•  

    DEFI n° 233 Croqueurs de mots mené par Marie CHEVALIER

    pour Lundi 16-03-2020

    Vous êtes plongé dans un doux rêve et vous vous réveillez en sursaut.

    Décrivez ce que vous ressentez et surtout, parlez nous de ce rêve...

     

    DECORPORATION

     

     

    DECORPORATION

     

     

    Musique d'ambiance - violon

     

     

     Si l'homme est âme et corps, mais d'abord âme avant d'être corps, et toujours plus âme que corps, ne comprenez-vous pas que dans chacun des phénomènes de la vie physique elle-même il y aura lieu de tenir compte de l'âme, et de la consulter avant d'agir ? 
    Citation de Henri Perreyve ; La journée des malades (1864)

     

    Sensation de tomber... Chute sans fin dans une obscurité totale.....

    Aucune peur, juste de l'étonnement !

    J'entends comme une respiration profonde, qui ne semble pas provenir de moi, puis un bourdonnement qui s'intensifie....

    Spirales d'énergie, montée en puissance, vagues de vibrations et soudain, j'éclate.... et me sens propulsée vers le haut de la chambre.... 

    Fantastique sensation d'une délivrance... Pas eu le temps d'angoisser.... Je jouis d'une merveilleuse liberté sans limite... 

    Curieusement, cette liberté me paraît familière ... Tout est normalité....Je suis fascinée par l'apesanteur dans laquelle mon "nouveau moi" se déplace avec une mobilité consciente.... Tout est affaire de pensées...

    Mon "nouveau moi" ne pèse rien...  Il plane... je plane à hauteur du plafond de la chambre ? C'est hallucinant !  Une ivresse incompréhensible m'étreint... 

    Un corps repose, inerte, sous moi.... Je comprends soudain que c'est le mien, je le reconnais à peine, car je le perçois en trois dimensions... Ma chambre est différente de ce que ma mémoire me suggère... Mon regard a une acuité extraordinaire... 

    J'ai beaucoup de mal à saisir ce qui m'arrive, et pourtant, aucun affolement ! Sérénité totale, je suis si bien ....

    Ce "nouveau moi", est-ce mon âme ? Est-ce CE que je suis "vraiment" ! Je n'ose parler de réalité, tant celle-ci est parfaitement "ailleurs"... 

    C'est curieux, je suis en même temps actrice et spectatrice.... Quand je parle de temps, c'est relatif... Quel temps ? ... Une partie de moi est restée dans mon corps et m'observe... Une force invisible, mais efficace, me connecte à mon corps physique qui repose dans ce petit lit dont je reconnais le moindre détail....

    Une profonde confiance m'envahit... Je suis à la fois "chez moi" dans cette chambre et "chez moi" dans cet ailleurs familier... ??? 

    Mon "âme" rayonne... Il émane d'elle une lueur douce, rassurante... Tout est étrange, mais pourtant familière... oui, pas d'autre mot... familière dissociation... 

    Je peux me déplacer à la vitesse de la lumière... cette notion est en "moi"... Ma perception du monde peut varier selon ma volonté... belle découverte qui me transperce de joie... Perception extrasensorielle qui peut s'étirer de l'hier à l'aujourd'hui, de l'aujourd'hui à l'avenir.... 

    Mais mon âme est timide ! Elle refuse de s'aventurer dans des lieux inconnus, dans des "ailleurs" imprévisibles ??? Des dangers guettent... D'ailleurs, elle est extrêmement sensible aux bruits, à tout mouvement du monde physique... J'ai toujours été craintive... J'en ressens toute la frustration... 

    J'ai la certitude que mon corps dort, mais je peux distinguer très clairement les lieux, les objets de la chambre, malgré l'obscurité .... L'exaltation m'envahit.... Ondes de paix et de sérénité, vibrations d'Amour... Je perçois très nettement ces vibrations d'Amour....

    Ce "Cri" d'Amour me transperce, me baigne... Comme une Respiration chargée d'étoiles , de mondes tournoyants, qui prenait source "au-delà de mon âme", dans cet "ailleurs" indéfinissable, mais tellement présent... Comme un Ouragan de Lumière éblouissante de Savoir qui me porte, me transporte d'exaltation, comme un Chant intérieur, une Pulsation.... 

    Certitude que mon âme porte mon corps physique... Que mon corps sans mon âme ne serait qu'un cadavre, si cette force invisible, telle une corde me reliant à lui, se rompait..... 

    Voilà peut être pourquoi mon âme refuse tout déplacement ? .... Je m'ouvre enfin à cette ivresse grandiose, éblouie, qui m'emporte vers la Lumière ... Lumière qui se réfléchit dans mon âme et m'étourdit... Plénitude incluse dans l'Harmonie originelle.... 

    Mon corps physique observe et s'affole ... 

    Soudain, une stridence, un grondement impressionnant... J'entends des cloches tinter.... Mon âme est aspirée dans une spirale noire tourbillonnante... Réveil brutal dans l'obscurité de la chambre.... 

    Confusion totale ! Frustration inouïe.... Je hurle de dépit envers l'exigence de mon corps physique qui m'oblige à retourner en lui.... Incroyable conviction que ce n'est pas mon cerveau qui génère la conscience, mais bien la conscience qui utilise mon cerveau.... 

    C'est très surprenant ! Des bribes d'un Savoir inconnu, fugaces, s'envolent telles des papillons...  Me voici dans la lourdeur et l'épaisseur... La Lumière, un instant suspendue, s'est retirée de moi.... mais j'en garde à jamais la trace... Contingences du corps physique qui m'obligent à me lever... Je peste en gagnant rapidement les toilettes... 

    Tout de même, c'était tellement immense ... tellement beau ... tellement "autre" ! La douche attendra... Je retourne me coucher, espérant retrouver le rêve.... 

    Luciole

    DECORPORATION

     

     


    21 commentaires
  •  

     

    Gare à l'eau qui dort - 15è partie - Lettres anonymes

     

    Gare à l'eau qui dort - 15ème Partie

     

    LETTRES ANONYMES

     

    elle rentra rêveusement dans le Hall d'entrée et, machinalement, prit la corbeille d'argent où  s'entassait le courrier du jour.... (Episode précédent n°14 - ICI)

     

     

    Beethoven 

     

     

     Des arômes délicieux provenaient de la cuisine. La table de la petite salle à manger privée attenante à la cuisine s'égayait d'une très jolie nappe blanche damassée, de délicates porcelaines de Sèvres bleues, d'argenterie et de verres de cristal. Un chandelier d'argent aux bougies allumées trônait au centre de la table...

     

    Gare à l'eau qui dort - 15è partie - Lettres anonymes

     

    Lou déjeunait à la cantine de l'Ecole Communale et Nany avait pris l'habitude de monter discrètement son repas frugal dans ses appartements, afin de ne pas déranger Louise... Damien, au grand soulagement des domestiques et de Louise, déjeunait dans son bureau ou à l'extérieur, selon les besoins... 

    Louise déposa sa corbeille de courrier dans le Salon, sur le plateau de marbre d'une petite table en bois précieux et doré... Puis elle grimpa allègrement vers sa chambre particulière... A peine douchée, maquillée, parfumée et vêtue d'un élégant ensemble pantalon crème et d'un pull chatoyant en cachemire crème et marron glacé, elle redescendit vivement vers la salle à manger, tant elle était affamée.

    Gare à l'eau qui dort - 15è partie - Lettres anonymes

     

    Ida lui servit promptement une appétissante omelette fourrée de crevettes et de pointes d'asperges vertes, parsemée de fines herbes, accompagnée de toasts grillés tartinés de fromage allégé, bientôt suivie d'une jolie composition gourmande : tarte feuilletée aux pommes-fleurs citronnées et caramélisées, et  glace au yaourt allégé mélangé avec de délicieux dés de pommes sautés au beurre et d'éclats de nougatine... 

    Gare à l'eau qui dort - 15è partie - Lettres anonymes

    https://cuisine.journaldesfemmes.fr/recette/354714-tarte-aux-pommes-fleurs-et-sa-boule-de-glace

    Connaissant les goûts de Louise, elle lui versa sa boisson préférée, un champagne pétillant, dans la coupe de cristal appropriée... et posa une magnifique carafe d'eau fraîche en verre ciselé dans laquelle baignaient quelques rondelles de citron, près du verre à eau en cristal..  

    Le repas était délicieux ! Louise se félicitait sans cesse d'avoir embauché cette perle de cuisinière... Elle but lentement le liquide pétillant avec délectation, perdue dans une rêverie vague et douce... 

    Après avoir chaudement complimenté Ida, qui se pâmait, toute rose de plaisir, elle sortit de table et se rendit au Salon,  s'assied avec grâce dans son confortable et luxueux  fauteuil, soupirant d'aise en contemplant les flammes joyeuses qui crépitaient dans la cheminée... Ida versait déjà le café brûlant dans une merveilleuse tasse de porcelaine de Sèvres bleue posée sur un plateau à côté de la corbeille de courrier et des journaux... Le dévouement amical de Ida la touchait profondément et elle la remercia d'un délicieux sourire.... 

    Impression d'être une reine en son royaume,  seule dans ce Salon sublime, face à ce foyer illuminé et vivant, palpitant avec une telle intensité de vie qu'il portait le plaisir au paroxysme... Heures charmantes de loisir studieux, d'exquise paresse féconde...

    Elle avait l'habitude d'ouvrir en premier le courrier libellé à son nom, puis de compulser ensuite avec beaucoup attention tous les journaux...  en prenant des notes sur un bloc notes afin de ne rien oublier... 

     

    Gare à l'eau qui dort - 15è partie - Lettres anonymes

    Gare à l'eau qui dort - 15è partie - Lettres anonymes

    Parmi les invitations mondaines qu'elle tria soigneusement suivant leur importance, jetant les indésirables, lisant et annotant les lettres de ses amies, afin d'y répondre plus commodément dans la soirée,  et soupirant devant les inévitables vernissages obligés....

    elle tomba brutalement sur une lettre pour le moins désagréable :

    "Votre mari vous est infidèle ! Melle Justine, la nouvelle jeune et jolie secrétaire, est une garce ambitieuse qui ne recule devant rien. Vous avez le droit de le savoir... etc, etc...."

    Profondément abasourdie, elle resta sans réaction pendant quelques minutes, lisant et relisant cette prose abominable, puis murmura :

    "Mais c'est minable, cette lettre est minable... anonyme, bien sûr ! Voilà qui s'appelle détruire gratuitement... Mais pourquoi ? Qui est cette nouvelle secrétaire ? Justine ? Jeune et jolie ? ... Je ne puis tolérer cette infamie ! ça non !..."

    Louise avait gardé la politesse exquise et les moeurs de sa condition et rien ne la révoltait davantage que la grossièreté et les propos cavaliers....Cette lettre était indécente ! Une pitrerie !

    Elle qui se piquait de vouloir conserver à tout prix les plus étroites convenances, jusqu'à paraître excessive, mesurant ses propos, choisissant soigneusement les termes les plus adéquats et qui avait en horreur les gesticulations et les familiarités....  habituée à ce monde maniéré de la Haute Bourgeoisie dans lequel s'ébauchaient ou s'effondraient les réputations...  Une peur affreuse l'étreignit...

    Chaque mot la poignardait... Une vague de chaleur la submergea. Le sang pulsa violemment dans sa tête brûlante.. Son coeur se mit à battre à tout rompre... 

    Un maelstrom d'émotions l'assaillit ... Brusquement, elle décacheta avec rage toutes les enveloppes restantes... Parmi le courrier habituel, elle en trouva encore six avec un contenu similaire....

    C'était incompréhensible ! Voulait-on la détruire ? Rien de pire qu'une rumeur.... Elle peut abattre la plus noble personne en un temps record .... Toutes les portes, outrées, se ferment à son passage.... Elle entendait déjà les persiflages, les ricanements pincés, les airs entendus... Elle subissait déjà les regards narquois qu'on lance à l'infortunée ... Les femmes ont toujours tort, dans les problèmes d'adultère.... Qu'avait elle donc fait pour mériter un affront pareil ? 

    Secouée de frissons, la tête en feu et les mains glacées, elle tira la grande table basse sur laquelle Damien prenait ses dîners, elle étala côte à côte cette épouvantable littérature anonyme... Une violente nausée la plia... 

    Epouvantée, elle vit soudain tous ses soupçons resurgirent avec une acuité terrifiante... 

    Ses amies avaient raison : Damien s'était servi d'elle à des fins professionnelles.... Il avait abusé de sa Beauté, de son rang, de sa jeunesse pour ses ambitions personnelles.... 

    Elle ne parvenait pas à prendre une décision. Une tempête intérieure se déchaînait et l'entraînait vers des abîmes abyssaux ... Tout en elle, subitement, refusa la dépendance dans laquelle l'avait maintenue Damien.... 

    Elle qui détestait tant le mensonge ! Un flot de mauvais souvenirs lui noua la gorge...

    Louise respira profondément, à la limite de la spasmophilie ... Progressivement, elle reprit lentement possession d'elle-même.... 

    Il était urgent de retrouver un job ! Cette révélation lui parut comme une incongruité ?! Et pourtant..... Et pourtant.... 

    Elle songea soudain à Dorian, cet ami d'enfance devenu détective privé de l'élite.... S'exaspérant d'avance de tout ce poids accablant de la jalousie qui l'étreignait, de la compassion que cet ami lui témoignera alors qu'elle l'avait perdu de vue depuis si longtemps.... 

    Mais elle était trop humiliée de comprendre à quel point Damien l'avait séduite par intérêt...

    Elle téléphona à Dorian... "fort surpris de la savoir encore vivante"... Heureusement, l'ami comprit vite et promit d'arriver rapidement, le plus rapidement possible....

    "Ne fais rien ! n'entame rien avant d'en avoir discuté avec moi et d'avoir les résultats... N'en parle à personne... Cache ou donne moi ces lettres, je les mettrais en lieu sûr !" lui conseilla cet ami en qui elle mit subitement sa confiance, enfin maîtresse d'elle-même.... profondément rassurée.... Elle sût qu'elle pouvait compter sur lui !

    Luciole

    A SUIVRE

     

    Gare à l'eau qui dort - 15è partie - Lettres anonymes

     

    Gare à l'eau qui dort - 15è partie - Lettres anonymes

    11/03/2020 : 200 visiteurs et 450 pages lues

    13/03/2020 : 150      "           625     "

     

    Nouvelle "Gare à l'eau qui dort" - cliquez sur les phrases ci-dessous :

     1ère Partie : Justine

    2ème Partie : Entretien d'embauche entre Damien et Justine

    3ème Partie : Damien

    4ème Partie : Louise

    5ème Partie : Justine

    6ème Partie : Lou (Louise-Hortense)

    7ème Partie : Lou

    8ème Partie : Le regard magique

    9ème Partie : l'Empreinte (1)  

    10ème Partie : L'Empreinte (2)

    11ème Partie : Le Plogging

    12ème Partie : Les enfants perdus

    13ème Partie : Quel carburant voiture ?

    14ème Partie : L'Etang

    15ème Partie : Lettres anonymes

     


    13 commentaires
  •  

    GARE A L'EAU QUI DORT - 14ème Partie -

     

    Tom, à peine arrivé devant la propriété de Louise, gara rapidement sa voiture, en descendit avec une souplesse féline, ramassa son sac contenant les accessoires de sport nécessaires pour les étirements et autres, le donna à l'un des gardes du corps de Louise, et, d'un ton décidé, lança à Louise :

    "Bonjour Louise... Ne perdons pas de temps, nous avons un programme chargé aujourd'hui !" (Episode précédent - cliquez sur la phrase)

     

    Gare à l'eau qui dort - 14è partie - LE LAC

     

    AUTOUR DE L'ETANG

     

    Et les voilà partis pour une marche forcée ponctuée de montées de genoux, de talons-fesses, de flexions, d'accroupissements et d'étirements ..., suivis au ralenti par le 4x4 ....

    Une longue montée les obligèrent à traverser le quartier chic de la Résidence aux larges avenues bordées d'arbres majestueux... Des jardiniers étaient déjà courbés sur leur ouvrage dans les splendides propriétés... Ils arrivèrent en courant à l'orée de la forêt qui entourait la luxueuse Résidence .... 

    Ce poumon boisé était aménagé de parcours de santé, d'allées serpentant sous les frondaisons des arbres.... Ils enfilèrent les gants plastiques, se dotèrent chacun d'un sac poubelle et commencèrent à ramasser les ordures rencontrées ici ou là, tout en courant... 

    La foulée de Louise était désormais fluide, assurée ! Son esprit s'ouvrait sur une lucidité extraordinaire, inhabituelle .... 

    Exceptés les chevaliers servants qui venaient la courtiser pendant ses obligations mondaines, Louise n'avait plus l'habitude de sortir seule avec un Homme, toute surprise de la confiance que Damien lui témoignait !

    Mais il est vrai qu'il avait proposé les services des deux gardes du corps pour "la protéger", ce qu'elle avait accepté avec soulagement ! Si cela pouvait le rassurer ! Elle se mit à rire silencieusement, consciente que Damien avait tenté une fois de plus de la manipuler, de l'influencer, de la convaincre, en exploitant ses peurs, ses désirs de sécurité ....

    Elle savait qu'il exigeait de ces deux lascars une surveillance discrète suivie d'un rapport circonstancié de leurs sorties.... Que lui importaient ces bassesses tant qu'elle pouvait s'oxygéner librement... Cependant, que pouvaient bien lui débiter ces pauvres hommes  ? Louise s'en moquait finalement.... et s'en tenait au côté pratique de la situation... Elle savait qu'elle traitait ces employés avec beaucoup de désinvolture, tout en comprenant que Tom en souffrait ! Il n'avait pas bien réalisé, mais une sorte de pudeur subtile étranglait toutes explications possibles de la part de  Louise qui auraient pu l'éclairer... 

    Sous le souffle frais de la terre, elle se sentait revivre comme une plante enfermée depuis trop longtemps qui dépérissait sans air.... laissant ses pensées divaguer et le passé s'enfuir à chaque foulée... Elle n'attendait plus rien en particulier, profitant simplement de ces quelques instants de pur bonheur.... 

    Un Ciel d'azur lumineux et profond s'offrait à ses regards...  que des nuées de corbeaux sillonnaient en sarabandes lourdes et croassantes. Des nuages bourdonnants d'insectes lui effleuraient le visage... 

    Elle profita d'un arrêt poubelles pleines laissées sur le chemin d'une clairière,  pour retirer ses gants plastiques qu'elle jeta dans une poubelle, sortit son flacon de gel désinfectant de sa poche ventrale pour se nettoyer soigneusement les mains, se débarrassa de ses  mitaines, coupe-vent en Gore-Tex, bonnet et cache-cou tubulaire, qu'elle posa dans l'herbe, fumante sous les regards narquois de Tom.... signifiant par ces gestes la fin du ramassage des ordures... Les employés se chargeront des poubelles et de ses affaires comme d'habitude... 

    Ainsi allégée, elle regarda au loin la verdure, les buissons, les frondaisons, ...  baignés de lumière, agités par un léger coulis de fraîcheur. Louise, en nage, frissonna, puis courageusement, rejoignit son coach en courant... 

    Tom opta pour une marche rapide afin de la délasser  tout en la réchauffant ! Les oiseaux pépiaient à tue-tête.... Plus loin, dans l'étang sur lequel s'ébattaient des canards colverts et des oiseaux de toutes sortes, chantaient les crapauds... 

    Louise adorait flâner autour de l'étang... L'onde, constellée de lentilles d'eau, n'encourageait pas la nage, mais elle était riche de tout un petit peuple amphibien mystérieux parfois bruyant, caché sous l'ers ou les roseaux...

    Tom et Louise ralentirent le pas en silence... Des courses muettes traversèrent soudain l'herbe devant eux...  Ils entendaient les ronflements du 4x4 à quelques mètres derrière eux.... 

     

    Gare à l'eau qui dort - 14è partie -L'ETANG

    https://www.wallforpets.ch/fr/informations/blog/grenouilles-crapauds-et-tritons-sont-en-marche-pour-leur-migration

    Les grenouilles rousses se réunissent par centaines, voire par milliers d’individus à l’époque de la reproduction. Sur les sites de ponte, elles émettent un appel sourd et discret qui s’entend toutefois à plusieurs dizaines de mètres par temps calme. Comme le montre cette image, les grenouilles rousses se retrouvent à nager au milieu de milliers d’oeufs, réunis par paquets ayant une apparence gélatineuse, et qui s’accumulent au fil des jours. Les mâles ne se distinguent des femelles qu’en période de reproduction par une pelote nuptiale sur le pouce.

     

    Ils arrivèrent au bord du Lac. Le 4x4 se rangea doucement sous les arbres, suivant les ordres de la Patronne. Il ne fallait pas déranger les habitants de l'étang ! Toutes les senteurs de la terre se répandaient dans l'air en brumes légères...  L'étang se ridait de multiples reflets chamarrés ... De vieux saules, colonisés par de bruyantes rainettes, se miraient dans l'eau... 

     Mettre en grand écran, c'est impressionnant !

    Chant des rainettes. Voir le sac vocal sous la gorge

     

    "Elles possèdent des disques adhésifs, sortes de ventouses, au bout de leurs doigts et de leurs orteils" chuchota Tom, ce qui leur permettent de grimper sur les troncs rugueux des arbres et d'y rester scotchées"..

    "La taille de la rainette  ne dépasse pas 5 cm de long, elle a la peau lisse d'un vert vif et son ventre est gris-blanc. Elle présente des bandes brunes latérales de l'oeil aux flancs...

    "Les rainettes se rencontrent dans les milieux marécageux et boisés, à proximité de l'eau... s'exposent la journée au soleil..., et mangent des insectes volants...

    "Les mâles ont un chant sonore répétitif. Ils disposent de sacs vocaux sous leur gorge, qui se gonflent et servent de caisse de résonance.... Leurs chants permettent aux femelles d'identifier le meilleur reproducteur...

    "Lorsque la femelle se glisse dans l'eau pour rejoindre le mâle de son choix, celui-ci lui saute sur le dos et l'agrippe sous les aisselles... La femelle pond ensuite des petits amas sphériques englués autour d'un végétal (de 5 à 30 oeufs). Les têtards passent le printemps à l'abri sous des plantes aquatiques et prennent la forme adulte en été.. Dès les 1ères gelées, les rainettes hibernent sous un abri superficiel du sol...."

    Des poissons baillaient sous la surface moirée de l'eau en laissant échapper des bulles irisées. Dans les roseaux, des "crapauds calamites" et des "crapauds verts", souffla Tom, menaient la sarabande....

    L'assistant du conducteur, Regan,  pointa du doigt un énorme crapaud dit "calamite" d'au moins 10 cm, au dos magnifiquement paré de vert et de rouge, avec une raie jaune qui descendait le long de sa colonne vertébrale. Il gonflait d'air un superbe sac vocal situé sous sa gorge, presque aussi volumineux que son corps, en chantant d'une voix si puissante qu'elle pouvait s'entendre jusqu'à 2 km de distance la nuit....

     Mettre en grand écran !

    Chant de crécelle des crapauds calamites - voir sac vocal sous leur gorge

      

    "Ecoutez, il produit un son très étrange, on dirait une crécelle que l'on tourne...."

    "C'est rare de les rencontrer de jour" murmura Tom ébloui " ils sont plutôt nocturnes... ainsi que les crapauds verts qui possèdent également ce sac sous leur gorge ! Ils se rassemblent souvent au bord de l'eau de Février à Mars, parfois jusqu'en Juin, et chantent une bonne partie de la nuit, se battant souvent pour la possession des femelles qui...  charmées,  viennent  s'agglutiner autour des mâles....
    D'ordinaire, ils se cachent le jour sous les pierres ou s'enterrent dans le sable... Regardez comme il marche d'un pas hésitant....  ! En fait, il nage très mal ! 

    Il faudrait venir la nuit, Louise... Essaie d'encourager ton mari à venir avec nous... Nous pourrions descendre à l'étang en 4x4.... C'est un spectacle féerique, la nuit !

     Mettre en grand écran

    Chant des crapauds verts - trop mignon !

     

    Tu pourrais voir des crapauds verts se chamailler ... Leur dos est plutôt clair aux reflets rougeâtres, marbré de taches vertes ou brunes cernées de noir, et leur ventre est beige clair... Eux aussi sont nocturnes et s'entendent de loin ! Ces crapauds verts se déplacent par petits sauts... Ils charment leurs belles par des trilles délicates : j'adore leurs chants ! Je venais souvent les écouter enfant ... "

     Mettre en grand écran

    Chant des Grenouilles rieuses

     

    "Ecoutez, Madame !" s'enhardit Regan "on entend comme un fou rire : c'est la Grenouille rieuse... Peut être qu'elle se moque de nous ? Elle possède 2 sacs vocaux de chaque côté de la tête.... Et ce crapaud dont le cri discret ressemble à celui d'une mouette"

    Brusquement, Louise entrevit dans les joncs plusieurs grenouilles vertes munies de 2 sacs vocaux gonflés comme des ballons de chaque côté de leur tête qui flûtaient en choeur avec un bel enthousiasme... 

    Moments intenses de joie ! 

     

    Gare à l'eau qui dort - 14è partie -L'ETANG

     

    Tous retenaient leur souffle, émerveillés ! Tom, qui connaissait l'endroit, montra un héron aussi immobile qu'une statue de pierre, juché sur un tronc d'arbre pourri émergeant de l'eau verdâtre.... Des colonies d'oiseaux s'ébattaient dans les arbres autour de l'étang..

     

    Gare à l'eau qui dort - 14è partie -L'ETANG

    Quelques colverts superbes en grande tenue nuptiale, tête d'un vert brillant et bec jaune, le plumage brun ou blanc moiré de bleu-violet, cabotinaient en cancanant, flanqués de leurs ternes et silencieuses compagnes au plumage beige tacheté de brun ! ... 

     

    Gare à l'eau qui dort - 14è partie -L'ETANG

     

    Quelques arbres morts couchés dans les broussailles le long du chemin grouillaient de vie et de fourmis... Des papillons folâtraient un peu partout... Par endroit, la végétation et les haies de joncs étaient si épaisses que les promeneurs n'apercevaient plus l'eau que par les trouées dans la verdure.... Ces haies étaient habitées : de légers frôlements, des pépiements signalaient la présence de quelques volatiles ou poules d'eau effarouchés par l'intrusion des visiteurs dans leur domaine.... 

    Des fouillis de verdure montaient à l'assaut des arbres qu'une légère brise ébouriffait.... Ils avançaient en silence avec beaucoup de difficultés en se faufilant entre les broussailles... 

    Soudain, Marc, le conducteur du 4x4,  les stoppa net  en posant son index sur sa bouche ... Il désigna une forme élancée tapie dans les fourrés : une biche ! Quelle merveille ! Louise, toute émue,  remarqua ses grands yeux étonnés.... La bête craintive choisit de détaler à toute allure.....

     

    Gare à l'eau qui dort - 14è partie -L'ETANG

     

    Marc était chasseur et en "connaissait un bout sur les cervidés" Il se lança dans de grandes explications :

    "Ces bêtes sont toujours considérées comme nuisibles de nos jours, car elles mangent les pousses des jeunes arbres et écorcent les arbres.... c'est leur régal ! On peut déterminer l'importance des hardes de cervidés en examinant l'écorçage.... très fréquent en hiver...et au début du printemps ! 

     

    Gare à l'eau qui dort - 14è partie -L'ETANG

     

    Ecorçage d'un arbre

     

    "En dehors des périodes de rut, les femelles et leurs petits forment des hardes, commandées par une hiérarchie stricte... On reconnaît de suite la femelle dominante à sa nervosité. Elle veille farouchement sur la harde qui, elle, paît tranquillement avec confiance... Si la dominante entend un bruit ou sent une odeur suspecte, elle lance des petits cris d'alarme et le groupe s'élance dans un ordre hiérarchique bien précis, la chef en tête et la sous-chef derrière le troupeau...

    Par contre, le mâle dominant, le Cerf,  est celui qui est le plus fort !!! En cas de danger, il envoie un détachement de faibles devant lui et les suit à distance... A la moindre alarme, les mâles se sauvent en grand désordre... Du chacun pour soi, quoi ! 

     Mettre en grand écran

     

    Brame et combat du cerf

     

    Au début de l'automne, les clans mâles et femelles se rejoignent... Chaque mâle se cherche un territoire, appelé "parcelle nuptiale", et essaie d'y regrouper un grand nombre de femelles... Il délimite son territoire en bramant... qui est également un cri de défi envers les autres mâles intéressés par ses femelles, les biches....

    "Son extrême vigilance pour à la fois éloigner les rivaux et garder les femelles, ainsi que son état d'excitation, l'empêchent de se nourrir et il s'affaiblit rapidement..... C'est alors qu'un rival le chassera et prendra sa place auprès des femelles ! Le Cerf vaincu retournera vers ses congénères ayant subi le même sort, reprendra des forces et repartira à l'assaut d'un autre harem dirigé par un consort affaibli....
    "Si un danger se présente, le Cerf, qui n'a pas un rôle protecteur envers ses femelles, détalera sans se préoccuper d'elles. Les biches se sauveront alors suivant la hiérarchie établie.... 

    "A la fin des amours, mâles et femelles se séparent à nouveau et chacun retrouve son clan....

     Mettre en grand écran

     Mise bas d'une biche de deux faons

     

    "Au printemps suivant, la femelle se détachera de son groupe, avec son petit de l'année précédente, pour mettre bas au bout de 8 mois de gestation...   et cherchera un endroit sûr ! Après la mise bas, elle restera avec le nouveau né le temps qu'il soit capable de la suivre afin de rejoindre le groupe de femelles... 

    Elle le défendra farouchement, à coups de sabot, de ses prédateurs  (aigle, renard, lynx, chat sauvage etc....) 

    Le petit entrera dans la harde grâce au jeu par des simulacres de combats, des courses poursuites.... qui le renforceront. Sa robe tachetée de blanc va progressivement se transformer. Elle deviendra brune ainsi que celles de ses parents ... Il prend alors un aspect chétif et dégingandé et sera appelé "hère" par les hommes.... .. "

    Des odeurs fortes d'humus, de plantes, de bois pourri, d'eau stagnante poissonneuse assaillaient les narines... 

    Tom donna le signal du départ.... Ils repartirent en sens inverse en se faufilant dans ce labyrinthe de verdure grouillant de vie...  Les gardes retrouvèrent leur 4x4..., Louise et Tom, leurs grandes foulées... Le concert des crapauds et grenouilles vibrait dans l'air, les accompagnant quelques temps, puis s'atténua au fil des foulées... Une douceur indicible, une ivresse irréelle baignée de lumière remplissaient Louise, habitée par une intense énergie inhabituelle .... 

    Ils arrivèrent devant le domaine de Louise aux environs de midi... La belle demeure semblait figée sous le soleil printanier... Tom prit congé, gonflé de la joie de Louise et reprit la route ... Louise regarda rouler au pas la petite Peugeot avec un serrement de coeur... Les bras chargés de son coupe-vent et du sac dans lequel elle avait enfoui bonnet, mitaines et cache-cou, récupérés dans le 4x4 , elle rentra rêveusement dans le Hall d'entrée et, machinalement, prit la corbeille d'argent où  s'entassait le courrier du jour.... 

    Luciole

    A SUIVRE

     

    Gare à l'eau qui dort - 14è partie - L'ETANG

    Nouvelle "Gare à l'eau qui dort" - cliquez sur les phrases ci-dessous :

     1ère Partie : Justine

    2ème Partie : Entretien d'embauche entre Damien et Justine

    3ème Partie : Damien

    4ème Partie : Louise

    5ème Partie : Justine

    6ème Partie : Lou (Louise-Hortense)

    7ème Partie : Lou

    8ème Partie : Le regard magique

    9ème Partie : l'Empreinte (1)  

    10ème Partie : L'Empreinte (2)

    11ème Partie : Le Plogging

    12ème Partie : Les enfants perdus

    13ème Partie : Quel carburant voiture ?

     


    24 commentaires
  •  

    LE PARC CLEMENCEAU

     

    DEFI n° 232 mené par les Cabardouche

    Les Croqueurs de mots

    LE PARC CLEMENCEAU

    Cliquez sur l'image

    Au pays de PADI PADO, on a supprimé les (i) et les (o) ! 

    Racontez une visite au Zoo dans PADI PADO sans (i) et sans (o) 

     

     

    LE PARC CLEMENCEAU

     

     "Quel âne, ce Père !" s'énervent les enfants.... "Paresseux !" hurle Maman, "Vas-tu descendre ! Les enfants t'attendent !" 

    Père est caché dans sa cabane mangée par les vers et refuse la balade... Il tarde tant que Maman s'agace avec fracas.... 

    Face à la cabane juchée dans l'arbre, les enfants scandent "Pa-pa, Pa-pa, Pa-pa !" 

    La cabane craque ! Papa, plus gras que grand, au caractère généreux, descend pesamment l'échelle, penaud ! Passe devant Maman sans la regarder ! Elle ne desserre pas les dents, tant elle est fâchée ! 

    Bref, Papa embarque la smala dans la Renault et, dans un bel élan, la tracte vers le Parc Clémenceau... 

    Extravagant chahut des enfants ! Papa, perplexe, endure ces frasques avec flegme. 

    "Arrêtez !" hurle Maman avec fureur...

    Prudence des enfants ! Chacun ferme son bec et se claquemure ... Dangereux de chambrer la Mère !

    Rentrée dans le Parc, la smala descend de la Renault. "Waaaaa ! ça pue !" s'exclament les chenapans. 

    Elle avance vers les cabanes de nanans..

    "Papa, veux une sucette ! Papa, veux une glace ! Papa, un gâteau !......"

    Papa regrette le calme de sa cabane dans l'arbre !

    Avec rudesse, Maman refuse ! "Ces enfants tellement mal élevés ! C'est de ta faute, le Père, tu les gâtes en permanence ! Il leur faut un chef, à ces garnements ! C'est ta charge : pas celle de la Mère !"

    Les enfants, apeurés, règlent leurs pas sur ceux de la Mère sans tarder.... 

     

    LE PARC CLEMENCEAU

     

    "Ah Maman, des perruches... là, là !"   s'enflamme un des plus jeunes ... "Regardez, elles percutent les barreaux de la cage !" "Elles répètent des phrases sans cesse !" "C'est étrange, ces farceurs pédalent sur de menues bécanes...!" "Ah les vedettes !" s'esclaffent les enfants

    "Leur plumage est superbe !" s'exclame Papa "Quelle belle palette de jaunes, de bleus, de verts et de blancs ... d'après leurs gènes légués par les parents ! Ce bec exagéré ! C'est bluffant !......."

     

     

     

    LE PARC CLEMENCEAU

     

    "Papa, Papa, un ubu !" s'exclame Paul, le cadet, le nez sur le panneau, heureux de sa récente culture en lecture "Un ubu à ...tête ... écarlate... et celle-là à tête jaune..."

    "C'est un rapace du Canada !" transmet Papa "D'une envergure de 1,80 m ... Scrutez le plumage brun, la tête frêle écarlate ou jaune sans plumes, le bec menu et blanc... Cet urubu cherche les vents ascendants dans l'azur de la Nature et plane... ce rapace, mangeant les carcasses des bêtes décédées,  campe dans des arbres creux ou dans des arbustes ... Regardez, cet ubu refluxe ses repas dans le bec de ses bébés... Il mange fréquemment dans les décharges...."

    "Cette bête à plumes est pataude !" se marre Maman..." Elle saute à la place de marcher !"

    Brusquement, la smala cherche Paul.... Elle erre dans le Parc en appelant... Paul n'es pas là ? Nan ! pas par là ? Nan !  Le Père s'élance, ventre à terre, dans le Parc... "Paul est  près des fauves !" gueule le Grand Peter... avec de grands gestes.... 

    En extase, béat, Paul reluque avec de grands yeux un quadrupède  extravagant.... 

    "Ah la classe ! Quelle Beauté ! une panthère des nèges !" clame Peter "C'est super, Pascal ! t'es un chef !"

    Papa, crevé, haletant, blâme Pascal de s'être échappé seul : le Parc est tellement vaste !"

    Maman, en larmes, blême, le claque brutalement : elle est lasse et prend de l'âge... Quel cauchemar ! Ces enfants la tuent ! 

     

    LE PARC CLEMENCEAU

     

    La panthère au pelage blanc tacheté est étendu sur l'herbe verte...

    "Elle est superbe, élégante, racée"  atteste Papa en caressant les cheveux du Cadet. L'enfant ne regrette pas la baffe de la Mère... L'allégresse perce le ventre du jeune.

    Paul se délecte devant la majesté de la bête ! Quel enchantement ! 

    La smala se rassemble près du jeune, muette de ferveur. La tête large de la panthère ressemble à celle d'un chat. 

    "C'est une espèce vulnérable" murmure Papa à sa femme pour la délasser un peu.... "très rare actuellement ! Remarque sa grande queue très grasse : elle sert de vêtement chaud à la bête quand ça gèle... Quels beaux yeux verts ! Remarque ce nez très large : à cause du manque de gaz pur des hautes crêtes ...."

    "Allez, Maman est lasse ! La Mère, un thé chaud ? un café-crème ?" 

    "Papa, une sucette... une glace.... " s'acharnent ces enfants têtus...

    Papa argumente avec Maman ! "Chut !" s'énerve Maman "Pas de querelle ! Je veux un café crème et un gâteau !"

    "A chacun sa préférence, avec retenue !" s'exclame Papa, tellement heureux ....

    Grande ruée ventre à terre des enfants vers les cabanes de nanans ! 

    "Pffff ! quels délurés !" se vexe Maman à cause de leur sans gêne. "Les gens regardent et se daubent ! C'est embarrassant !"

    "Bah, bagatelle ! je m'en tape !" se gausse Papa... pressé de rentrer et de se vautrer dans sa cabane personnelle... 

    Luciole

     

    24/02/2020 : 220 visiteurs et 970 pages lues

     

     

     

     


    29 commentaires
  •  
     

    Gare à l'eau qui dort - 13è partie - Quel carburant voiture ?

    Peugeot 2008

     

    Gare à l'eau qui dort - 13ème partie

     

     

     

    QUEL CARBURANT VOITURE ?

     

    Louise adorait sortir à la fraîche en jogging côté prairies et forêts. A chaque fois, une onde de joie et d'ivresse la parcourait tout au long du trajet.

    Dehors, elle éprouvait toujours ces sensations de liberté et de félicité... Elle était devenue accro ! La course la libérait d'une rage intérieure qui, sans cesse, la broyait.... la sortait de sa solitude.... noyait l'incertitude de sa vie.

    Courir "utile" était devenu un jeu pour Louise, bien qu'elle se souciait peu des préoccupations écologiques actuelles. Mais Tom, son coach, ouvert et chaleureux, y tenait tant qu'elle avait fini par y croire. Pour Tom, ramasser un déchet était le geste le plus concret pour préserver un tant soit peu l'environnement. Il agissait ainsi afin de bousculer au mieux les mentalités en espérant faire reculer l'inévitable.... 

    En choisissant ce coach, Louise avait enfin trouvé l'oxygène qui enflammait son corps et son coeur. 

    C'était quand même plus motivant que de s'agiter péniblement sur un vélo dans une salle de sport immense et bruyante, dans l'anonymat d'une clé USB sur laquelle était téléchargée son programme de remise en forme.... ou de regarder son écran en s'échinant solitairement sur un rameur.... 

    Tom avait établi de suite le tutoiement entre eux. Le vouvoiement de Louise le gênait. Il établissait une barrière sociale difficile à franchir. Pour Tom, le "tu" était quelque chose de naturelle qui permettait la franchise et l'amitié dans les relations... bien qu'il avouait ne le proposer qu'à très peu de personnes... 

    "La simplicité est la sophistication suprême" déclarait-il joyeusement en citant Léonard de Vinci.

    Confinée dans le vouvoiement depuis sa naissance, Louise s'était tout d'abord effarée.... Puis s'était libérée dans un grand éclat de rire salvateur... Ils s'encordèrent donc dans le "tu" ! 

    Pendant qu'elle attendait bien sagement, mais frileusement, Tom au pied des marches du perron en sautillant sur place pour s'échauffer, le 4x4 fit son apparition. Ses deux gardes du corps, aux corps souples et musclés, vinrent à sa rencontre en la saluant respectueusement et se chargèrent de son sac qu'ils allèrent déposer dans le véhicule.... Louise appréciait ces deux gaillards qui avaient pourtant l'art d'agacer Tom. Ils étaient rassurants et serviables....  Ils retournèrent dans la voiture prête à décoller ! 

     

    Gare à l'eau qui dort - 13è partie - Quel carburant voiture ?Gare à l'eau qui dort - 13è partie - Quel carburant voiture ?

    Une agréable odeur de résineux s'échappait voluptueusement des cheminées alentours, fumées baignées de lumière matinale, virevoltant entre deux mondes...

    Elles s'étiraient et se mêlaient dans l'azur bleu et profond, allégées des lourdeurs surannées d'un univers de pacotille rêvant d'accéder à l'immortalité dans la matière, épurées des noirceurs inquiétantes d'une Cité angoissée vouée aux métamorphoses obligées....

    Poésie imprévue d'un monde en mutation dont le décryptage échappait à l'esprit de Louise qui laissait les hasards la guider, aveuglée par toute cette douceur de l'air qui diluait le temps et l'espace. 

    Louise n'avait jamais côtoyé la vraie misère autrement que par le truchement des conditionnements cyniques des écrans... Les mots et les images encombrants agitaient un instant sa conscience ... qui s'échappait bien vite dans les filets inconfortables mais néanmoins douillets de son  quotidien, incapable de s'ancrer dans un ailleurs dont elle ne voulait pas ! Il aurait fallu pour cela quitter le cocon des imprégnations sociales , afin de pouvoir rejoindre le sort peu enviable des âmes fragilisées par la peur du lendemain.... 

    Gare à l'eau qui dort - 13è partie - Quel carburant voiture ?

    Cependant, Louise connaissait l'impact grandissant des médias qui rivalisaient de toutes les ruses possibles afin de scotcher les individus devant leurs écrans au-delà du raisonnable, transformant progressivement et durablement les comportements et le mental de chacun en l'empêchant d'évoluer librement selon ses besoins vitaux et sa créativité...., s'insinuant dans ses failles pour le diriger vers la voie choisie par eux ! Puissant formatage dont elle voulait se prémunir... en fermant son coeur à toute  la misère du monde dont on voulait la gaver.

     

    Gare à l'eau qui dort - 13è partie - Quel carburant voiture ?

     

    Le Parc, planté d'arbres séculaires, offrait à ses yeux émerveillés la splendeur de ses massifs artistement fleuris, ses allées sablées ratissées avec soin bordées de buissons aux formes sophistiquées. Les feuilles des bouleaux s'agitaient fébrilement en jetant des éclats argentés.... 

    Le regard de Louise s'évadait vers les arbres... Une fine poussière de pluie, projetée par les soubresauts des ramures agitées par le vent, s'irisait sous les halos de lumière... Elle se sentait complètement déconnectée de la réalité ! Elle en oublia l'échauffement obligatoire et se mit à rêvasser en contemplant la Nature....

    Le démarrage bruyant du 4x4 la ramena brutalement sur terre. Dans la longue avenue goudronnée du Parc bordée de peupliers gigantesques s'avançait lentement la petite "Peugeot 2008" rouge de Tom...

    Son coeur se mit à battre et elle reprit sagement le sautillement imposé.... Elle aimait cette voiture, mi-baroudeuse, mi-citadine, qu'il avait équipée depuis peu d'un système de dopage à l'eau... lui permettant des économies de plus de 20% de carburant et une réduction de 33% des émissions d'oxydes d'azote...  enfin, espérait-il ! 

    Tom en était fier ! Il lui avait montré sur un catalogue cette petite pièce en aluminium qui venait capter l'échange thermique... commercialisée depuis 2011. 

    "Appareillages  composés d'un petit réservoir d'eau que l'on installe autour du moteur et du système d'échappement  L'idée est d'envoyer de l'eau dans le mécanisme du moteur. Si on injecte de l'eau dans le moteur, elle s'évapore sous l'effet de la chaleur. En s'évaporant, elle réduit la combustion. Cette diminution permettrait les performances du moteur, de réduire le cliquetis, l'auto-inflammation et de repousser un certain nombre de phénomènes, comme la production de certaines molécules polluantes....." (France Info)

    Louise, sceptique, se demandait si cette solution aiderait vraiment à résoudre le problème de la pollution de l'air ? Mais toutes les voitures, sans exception, étaient pollueuses ! Alors, pourquoi pas ? A moins de revenir à l'hippomobile ! 

    "Waouuuh ! Meilleur moyen de bloquer toute circulation des deux roues, sur des rues puantes et glissantes à l'excès, bécause le crottin de cheval !" s'était esclaffé Tom "Imagine le tableau !"

    Ils avaient bien ri !

     

    Dopage à l'eau

    https://www.francetvinfo.fr/economie/transports/prix-des-carburants/non-on-ne-vous-cache-pas-la-verite-sur-le-moteur-a-eau-qui-rendrait-les-voitures-plus-propres_3035893.html

     

     

    "Et cet hypothétique moteur à eau, tout simplement ? qui ne tournerait qu'à l'eau ?" s'interrogeait Louise...

    "Impossible !" s'était récrié Tom. "D'après Laurent Castaignède, ingénieur Conseil Climat-Air-Energie.  "L'eau est une molécule extrêmement stable. Si on veut la décomposer pour créer de l'Hydrogène, qui est un carburant, il faut lui apporter de l'énergie.
    sauf qu'il faut beaucoup d'énergie et pas mal d'électricité"..... 

    "Si on cherche à se servir uniquement d'eau comme seul carburant "Le bilan global est catastrophique, car il nécessite plus d'énergie en amont que la quantité d'énergie produite par le moteur à eau au final.... 

     

    Tom avait été intéressé un moment par une voiture fonctionnant grâce à une pile à combustible à hydrogène, mais elle était très chère ... et finalement très coûteuse en énergie lors de la fabrication de l'hydrogène...

    Utilisé dans une pile à combustible, l'Hydrogène produit de l'électricité. Stocké dans un réservoir de voiture, l'Hydrogène peut donc alimenter un moteur électrique.... à la place d'une batterie classique

    [Comment ça marche ?] L’électrolyseur et la pile à combustible

     

    Le problème se pose quant à la production d'hydrogène  ! 

    De l’hydrogène par électrolyse 

    Lorsque l'on électrolyse de l'eau (H2O), c'est-à-dire qu'on la décompose à l'aide d'un courant électrique, on obtient du dioxygène (O2) et du H2.
    Ce procédé est intéressant car il permet d'obtenir assez facilement un hydrogène pur. Mais il est loin d'être économiquement rentable.

    D’autres façons de produire de l’hydrogène 
    Des équipes de recherches étudient actuellement d'autres procédés de production. Ainsi, il existe des microbes qui, une fois modifiés et soumis à la  chaleur du soleil, peuvent produire de l'hydrogène.
    C'est aussi le cas de cellules photoélectrochimiques, qui électrolysent l'eau grâce à l'énergie reçue par le soleil. (Futura Sciences)

     

    Quant aux voitures électriques, il était préférable d'éviter le sujet ! Question épineuse qui avait valu  à Louise un cours magistrale véhément :

    La production des batteries, extrêmement énergivores et particulièrement polluantes en raison de la présence des métaux rares, dont l'extraction (lithium ou coltan) était la cause de nombreux ravages environnementaux et sociaux, était loin de lui plaire ! (voir "Reporterre")

    "Sans parler de la production d'électricité qui provenait  surtout du nucléaire, dont la question des déchets se pose toujours (Jonas Moerman)  ou pire encore : des centrales à charbon...."  

     

    Tom, à peine arrivé devant la propriété de Louise, gara rapidement sa voiture, en descendit avec une souplesse féline, ramassa son sac contenant les accessoires de sport nécessaires pour les étirements et autres, le donna à l'un des gardes du corps de Louise, et, d'un ton décidé, lança à Louise :

    "Bonjour Louise... Ne perdons pas de temps, nous avons un programme chargé aujourd'hui !"

     

    LUCIOLE

    A suivre

     

     

    Nouvelle "Gare à l'eau qui dort" - cliquez sur les phrases ci-dessous :

     1ère Partie : Justine

    2ème Partie : Entretien d'embauche entre Damien et Justine

    3ème Partie : Damien

    4ème Partie : Louise

    5ème Partie : Justine

    6ème Partie : Lou (Louise-Hortense)

    7ème Partie : Lou

    8ème Partie : Le regard magique

    9ème Partie : l'Empreinte (1)  

    10ème Partie : L'Empreinte (2)

    11ème Partie : Le Plogging

    12ème Partie : Les enfants perdus


    6 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique