppose que vous voulez parler de la souffrance engendrée par la vie ? Est-il nécessaire de souffrir afin d'obtenir la Connaissance ?

    "Mais Lou, peut on raisonnablement penser acquérir le Savoir sous toutes ses formes sans endurer les épreuves nécessaires pour l'obtenir ? 

    "Il faut beaucoup de courage et de constance pour accepter de vivre, pour apprendre à vivre... Les niais n'ont pas cette grâce, ce privilège, cette pulsation de vie... Ils s'échinent à faire semblant pour quelque chose qui ne les intéresse pas... Ils pataugent dans leur vie sans en trouver une issue acceptable....

    "La Connaissance ne s'acquiert qu'au travers d'un travail parfois épuisant, d'efforts constants.... 

    "Les idées ne viennent qu'en marchant" résume Nietzsche "

    "Lou, comprenez vous ? "

    "Mais l'essentiel n'est pas d'acquérir la Connaissance en soi, dans le but d'être admirée, adulée, reconnue....

    Rien n'est plus imprévisible, n'est plus illusoire, n'est plus pernicieux que la célébrité... qui peut tout autant vous porter au pinacle que de vous broyer... 

    "Vouloir être célèbre, c'est en quelque sorte tricher avec la vérité, avec le sens de la vie ! Se tromper de but !"

    Seul l'épanouissement de votre Conscience, de votre être me semble être le but de votre vie, de chaque vie.... Et votre Conscience ne peut s'expanser que par vos réussites, mais aussi par vos échecs... Vos échecs peuvent vous en apprendre bien davantage parfois que vos réussites.... 

    "Ainsi, il me semble, l'Humilité est la seule possibilité de progresser.... Vouloir être admirée est chose nuisible qui conduit au désordre de vos sentiments et aux mauvaises actions

    "Je suis persuadée que la Liberté réside dans l'Humilité, vertu essentielle d'un bon accomplissement de la vie"

    "La conduite de vos semblables, de vos proches peut vous paraître inadmissible, inconcevable, mais en fait,  elle est le miroir de vos propres comportements... N'avez-vous pas, bien souvent,  les mêmes défauts que ceux de l'autre ?"

    "Lou, j'ai bien peur de ne pas être assez claire pour votre compréhension ? ...."

     

    "Oh mais si, Nany, je vous suis parfaitement ! Mais alors, à votre avis, d'où émergeons-nous ? De quel abîme émergeons nous . Qu'y a t-il avant la conception .... "

     

    Soupir profond de Nany, interloquée ! 

    "Je vous suggère de réfléchir au désarroi dans lequel me plonge votre question... N'est-ce pas, peut être, une frénésie d'orgueil que de vouloir sonder l'insondable ? 

    "Tout peut s'affadir  et se dégrader en soi quant on n'a pas l'expérience qui fonde le raisonnement dans de tels sujets..Votre très jeune âge ne me permet pas de philosopher sur des questionnements aussi épineux !

    "Voyez vous, il serait beaucoup plus rassurant de réfléchir sur les petits progrès journaliers qui pourraient vous conduire à votre épanouissement...

    "Je vous suggère de remettre à plus tard les explications concernant ce qui peut surgir de vos profondeurs.... Rien n'est plus ardue que la Connaissance de soi... 

    "Cependant, vos interrogations vous honorent, chère Lou. Rares sont les enfants qui souffrent de penser à de tels questionnements ! 

    "Si vous le désirez, nous parlerons du problème que vous soulevez quant à votre naissance... Je vous promets d'y réfléchir et nous tâcherons d'y voir plus clair ensemble, car votre mère ne va pas tarder à arriver... 

    "Cependant, nos pas sont plus légers dans notre présent quand on se résigne à oublier les choses du passé qui fâchent... Mais vous avez raison de vouloir vous y pencher, c'est une résolution bien courageuse ! Elle peut vous libérer d'un poids peut être trop lourd ! ...."

    "Voici votre mère, Lou, je vous suggère de ne pas l'ennuyer avec des sujets qui pourraient lui sembler inconvenants... Levons nous pour l'accueillir et la saluer...."

     

    Gare à l'eau qui dort - 7ème partie - Lou

     

    Ida, la cuisinière, bouillait ! Elle avait écouter attentivement ce charabia incomestible pour elle en soupirant...

    Il était évident que les questionnements de la petite traduisaient un profond mal-être. Il aurait mieux valu prendre la gamine dans les bras et la bercer de tendresses.... 

    Rien n'était plus dangereux que de lui faire ingurgiter de pareilles fadaises d'adultes tourmentés à son âge ! Elle n'osait pas en parler avec la mère.... Madame était imprévisible ... et si peu câline ! Pauvre gamine abandonnée aux soins des domestiques ! Elle aimait beaucoup Nany, mais cette façon d'éduquer la petite lui écorchait les oreilles... et le coeur ! 

    Nany était une nounou de luxe, sortie des grandes écoles de gouvernantes pour riches.... Ça doit gâter le caractère, ce genre d'école....

    Ça promettait pour Lou ! Quel gâchis !

    Luciole

    A SUIVRE  

     

    Gare à l'eau qui dort - 7ème partie - Lou

     

     

    Nouvelle "Gare à l'eau qui dort" cliquez sur les phrases ci-dessous :

     1ère Partie : Justine

    2ème Partie : Entretien d'embauche entre Damien et Justine

    3ème Partie : Damien

    4ème Partie : Louise

    5ème Partie : Justine

    6ème Partie : Lou (Louise-Hortense)

    Pin It

    14 commentaires
  •  

    Gare à l'eau qui dort - 6ème partie : LOU

    Louise-Hortense

     

    Musique ambiance

     

     

     GARE A L'EAU QUI DORT - 6ème partie -

     

    LOUISE-HORTENSE

     

    Elle dérangeait, la Nouvelle ! Son travail acharné, sa discrétion, son intelligence affolaient les jeunes loups éconduits, affamés de promotion, confrontés à l'implacable Loi de la concurrence..... 

     Un climat de suspicion, d'insécurité et de tensions se développa autour de la jeune femme.... (Episode précédent ICI)

     

    Tant et si bien que des lettres anonymes échouèrent un beau matin dans la boîte aux lettres du domicile de  Mr Damien... 

     

     

    Sept heures du matin ! Le vrombissement de l'aspirateur réveilla Louise. Encore toute engourdie de sommeil, elle se leva nonchalamment du lit, se dirigea vers la salle de bains et et prit une douche rapide.

    Elle enduisit son visage de la crème sensée le protéger des rigueurs climatiques, se maquilla légèrement, enfila son jogging, ses baskets

    Puis ouvrit les portes fenêtres qui donnaient sur une vaste terrasse paysagée d'un blanc lumineux,  délimitée par de fines balustres, surplombant les splendeurs du Parc..... 

    Le ciel, débarbouillé des pluies nocturnes, s'ébrouait en petits frissons de brume... Le matin ruisselait sur la terre et fumait de tous les parfums du Parc et de la forêt proche... Le soleil s'échinait à vouloir allumer toutes choses de son haleine chaude... 

    Louise, comme ivre, se sentait revivre.... 

     

    Gare à l'eau qui dort - 6ème partie : LOU

     

    Elle disposait au premier étage d'une coquette chambre personnelle  dotée d'un grand lit, d'un dressing et d'une salle d'eau parfaitement équipée,  puis d'un petit bureau très ordonné... Le tout aménagé avec un raffinement qui combinait authenticité et modernité...

    Ragaillardie par la fraîcheur de l'air, elle sortit vivement de la chambre. 

    Elsa, une perle ménagère jeune, dynamique et bienveillante, lui tournait le dos et traquait une poussière inexistante en slalomant avec son aspirateur bruyant entre les meubles précieux de l'immense couloir desservant de nombreuses chambres.

    Louise, qui l'aimait bien, trouverait sa maniaquerie bien cocasse si celle-ci n'était pas liée au despotisme de son mari et à son exigence de propreté... Mais il est vrai que la Maison devait être prête à recevoir toutes personnalités importantes qui se présenteraient à l'improviste ... Les lits étaient toujours impeccablement faits dans les dix chambres, la plupart du temps inoccupées, et des serviettes propres, régulièrement changées,  attendaient d'être utilisées dans les salles de bains.... 

    Damien n'avait pas mis longtemps à adopter toute la rigueur aristocratique de Belle-maman et de sa femme !

    Depuis leur mariage, il y avait eu tellement de bouleversements, de changements dans la vie de cet Homme ! Il avait dû assimiler tant de choses en un temps record ! 

    Motivé par les incitations fiscales, il avait pris goût au "petit personnel". Mais le-dit "petit personnel" ne l'aimait pas, et voulut se rebeller, se faire respecter un minimum, tout de même ! La dédaigneuse brutalité de Damien ne convenait pas à ces gens de services de la Haute Société, recrutés tout droit de la prestigieuse "Ecole Académique des gouvernantes et aspirants domestiques" fondée en 2010... 

    A leurs yeux habitués aux belles manières, Damien passait pour un "phénomène mental fort original" dépourvu de classe ! Louise avait dû leur imposer silence avec une telle autorité innée que tous se turent afin de ne pas lui déplaire... 

    Pourtant, son titre de noblesse n'encourageait plus Louise à se sentir supérieure aux autres... Ce temps-là était révolu ! Mais elle savait qu'elle devait faire passer l'intérêt de la Famille avant ses sentiments personnels. Les subordonnés ne doivent jamais devenir des intimes, des amis potentiels, afin qu'un agencement harmonieux puisse se mettre en place au sein de la Maison... 

    Elle sut très rapidement qu'elle pouvait compter sur eux, sur leur dévouement à son égard. Ils transformaient ses moindres désirs en réalité !

    Cependant, toute distances gardées, des liens s'étaient tissés entre elle et le personnel. Celui-ci comprenait bien des choses et il veillait discrètement sur elle et sur la petite Louise-Hortense.

    Elle faisait sienne en soupirant cette célèbre maxime de Nietzsche : "Un seul Homme sans joie suffit pour créer dans une maison une humeur chagrine". C'était si juste !

     

    Gare à l'eau qui dort - 6ème partie : LOU

     

    Elle descendit rapidement l'escalier majestueux en pierre des marbriers façonniers moka crème d'une élégante sobriété, qui occupait presque tout l'espace du vaste Hall d'entrée en longeant le mur de gauche que des toiles contemporaines égayaient. La rampe en fer forgé accompagnant cet escalier déployait les volutes d'un chef d'oeuvre de ferronnerie d'une solidité à toute épreuve....

    Elle se rendit vers la salle des petits déjeuners attenant à l'immense cuisine dernier cri aux chromes étincelants dans laquelle s'activait déjà Ida, adorable cordon bleu petite et grassouillette qui faisait les délices de Damien le Dimanche, seul jour dont il gratifiait la Famille de  sa présence. 

    Louise salua gentiment Ida, et s'avança d'un air guilleret vers sa ravissante fille Louise-Hortense, flanquée de sa nounou  surnommée Nany... 

    Vêtue avec un soin méticuleux d'un jean blanc, d'un Sweat bleu azur aux motifs poétiques et scintillants offert par sa mère, de baskets blancs.... , auréolée des fragrances florales , boisées et sucrées de "Lolita Lempicka", parfum offert par son père, la  mince fillette aux yeux de pervenche terminait son petit déjeuner aux côtés de sa Nany anglaise, jolie trentenaire célibataire stricte et austère, sanglée dans un tailleur-pantalon noir très chic ... qui avait un sens du devoir et du sacrifice beaucoup plus développé que celui de Louise... 

    Louise Hortense essuya sa bouche discrètement avec sa serviette et se leva ainsi que Nany à l'approche de sa mère. 

     

    Gare à l'eau qui dort - 6ème partie : LOU

    Nany

     

    Nany salua respectueusement en inclinant la tête la jeune maman qui appartenait à une des plus prestigieuses familles aristocratiques. Louise maîtrisait parfaitement le système protocolaire avec beaucoup de discrétion et bon goût... ne provoquant jamais d'esclandre, n'ayant jamais un mot plus haut que l'autre, et donnait toujours l'impression de s'intéresser aux problèmes de chacun.
    Mais Nany savait qu'une main de fer se cachait dans un gant de velours.... Même si Louise ne s'en apercevait pas ...

    Louise aimait et admirait profondément sa fille, ayant remarqué les aptitudes remarquables de sa petite Lou qui, tout comme son père, était habitée par l'ambition et ne reculerait devant rien pour la satisfaire.... 

    Mais c'était Nany qui assurait tous les rôles, tour à tour éducatrice, narratrice, animatrice de jeux, confidente, voire infirmière.... Louise lui confiait totalement sa fille...tout comme l'avait fait sa mère à son égard.... 

    La vie dans la Maison devait être bien ordonnée et rien ne devait perturber le bon déroulement de toutes choses et des opérations domestiques ! Chacun à sa place ! 

    Pas de mièvreries entre mère et fille... Pas de discussions oiseuses... Pas davantage de ces petites douceurs sucrées qu'ont les mères avec leur "bébé" ! Louise se targuait de considérer Lou comme une adulte depuis son plus jeune âge.

    La blonde Lou aux tresses épaisses enroulées autour de son joli minois - oeuvre de Nany - âgée de dix ans, avait hérité de la beauté pétillante et des performances intellectuelles de sa mère pour laquelle un spécialiste avait annoncé un QI supérieur à 140 dans sa jeunesse et décelé une mémoire infaillible. Louise était incollable sur tout ce qui concernait le bottin aristocratique et mondain. Ces qualités lui avaient permis des études éblouissantes en littérature, ainsi que dans les domaines des arts et des langues étrangères... Elle aurait pu prétendre à une carrière journalistique dont elle rêvait si Damien n'avait pas mis un frein puissant à son évolution.

    La mère avait espéré les mêmes dispositions pour sa fille, mais Lou souhaitait ardemment être avocate. Ce métier jouissait d'un grand prestige à ses yeux... bien que son père n'aimait pas "les gens de robe"... tout en reconnaissant que ceux ci l'avaient bien dépanné, plus d'une fois même, au cours de situations épineuses rencontrées au fil des années dans son travail...  

    Cependant, le coût de ces études était fort élevé ! Mais Lou rassurait son père, en lui promettant fièrement d'être  toujours "major de sa promotion" ! Ce qu'elle était déjà ! 

    En attendant, elle restait une enfant posée, studieuse, obéissante et particulièrement discrète. 

     

    Gare à l'eau qui dort - 6ème partie : LOU

     

     

    Nouvelle "Gare à l'eau qui dort" - cliquez sur les phrases ci-dessous :

     1ère Partie : Justine

    2ème Partie : Entretien d'embauche entre Damien et Justine

    3ème Partie : Damien

    4ème Partie : Louise

    5ème Partie : Justine

    6ème Partie : Lou (Louise-Hortense)

     

    23 H 21 : 15/01/2020 : 125 visiteurs et 2090 pages lues

    Pin It

    10 commentaires
  • LETTRE DU PERE NOËL à Clémentine

    Cliquez sur l'image

     

     

    CONCOURS DE LETTRE DU PERE NOËL

    Oh, Ooh, Oooh les petits Croqueurs de Môts !!!

    Je viens vous annoncer le résultats des votes pour vos lettres écrites par le Père-Noël

     

    Première place :    Lettre N°9 (Les Cabardouches)

                                                                           Deuxième place :    Lettre n°1 (dimdamdom59)

                                          Lettre n°7 (La cachette à Josette)

                                        Lettre N°11 (Le blog de Lénaïg)

                                                                          Troisième place :       Lettre n°3 (Marie Chevalier)

                                                      Lettre n°10 (Le petit monde de Luciole)

     

     

     

    LETTRE DU PERE NOEL A CLEMENTINE

     

    en utilisant la récolte de mots suivante :

    joliment –  crêpe – tintinnabuler – soleil – joie – smartphone –

     

    (s’) embarbotter – cascade – santé  et j’ajoute le mot « rognons » 

     

     

    LETTRE DU PERE NOËL à Clémentine

     

     

     

    Ma tite Clémentine,

    Me  voici d’un coup tout embarbouillé de larmes devant mes rognons refroidis ! Ta lettre me fend le cœur. Ma tiote, tu me fends le cœur !

    Suis-je un scélérat pour que tu me haïsses ainsi ? Tu n’as plus confiance en moi ?

    Tout de même ! Me comparer à  une « grosse arnaque ventripotente, rouge du sang des tout-petits qu’on assassine de bobards tous les ans » ? A une « duplicité de tes parents qui, pourtant, sévissaient bien durement au moindre de tes petits mensonges, de tes écarts ? »

    Ma brave Mère Noël en est si retournée qu’elle en brûle mes crêpes, mon dessert préféré ! Ma tendre femme au grand coeur m’envoie de toute urgence vers toi pour te sauver du désespoir.

    Té, le mérites-tu, ma petitoune ? N’écoute plus tes souvenirs tristounets, pourtant, à y réfléchir, si vibrants d’espoir ! Demain, ouvre grands tes yeux et ton cœur, lève la tête, écoute chanter Noël !  Dans l’air pur du firmament tout illuminé d’étoiles, n’entendras-tu pas  joliment tintinabuler les clochettes et les grelots de mon traîneau ?

    Té, vé,  comme je me décarcasse pour vous rendre tous heureux. Et toi, tu m’escagasses ! Comme ton caractère est bien tracassier !!!

    Pourquoi te confiner ainsi dans l’engourdissement des habitudes ? Au crépuscule de ta vie, tu brûles et tu barbottes dans des jours et des nuits si chagrinés de solitude et de froidure. Ma Tine toute ridée comme une vieille pomme, je ne prétends pas d’emparadiser : je ne suis pas le Bon Dieu, vois-tu ! Tu veux renaître, mais tu te cramponnes aux barreaux de ta prison, étranglée par la peur… Comment puis-je t’aider, moi, à ouvrir tes yeux clos ?

    Tu t’épargnes, Clémentine, ainsi coupée du monde. Tu t’enlises et t’embarbottes comme un gâte-papier. A s’y perdre dans ta bafouille, dans tes cascades de mots et de maux ! Tes pensées, tes renoncements, tes ruminations altèrent ta santé déjà bien fragile. Tant de griefs, de matins amers, de nuits mauvaises qui cherchent l’air, leur part de rêves ! Comment te hisser vers le Soleil ?

    Avec toi, j’y perds mon latin ! J’avance à pas prudents sur terrain miné ! J’ai beau chercher mais ne trouve que cette idée : un Smartphone ! Le pitchoun du voisin viendra te donner leçons, c’est un gentil garçon. Té, ta parole muselée trouvera bien quelque chose à dire à quelqu’un ! Il y a toujours quelqu’un pour chacun ! Mais attention, Tine, ce Quelqu’un, tu l’écouteras avec soin, il sera ta joie, il sera ton lien d’avec le Monde. Ne va pas lui bricoler un bouquet de misères ! Sinon, tu le perdras !

    Ma Tine, que tes mots soient fenêtres ouvertes pour les autres ! Il y a tant de tendresse lovée en ton cœur. Laisse-la s’épancher en toute liberté : n’étouffe plus la vie qui coule en toi ! Aime la Vie comme un poème et, surtout, accorde grand prix au Temps qui passe, il court si vite à ton âge !

    Sois heureuse, ma chère Clémentine, avec ce mobile intelligent. Il sera grand vent de nouveauté dans ta vie étriquée ! Et n’oublie pas de me bricoler un album de toutes tes photos : tu me feras bien plaisir !

    La Mère Noël et moi t’embrassons bien affectueusement. A l’Année prochaine !

     

    PS : Et surtout, ne langarde pas dans ton téléphone, nous serions bien déçus, la Mère et moi ! Je trouve la Provence bien cancanière :  c’est bien assez, n’en rajoute pas !

    Pour ton information …S’embarbotter : ne pas pouvoir continuer des phrases qu’on a commencées – gâte-papier : mauvais écrivain – langard(e) : qui parle beaucoup et dit du mal – escagasser : démolir, fatiguer, ennuyer, agacer.

     

     

     HO HO HO - Bye-Bye - A l'année prochaine -

     

    (Désolée pour le retard pour la publication de la Lettre. Hier piqûre dans les yeux à la Clinique Je viens de découvrir les votes)

     

    10/01/2020 : 204 visiteurs et   411 pages lues

    13/01/2020 : 136        "           1100       "

    15/01/2020 : 101        "            2043      "

    Pin It

    17 commentaires
  •  

    HISTOIRE DE TRAINS

     

    Défi n°228 de Colette (très en retard) 

    Croqueurs de mots

    (Fiction)

     

     

     

     

    Il faut toujours prendre un train quelque part,

    mais des trains peuvent en cacher un autre

    sans crier gare....

     

    Je ne me suis pas méfié, car

    en attendant le Train de la Vie

    qui ne s'arrête à aucune gare,

     

    j'ai partagé mon coin de quai pour un coin de paradis

    avec un petit ange qui m'a dit "oui",

    et nous avons pris en marche

    le petit train-train de la Vie qui passe .... 

     

    Mais la vie m'a botté le train

    et mon ange m'a dit "merci",

    est reparti dans un train de folie,

    me laissant sans un radis

    dans un train fantôme gore

    en partance vers le pays des morts,

    bien loin du paradis ! 

     

    Il faut toujours prendre un train quelque part,

    mais des trains peuvent en cacher un autre

    sans crier gare.... 

     

     

    Histoire de TRAINS !

    Un petit coin de quai pour un coin de paradis

     

    Histoire de TRAINS !

     

    Le train-train de la vie

     

    Histoire de TRAINS !

    Mon ange m'a dit merci , est reparti....

     

    Histoire de TRAINS !

     

    Me laissant sans un radis,

    dans un train fantôme gore en partance vers le pays des morts....

     

    Histoire de TRAINS !

     

    ..... bien loin du paradis.... 

     

    Luciole

     

    Pin It

    11 commentaires
  •  

    Gare à l'eau qui dort 5ème partie: JUSTINE

     

    GARE A L'EAU QUI DORT  :  5ème Partie

     

     

    Musique classique d'ambiance

     

    JUSTINE

     

    Justine était reléguée par Melle Adèle dans la vaste Salle des Archives, qui servait également de Salle de Conférence.

     

    Gare à l'eau qui dort 5ème partie: JUSTINE

     

    L'accès direct à tous les dossiers archivés de l'Agence constituaient une mine d'or pour Justine, une source appréciable de renseignements... ce que n'avait pas envisagé Melle Adèle ... 

    Mr Damien, entretenant une relation forte avec ses clients, investissait énormément pour l'image de marque, la notoriété de son Agence, afin de pouvoir exister durablement sur le difficile marché des Assurances.... 

     

    Gare à l'eau qui dort 5ème partie: JUSTINE

     

     

    Tout ce qui était mis en oeuvre dans la politique de communication, de marketing, de développement des produits proposés devait être en totale adéquation avec sa volonté. Il partait du principe que plus l'Agence communiquait sur l'excellence, plus elle devenait fragile... Oui, parfaitement, fragile !  
    Les assurés devenaient très exigeants, même sur le comportement éthique des dirigeants et employés de cette Agence....
    Une exposition médiatique défavorable pouvait être fatale....

    "Chaque faiblesse, maladresse d'expression ou de comportement au sein de l'Entreprise pouvait être exploités par les concurrents... C'est pourquoi le moteur de toute entreprise étaient d'abord les femmes et les hommes qui y travaillaient....

     

     

    Gare à l'eau qui dort 5ème partie: JUSTINE

     

     

    Leur intégrité et leur savoir-faire étaient primordiales........."

    ...... martelait inlassablement  Mr Damien,

    qui oubliait manifestement ses petites entorses à la morale familiale .... sans doute des peccadilles qui ne méritaient pas qu'on s'y attarde ! 

     

    Ce qui présupposait pour Justine un état de veille permanent afin de savoir réagir promptement à toute problématique.... Elle devait acquérir très rapidement une totale maîtrise de tous les produits ..........

     

    Elle était particulièrement fébrile à chaque fois qu'elle devait se rendre dans le bureau de son Patron. 

     

    Gare à l'eau qui dort 5ème partie: JUSTINE

     

    Il consultait posément chaque dossier présenté en fronçant les sourcils, avec un curieux mélange de sévérité entachée d'un sadisme évident  et d'affection,  feinte ou sincère... ???

    Son regard d'acier, impérieux et narquois, la décontenançait totalement... 

    Il pouvait tout à la fois la morigéner de sa voix d'orateur une heure durant, et la rassurer sur ses capacités à exercer ses nouvelles fonctions en quelques mots.... sans pour autant lui indiquer le fil conducteur qui aurait pu l'aider dans son travail.... 

    Cependant, elle avait saisi très rapidement le profond mal être de cet Homme compliqué, la tristesse infinie, la grisaille d'une vie obligée.... dans les intonations de sa voix, dans ses silences lourds, dans ses expressions corporelles.... Dans toute cette vibration, cette électricité subtile qui se dégageaient de lui....

    Curieuse symbiose temporaire avec tout l'être de l'autre ; constellation de sensations, d'émotions éprouvées de corps à corps... Gêne aussi face à la vulnérabilité exposée de chacun dans le face à face.....

    Manifestement, Mr Damien essayait de dominer émotionnellement, d'inspirer de la crainte.... de prouver sa puissance.... Plus elle le fréquentait par la force des choses, plus c'était flagrant ! 

    Désir de se mettre en scène ? Besoin d'exorciser un réel qui étouffe et mutile ? Rapport de force qui dévoile "l'impouvoir" sur sa propre vie ?

     

    Gare à l'eau qui dort 5ème partie: JUSTINE

     

    Justine se sentait face à lui comme un héron juché sur un pied dans un champ de mines.... 

    Imbrication de pensées qui débusquaient les symptômes, les nommaient, les fichaient, les classaient, les cataloguaient, les enfermaient dans des cases, ainsi que les dossiers dans les boîtes à archives.... 

    Symptômes qui devinrent très rapidement syndromes .... syndromes qui laissaient envisager une pathologie, une pathologie sévère chez Mr Damien..... 

    Toile de fond sur laquelle la raison raisonnante de Justine butait, bouleversée..

    Rage impuissante du moucheron qui se débattait dans une toile aranéide pleine de noeuds, noeuds qui tissaient des liens, liens qui aliénaient.....

    Cadrée, recadrée par ce schizophrène  pétri par des générations de petits patrons Agents d'Assurances qui rigidifiaient sa position, 

    Oppressée par la peur de l'échec, du renvoi, pressurée comme un citron,

    Justine se retranchait dans un silence obstiné, attendant qu'une porte s'entrebâille enfin sur une bonne raison de poursuivre cette histoire peu banale, bien que la lumière se trouvait au coeur même de cette étrange histoire : elle servait de défouloir à l'égo de Damien ! 

    Effroi devant cette révélation assourdissante, effroi d'être dans l'incapacité de savoir où allait la mener cette histoire dérangeante ??? 

    Le "nom prestigieux" qui portait haut cette Agence n'était qu'un mirage, un miroir aux alouettes..

     

    Gare à l'eau qui dort 5ème partie: JUSTINE

     

    Découragée, profondément désemparée, envahie par une colère grandissante, elle retournait à sa place sous les regards sournois de Melle Adèle qui se posait beaucoup de questions sur les raisons....  pouvant retenir aussi longtemps Justine dans le bureau du Patron....

     

    Gare à l'eau qui dort 5ème partie: JUSTINE

    Melle Adèle

    Elle avait des joues bien rouges, bien enflammées... Justine ! Le regard bien brillant.... Un port de reine... Elle se rengorgeait, la belle ! Oh que Melle Adèle n'aimait pas cela !

    Adèle furetait souvent dans la Salle des Archives et la voyait se plonger dans des piles de dossiers, consulter des livres énormes ouverts en éventail devant elle, prendre des notes... pianoter fébrilement sur ses ordinateurs, téléphoner à de mystérieux correspondants sur des questions bien précises... qui déroutaient Adèle.... Elle se sentait complètement dépassée, Adèle ! 

    Plus les mois passaient, plus Adèle angoissait.... 

     

    Gare à l'eau qui dort 5ème partie: JUSTINE

     

    Quant à Damien, la "bizarrerie" de Justine l'oppressait ! Ses silences obstinés, ses yeux furibonds qui le défiaient sans cesse lui inspiraient un profond malaise... l'énervaient au plus haut point....  le fustigeaient même !

    Il la rendait responsable de son incessante mauvaise humeur !!! 

    Sans cesse, elle le scrutait de ses yeux sombres, le détaillait... Des yeux laser presque chirurgicaux  qui semblaient le mettre à nu, le fouailler dans sa chair, le découper en rondelles... Ah qu'il n'aimait pas cela ! 

    Il comparait les dossiers de Justine à des travaux d'horloger tant ils étaient minutieusement ordonnés, organisés, fouillés, détaillés... Rien n'était laissé dans l'ombre !

    Stupéfait, il avait peur ! Elle n'avait rien d'une secrétaire ordinaire... Sacré caractère, cette petite elle ira loin ! 

    Les dossiers de Justine lui étaient d'une aide précieuse.... une aide imparable devant des clients pointilleux.... Une précision d'horlogerie comptable qui ne laissait aucune chance aux clients litigieux.... 

    Profondément admiratif, Damien n'osait plus lui donner le moindre conseil tant la capacité de travail et l'intelligence de Justine le dépassaient.... Intelligence vive dont il devait se protéger... De cela, il en était certain !

    Tous les gestes de cet enfant surdoué révélaient une distinction innée qui le fragilisait... Bon sang, il avait l'âge d'être son père ! 

    Cet Homme au coeur sec, qui ne s'abandonnait qu'en sa voluptueuse sensualité avec les Babé, perdait contenance devant cette jeune femme brillante et sauvage au corps souple et musclé, dont les cheveux d'un noir de jais encadraient un visage mat et déterminé....lui qui l'avait perçue timide !

    Il maudissait sa maladresse qui plombait leurs entrevues... Le visage contracté de Justine en disait long sur sa souffrance... Une tristesse singulière la chiffonnait depuis son arrivée....

    Il reconnaissait en lui-même qu'il la bousculait, l'humiliait sans cesse, malgré toute l'estime qu'il avait pour elle.... Attitude de sa part qu'il ne s'expliquait guère... Il s'en trouva fort désappointé ...

    Son instinct de séducteur, pourtant, l'avertissait qu'elle "en pinçait pour lui".... Le savait elle ? 

    Son corps, d'ailleurs,  ne s'y trompait pas et  s'affolait  devant l'orgueil mêlé de candeur de cette jeune beauté qui n'avait peut être jamais connu de mâle .....

     Il savait par les insinuations perfides de cette commère d'Adèle,  qu'elle avait grand succès auprès des "jeunes loups" de l'Agence qui, quelques fois, la suivaient comme une ombre, la taquinaient, la flattaient, l'ennuyaient.... et combien elle se jouait froidement de leurs galanteries sans jamais se départir de son sourire... 

     

    Gare à l'eau qui dort 5ème partie: JUSTINE

    Rien n'échappait à l'oeil acéré d'Adèle... Elle était mortifiée  ! Sa jalousie pesait si lourd qu'elle laissa entendre à quelques personnes bien choisies, au milieu d'un flot de paroles insignifiantes, que Justine et le Patron..... La "Favorite" susurrait-elle avec délectation.... 

    La rumeur alla bon train... Les "manoeuvres douteuses"  de la Nouvelle "risquaient fort de ternir la renommée intrinsèque de l'Agence"... sans parler des "valeurs traditionnelles de la famille"... pensez donc, le Patron est marié... et bien marié, avec une Femme de qualité, dont la fortune assurait la bonne marche de l'Entreprise  ! Un si beau couple et une petite fille si adorable !

    Elle dérangeait, la Nouvelle ! Son travail acharné, sa discrétion, son intelligence affolaient les jeunes loups éconduits, affamés de promotion, confrontés à l'implacable Loi de la concurrence..... 

     

    Un climat de suspicion, d'insécurité et de tensions se développa autour de la jeune femme.... 

     

    Tant et si bien que des lettres anonymes échouèrent un beau matin dans la boîte aux lettres du domicile de  Mr Damien... 

     

    Luciole

     

    A SUIVRE 

     

    Gare à l'eau qui dort 5ème partie: JUSTINE

     

     

    14/12/2019 : 119 visiteurs et 500 pages lues

    15/12/2019 : 147     "           1 470     "

    16/12/2019 : 226     "           2 000     "

     

     

    Pin It

    12 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique