•  

     

     

    L'EMBERLUCOTEUR 2ème partie

     

    cliquez sur l'image

     

    DEFI CROQUEURS DE MOTS n° 225

    JILL BILL prend le quart  pour le Défi du Lundi 14 Octobre 2019 (cliquez)

     

    Vendre, avec l'image ci-jointe (dans la 2ème partie), ce chouette tableau en héritage, digne d'Halloween ! Soit à votre richissime patron collectionneur, Soit à un vide-grenier, Soit à une galerie d'art, Soit dans une célèbre émission télévisée sur A2

    A inclure dans votre récit le verbe "emberlucoter" 

     

    L'Apprenti sorcier de Paul DUKAS

     

     

    L'EMBERLUCOTEUR 

    (2ème partie et fin)

     

     

    L'EMBERLUCOTEUR 2ème partie

     

    Dominique Webb (mort à 78 ans) 

      

    Soudain, au comble de l'effroyable délire collectif, il se saisit d'un cadre qu'il retourne promptement en le posant sur un chevalet et le présente à la foule.... 

    Un hurlement d'horreur se répercuta dans le Hall, sur le gigantesque lustre de pampilles de cristal qui se mit à trembler dangereusement au-dessus de la foule...

    Un tableau hallucinant, déchirant, voire hilarant .... peut être......(Précédent Episode ICI)

     

    L'EMBERLUCOTEUR 2ème partie

      

    "Jarnicotonnnn !" hurla le méduseur "gardez les yeux ouverts... Ne les fermez pas sur une triste réalité.... Osez regarder ! Osez faire face ! 

    "Ce tableau vous révèle un aspect du monde actuel, un aspect de chacun de nous....

    "Le monde actuel peut être fascinant, mais il est surtout terrifiant !

    "Entre guerres et catastrophes naturelles, crises budgétaires et affrontements sociaux.... notre monde est apocalyptique....

     "A travers ce visage, c'est le monde entier, la France entière qui se décomposent.....

     "Cette femme dévastée qui s'offre sans pudeur à tous les regards, c'est chacun de nous... 

    "Ce visage monstrueux qui vous fait si peur, déformé par les ravages du temps, c'est une allégorie du destin de chacun de nous, jalonné de drames et de tragédies... dans un monde fou qui nous ignore...

    "Il est le miroir de notre étrangeté...  Qui sommes nous ? Hein, qui sommes nous ?

     "A chacun d'y voir le sens qui s'en dégage !

     

    "HE QUOI ? ce tableau vous fait flipper ? Bande de trouillards ! Ne refusez pas de voir la mort en face !

     "N'est-ce pas bientôt Halloween ? 

    "Qui verrait bien son salon ou pourquoi pas ... la SALLE DES FÊTES, que sais-je, flanqués de ce fabuleux portrait, avec vos masques hideux et vos squelettes en plastique... vos têtes de mort fluo sur vos tee-shirts noirs....

    "Vous feriez sensation !!! Imaginez... Ce tableau vous montre comment fêter zombies et consorts, non ??? NON  ??? Je n'entends rien ....  OUIIIIII ! encore ..... OUIIIIIII.....

    "Franchement, il est vraiment jouissif, non ??? NON ???  De quoi nourrir les morts que nous sommes ... 

    "Un vrai bijou imprégné d'un discours engagé... C'est deux en un ! De plus, vous ferez intellos.... vous le commenterez en vous  rengorgeant de toute votre matière grise devant vos convives....  comme vous frétillez devant une toile abstraite que, pourtant, vous ne comprenez pas....

     

    "Quoi ? vous avez la frousse ? Ce tableau vous dégoûte ?

     

    "Mais il est des plus divertissants ! Si, si ! Je vous assure que vous aurez un succès fou ! 

     

    "Ça va saigner chez vous ! plongez vos invités dans un bouillon de musique groove et vous verrez.... Plantez le décor, imaginez.... imaginez .....

    "Osez le cauchemardesque ! le dantesque ! 

     

    L'EMBERLUCOTEUR 2ème partie

     

    "P'TITES NATURES !.....  Vous n'allez pas vous contentez de vos p'tites citrouilles, de vos p'tits fantômes... qui ne font même plus peur à vos gosses.... 

    "Laissez la magie opérer... Ce tableau mettra en lumière vos déguisements les plus fous !..........."

     

    Je ne l'écoute plus...Je sature....  Il n'hurle pas, il vocifère.... Il roule des yeux de feux énormes sur un public médusé, surexcité... Ce n'est pas tous les jours qu'on se fait houspiller ainsi sans réagir... J'en connais qui aurait cogné pour moins que cela.... Certains explosent d'un rire gras, nerveux, sans retenue....

    J'étais dans un magouillis total ! Empreint d'un malaise mêlé de pitié devant cette toile : un vrai cauchemar ! Cette femme demeure aussi hideuse que mystérieuse. 

    Et ce fableur d'Emberlucoteur me donne des vapeurs.... Non mais, quel farçeur !

    Une calamité, cet Héritage....!

     

    L'EMBERLUCOTEUR 2ème partie

     

     "Nous sommes tous des CONS-DAMNES à mourir" s'époumone l'Epouvanteur.... au comble de l'hystérie en agitant sa clochette..........

     

    Me croirez-vous ? Une fiévreuse enchère concernant le tableau soulève progressivement  le public ! C'est à celui qui relève le défi en criant le plus fort.....

    Ce fût.... Monsieur le Maire en personne, au bord de l'apoplexie, qui remporta la victoire, pour SA Salles des Fêtes..... sous les regards furieux, indignés de sa moitié, paniquée .... 

     

    "Ah ça ! ce sera le plus beau et le plus étrange, le plus prometteur et le plus remarquable JOUR des MORTS de tout mon mandat..." se rengorge t-il ....

     

    C'est à mourir de rire.... la crédulité publique est sans limite !  Petitesse de l'être humain face à sa fragilité ! Je suis totalement dérouté par sa candeur....

    Ah ça, l'art moderne détourné de sa fonction de serviteur du Beau, du Vrai et du Bon devient souvent une arme de la Folie contre la Raison .....

    "La loi de l'art classique fut de plaire et d'ordonner, celle de l'art moderne aura donc été de choquer et de désaxer"..... citation qui me revient à l'esprit de je ne sais plus qui.... 

    Si l'art moderne, qui se dit "rebelle" ....""libérateur", se fait complice de la duplicité maintenant !!!!

    "Ce siècle est un cauchemar dont je tente de me réveiller" : je fais mienne cette citation de Joyce... content d'avoir encore un peu de tête malgré ma grande confusion mentale .... 

    A mesure que l'Humanité toute nue, ingénue, entre dans la modernité, elle abandonne peu à peu tout espoir et se réfugie dans le rêve ou la crédulité....

    "Ô chimères, dernières ressources des malheureux" soupirait Colette...

     

     

    L'EMBERLUCOTEUR 2ème partie

     

    Et ce n'est pas fini.... Monsieur le Maire, dans un geste large qui fut applaudi à tout rompre, décida même d'acheter "tout le décor ici présent, les paravents noirs, les images glauques et tout le toutim"

    Et chacun, soudainement, comme ivre, promit généreusement de lui offrir qui son grimoire, qui son ou ses pots d'onguents, qui toute sa batterie de sorcier...... pour ce jour mémorable..... au fond assez soulagé de se débarrasser de tout ce fourbi encombrant dont il ne savait que faire....

     

    "Ah, ça oui ! ce sera un grand Jour ! Nous inviterons toutes les communes alentours... Nous organiserons des concours, celui du plus beau déguisement, par exemple...."Nous ferons une belle fête......"pavane Monsieur le Maire.....

     

    L'EMBERLUCOTEUR 2ème partie

     

    "POUR LE CHATEAU ? Monsieur le Maire ?" risqua tranquillement le raseur en veine d'ingéniosité pour obtenir l'attention rémunératrice du public et de son Représentant.....

     

    Grand silence !

    Superbement investi de sa mission et de son rôle de Responsable Municipal, Monsieur le Maire se gratte la tête, se frotte la barbe , met ses deux mains sur sa bedaine, fait quelques pas en soupirant et, hochant la tête comme un Homme en proie à de profondes réflexions d'une importance capitale..., promène son regard sur ses administrés qui l'observent avec beaucoup d'intérêt....   comment va t-il s'en sortir ????

    L'opposition brusquement ricane, s'enflamme .... trépigne.... "Chuuut ! Chuuut" s'énerve le public, la mine grave.... Le silence revient, épais, chargé d'une tension presque palpable.... comme une bombe prête à exploser... Monsieur le Maire s'affole... perd les pédales.... dérape.... 

    "Bah oui quoi, le Château, le Château ! J'ai bien ma p'tite idée, à vrai dire, depuis longtemps, mais les finances, les finances.... " bredouille t-il perplexe...

    Et bien si mes administrés sont d'accords, on pourrait peut-être en faire une maison de retraite pour les personnes âgées, non ? Nous ferons les transformations nécessaires... Je monterais un dossier et ferais tous les papiers... demanderais des subventions.... Qu'en pensez-vous ?

    "Tout de même ! " s'indigne violemment Madame le Maire, rouge de colère... C'est pas une maison .... honnête, non ?" Elle n'ose pas prononcer le mot "sorcière", comme si la morte pouvait brusquement revenir et.... sait on jamais.... avec ces choses là !

    "Mmmmmeuh non ! meuh non !" répondit énergiquement un choeur de femmes en branlant de la tête, décidées à casser la belle entente des Hommes.... "Non mais ! pas une maison honnête du tout, du tout ! c't'idée !"...

    On sait de quoi on veut parler, mais on évite soigneusement de dire tout haut ce qu'on pense tout bas... on essaie même de ne pas le penser... on frissonne en regardant de tous côtés... Des énergies bizarres se baladent dans ce château, on le sent, on a peur soudain.... 

     

    "Oh mais on pourrait peut être, si vous êtes tous d'accord , demander au Curé de l'exorciser... puis même d'y installer une Chapelle, voyez vous, une Chapelle qui serait consacrée...Ils auront ainsi le Bon Dieu dans leur Château, ces p'tits vieux" triomphe déjà l'Emberlucoteur...Ils seront protégés, vous savez !......."

    Il darde sur eux un regard féroce, pistolétade qui électrise et rétrécit le public peu enclin à le contrarier...

    D'autant plus que presque tous ont un p'tit vieux ou p'tite vieille à placer.... On suppute déjà, on fait des projets... Ah si seulement ! Et le Château n'est pas loin, pas comme cette maison de vieux dans la ville, à une bonne heure du village... qui ressemble plus à un mouroir qu'à une maison convenable.... Un Château pour leurs p'tits vieux... l'idée enchante ! Déjà, ils se rengorgent, ils sont fiers .... 

    Une personne applaudit timidement, bientôt suivie par d'autres, puis ce fut toute l'assemblée... et plus l'idée faisait son chemin, plus les applaudissements devenaient hystériques.....Sifflets stridents, cris....

    Monsieur le Maire fit le modeste, hochant la tête ici, petit geste de la main par là... pas très rassuré par toutes les démarches, les papiers, les demandes de subventions et le toutim... ça trottait à la vitesse d'un éclair dans sa tête.... Il crût qu'il allait "passer", tant la pression montait déjà....

    Sa femme, inquiète, lui prit la main, en lui criant dans l'oreille à cause du bruit : "Faut mettre tout le monde à contribution... mon cher ami ! tout le monde ! faire une cagnotte aussi.... Ah ça,  c'est une riche idée que tu as eue ! .... ça va en être des embrouilles, mon pauvre ami....."

    L'Emberlucoteur, tout sourire et empressement, les tire chacun par un bras et les entraîne vers un petit bureau où attendent les papiers déjà prêts à être signés....

    Résigné, le couple fut obligé de s'exécuter sous les applaudissements à tout rompre... L'Emberlucoteur tend prestement un petit verre d'eau de vie au Maire qui avait un léger malaise... et un autre à sa femme au cas où....

     

    Médusé, assommé, je regarde cette scène sans vraiment la voir... Cet Intermédiaire est devenu l'élément dévastateur de la morne existence de tout ce village.... par ma faute.... Profond sentiment de malaise, de trouble, de confusion....

    Le déroulement des événements me dépasse complètement ! Cet Homme a brillamment rempli son rôle, avec beaucoup de  brio.... et j'en suis le principal bénéficiaire... et pourtant une rage intérieure m'assaille ... une rage refoulée, mais d'autant plus violente qu'elle ne peut s'exprimer...

    Je ne maîtrise rien de ce qui est et de ce qui peut encore arriver... Rien ! Déchaînement de violence difficile à refouler... L'émotion me submerge ! Ma faiblesse est face à l'orgueil démesuré d'un homme dont je subodore à quel point il est dangereux de s'y frotter ! je n'ai pas les armes nécessaires.... Le savoir me rend malade ! Ma lâcheté m'écoeure ....

    Je ne peux même plus me défausser.. Il faut respecter les engagements faits sous l'égide du Notaire ! Je me trouve dans une belle impasse, désormais comme un Homme traqué par sa conscience...Et le déni est une ornière !

    Le pire est ce sentiment de Honte totale qui m'étreint depuis le début ! Ma naïveté m'a conduit à accepter un marché qui fait de moi le complice d'une duperie monstrueuse, car il est manifeste que ce village et son maire n'ont pas les moyens nécessaires pour s'offrir ce Château et les transformations nécessaires.... Il va me falloir les aider en retour .... mais jusqu'où ?

    Marché de dupe des deux côtés ! Seul l'Emberlucoteur touchera son dû ! 

    Mon silence coupable a été scandaleux ! Je ne suis pas un calotin, mais la marque indélébile de mon éducation ne me permet pas d'empocher et de m'enfuir en laissant ces gens dans une mouise pareille....

    J'ancre de suite cette bonne résolution, de peur de vaciller et de reculer,  en leur proposant de participer aux financements de leurs travaux, ce qu'ils accueillent avec force remerciements et soulagement... Je connais beau monde qui acceptera de coopérer.... Je ferai mon maximum... 

    On découvre que je suis le lointain, très lointain cousin de la Veuve ! Je deviens le Héros de la Journée... le Libérateur, bien malgré moi, bien malgré moi.....

    Depuis ce jour, ma vie a radicalement changé ! Ce contexte irréel, mystérieux, hors de toute temporalité, m'a fait passer de l'adolescence tardive aux responsabilités de l'adulte....

    Plus question de s'acagnarder désormais, ni de jouer les croque-lardons dans des fêtes permanentes.... Black-out total de mon hier ! 

    Jamais plus je ne m'enferrerai dans une tutelle délictueuse ! Plus jamais ! 

    Me voici embourgeoisé dans ce petit village de huit cents âmes, sous la férule bon enfant de Raimu, Maire de son état, qui ne tardera pas à me refiler le flambeau après tant d'années de bons et loyaux services dans sa commune... bien malgré moi, une fois encore.... sous l'aval de ses administrés.... ce qui me vaudra la reconnaissance éperdue de sa femme... 

    Ma grande et seule consolation de cette histoire qui clôt une jeunesse dissipée et paresseuse : ma femme, leur fille unique, une fille honnête et belle, bonne comme le pain frais dont je suis tombé follement amoureux....

    Quand j'ai appris que le tableau avait été peint par ma cousine, je n'ai pas hésité : je l'ai racheté ! Lorsque ma tête enfle, je viens vite me mettre sous sa vigilante protection... et médite sur l'infini petitesse des choses .... Avec lui, j'apprends beaucoup !

    Cette Femme au visage ravagé, c'était l'auto-portrait de ma cousine, telle qu'elle se voyait ! Ce visage en décomposition, c'était celui de la Honte, comme une blessure inguérissable, celle qui vous jette dans la nuit des ténèbres.... Celle qui vous maintient sous les regards condescendants, qui engendrent les trahisons féroces lesquelles vous envoyaient, vous tassaient dans des cachots lugubres ou vous liaient sur des bûchers. Celle qui vous excluait des villages... C'était tout un héritage qui interdisait le bonheur, enlaidissait, désagrégeait, pourrissait le corps et l'âme....

    La Honte !

    Dieu merci, elle m'a quitté ! Depuis que je tiens avec persévérance mon regard respectueux envers moi-même !

     

    Quelques nouvelles :

     Je prête ce tableau à chaque Halloween, Fête qui devient un événement grandiose rassemblant une foule immense venant de tous les environs... Fête que je ne cautionne pas, que je fuis tant j'exècre les  excès, les folies d'une foule en délire... mais Fête qui rapporte gros aux nouveaux commerçants du village... Village qui s'étoffe d'année en année...

    Fête qui renfloue les finances sans cesse dévastées de la Commune par les frais d'entretien du Château et des ses nouveaux pensionnaires.... Un gouffre ! Mais un gouffre qui offre une multitude d'emplois aux villageois enthousiastes et participants... et fait la joie des pensionnaires, trop fiers de leur Château... On vient de si loin pour l'admirer... Et les visites ne manquent pas.... 

    Et ma Femme est si jolie, si fier de de moi... Je suis son Héros ainsi qu'à sa mère, très rapidement veuve et inconsolable.. qui vit avec nous... où plutôt nous vivons chez elle... car Fille et Mère sont inséparables.... surtout depuis qu'un heureux événement se prépare.... 

    Mille mercis à ma cousine qui m'a valu un tel bonheur !

     

    Antoine Juste, Maire du village de Châteaulares 

    (les Lares sont des divinités romaines appelées à protéger les être humains. Le Lare est donc le dieu de la maisonnée qui protège toute la famille)

    Ce nom me déplaisait tant que j'envisageais de le transformer en "Châteaulara", Lara étant le prénom de ma Femme chérie.... Mais l'opposition et les habitants ont eu raison de ma volonté... Un Maire n'est pas forcément le tout puissant du village....

     

    Luciole

     

    - emberlucoter : séduire par la ruse. 

    - jarnicoton : pardieu

    - sacagnarder : paresser, mener une vie obscur et fainéante

    - croque-lardon : pique assiette

    - éplapourdi : étonné, stupéfait

    - magouillis : dans la m.....

     

     

    L'EMBERLUCOTEUR 2ème partie

     

     

     

    Pin It

    1 commentaire
  •  

    L'EMBERLUCOTEUR

    cliquez sur l'image

     

    DEFI CROQUEURS DE MOTS n° 225

    JILL BILL prend le quart  pour le Défi du Lundi 14 Octobre 2019 (cliquez)

     

    Vendre, avec l'image ci-jointe (dans la 2ème partie), ce chouette tableau en héritage, digne d'Halloween ! Soit à votre richissime patron collectionneur, Soit à un vide-grenier, Soit à une galerie d'art, Soit dans une célèbre émission télévisée sur A2

    A inclure dans votre récit le verbe "emberlucoter" 

     

     

    L'EMBERLUCOTEUR

     

     

    L'EMBERLUCOTEUR

    Dominique Webb... superbe photo : Merci !

    (décé dé à 78 ans)

     

     

    Aujourd'hui est un jour étrange : celui de la vente de tous les biens de l'univers fantasmogorique de la Veuve Mona Sally MAC-HABET. 

    Cette Veuve descend d'une longue lignée d'ensorceleurs bien connus....

    Ténébreuse affaire !

     

    Le mignon petit château de Mona Sally se trouve au bout du village, à l'orée de la forêt, entouré de prés où folâtrent encore quelques biquettes.

    Cette curieuse misanthrope morose et mélancolique, à l'esprit dérangé selon les villageois d'à côté, menait  une vie retirée et correspondait de son vivant avec feu son mari...

     

    L'EMBERLUCOTEUR

    Mona Sally dans son jeune temps

     

    Elle exerçait une bien curieuse fascination sur les villageois qui la voyaient peu, tant elle était discrète... Elle inquiétait et fouettait l'imagination... On la disait fort laide, décharnée... toujours cachée sous d'amples vêtements de deuil et d'une longue cape violette, coiffée de son éternel chapeau de feutre à larges bords, sur lequel bataillaient quelques fleurs de tissu de couleurs vives..... 

     

    Je suis son lointain héritier, entraîné bien malgré moi dans un univers d'irréalité qui m'inquiète et m'accable... 

    Avoir des Ancêtres accusés de sorcellerie, pourchassés, torturés, brûlés... sur la base d'allégations délirantes, me tombe dessus et ne m'enchante guère... Le coup est rude ! 

    Ma famille avait réussi à maintenir loin de moi cette lourde parenté, voire hérédité.... mais cet héritage m'y plongeait brutalement... Quelle découverte assourdissante ! 

    Je redoute soudain de devenir, moi aussi, le bouc émissaire d'une hostilité irrationnelle, obsessionnelle, justifiant quelques "incivilités", voire des passages à l'acte sur ma personne... 

    Il y a toujours d'excellentes raisons pour brusquement se retrouver confronter au pire visage de l'Humanité !!! 

    Bref, je n'en mène pas large... 

     

    C'est pourquoi, sur les conseils de mon Notaire, j'ai fait appel à "l'EMBERLUCOTEUR", qui sera largement gratifié pour cette mission hautement improbable : 

    - Vendre tous les biens de cette encombrante cousine éloignée.....

    Il a une vogue extraordinaire ! 

    "Là où l'argent abonde, le ridicule ne tue pas !" déclare ce terrible personnage à qui veut l'entendre, et ne se soucie guère d'être jugé... 

    Sous ce pseudonyme se cache un Homme froid, hargneux, violent, dérangeant, perturbant, inclassable... qui a l'art  d'amasser la population autour de lui comme des mouches sur un quartier de viande... d'après mon Notaire qui s'esclaffe :

    "Il peut vendre jusqu'à du vent !"

    Suis-je rassuré ??? pas du tout ! me voici une fois de plus dans de beaux draps...

     

    L'EMBERLUCOTEUR

     

    Je me rends incognito dans le Domaine de ma cousine... Les curieux, alléchés par la réputation d'Amuseur public de mon intermédiaire, musent en l'attendant dans la cour de l'antre de la sorcière où s'entasse une quincaillerie hétéroclite dévoilant le quotidien d'une vieille dame...

    Certaines villageoises en profitent  pour fouiner, cherchant la bonne affaire, sans se préoccuper des terreurs superstitieuses de leurs maris....

    Une très jolie jeune femme en jean et tee-shirt moulants circule entre elles, s'occupant du menu fretin méprisé par l'Emberlucoteur... Sans doute sa comparse ?

    Mais où est il donc ?

     

    Soudain, une clochette s'agite frénétiquement... Surpris, les gens se retournent vers le perron où s'ouvre l'immense porte cloutée du Château,  d'où provient le bruit... 

    Une foule se constitue rapidement et se précipite vers l'Emberlucoteur revêtu d'un désopilant queue de pie trois pièces gris souris sur une chemise d'un blanc immaculé à col cassé rehaussée d'un noeud papillon gris....   et d'un chapeau claque de la même couleur....

    Cet Homme est réputé pour ses mises en scènes décalées et décapantes... Il roule des yeux globuleux d'une manière effrayante... sur les villageois saisis...

    Puis il ôte son chapeau et, s'inclinant cérémonieusement, salue la foule ... Quelques rires nerveux cachent l'inquiétude du public...

    Alors, se redressant  avec une souplesse dont je ne l'aurais pas cru capable, tant il semble raide, il promène sur les inconvenants un regard terrible d'hypnotiseur, le visage fermé et glabre...  Silence éplapourdi des badauds !

     

    L'EMBERLUCOTEUR

     

    Son visage se décomposa ... La mine grave, les cheveux hérissés, l'oeil triste et comme hagard, il invite de son chapeau la population à le suivre... qui hésite... moi aussi .... Quel comédien !

    Les villageois et les badauds en mal de frissons pénètrent enfin dans un immense Hall.... L'Emberlucoteur ferma brusquement la porte derrière eux.

    Le Hall s'assombrit, chichement éclairé de quelques bougies fumeuses et de spots tamisés dirigés sur des images lugubres fixées sur des paravents noirs qui ferment et cachent le fond de la salle...

    Décor de balais, de miroirs, de boules de cristal miroitantes posées sur de petites tables recouvertes de nappes sombres, des hiboux, des corbeaux et des chats noirs empaillés.... D'énormes grimoires ouverts gisent sur des luthiers en bois ouvragés, racontant les effets thérapeutiques et les pouvoirs étranges des plantes entrant dans la composition d'onguents et de potions.... 

     

     

    L'EMBERLUCOTEUR

     

    Sur les nappes noires des tables, des extraits de poudre de plantes remplissent un bon nombre de bocaux qui s'illuminent d'une large étiquette blanche sur lesquelles on peut aisément lire :

    - DATURA (solanacée aux fleurs en forme de trompette qui entre dans la composition d'onguents destinés à provoquer des transes, des hallucinations, des sensations de lévitation)

    - Millepertuis (plante "miraculeuse"), 

    - Sauge (plante des convalescents, entre autres)

    - Mandragore (arme redoutable)

    - Jusquiame et Belladone (toutes deux des stupéfiants hallucinogènes)

    -Et bien d'autres encore, inconnues d'un public non averti

    - Des fioles, alambics, becs de gaz,  et toute une collection de matériel astrologique...

    Bref, toute la panoplie du parfait sorcier.. 

    Il est clair que l'Amuseur public a joué avec tout le folklore racoleur lié à la sorcellerie ! Il fallait conquérir un public frileux, curieux mais peu intéressé ....

    Enfermés dans ce lieu clos inquiétant et lugubre, les villageois et les badauds devenant peu à peu spectateurs sont mis progressivement en condition d'être de potentiels acheteurs....

    Le réel se confondant avec l'irréel, l'ambiance gore déclenche frayeurs et frissons délicieux qui fragilisent  et incitent  à être emberlucotés....

    Sous le couvert de sourires faussement amusés, les mines étaient graves....

     

    L'EMBERLUCOTEUR

     

     

     

    Ce grimacier de génie se mit soudain à haranguer la foule avec un grotesque désopilant qui amena des rires gras.... Par ses fantaisies lugubres, ses révélations sinistres fracassantes ouvrant sur un autre monde, il force l'attention... 

    Le public entre dans son jeu et, peu à peu, se lance dans d'incroyables enchères pour des babioles dont il ne saura que faire... Ce sont des transes, des hurlements, des rires... Chacun veut son énorme grimoire à reliure rouge dorée à l'or fin, son hibou empaillé... Les becs de gaz ont grand succès... Chaque chose exposée disparaît peu à peu dans les cabas des ménagères .. Les tables et tablettes se vident.. On s'arrache même les capes violettes et les vêtements tristes de la défunte... Ses chapeaux ridicules.... Une folie totale et générale... 

    Je suis accablé par toute cette niaiserie collective ! Cet Homme sec, macabre, brutal est il hypnotiseur ? Je le crains violemment... Ma gorge se serre devant l'étrange spectacle ! Ses plaisanteries grossières m'exaspèrent .... Un bizarre sentiment de honte m'envahit.... 

    Il est clair que l'Abuseur s'amuse comme un fou de nos faiblesses... Il ne se gêne pas de nous tourner en ridicule.... 

    Ce public avide de sensations fortes a-t-il envie de se laisser berner ainsi ? 

     

    L'EMBERLUCOTEUR

     

     

    Autour de nous grouillent des énergies presque palpables... Je les ressens par toutes les pores de ma peau... Je lutte violemment pour qu'elles ne me pénètrent pas.... Ne fassent pas de moi un gogo.. Je ne sais plus très bien de quel bord je suis... Me rappelle soudain que c'est moi qui vend  à travers cet intermédiaire.... A nouveau la honte, une honte infernale, indécrottable... Qui suis-je ? Qui suis-je ?

    Le Ventouseur escamote les billets qui s'offrent, avec une rapidité remarquable....

     

    Soudain, au comble de l'effroyable délire collectif, il se saisit d'un cadre qu'il retourne promptement en le posant sur un chevalet et le présente à la foule.... 

    Un hurlement d'horreur se répercuta dans le Hall, sur le gigantesque lustre de pampilles de cristal qui se mit à trembler dangereusement au-dessus de la foule...

    Un tableau hallucinant, déchirant, voire hilarant .... peut être..... 

     

    Luciole

     

    A SUIVRE

     

    L'EMBERLUCOTEUR

     

    Pin It

    10 commentaires
  •  

    Chien Do n° 2

    Suite défi n° 216 des Croqueurs de Mots menés par les "Cabardouche"

     

    DEFI n° 216 DES "CROQUEURS DE MOTS", mené par "LES CABARDOUCHE"

    (clic sur les noms en bleus)

     

    Marie a trouvé dans une brocante cette élégante estampe qui apparemment évoque une Histoire mystérieuse :

    QUI sont ces personnages ? QUE disent ils ?  QUE vont ils faire ? A vous de raconter ! 

     

    (Faits réels enrobés de mon imagination)

     

    et aussi :

     https://jardinage.lemonde.fr/dossier-2067-dogue-tibet-chien.html

     

    En fond sonore, chant traditionnel chinois

     

    CHIEN DO n° 2

     

    Les yeux injectés de Mei posés sur moi m'étourdissaient de menaces claires ... Ses messages olfactifs m'assourdissaient... Cette toute petite gamine m'écrasait de toute sa colère... 

    Je sus que je n'étais plus qu'un honorable parasite ! (Clic sur la phrase pour obtenir l'épisode n° 1)

     

    Il est vrai que j'étais d'une canaillerie notoire. 

    Mes coups de dents furieux, ma voracité ruineuse, m'occasionnaient bien quelques mésaventures douloureuses avec la badine de mon Maître, mais je continuais à mordre les serviteurs malheureux qui me craignaient, à voler sans remord quelques menues peccadilles sous les yeux apeurés des cuisiniers... à créer d'intenses paniques au milieu de la nombreuse valetaille qui peuplait la Maison du Maître et celle des Femmes.... 

    N'étais-je pas celui qui avait poussé ma terrible ennemie Vieille Mère à la Réclusion dans son lointain Pavillon au fond du Parc des Femmes ? Mon Maître, ravi, m'en avait secrètement félicité ! Il n'avait jamais réussi pareil exploit de toute sa vie de Fils Chef de Famille... Vieille Mère était le seul être devant qui il pliait en baissant la tête ! 

    Mon Maître  avait grand peur de sa Vénérable Mère...

    Il n' ignorait pas que Vieille Mère avait porté tous les jours à son vieil et incurable Epoux atteint de syphilis une potion à base de mercure destinée à le guérir... suivant le strict protocole ordonné par le Médecin.... 

    La peau de Vieil Epoux était devenue anormalement rouge, puis pustuleuse...Atteint de tremblements violents, il ne pouvait plus marcher, ni parler, et n'entendait plus.. Ses reins se bloquèrent et des crises de démences horribles l'accablèrent totalement... Il mourut sous les yeux secs de Vénérable Mère qui avait subi le pire durant toute sa vie d'Epouse soumise et attentionnée... 

     

    Chien Do n° 2

    Manoir de Heshen Ministre Quianlong Dynastie Qing,

    devenu ensuite celui du Prince Gong's Mansion, dans la région de Schichahai

     

    Mon Maître, fortement commotionné par la mort de son Vénérable Père, avec qui il vivait selon l'antique Tradition depuis ses sept ans dans les appartements particuliers réservés à  l'Epoux ,

    avait  expliqué devant moi à un Confident que le mercure était à l'origine des plus beaux colorants de la Chine : le cinabre et le vermillon... La Chine possédait d'importants gisements de mercure...  Mais que ce mercure tuait beaucoup plus qu'il ne guérissait... 

    Heshen ne mangeait jamais un met tant que celui-ci n'était pas goûté par l'esclave attitré à cet effet ! Prudence obligeait ... 

     

    Chien Do n° 2

    Cependant Mei, cette courageuse gamine qui me damait le pion et n'imaginait pas une seconde que je portasse les dents sur elle, fut sans pitié... me pourchassant sans cesse avec un regard farouche malgré mes grognements hargneux des plus terrifiants, mes babines retroussées et mes crocs qui pouvaient lui trancher la gorge sans effort... Rien ne l'impressionnait !   

    Elle était déchaînée, cette terrible femelle qui ne craignait plus rien, qui avait réussi à s'introduire en secret dans le coeur de mon Maître et devenait de plus en plus sa confidente dans les moments de "tendres" échanges... 

    Elle me traitait de Chien trop gâté, me reprochait mes gaucheries de Chien mal éduqué... et pire, de boulet.... de boulet !

    J'eu peur ! Il était bien visible qu'elle aurait tout fait pour se débarrasser de moi Je savais que je ne pouvais toucher à cette femelle sans encourir la mort... 

    Je résolus de me cacher, ce qui convenait mieux à ma paresse ! Je mis toute mon habilité machiavélique, mon esprit retors, mon flair subtil pour l'éviter... Rien n'y fit ! 

    Elle réussissait toujours à trouver des personnes téméraires   pour me débusquer.  Ses mains, qui savaient si bien caresser,  agrippaient ma toison, qu'elle lavait à grande eau mousseuse pendant que les serviteurs zélés m'immobilisaient à l'aide de piques acérés tout comme pour un fauve... J'étais furieux, humilié jusqu'à l'os... 

    Certes, je n'oublierai pas ! 

     

    Chien Do n° 2

     

    Puis, sous bonne garde, enchaîné, elle m'emmenait de force en promenade, sous l'oeil moqueur de Première Epouse .

    Mon Maître, étranger à mes difficultés et à celles de Concubine, me délaissait ! 

     

    Chien Do n° 2

     

    Puis, un jour, mystérieusement, Mei se mit à jubiler dans de grandes crises fébriles... et mit toute la Maisonnée sens dessus-dessous ! On accourut, on l'écouta, on donna des ordres... Mon Maître arriva en grande pompe... Vieille Mère aussi, du fond de son exil... 

    On mit fin à mon calvaire... Je retrouvai enfin mon esclave habituel qui me laissait en paix.. me soignant avec des mains douces et respectueuses... et me regardant faire toutes mes malices avec résignation... 

    Vieille Mère reprit du service... 

    Petite Maîtresse essaya,  soudain débonnaire,  de négocier avec Première Epouse.

     

    Chien Do n° 2

     

     

    Réticente, Première Epouse s'était raidie... Mais Mei sut trouver les jolis mots qui détendent le corps et l'âme... Surprise, Première Epouse réfléchit et concéda du bout des lèvres qu'elle avait été désagréable... Puis, comme une délivrance, les larmes coulèrent, les vannes s'ouvrirent et toute sa haine pour sa jeune rivale fondit...

    Mais son désespoir était réel... et Mei dut en tenir compte. Elle lui prit les mains et doucement, lui raconta sa propre détresse... devant l'inéluctable de sa vie de concubine à peine plus valable que celle d'un esclave... 

    "Toutes les Femmes chinoises sont victimes d'injustice" soupira Mei...

    Première Epouse lui murmura enfin son véritable nom : Chan ("Belle, gracieuse") ...

    Dans un grand rire, Mei ("la Fleur du Prunier") répéta plusieurs fois ce joli prénom sur tous les tons qui qualifiait si bien Première Epouse ... comme une comptine ... comme si elle se délectait d'un bonbon... Les deux Femmes furent saisies d'un fou rire libérateur et elles se jurèrent d'être désormais comme deux soeurs....

     

    Chien Do n° 2

     

    Concubine accoucha d'un Fils ! et se retrouva soudainement propulsée au rang tant convoitée de Deuxième Epouse... 

    Elle refusa la tenue traditionnelle mandchoue de la Maison de son Epoux, cette stricte robe  de soie rouge aux bordures agrémentées de galon en fil métallique doré... Des parures étincelèrent sur des robes nouvelles..

     

    Chien Do n° 2

    Vieille Mère

     

    Elle rayonnait auprès  de Vieille Mère charmée par une si jolie et accommodante Belle Fille, pendant les interminables parties de cartes. ou de dés... ou dans de savants  travaux d'aiguilles. L'Enfant était splendide, nourrie au lait épais d'une nourrice judicieusement choisie. Chan eut la permission de Vieille Mère de câliner l'Enfant... Les trois Femmes ne se quittaient plus ! 

    Vieille Mère exigea que les Portes de la Chambre Conjugale soient désormais grandes ouvertes... C'était une pratique courante pour modérer les ardeurs enflammées de l'Epoux ... afin de préserver Deuxième Epouse..., ainsi que mon éviction immédiate, et je dus me cantonner aux appartements de l'Epoux...  Pour la sécurité de l'Enfant ! 

    Il est vrai que mon caractère ombrageux ne s'accommodait guère des criailleries stridentes dont il gratifiait son monde pourtant en adoration devant sa si petite personne... 

     

    Chien Do n° 2

    C'est ainsi que je retrouvai mon Maître et ses incessants soliloques déprimés..., sa tranquillité à jamais perdue...

    Il finit par délaisser bien vite Deuxième Epouse en cultivant les fleurs du vice avec les Pensionnaires des Maisons de Fleurs pour "Illustres Personnages", dissimulées un peu partout dans les environs, malgré l'interdiction de la Dynastie Qing ...

    Comme son Vénérable Père !

     

    Chien Do n° 2

     

    Chien Do n° 2

     

    "Fleurs" des "Maisons de Fleurs" -  Epoque de la Dynastie Qing

    http://dona-rodrigue.eklablog.fr/les-courtisanes-c829758

     

    Il ne voulut plus ni de Troisième Epouse ni de concubines...

    En réalité, il était l'Amant de l'Empereur Qianlong, mais chut ! Heshen en souffrait trop pour autoriser qu'on en parle ouvertement... Donc, tout le monde ici en discutait à mots couverts, si bien que je finis par comprendre ! Pas facile, la vie des Humains !

     

    Chien Do n° 2

     

    A gauche, écriture des femmes, à droite celle des hommes

     

    Il m'apprit que Vieille Mère enseignait à Deuxième Epouse "l'écriture nüshu" (clic), l'écriture codée des femmes, seul moyen de communiquer avec d'autres femmes,  ainsi qu'avec celles de son Ancienne Famille...

    Cette "écriture de moustique", aux traits effilés et étirés... ressemblait aux caractères chinois, mais en forme de losanges - contrairement à l'écriture carrée des Hommes ...  Cette écriture était incompréhensible pour les Hommes, qui ne l'apprenaient pas .... 

    La Tradition voulait qu'on enseigne cette écriture au moyen de chants que les élèves recopiaient inlassablement afin qu'elles puissent enfin écrire leurs propres textes, qui les accompagneront dans leur tombe... pour qu'elles puissent les lire dans l'au-delà !

    Je ne pus jamais me venger des mauvais traitements de Mei...  Jiaqinq, successeur de l'Empereur,   imposa à mon Maître de se suicider après la mort de Qianlong.

    L'immense fortune de mon Maître Heshen ( 25 millions de kilos d'argent) et moi-même fûmes confisqués par le Nouvel Empereur Jiaqing... 

    Je me retrouvai comme animal de luxe dans la cour d'un Homme fier...  confié aux mains expertes et sévères de Dresseurs mâles... Mon Nouveau Maître, féru de chasses à cheval, m'emmenait dans d'épuisantes virées dans tout son Territoire de plaines et de forêts...  

    Je ne sus jamais ce qu'il advint de Vieille Mère,Chan, Mei et l'Enfant 

     

    Luciole 

     

    Chien Do n° 2

     

    Chien Do n° 2

    Bisous

     

    Pour ceux qui veulent connaître le fin mot de l'Histoire de Heshen et sa Famille :

     

    Enfin j'ai trouvé des renseignements sur Heshen, sur un Forum .... Il m'a fallu revenir en arrière d'au moins 12 pages sur Google...La ténacité paye !

    Heshen était né dans un puissant clan mandchou de l'Empire Qing. Il a été éduqué dans l'école impériale pour devenir officier. Etudes brillantes en arts martiaux, sciences, histoire et langues. Il devint l'Homme le plus cultivé de son temps, très bon stratège militaire, écrivain et parlant plusieurs langues ... De confession Chamanique. 

    Heshen, 25 ans, est Garde dans la Cité Impériale.  l'Empereur Qianlong a 60 ans. Il rencontra Heshen et tomba éperdument amoureux de lui ! Il était normal que l'Empereur dispose d'un "harem d'hommes" : les "xianggong" (les concubines mâles)... Heshen souffrait énormément d'être "l'amant de l'Empereur" ! 

    Heshen devient le Tuteur d'un des fils de Qianlong : Jiaqing ! 

    Heshen, en un an, devint le personnage le plus puissant de l'Empire  : il est nommé Ministre.... Pourtant l'Empereur, très soucieux de la bonne marche de son Empire, était loin d'être idiot ! Cette Histoire d'amour a duré plus de vingt ans entre eux deux...  Mais c'était "très mal vu" d'être à la fois amant et ministre de l'Empereur. 

    Qianlong marie une de ses filles, Xia He,  avec le Fils de Heshen (Fils qui devint donc le Beau Frère du futur Empereur Jiaqing : 15è Fils de Qianlong....... Ce qui est très important pour la suite de l'Histoire, car désormais, Heshen fait partie de la Famille Impériale !). 

    Heshen a donc gouverné de concert avec l'Empereur... Bilan très positif en politique intérieur, comme jamais vu ! mais Bilan lourdement grevé par des campagnes militaires fort coûteuses en politique extérieure... conduisant à des déficits budgétaires graves !

    Beaucoup de révoltes paysannes, de soulèvements perpétuels des ethnies non chinoises, des mouvements politiques sans cesse à l'affût de vouloir renverser le gouvernement.... 

     

    Qianlong décide   d'abdiquer en faveur de son 15ème Fils, Jiaqing...(1796), tout en continuant à tirer les ficelles du jeu politique jusqu'à sa mort le 7/2/1799.

    Jiaqing est faible, vindicatif, voire exécrable, facile à manipuler... Il complote sans cesse pour prendre le pouvoir... Qianlong manque par 2 fois de mourir... empoisonné ? Le régime politique ne va plus ... 

    A la mort de Qianlong, Jiaqing veut tout changer.... Il veut la tête de son Tuteur et de l'amant de son père...  Heshen ! Par de faux motifs, il l'accuse alors de haute trahison, de corruption et même d'abus de pouvoir... Il veut surtout récupérer la maison de Heshen, une des plus belles maisons privées de l'époque Qing, et toute la fortune de cet Homme le plus riche de l'Empire... qui sert soudain bouc émissaire...

    Il est vrai que Heshen n'a pas toujours été très honnête... Il a publié également un roman "Rêve dans le Pavillon rouge", pièce taoïste très violente contre le régime impérial... Et pourtant, il a été un formidable juriste, particulièrement attaché à une justice égale pour tous... 

    Bref, non seulement Jiaqing ordonne à Heshen de se pendre... mais la Famille de celui-ci risque également une condamnation à mort ou une déportation... ce qui ne valait guère mieux !

    Seulement, la soeur de Jiaqing, Xia He,  étant la belle fille de Heshen ......(vous me suivez ?) sauva la Famille.... qui a été épargnée par l'Empereur... 

     

    Xia He reçut même quelques propriétés de Heshen... 

     

    La Famille de Heshen en a - t - elle profité ????

     

    http://www.lafoliedix-huitieme.eu/pekin/empereur-qianlong-ses-imperatrices-epouses-amant-t1093-40.html

    Pin It

    24 commentaires
  • Chien Do

     

     

     

    DEFI n° 216 DES "CROQUEURS DE MOTS", mené par "LES CABARDOUCHE"

    (clic sur les noms en bleus)

    Pour Lundi 25 Février 2019 

     

    Marie a trouvé dans une brocante cette élégante estampe qui apparemment évoque une Histoire mystérieuse :

    QUI sont ces personnages ? QUE disent ils ?  QUE vont ils faire ? A vous de raconter ! 

     

    Ce qui a motivé mon Histoire basée sur des faits réels (mais enrobés de mon imagination) :

    - regardez donc le regard du chien

    - le regard dédaigneux de Première Dame qui tourne ostensiblement le dos à Deuxième Dame

    - l'embarras évident de Deuxième Dame en prise avec le charmant molosse qui semble vouloir n'en faire qu'à sa tête...  Mais Deuxième Dame a du caractère et tire sur la chaîne avec autorité... 

     

    Chien Do

    Chien Do

    La Cité Interdite - Chine 

    https://www.merveilles-du-monde.com/Cite-interdite/Photos-de-la-cite-interdite.php

     

     

     Musique chinoise à écouter tout en lisant 

     

    "Il faut se méfier des femmes , pour une qui est sage , il en est mille qui sont folles et méchantes. La femme est plus secrète que le chemin où , dans l'eau , passe le poisson. Elle est féroce comme le brigand et rusée comme lui. Il est rare qu'elle dise la vérité: pour elle , la vérité est pareille au mensonge , le mensonge pareil à la vérité. Souvent j'ai conseillé aux disciples d'éviter les femmes Bouddha»

     

     

    Chien Do

    Dogue du Tibet 

    https://jardinage.lemonde.fr/dossier-2067-dogue-tibet-chien.html 

    CHIEN DO

    (1ère Partie)

     

     Chien Do était prêt à mordre....!!!

     

    Moi, Chien Do, adulé par le Seigneur Heshen (1750-1799), Ministre du Grand Empereur Quianlong, j'étais un fauve poilu de 80 kg, ressemblant à un lion (symbole traditionnel de "chance" en Chine), un peu encombrant... au caractère imprévisible et particulièrement difficile.... peu affectueux ...Une fantaisie très coûteuse du Maître en dépit des hurlements hystériques de Vieille Mère devant ma dégaine "d'ours mal éduqué".... 

     

    Chien Do

    Heshen

     

    Mon histoire commença à l'époque de la Dynastie des Qing ("Eau") qui fut  fondée en 1661 par les envahisseurs mandchous.

    Qianlong (2/9/1711 - 7/2/1799) dont le nom signifie "Abondance Céleste" est le Quatrième Empereur de la Dynastie Qing. Il régnait sur l'immense territoire de la Chine depuis le 18 Octobre 1735.

    Chien Do

    Qianlong

     

    Heshen, mon Maître, admirait cet Empereur poète, peintre et Maître de la Calligraphie, mais qui était aussi un Homme ambitieux, conscient de son devoir. 

    Heshen, mon Maître,  reconnaissait que son Règne avait apporté une ère de paix et de prospérité, marquée par une très forte croissance économique... L'Empire mandchou était devenu le plus puissant Etat du Monde...

    Cependant l'Empereur vieillissait. Il avait eu la bonne idée de jeter son dévolu sur mon Maître, Heshen, jeune garde mandchou à l'époque. Les élites n'apprécièrent guère l'influence toujours grandissante de mon Maître sur le vieil Empereur... 

    Beaucoup racontaient que mon Maître était en grande partie responsable de la corruption qui désagrégeait l'Empire chinois. 

    Etant donné que je n'avais pas encore la parole, mon Maître me confiait tout ! Il se riait de toutes ces "cancanailleries"  et s'en moquait ! Il était devenu Ministre, "l'oeil et l'oreille attentifs" du vieil Empereur et tous devaient lui céder la place en sa Présence... C'était là son But Ultime... Il se gaussait d'être l'un des fonctionnaires le plus corrompu de toute l'Histoire des Quing... 

    Heshen jouait sans cesse avec le feu et le savait ! 

    Mais mon Maître se devait d'avoir une Femme Belle dans sa panoplie.

    Première Epouse apparut.

     

    Chien Do

     

    Première Epouse

    C'était une très jeune Lettrée, entichée de poésie... Première Epouse, d'une Beauté glacée, distante, profondément malheureuse, pouvait à peine marcher. Ses petits pieds bandés, recouvert d'un mignon petit chausson de soie rouge, ne mesuraient plus que quinze centimètres... Moyen efficace des Humains de garder leur femelle à la maison... 

    Une chance d'être un Chien énorme : mon Maître refusa les vêtements de cérémonie dont on voulait m'affubler, comme la plupart des Chiens de cette époque, qui possédaient des armoires entières d'habits prestigieux crées par des artistes chinois.

    Quelques mois après ce mariage hâtivement conclu par les Familles, Petite Fille Sans Nom naquit, et fut emportée très vite par la Sage Femme. Nul ne sut ce qu'elle était devenue...

     

    Heshen ne prononça jamais le nom véritable de Première Epouse

    La souffrance physique de Première Epouse se renforça d'une souffrance morale telle qu'elle la rendit infertile, passive, solitaire .... 

    Le premier remède de cette vie cruelle, misérable, vaine et sans but d'une Epouse déchue était un suicide magnanime pour son Epoux et la Famille de son Epoux... 

    Heshen attendit... Mais Première Epouse, haineuse, se réfugia volontairement dans la Poésie. Elle excellait dans cet art très considéré en Chine, sauf pour son Epoux... 

    Quand mon Maître partait pour ses affaires, j'écoutais religieusement la voix plaintive de Première Epouse déclamer ses poèmes.

    C'était si déchirant que tous mes poils se dressaient...

    Ses poèmes racontaient invariablement la concupiscence des Hommes envers un corps délicat livré à des mains brutales. Corps glacés violés sans ménagements ... Corps contraints sous peine de châtiments redoutables. 

    Heshen, fâché, lassé d'attendre un dénouement définitif de ce mariage maudit, fit chercher une concubine agréable et procréative par Vieille Mère... Vieille Mère s'était retirée dans le Pavillon des Recluses au fond du Parc des Femmes... 

    C'est ainsi que Mei arriva ! 

    Chien Do

     

    Mei, dite "Concubine"

     

    Première Epouse et Concubine se devaient, selon la Tradition, de se considérer comme des soeurs. 

    Mais Première Epouse en décida autrement et reporta toute sa rancoeur sur Concubine.

    Mei devait obéissance à Première Epouse, la concubine étant faite pour souffrir toute sa vie, et on attendait ensuite qu'elle meurt en silence... 

    C'était sans compter sur l'espièglerie de Concubine !

    Mei ne s'identifiait pas à un Fantôme sans prise directe sur la réalité, comme Première Epouse, dont Mei comprit tout de suite le drame... 

    La valeur d'un Fils donnera à Concubine une Place sociale définitive ! Elle était sûre d'elle  ! 

    C'était une très jolie jeune fille de quinze ans venant d'une Famille aisée, qui avait appris depuis son plus jeune âge toutes les Règles de la vie des Femmes... Elle savait que l'Epoux pouvait la rejeter de manière arbitraire : une concubine n'avait que peu de droits dans ce système féodal cruel ! 

    Avec un Fils, elle pourra acquérir un peu d'indépendance et de considération, et la position très enviée de Mère du Futur Chef de Famille. Une fois veuve, elle aura autorité sur toute la Maison... 

    Voilà ! 

    Si Première Epouse m'avait totalement ignoré, il n'en fut pas de même de Mei !

    Très courtisée par mon orgueilleux Maître, elle repéra très vite les faiblesses de cet Homme de Pouvoir, sa violente volonté de conquérir, même dans la Chambre Conjugale, car mon Maître se persuadait que son titre de Ministre lui conférait des droits particuliers... tous les droits !

    J'étais un Chien peu ordinaire, capable de tout comprendre... Et Mei se parlait souvent toute seule devant moi...  déroulant ses plans sans me prêter attention.... J'enregistrais toutes ses paroles... toutes ses odeurs .... 

    Même quand elle se moquait de la fatuité, de la sottise de son Epoux dans les moments de crises...

    Mais elle cherchait tous les moyens pour  assouvir le plaisir de cet Homme indélicat et violent...

    En ma qualité de Gardien du Maître, j'assistais à tous leurs ébats, frileusement blotti sur mon immense coussin moelleux.... et j'eu peur plus d'une fois !

    Les Humains ont de drôles de façons violentes, furieuses de procréer... 

    Première Epouse, clairvoyante, en prit définitivement ombrage ! Sa férocité désoeuvrée s'enfla, cherchant comment évincer cette très jeune rivale si convoitée par l'Epoux !

    Alors je vis le mensonge rôder, les perfidies voler...  les persécutions, les humiliations pleuvoir sur Mei, interdite, mais non rendue ! 

    "Pense à ce que j'endure à cause de toi" cinglait la voix dure de cette Ombre incommode... "Crois-tu qu'une petite roulure comme toi puisse tenir mon destin entre ses mains ?"

    C'est alors que Première Epouse eut une idée géniale... Puisque Concubine n'avait pas les pieds bandés, elle pouvait donc s'occuper de Chien Do et le promener  dans le Parc des Femmes... ? suggérait-elle à son Epoux soudain accommodant. 

    C'est ainsi que, avec une inexplicable perversité, mon Maître ordonna à Concubine d'obéir promptement à Première Epouse... 

    Mei suffoquait d'humiliation ! Elle me traîna par les poils dans sa Chambre et, tournant en rond comme fauve en cage, elle murmurait des paroles épouvantables : 

    "C'est ainsi qu'agit le plus Puissant Ministre de l'Empire ? quelle goujaterie monstrueuse envers la Femme qui s'ingénie et souffre tant à le satisfaire ? Cet Homme froid et austère, au masque impénétrable... Cet Homme violent... Cet Homme si faible dans sa chair.... ....."

    ET bien d'autres choses que je préfère taire ! 

    Je me rendis vite compte que je n'étais pas le plus fort ! 

    Les yeux injectés de Mei posés sur moi m'étourdissaient de menaces claires ... Ses messages olfactifs m'assourdissaient... Cette toute petite gamine m'écrasait de toute sa colère... 

    Je sus que je n'étais plus qu'un honorable parasite ! 

     

    Luciole

     

    A SUIVRE

     

    Chien Do

    Chien Do

     

     

     

     

    Pin It

    32 commentaires
  •  

     

     

    LA SAINT VALENTIN

     

    (Cliquez sur l'image) 

     

    Concours Lettre St Valentin avec les Croqueurs de Mots

    et 16 mots imposés : 

    sucette – chaussettes – velours – cheveux – clin d’oeil – toujours – gratitude – vie – nonne –

    ardent(e) – plaisir – surprise – attendre – retard – réfléchir – bonbons

     

    LA SAINT VALENTIN

     

    Lettre n° 22 : Luciole

     

    AVEC TOI, REFAIRE LE CHEMIN

    DE LA SAINT VALENTIN 

     

    Un si beau jour, ma mie… T’en souviens-tu ? Cette odeur de jeunesse de nos quinze ans, à l’aise dans nos chaussettes courant à perdre haleine dans l’herbe humide… ton rire d’enfant cascadant dans les clairs chemins de la si courte nuit.

    Ah, ma Douce, ma Mie, comme tu étais belle, à l’âge des sucettes qui barbouillaient encore tes innocentes lèvres….

    Ton âme droite et claire miroitait comme eau vive sur ma sève éblouie.

    Petite nonne sucrée, tu menais la danse, fougueuse, ardente dans la nuit complice qui, doucement, referma la porte….

    Te souviens-tu de ces chemins hésitants du puceau tremblant, éperdu, qui tentait de t’approcher sans attendre – la nuit est si courte – malgré tes cris faussement effarouchés ?

    Sans réfléchir, mon corps palpitant se précipita avec tant de fougue sur le tien qu’il nous jeta, riant aux éclats, sur l’herbe malmenée….

    Emus soudain, intimidés, craintifs, nous nous sommes étendus l’un à côté de l’autre. J’ai pris ta main tremblante dans la mienne si peu assurée. Et nous avons contemplé en silence le scintillement argenté des étoiles sur le noir velours du ciel, le souffle suspendu à la froide haleine du vent.

    La lune nous illuminait d’un sourire étrange… tu m’as soufflé, petite ingénue : « j’ai froid ! »… N’écoutant que mon courage, je me suis penché sur toi, t’enveloppant de mon bras pour te réchauffer - tes cheveux sentaient si bon l’herbe froissée et la lavande – pour cueillir le sourire fiévreux de tes lèvres si fraîches au goût de bonbon…..

    Dans tes yeux se miraient la lune… Tes yeux, que me disaient-ils – Oh, tant de douces choses que, ma Mie, te souviens-tu de ma main affamée qui s’est hasardée à effleurer tes petits bourgeons ?

    Tes yeux avides riaient de plaisir… M’en as-tu conté avec tes mirettes… Ma bouche avait soif de toi, une soif infinie, soif de ta soif… Ma bouche est partie en voyage sur ton corps qui s’offrait… Oh quelle surprise, quelle griserie, ma Mie, que ton corps bondissant comme cabri ! Que de sublimes découvertes, ma Fleur, ma Chanson, ma Vie

    Ta tendresse ingénue, ton souffle qui s’étonne, ample, et se termine en cris !

    Ma Mie, ma Douce, ma Chérie, comme tu me laisses seul sur la rive, orphelin de toi… Ma vie qui devient cendre, qui titube, qui fond en larmes…

    Mes yeux qui se détournent des étoiles… Plus que moi dans le miroir – à crever d’ennui dans ce monde privé d’espérance immortelle.

    Avec toi se sont englouties mes plus belles visions…

    Mais que tu es belle encore dans la brume de mes souvenirs de vieillard au déclin de sa vie….

    Comment te dire ma gratitude, ô toi qui a cheminé si longtemps à mes côtés !

    Quand te reverrais-je enfin au Royaume des ombres ?

    Clin d’œil de ton grand Fou qui t’aime toujours autant…

    Bonne Saint Valentin là où tu es ! Et embrasse pour moi le Saint sans retard, lui qui nous a unis mieux que Cupidon….

     

    Luciole

     

    LA SAINT VALENTIN

    Sur 22 lettres : voici le classement :

    1ère : Fanfan notre jeune retraitée avec la lettre n°14 

    2ème ex aequo : Martine (Quai des rimes) avec la lettre n°8

      Luciole83 avec la lettre 22

    3ème : Jazzy57 avec la lettre 12

     

    Félicitations à toutes les quatre.

     

    Et merci à tous les participants

     

     

    Un grand merci aux Croqueuses

    qui ont eu la gentillesse de voter pour ma lettre

     

     

    LA SAINT VALENTIN

     

    684 pages lues 

     

     

    Pin It

    21 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique