•  

     

    GARE A L'EAU QUI DORT n° 20

     

    Gare à l'eau qui dort n°20 : Sous-marin et pinholes

     

    SOUS-MARIN ET PINHOLES

     

    Finalement, Dorian était satisfait. Ce poucave savait beaucoup de choses.... C'était rare de tomber sur un bavard pareil ! Il laissa sa bière tiède et fila vers son véhicule, subitement épuisé.. Demain, on avisera avec les mouchards ! Seulement après avoir constitué un dossier solide, il ira trouver Louise...  Et là, il se voûta... Sale boulot ! (précédent épisode : cliquez sur la phrase)

     

    Après concertation avec les enquêteurs de Dorian ("les mouchards"), il fut décidé d'utiliser le "sous-marin", équipé de "pinholes"....

     

    Le sous-marin était un camion utilitaire banalisé truffé de technologies dernier cri, préalablement maquillé par une Pub discrète sur ses flancs extérieurs.

    Le véhicule comportait un minuscule coin cuisine doté d'une buse réchaud-gaz, d'un petit évier et d'une machine à café, ainsi que d'un WC chimique coincé sous l'évier comportant un bras articulé permettant de le tirer à volonté, et d'une étroite couchette...  Mais le plus volumineux était le matériel de surveillance haut de gamme. 

    L'intérieur était parfaitement conçu pour être invisible de l'extérieur, les fenêtres étaient soit teintées, soit dotées d'une vitre sous tain (surface avec une seule face miroir, qui n'était pas appliquée directement sur la fenêtre afin d'être plus discrète.)

    Une cloison, comportant une porte munie d'une ouverture miroir sans tain sur presque toute sa hauteur, séparait l'espace conducteur de l'espace arrière.

     

    Les pinholes étaient des caméras sans fil de la taille d'une tête d'épingle. On les répartissait à l'extérieur de façon judicieuse, tout autour du camion , qui filmeront en continu le parking, la rue et l'entrée du porche... 

     

    Ainsi, le personnel de filature, bien planqué dans le véhicule, pourra tout à loisir filmer, photographier et écouter... en toute discrétion... bien que des habitants extrêmement observateurs pourraient déceler une filature  organisée à cet endroit au fil du temps, sans pour autant savoir pour quelle(s) personne(s).... Il fallait espérer qu'ils ne jaseront pas...  Le risque était que la ou les cibles "grillent" la surveillance et comprennent qu'on les file.... 

    Car plusieurs jours de "filoche" étaient nécessaires afin de prouver l'adultère avéré de la cible.

    Par sécurité, il fut décider d'organiser plusieurs équipes de deux personnes qui se relayeraient toutes les quatre heures pendant vingt quatre heures, afin d'assurer une surveillance constante des cibles, et surtout du matériel hors de prix stocké dans le camion.... 

    Des collègues de Dorian eurent la mauvais surprise de trouver leur véhicule fracturé, vandalisé et vidé de toute la technologie de pointe pendant le repos en chambre d'hôtel de leurs filocheurs.... 

    Les mouchards étaient déjà partis en repérage sur place et avaient trouvé deux emplacements de libres dans le parking pour garer le camion, pile en face de la bouche noire du porche qui débouchait sur une cour carrée bétonnée entourée d'immeubles... 

    Immédiatement, ils occupèrent la place en garant deux véhicules banalisés côte à côte, selon la largeur du camion... en attendant que celui-ci soit opérationnel... juste sous des arbres dont les branches se trouvaient à bonne hauteur.... Ils pourront ainsi parquer le camion en travers, afin d'obtenir le plus grand angle de surveillance avec la vitre sans tain.... 

    Pour une simple filature d'adultère, Dorian utilisait des moyens moins coûteux avec des appareils de surveillance technique plus ordinaires, comportant la pose des pinholes au plus près de l'appartement ou de la maison de la cible (dans des panneaux de circulation, de signalisation de travaux, dans les lampadaires.....etc), qui permettaient à ses employés de visionner les images sur écrans dans le bureau afin de prévenir les filocheurs en planque dans une voiture banalisée, ou des filocheurs-marcheurs qui déambulaient, leur téléphone portable rivé sur les oreilles, feignant d'être en grande conversation avec quelqu'un, ou des filocheurs-assis sur un banc ou autres, qui lisaient ou papotaient fort aimablement, avec les habitués du coin, tout en observant attentivement....ou bien encore des filocheurs-clochards accroupis sur le trottoir qui mendiaient..... entre autres procédés... Dans le métier, il fallait être un bon comédien ! 

    Mais dans la situation actuelle, il s'agissait bien davantage d'une affaire de moeurs, qui se compliquait de proxénétisme avec Didier (et autres ? à vérifier !), qu'un adultère classique ! Il fallait employer les grands moyens et ne pas lésiner sur le nombre des employés, ni sur les moyens financiers ....

    Si l'équipe de Dorian arrivait à démanteler le réseau de prostitution qui employait des mineures, ce serait le jackpot ! Dorian ne supportait pas de tels procédés ! Il soupçonnait fortement une association de malfaiteurs nuisibles derrière toute cette affaire dont Damien était la proie facile.... 

    Les agents en filature communiquaient entre eux avec la fonction "conférence" de leurs téléphones portables.... 

    Il était fort prévisible qu'ils ne tarderont pas de recourir au chantage pour soutirer un maximum d'argent à cet idiot de Damien  ? Dorian était certain que les pauvres gamines servaient d'appâts sans le savoir ! 

    Avec ces arguments frappants, Dorian était certain de convaincre et d'obtenir l'autorisation de surveillance du Parquet ! 

    Sans attendre, les mouchards avaient déjà installé très discrètement une multitude de pinholes bien ciblés dans la cage d'escalier où se situait l'appartement d'Agathe au niveau du troisième étage, ainsi que face à la porte et au-dessus de la porte d'entrée des deux jeunes filles.

    Chaque minuscule caméra donnait sur un angle bien précis.... visible sur écrans de la "Centrale" (Pièce spéciale surchargée de matériel de haute technologie dans l'Agence de détectives de Dorian) et  sur les petits écrans dans les voitures banalisées en place.

    Informations méticuleusement observées afin d'avoir le plus de renseignements possibles pour constituer le procès verbal de surveillance contenant les noms des participants et les faits constatés avec l'horaire correspondant.... 

    Ce procès-verbal s'inscrira dans les actes de l'enquête en cours, auquel seront joints les journaux de bord des différentes équipes.... 

     

    Mais pour l'instant, le travail le plus lourd, d'une importance capitale, était d'obtenir le plus rapidement possible l'accord de Louise... 

    Il était nécessaire qu'elle prenne un avocat afin que celui-ci fasse une demande de "flagrant délit d'adultère" aggravé de "détournement de mineurs" auprès du Parquet...  Lorsque cette requête sera obtenue, Dorian préviendra les policiers qui pourront alors pénétrer dans l'appartement d'Agathe au meilleur moment indiqué par les mouchards, et ce dès six heurs du matin....

    A moins que la Police ne s'empare de l'affaire, en collaboration avec l'Agence de Dorian ....  C'était à prévoir ! 

    Pauvre Louise et sa fille Lou, embarquées dans une très sale affaire.... Louise était fort loin d'imaginer un tel scandale, elle qui craignait tant le regard des autres... 

     

    Les agents de surveillance commencèrent à réunir tous les éléments déjà recueillis par l'équipe de filocheurs et par Dorian pour en constituer un dossier avec nom et adresse de la cible, ses données téléphoniques, les films et photos récentes, et tous les renseignements pris sur la cible-2 (Agathe) et éventuellement ceux déjà établis sur le nommé Dirlo : cible-3 (Didier) afin d'obtenir une autorité "d'unité spéciale d'observation" (sous-marin, pinholes, écoutes téléphoniques de Damien, Agathe et de Cathy, puis ceux de Dirlo)... 

     

    Dorian soupira ! Ces investigations lui coûtaient une fortune en temps, en personnel, en matériel de pointe, et en argent.... 

    Sans parler des investigations effectuées dans l'Agence de Damien. Là, Dorian avait anticipé : il avait envoyé une "taupe" sur place, en tant que "stagiaire", particulièrement douée en informatique et dotée d'un extraordinaire esprit d'analyse.... 

    Elle gravitait dans les bureaux de l'Agence en touchant à tout, espionnant tout sans éveiller le moindre soupçon. Elle était déjà une source exceptionnelle de renseignements...

    Ils étaient déjà reliés à l'informatique de l'Agence... Tout ce qui s'y passait était enregistré et contrôlé... C'était un crack, cette jeune programmeuse ... Sans elle, la Centrale (Bureau de l'Agence de détectives de Dorian) aurait eu beaucoup de difficultés à parvenir à ce résultat... 

    Les investigateurs avaient commencé à retrouver et retracer une bonne partie de la vie de Damien, photos à l'appui... 

     Dorian avait déjà recueilli en quelques jours une certitude : la secrétaire de Damien, Justine, était hors de cause ! 

    C'était même une perle, non seulement dans son travail, mais également en discrétion. Elle menait une vie honnête, retirée...  s'octroyant peu de loisirs souvent seule ou avec des amies... Une enquête de voisinage, fort habilement menée, le confirmait ! 

    La taupe en place, qui avait choisi de mettre le paquet sur l'informatique en priorité, s'attaquera ensuite à trouver les corbeaux, auteurs des lettres anonymes qui avaient déclenché toute cette sombre affaire : sans aucun doute une affaire de jalousie et de concurrence déloyale ... C'était le truc classique : celui des peaux de bananes.... faire dégringoler au plus bas et éliminer  la gêneuse ! 

    La taupe avait déjà sa petite idée.... A vérifier ! Elle avait un faible pour les poubelles, presque toujours "parlantes", et les conversations téléphoniques ! Sans parler des potins qui circulaient avec une constante stupéfiante dans cette Agence d'Assurances... sous la férule de Adèle, dont elle avait appris qu'elle était l'ancienne maîtresse du père de Damien... ,  omniprésente... tracassière... Une peste ! La taupe, qui était jolie et compétente, en avait fait les frais et l'avait déjà classée au hit parade des présumés coupables.... Ne restait plus qu'à provoquer et enregistrer ses "confidences" en la filmant avec sa petite caméra cachée.... Pour cela, il fallait se "la mettre dans la poche" ! Et ce n'était pas bien difficile, suffisait de la flatter, de l'encenser.... 

    Une chance, l'écran de son téléphone portable ne  signalait aucune possible caméra dans toute l'Agence... 

    Elle avait donc les coudées franches et avait réussi à placer des écoutes sur presque tous les bureaux de l'Agence ...  sans aucun problème...

     

    Les éléments du puzzle se mettaient en place à une allure folle ! Damien étant très méfiant, il fallait faire vite.... 

     

    Ne restait plus pour Dorian que d'aller rendre visite à Louise, qui présentait quelques problèmes de santé et gardait la chambre depuis leur dernière rencontre, d'après leur récent entretien téléphonique...

    Bon prétexte pour fuir la présence de Damien, justifier sa tête des mauvais jours.... et sa nervosité ! Une très bonne idée ! Bravo Louise qui alla jusqu'à faire venir le médecin de famille pour accréditer cette fable... Mais peut-être était elle très anxieuse au point d'en avoir des troubles ? 

    Dorian n'avait jamais été aussi bouleversé dans toute sa carrière, tant il craignait de lui dévoiler toute cette ignominie.... en se rendant au luxueux Domaine de Louise.... Surpris, il se rendit compte à quel point il en transpirait de trouille... il mit la clim à fond ! 

    Mince alors, il en pinçait grave encore pour Louise ! Il grimaça ! Pas bon pour lui , ça !!! Mon pote, garde la tête froide et le coeur sec, tu vas en avoir sérieusement besoin.... 

    Luciole

    (notes techniques trouvées sur différents articles du Net et sur  : guerredefrance.fr... Merci à eux !)

    A SUIVRE

     

     Gare à l'eau qui dort n°19 - LE POUCAVE

     

    06/07/2020 : 170 visiteurs et 770 pages lues

     

     

     

    Pin It

    8 commentaires
  •  

     

    GARE A L'EAU QUI DORT N°19

     

    Gare à l'eau qui dort n°19 - LE POUCAVE

     

    LE POUCAVE

     

    Musique jazzy

     

    Il s'installa sur une chaise en simili cuir rouge derrière une petite table ronde en formica noir, face à l'entrée tout au fond du bouge et attendit.... Ô surprise, non pas une de ces mignonettes, mais un famélique garçon tout de noir vêtu vint à lui, avec un regard torve... Dorian se frotta les mains : c'est dans la poche ! Il sentit qu'il allait palpiter au coeur d'une histoire passionnante, avec ce gamin.... Il activa sa caméra cachée.... (épisode précédent - cliquez sur la phrase)

     

     

    Une rengaine langoureuse suintait des murs et distillait son ennui visqueux dans le Bar tout en longueur aux murs de miroirs....

    Le "Chasseur d'Hommes" commanda une pression bien fraîche au serveur lymphatique qui remonta lentement vers le comptoir, derrière lequel s'affairait un patron rubicond et grassouillet de petite taille, puis revient avec une nonchalance affectée vers le client fringué comme un zonard.... 

    Dorian savait qu'il ne disposait que peu de temps, alors il fallait agir vite ! 

    Il prit un air niais et fila un gros billet discrètement dans la main du serveur interloqué. 

    "J'en pince grave pour la gamine du 3ème, là, en face" lui murmura-t-il rigolard en montrant la fenêtre occultée par une lourde tenture d'où sortaient des raies de lumière... 

    Le serveur ébahi fléchit involontairement les épaules, ne sachant que répondre. Il éprouva soudain un malaise : le zonard le fixait durement, droit dans les yeux.... Le jeune homme vêtu de noir effectuait toujours son service avec beaucoup de discrétion, le "milieu" d'ici ne supportant pas les balances, mais cet homme bizarre lui inspirait de la crainte... 

    Il prit une large inspiration :

    "Ah, Agathe !" finit -il par chuchoter en louchant du côté du patron qui pourrait peut être l'entendre ?!

    Il  regarda, fasciné, le gros billet si facilement gagné... et prit le parti de l'enfouir prestement dans sa poche de pantalon... 

    Dorian esquissa un imperceptible sourire et l'encouragea à davantage de confidences... 

    "Ben, M'sieur, elle ne sort guère...." souffla en rougissant, perplexe, le gamin...

    Il hésitait encore, mais l'angoisse de devoir rendre le billet le taraudait.... Déjà, Dorian tendait impatiemment la main avec un air méchant.... 

    "Elle a une bonne qui s'occupe de tout. Celle-là, elle est bavarde !.... 
    Un Vieux, qu'elle appelle Milord, les entretient toutes les deux... "

    Devait-il continuer ? Il transpirait de trouille... Le patron allait s'inquiéter de le voir bavasser avec la clientèle.... 

    "Ah oui ?" le relança Dorian, tout en savourant sa bière à longues gorgées.... Il vient ici de temps en temps, ce Milord ?"

    "Vous êtres un Condé, M'sieur" se hasarda le gamin qui jaugeait furtivement l'inconnu de la tête aux pieds, définitivement effrayé.... 

    Il avait l'habitude de peser la fortune de chaque consommateur selon sa mine et sa mise.... mais celui-là était hors cadre.... ????

    Le regard mauvais de Dorian le vrilla. Un 2ème billet lui fit brusquement retrouver son souffle et sa parole...

    Cet Homme était franchement un original !

    Serait-il du "milieu" ? La gamine manquerait-elle à "ses devoirs" ? 

    La sueur lui coulait dans le dos, sur le front qu'il essuya machinalement avec le torchon dont il se servait pour essuyer les tables.... 

    Il comprit qu'il avait beaucoup de révélations à faire ! 

    "Ben non, M'sieur, y s'y risquerait pas !" lança t-il avec un air de malice feinte en signe de soumission... 

    Une lueur de cupidité lui dévorait les yeux. Il remisa le billet au même endroit que l'autre sans plus de façons... et attendit, crispé, ne sachant par où commencer.... 

    Dorian venait enfin de prendre position dans ce troquet. Il décela un encouragement dans le regard du pauvre type qui transpirait à grosses gouttes.... 

    "C'est quoi, ton prénom ?"

    "Jos, M'sieur, pour vous servir...."

    Ils échangèrent un sourire complice.. Un gaîté envahit Dorian... C'était dans la poche !

    "C'est la bonne qui vient, M'sieur, elle picole ! La bonne, la Cathy, c'est la copine d'Agathe... qui l'a imposée au Vieux... Elles n'ont pas froid aux yeux, ces deux-là !"

    "Jos, d'où viennent elles ?"

    'Ben, l'Agathe était élève du Lycée situé dans le quartier des "mitards"... C'est là que le Vieux l'a débauchée... Y parait qu'elle a le feu au cul, d'après Cathy....!"

    "Et le Vieux, il sort d'où, Jos, le sais-tu ?"

    "Ça, on ne le sait pas, M'sieur, j'vous jure ! mais il est friqué... Sauf qu'il radine ! C'est un bel Homme, mais cassant, autoritaire... Y s'la pète grave ! 

    Cathy dit que la petite a bien des soucis avec lui. Il faut qu'elle le supplie pour le fric ! Enfin, il paraît que c'est lune de miel entre eux....

    Le Vieux est jaloux, exclusif....il veut pas qu'elle prenne son indépendance... 

    En fait, elle déteste Milord... Mais il paie tout ! Alors !!!

    Paraît aussi qu'il était un habitué des lieux de débauche... Mais qu'ça coûtait trop cher ! Puis il veut pas partager... ça l'dégoûte, ce Milord !"

    "Il se trouve où, ce lieu de débauche ?"

    "Oh pas loin, à un jet de pierre d'ici, dans une rue sans issue dont j'sais pas le nom ! y s'y bouscule tous les aristos et les friqués qui viennent de partout ... C'est chicos, enfin, c'est c'qu'on dit ! Suis pas assez argenté pour y mettre les pieds....

    Y paraît qu'c'est si discret que chaque "invité" ne se voit jamais... y'a toujours des belles bagnoles qui passent... ça s'appelle "La Curiosité"... Il suffit de les appeler pour avoir de la compagnie... Y paraît que le Milord avait sa préférée.... Enfin, y disent "des call-girls"... Mais il en changeait souvent quand elles étaient usées.... 

    Vous savez, ici, c'est confessionnal !  Après quelques verres, les clients se confient facilement. Mais bon, Milord n'est pas homme à informer le voisinage, ni ses états d'âme... Alors, il les enferment : pour qu'elles la ferment ! Mais Cathy doit faire toutes les courses et fait des accrocs au contrat ! C'est pas son ami, le Milord... Elle en a peur !"

    Le regard torve du gamin prit un air traqué et il jeta un coup d'oeil circulaire dans la salle.... et vers le patron qui, heureusement, discutait avec un pilier de bar et les prostituées... 

    "Vous savez, je risque gros, M'sieur.... y s'passe des choses pas claires par ici ! Faut être prudent !"

    Dorian comprit.... Il sortit à nouveau un gros billet qui libéra instantanément les craintes du roublard... 

    "Merci, M'sieur... Tiens, l'Agathe, elle le fait cocu, le Milord.... Elle est maquée avec Dirlo, enfin Didier quoi : c'est pas un tendre, çui-là ! même un prédateur ! C'était son pote avant que le Milord vienne la chercher.... Mais le Dirlo lui coûte de plus en plus cher, sans aucune garantie... C'est pour sa protection, soi-disant, à la gamine... Elle est paniquée ! 

    "C'est une poule de luxe la plus coûteuse du coin !" Faudrait pas que le Milord s'en aperçoive... , pour le Didier... La gamine risquerait gros... bien qu'c'est pas du genre à se briser quand on la jette !

    Moi, vous voyez, M'sieur, j'dis qu'aimer, c'est quand même plus grand que son p'tit cul.... J'ai une copine à assumer et faudrait pas qu'elle vire pareille !" ajouta t-il crânement en se redressant.... le regard mauvais.... "non, faudrait pas !"

    Une sacrée virtuose, la Cathy, pensa joyeusement Dorian... Les "gens de maison" savent tout sur leurs patrons... La plupart sont fort discrets, mais là, Damien était tombé sur un os.... Mauvais pour lui ! 

    Bon, la double vie de Damien ne faisait plus aucun doute ! 

    "Vous savez, M'sieur, la gamine a toujours l'air inquiet quand on a la chance de la voir, comme si une menace pesait sur elle... Faut dire que le Dirlo est un gourmand : y la rackette sans cesse !" poursuivit Jos avec une pitié non dissimulée... "Et l'autre qu'est pas commode ! Y'a de quoi angoisser !"

    Damien fut frappé par une idée subite qui s'incrusta dans son cerveau en ébullition : Et si Damien escroquait Louise ? Il fallait éclaircir les habitudes et la mentalité de cet Homme et mettre un nez dans ses comptes... 

    "Bon, M'sieur, j'peux pas rester indéfiniment... Le patron va me tomber dessus... Vous savez, si ces gamines se gobergent, nous, on crève la dalle... 

    Il connaissait la vie, le petit Jos ! Un malin ! Mais Dorian compris qu'il ne tirerait plus rien de ce grand échalas noir comme un corbeau... 

    "T'as intérêt d'être discret, Jos... Je saurais te trouver si tu ébruites notre conversation ! Compris ?"

    Mortifié par le regard mauvais et narquois de Dorian, résigné, le gamin s'éclipsa vers le comptoir en maugréant ! Un drôle de client, _çui-là ! Pas l'air commode ! 

    Il se réconforta en tâtant les billets dans sa poche : y'avait comme un salaire gagné juste avec un peu de parlote... Il sût d'instinct qu'il devait fermer sa gueule... on n'sait jamais, avec ces loubards ! Sûrement du "Milieu" ! P't'être qu'"ils" voulaient la gamine comme gagneuse ? Pauvre petite ! C'était pas une vie, dans c'quartier ! 

    Finalement, Dorian était satisfait. Ce poucave savait beaucoup de choses.... C'était rare de tomber sur un bavard pareil ! Il laissa sa bière tiède et fila vers son véhicule, subitement épuisé.. Demain, on avisera avec les mouchards ! Seulement après, avoir constitué un dossier solide, il ira trouver Louise...  Et là, il se voûta... Sale boulot !

    Luciole

    A SUIVRE

     

    Gare à l'eau qui dort n°19 - LE POUCAVE

     

    Le poucave : un mouchard, un indic..... 

     

    1/07/2020 . 157 visiteurs et 406 pages lues

     

    Nouvelle "Gare à l'eau qui dort" - cliquez sur les phrases ci-dessous :

     1ère Partie : Justine

    2ème Partie : Entretien d'embauche entre Damien et Justine

    3ème Partie : Damien

    4ème Partie : Louise

    5ème Partie : Justine

    6ème Partie : Lou (Louise-Hortense)

    7ème Partie : Lou

    8ème Partie : Le regard magique

    9ème Partie : l'Empreinte (1)  

    10ème Partie : L'Empreinte (2)

    11ème Partie : Le Plogging

    12ème Partie : Les enfants perdus

    13ème Partie : Quel carburant voiture ?

    14ème Partie : L'Etang

    15ème Partie : Lettres anonymes

    16ème Partie : Dorian, détective privé

    17ème Partie : Réminiscences - Tom.

    18ème Partie ; Filature

    Pin It

    18 commentaires
  •  

    GARE A L'EAU QUI DORT N°18

     

    Gare à l'eau qui dort - 16è partie - DORIAN le détective privé

    FILATURE

    DORIAN détective privé, ami d'enfance de Louise

     

     

    Musique d'ambiance (Nestor Burma)

     

    Elle acquiesça de la tête.... Il l'aida à se relever et, brusquement, l'attira contre lui en la serrant avec force, l'emprisonnant de ses bras protecteurs... Curieusement, cette femme quelque peu distante habituellement se laissa faire et même posa sa tête sur son épaule....Timidement, elle glissa ses bras autour de lui... Ils restèrent enlacés ainsi en silence puis Tom se détacha doucement, ramassa la couverture glissée à terre et la remit dans son sac à dos.... Elle resta immobile, la tête baissée, n'osant plus le regarder. Il voulut reprendre le chemin du retour, mais la tête baissée de Louise lui dit non... Surpris, il l'entraîna par la main vers les profondeurs de la forêt.... (Episode précédent n°17 _ cliquez sur la phrase)

     

     

    La cible quitta enfin son Agence à une heure tardive. Il faisait déjà sombre. 

    Une pleine lune se dégageait progressivement des nuées, et répandit ses flots de clarté sur la ville, allumant des reflets changeants sur le verre des buildings.

    La voiture banalisée grise de Dorian ronronnait doucement. Il enclencha la première, prêt à démarrer. 

    Damien s'était affublé d'un imper froissé style Colombo, et d'un chapeau feutre rabattu sur son visage... mais Dorian, qui le filait depuis plusieurs jours, le reconnut immédiatement... Tiens, tiens, tiens... ! L'"amour" est une chose étrange, vaste, complexe qui vous fait faire des trucs énormes.... Le condor éclata silencieusement de rire... Clin d'oeil humoristique du Destin ? N'est pas toujours Colombo qui veut ! 

    Il le laissa prendre quelque distance et .... eut du mal à rouler suffisamment loin de la voiture de Damien, tant celui-ci roulait à une allure insensée.... 

    Ils sortirent de la ville, puis Damien bifurqua soudainement vers une bretelle d'autoroute. Dorian soupira, profondément soulagé. Cette fois, Damien ne prenait pas la route vers son domicile... 

    Il jubila.... Il le tenait...Le poisson était ferré ! On ne prenait pas tant de précautions pour se rendre chez son dentiste.... 

    Une chance qu'il avait soigneusement veillé à emporter son matériel. Caméra, appareil-photos et ses objectifs, smartphone... et autres se trouvaient à portée de main sur le siège passager.

    Peu de monde sur l'autoroute... L'heure tardive ne s'y prêtait guère.. Il espérait que Damien ne prendrait par garde à la voiture grise qui le suivait de loin comme son ombre.... 

    Foutue lune ! On y voyait comme en plein jour ! 

    Pas de panique : Dorian avait installé un "traceur GPS" sur la voiture de Damien, afin de suivre tous ses déplacements à distance. Une balise rouge traçait la route sur le cadran vert du GPS de Dorian. 

    Pas très réglementaire, mais tellement efficace !

    L'adrénaline enflammait ses veines, l'électrisait.... La voiture de Damien slalomait entre les véhicules à une allure folle... Dorian jura et dut mettre le pied au plancher afin de ne pas se laisser distancer.... 

    Ils roulèrent ainsi de concert pendant une bonne demi-heure, puis la voiture de Damien emprunta une bretelle de sortie d'autoroute... 

    Ils déboulèrent dans une banlieue populaire que Dorian connaissait bien.. C'était un petit village charmant qui dormait le jour et vivait en sourdine la nuit.... Damien se rendait tout droit vers.. le quartier chaud de la banlieue... La voiture de Dorian cahotait sur les rues défoncées... 

    Le Détective s'arrêta le long d'un trottoir pour suivre la cible par le biais de son GPS... afin de ne pas se faire repérer... Il comprit où se dirigeait Damien.. Dans un parking boisé et crasseux, dans lequel volaient toujours des détritus de toutes sortes. 

    Dorian passa la première et s'engagea lentement vers un autre accès du parking, lieu nauséabond où traînaient des épaves ou voitures calcinées parmi tous les véhicules des immeubles alentours. Il repéra un espace vide et se glissa entre deux poubelles ambulantes, vieilles carrosseries d'un âge incertain. 

    Il mit son smartphone dans la poche ventrale de son sweat gris dont il releva la capuche sur sa tête selon la mode d'ici, se chargea de sa caméra miniature et de son appareil photo muni de son objectif  qu'il enfourna prestement dans une sacoche en jean avachie... Puis claqua discrètement la porte de son véhicule... 

    Il se coula furtivement entre les voitures, en scrutant l'obscurité. Personne ! Il se mit à courir d'un pas souple et félin et se jeta brusquement dans l'ombre d'un arbre. 

    Damien avait traversé la rue déserte et se rendait d'un pas alerte digne  d'un jeune homme sportif peu conforme avec sa tenue vieillotte et négligée, vers un porche qui trouait l'immense façade bétonnée d'un immeuble de cinq étages, chichement éclairé par un lampadaire moribond... 

    Dorian le laissa entrer sous le porche en le mitraillant avec son objectif... Il zoomait  en réglant son appareil avec une dextérité qui trahissait son métier et soupira. On reconnaissait à peine la cible, déguisé ainsi ! Damien avait disparu, avalé par la bouche obscure du porche... Dorian traversa rapidement la rue toujours déserte faiblement éclairée, et s'engouffra à son tour sous le porche où s'alignaient une rangée de poubelles puantes qui débordaient. 

    Il déboucha enfin dans une cour carcérale fort triste remplie d'ombres, entourée d'immenses immeubles bétonnés, désespérants d'uniformité et de laideur, aux façades criblées de petits balcons en béton....  Pas le temps de jouer les touristes.... Il aperçut l'ombre de Damien qui poussait une lourde porte grinçante de l'immeuble de gauche... Merde ! la porte couinait si fort qu'elle devait réveiller tous les immeubles alentours... 

    La chance lui sourit: un jeune couple aux coiffures de sioux, passablement éméchés et bruyants s'enfilèrent en titubant derrière Damien... Dorian se joignit souplement au couple en les imitant, rabattant sa capuche sur son visage, en laissant retomber la porte en fer avec un bruit d'enfer.... Ils grimpèrent ainsi les marches poussiéreuses en béton, puis les minots, après bien des efforts, enfilèrent une clé à la porte de gauche du palier du deuxième étage.... Dorian continua silencieusement à monter, quand il aperçut soudain Damien sur le palier du troisième qui comportait deux portes, l'une à gauche, l'autre à droite... 

    Damien lui tournait le dos et attendait devant la porte de droite... La minuterie stoppa brutalement, et ils se retrouvèrent  dans le noir... Une veilleuse de secours anémique jetait une ombre jaune sur le palier.... Dorian se rejeta vivement dans l'ombre du palier en dessous, planche de salut intermédiaire  entre deuxième et troisième étage.... La porte du troisième s'ouvrit en grand, illuminant Damien... Une toute jeune beauté, magnifique petit animal à longue crinière blonde, manifestement mineure, nue sous les froufrous roses d'un déshabillé entrouvert, accueillit  Damien avec gouaille.. 

    "C'est toi, Mylord ? Entre vite, Seb, viens ! Enfin te voilà ! tu en as mis du temps.... C'est triste sans toi...."

    Et elle l'entraîna dans un grand rire cristallin vers la lumière éblouissante du couloir de l'appartement en claquant la porte... Il l'entendit minauder en gloussant, comme le font toutes les gamines excitées par la vue des garçons.... 

    Dorian avait assisté à la scène, médusé ! Ce n'était plus une banale histoire d'adultère, mais une scandaleuse "affaire de moeurs" ! 

    Ce genre d'histoire qui risque de vous marquer au fer rouge à vie !!!

    Dorian avait pris le temps de filmer le couple discrètement... des photos sans flash risquant de ne rien donner de valable.... 

    Il aura bien du mal à dévoiler la vérité à Louise ! Il se risqua sur le palier, écoutant attentivement.... Les tourtereaux se parlaient à mi-voix... Il comprit qu'ils étaient fort occupés et qu'il prenait de grands risques pour rien... 

    En redescendant souplement, il se mit à rire silencieusement.... On était loin du dédaigneux et ambitieux Damien, patron tout puissant de l'Agence.... 

    Cet homme difficile, qui ne digérait pas les succès mondains de sa femme, était complètement dépravé ! 

    Une chance que Dorian n'avait pas envoyé ses mouchards motards ... Par égard pour Louise, il avait préféré s'en occuper seul.... 

    Une colère sourde l'envahit brusquement ! Il avait beau fréquenter tous les bars, bordels et bas lieux de l'humanité,  pour y glaner des infos... il était scandalisé ! 

    Bon, si Louise désirait faire prendre son mari en flag, il fallait amener le sous-marin et rameuter les troupes... Sans oublier que Damien était un méfiant de naissance... Il ne s'agissait pas de se faire retaper....

    Sale boulot ! 

    Il décida de glander dans la rue qui partait à angle droit au coin de l'immeuble, la traversa et se retrouva  face aux fenêtres de l'appartement de la Belle... Une de ces ruelles quotidiennes des quartiers chauds, croisement entre ciel et enfer où le passé, le présent et le futur se conjuguaient dans un joyeux et triste désordre.... Sous son apparente indolence de jeune loubard se cachait la vigilance accrue de l'observateur....  Il avisa un troquet vaguement éclairé de rouge, un bouge tendu de rouge et de miroirs pas très net, où minaudaient quelques jeunes beautés violemment peinturlurées, courtes vêtues sur des résilles noires et talons aiguilles, perchées sur des tabourets le long d'un comptoir noir miroitant ... Peu de monde !

    Allez, Dorian, au boulot ! Allons glaner quelques bribes... Cet endroit puait le poucave, pour peu qu'on ait les moyens ! 

    Il s'installa sur une chaise en simili cuir rouge derrière une petite table ronde en formica noir, face à l'entrée tout au fond du bouge et attendit.... Ô surprise, non pas une de ces mignonettes, mais un famélique garçon tout de noir vêtu vint à lui, avec un regard torve... Dorian se frotta les mains : c'est dans la poche ! Il sentit qu'il allait palpiter au coeur d'une histoire passionnante, avec ce gamin.... Il activa sa caméra cachée.... 

    Luciole 

    A suivre

     

     

    Gare à l'eau qui dort n° 18 - FILATURE

     

     

    Nouvelle "Gare à l'eau qui dort" - cliquez sur les phrases ci-dessous :

     1ère Partie : Justine

    2ème Partie : Entretien d'embauche entre Damien et Justine

    3ème Partie : Damien

    4ème Partie : Louise

    5ème Partie : Justine

    6ème Partie : Lou (Louise-Hortense)

    7ème Partie : Lou

    8ème Partie : Le regard magique

    9ème Partie : l'Empreinte (1)  

    10ème Partie : L'Empreinte (2)

    11ème Partie : Le Plogging

    12ème Partie : Les enfants perdus

    13ème Partie : Quel carburant voiture ?

    14ème Partie : L'Etang

    15ème Partie : Lettres anonymes

    16ème Partie : Dorian, détective privé

    17ème Partie : Réminiscences - Tom.

     

    100 visiteurs et 622 pages lues le 28/0602020

     

     

    Pin It

    8 commentaires
  •  

    Gare à l'eau qui dort n° 17 - REMINISCENCES

     

    Gare à l'eau qui dort n° 17

     

    REMINISCENCES

     

    TOM

    Gare à l'eau qui dort n° 17 - REMINISCENCES

     (Coach sportif de Louise)

     

     

    "Danse Macabre", Camille Saint-Saëns, Adélaïde Ferrière, Matthieu Cognet

    (magnifique démonstration)

     

     

     

    Allez, je vais m'occuper de ton dossier et te recontacte dès que possible ! En attendant, ne change rien à tes habitudes et change de visage, masque toutes tes répulsions, tes sentiments, tes émotions... Accepte cette fatalité et fais en un atout d'épanouissement.... 

    Voilà, c'était fait ! Et il fut récompensé par le petit sourire qui illumina l'espace d'un instant le visage de Louise.... "A la prochaine, Louise !""Ciao, Dorian ... et merci !" (Cliquez sur la phrase - épisode précédent)

     

    Le bras gauche mollement accoudé à la portière, Tom roulait doucement toutes fenêtres ouvertes, humant avec délice la poésie printanière offerte, calme plage baignée de fraîcheur dans la limpidité bleue et tendre du matin.

    Une onde légère, fugace comme un rêve, effleurait les herbes frémissantes, les plumets duveteux des graminées, les gracilités mauves et odorantes des iris sauvages ...., encore emperlés de rosée?

    La houle mouvante des cimes fourmillait de cris d'oiseaux. Des trilles montaient claires dans la douceur de l'air. Les formes étranges de grands vols rapides et stridents  se débandaient brusquement, pour se reconstituer aussi soudainement qu'un mirage.

    Tom exultait ! La Voix douce et tendre du Souffle de vie qui animait tout chuchotait à ses oreilles, l'emplissait de sa secrète essence jusqu'au plus intime de lui-même... 

    Les haleines fraîches et mentholées, la sève simple et forte des essences boisées redisaient ses extases d'enfant... Affolantes effluves de délices qui montaient des mystérieuses profondeurs de la Forêt, des entrailles de la Terre... Tous ses sens s'effaraient en frissons familiers.

    Il franchit enfin le seuil du magnifique Domaine de Louise, s'engagea dans l'allée majestueuse hantée de rêves troubles, d'apparitions incertaines, de vieux ans oubliés qui baillaient d'ennui. 

    Un coucou égrenait sa plainte... On raconte dans les légendes que ses pleurs se transformaient en gouttes de sang lorsque sa compagne ne revenait plus....

    Sorte de pressentiment viscéral de Tom qui frissonna ; le Domaine était comme une sorte d'entre deux mondes à jamais lié au coucou.... 

    Doté d'une nature prudente, rudement acquise durant sa jeunesse dans la dangereuse Cité, il observait toujours attentivement son environnement... 

    Dans ce lieu hors du temps, chaque caillou, chaque arbre, buisson ou fleur lui parlaient d'un passé tiède encore, poussière constituée d'innombrables atomes comme un écho mélancolique de vies cachées, de fantômes presque palpables....qui assaillaient, enlaçaient, avertissaient sa conscience...

    Parcelles d'un Au-delà surgissant à travers les interstices du Temps, ou à travers celles du Monde visible ?

    Temporalité dédoublée de la mémoire "réminiscente" ?

    Souvenirs troubles des "autrefois" dans son âme, modelés par des récits familiaux ou autres ?

    Chacun recèle en soi des "antres de ténèbres" !

    Frémissements inexprimables entre Temps et Lieux qui se rejoignaient en ce Domaine étrange, qui laissaient des traces indicibles et durables dans l'esprit....

    Sorte de piège métaphysique enclos entre limbes d'un passé non encore totalement révolu et d'un aujourd'hui sans concessions, vibrant d'un furieux désir de durer malgré les vicissitudes annoncées des lendemains incertains....

    Bref, Tom éprouvait toujours une impression étrange en pénétrant dans ce Domaine... Ici, l'air semblait changer de texture ... Superstition ? Quelque chose de tragique flottait en permanence dans l'atmosphère, même au coeur d'une douceur printanière comme celle de ce jour... 

    Et pourtant, féérique était le Parc en ce bleu mensonge du jour qui pouvait tromper le visiteur ébloui  non averti.... Dans l'ombre des mimosas pelucheux dont l'or s'éteignait, des arbres séculaires ou des bosquets d'arbustes taillés étincelaient à foison des tapis de corolles multicolores aux fragrances entêtantes... Joyeuses métamorphoses écloses par milliers sous les verdures, par-dessus les haies, les pergolas ou perdues dans les lierres, captivant tous les regards et les nez frémissants....

     

    Louise l'attendait en bas du perron , toute de bleu vêtue... 

    Mais dès qu'il sortit de la voiture et claqua la portière, il sut que le charme était rompu, que le calme et la sérénité qui l'avaient tant charmés sur la route étaient terminés.... Il esquissa un geste de contrariété, maugréa tout bas, puis s'élança vers elle, résigné.

    Il fut vivement alerté par l'air épuisé de Louise, par ses traits creusés et par la pâleur de son visage sous le léger maquillage...

    Il remarqua soudain l'absence de l'inévitable 4 X 4 ???

    Il se planta devant elle et l'interrogea du regard. Puis, devant son silence buté, il s'exclama ;

    "Pas de guguss aujourd'hui ?"

    Elle le fusilla d'un regard noir et rétorqua brièvement :

    "Congédiés !"

    Ça alors ! Une joie intense inonda Tom ... Elle avait réussi à se débarrasser des deux espions à la solde de son mari !!! ENFIN !!! Ils étaient libérés  de la tutelle pesante du 4 X 4 qui les suivait comme une ombre... et de ses deux occupants ! 

    Il n'en revenait pas ! Mais une inquiétude sourde le terrassa : que se passait il donc ? Il tenta de lui tendre une perche :

    "Louise, tu ne sembles pas en forme ce matin... Rien de grave ?"

    Les yeux clairs s'assombrirent, elle ne répondit pas... Il n'insista pas.

    "Viens, Louise, marchons tranquillement, si tu le désires.... Détends-toi... Tu m'expliqueras lorsque tu en ressentiras l'envie..."

    Elle se raidit, tendue à l'extrême ! Cette fois, il paniqua... sa réserve inhabituelle était vraiment inquiétante... 

    "Veux-tu une boisson énergisante ? J'en ai toujours dans la glacière de la voiture...."

    Elle fit non de la tête ! Bon sang, qu'est ce que ça voulait dire ? Elle avait perdu sa langue ? Il balançait entre l'angoisse et la fureur.... 

    Ils marchèrent à un rythme infernal en silence.... Puis elle partit comme une flèche en grandes foulées vers le portail du Domaine.... Pas possible, elle a le diable au corps, aujourd'hui ? Fuyait elle ? Ambiance mortifère déprimante à souhait !!! Il refoula son anxiété et sa colère.... N'osant l'aborder, il cala son allure sur celle, effrénée, de Louise.... Elle n'ira pas loin, à ce rythme ! 

    Il tenta à plusieurs reprises de la freiner, mais elle courait comme une automate, butée à l'extrême ! Il attendit patiemment qu'elle se calme et retrouve sa parole qui semblait bloquée... Avait-elle la rage ? Oui, ça ressemblait furieusement à de la rage... Il se détendit : il était ainsi, un mur sur lequel tout le monde se cognait, quand il avait "la rage" ...

    Il se mit à rire silencieusement ! La rage, Louise ? Décidément un jour à surprises ! 

    Ils entrèrent dans l'ombre bienfaisante de la Forêt et, soudain, elle s'effondra sur le sol, à bout de forces, vidée... Une chance que Tom, inquiet, avait pris son sac à dos avant de se lancer dans cette course folle... Il se précipita et lui donna les premiers soins d'urgence, la fit boire doucement... Puis il s'installa confortablement derrière elle, passant ses longues jambes musclées de chaque côté du corps de Louise, lui releva le buste et la tira contre sa large poitrine en la berçant doucement par de petits mouvements circulaires en chantonnant comme à une enfant :

    "Là, là.. tout va bien, tout va bien... laisse toi aller, détends-toi... Louise, tout va bien, respire doucement, laisse toi faire...."

    Il fut un tel amour de tendresse que Louise essaya de se confier, mais elle trébuchait sur les mots... Elle finit par hoqueter 

    "Je suis ... l'épouse... d'un homme frivole.... d'un homme volage... Tom, j'ai peur ! Je dois.... retrouver un travail... à tout prix.... et je ne sais comment faire.... "

    Attentif, patient, Tom l'écouta débiter interminablement le flot haché du drame dans lequel elle se débattait depuis la veille.... Une violente colère contre Damien l'éclaboussa comme une fièvre.... "Comment pouvait-il, ce porc ?" 

    Puis, se calmant peu à peu, blasé, il philosopha d'une voix douce, qu'il voulait rassurante, en essayant de se persuader lui-même :

    "C'est beaucoup de bruit pour pas grand chose, ma chère Louise... Pose ton stress et réfléchis : rien n'est certain ! Attends donc les conclusions de l'enquête de Dorian.... Au pire des cas, nous t'aiderons, ton copain et moi... Tu ne seras pas seule.. Je te promets que je ferais tout mon possible pour te sortir de là .... Tu t'adapteras, Louise, tu en es parfaitement capable... crois-moi, je le sais ! Apprends la patience ! Toute ta force réside dans ton extraordinaire capacité d'adaptation... A quoi te servirait ton intelligence si elle t'empêchait d'être heureuse ? ....."

    Il la plaqua doucement contre lui en essayant de la réchauffer de tout son corps tant elle tremblait...Qu'elle sentait bon... Son maillot était trempé de transpiration... Il tira son sac vers lui et sortit une couverture de survie et la couvrit tendrement.... Elle s'abandonna totalement contre lui ! Il la tint serrée contre lui en l'enveloppant de bras protecteurs.... 

    Vite, il se mit à parler pour dissiper le malaise qui s'installait en lui.... ;

    "Louise, je pense que ton mari a peur de vieillir... malgré tous ses efforts pour rester "jeune" et les soins reçus...

    Je vois de plus en plus d'hommes qui développent un curieux besoin de se faire valoir, de parader, de tyranniser afin de se donner le sentiment d'être le plus fort, le plus important, d'être Quelqu'un ! Cela cache un grand manque de confiance en soi, vois-tu, une grande faiblesse d'être !....

    Ces personnes ont le plus grand besoin de se trouver un "objet-miroir" pour les refléter.... Une jolie maîtresse, jeune de préférence, car ils craignent les femmes qui s'assument, les rassure sur leur virilité... Ils aiment en elle ce qu'ils sont eux-mêmes ou ce qu'ils voudraient être.... Bref, ils tentent de s'aimer à travers elle....

    Pauvre femme qui n'est là que pour satisfaire les besoins profonds de ces hommes-là, pour les soulager de leurs peurs, de leurs conflits intérieurs.... Des femmes-objets, quoi ! Des femmes utilisées puis jetées après usage, car ce genre de relation s'appauvrit et s'épuise très rapidement..... Elle n'épanouit guère .... 


    Je les plains vivement, ces hommes éternellement insatisfaits ! 

    "D'autre part, Louise, une femme qui a connu un père violent ou tyrannique, possessif, dominateur, aura tendance à se choisir un mari qui lui ressemblera...." murmura doucement Tom ... "c'est à dire un partenaire rassurant, protecteur qui la paternera.... et l'époux choisi y trouvera son compte, car ce rôle le valorisera, compensera son manque névrotique de confiance en lui... 

    L'inconscient de ces deux personnes ne se trompe guère dans ses choix.... Les traits de caractère  de l'un compenseront ceux qui manquent à l'autre.... Comprends-tu ? 

    C'est une notion très importante à connaître si on souhaite comprendre ses choix ! Je pense que tu ne t'es pas trompée en désirant épouser Damien, Louise ! Il ne faut pas culpabiliser.... Je ne pense pas que tes parents appréciaient ton choix et t'aient poussée à ce mariage - Suis-je juste  sur ce point ?.....

    "Je l'ai voulu et bien voulu, Tom, tu as entièrement raison, et mes parents ont été dans l'obligation de l'accepter, bien qu'ils se soient très impliqués ensuite... Je ... je n'avais pas fait le rapprochement avec mon père à l'époque.... " lui répondit Louise d'une toute petite voix...."C'était un homme fort brillant, très séduisant et incroyablement courtisé.... Mais je... je ne crois pas.... qu'il m'ait choisie pour moi-même ! J'en suis certaine désormais.... mais pour ma condition sociale et la fortune qui allait avec.... Je ne pense pas être son âme-soeur... Tom, je ne le crois pas..."

    "Qui sait, Louise ? Tu avais le profil idéal pour lui ; une très jeune fille très amoureuse facile à manipuler qui pouvait l'aider à se défendre dans la vie contre les ennemis extérieurs et  ... ses ennemis intérieurs !  C'est un névrosé qui avait un grand besoin d'être sécurisé... ce qui lui aurait permis de renforcer son Moi défaillant ! 

    Seulement voilà, il n'avait pas prévu que tu prendrais autant de place dans le couple ! Tu brilles de mille feux, Louise, non seulement par ta beauté, mais également par ton intelligence, ta mémoire et ton aisance mondaine qui lui manque tant ! Il voulait sans aucun doute possible une éminence grise, une femme de l'ombre... qui lui apporte tout ce dont il a tant besoin mais qui sache "rester à sa place" c'est à dire derrière lui... 

    Et puis vos difficultés de couple  t'ont éloignée de lui et tu n'as peut être plus autant besoin de lui, que lui de toi ? ce qui provoque une sérieuse dysharmonie entre vous deux ... Alors il est parti, peut être, chercher son complément ailleurs .... Qu'en penses-tu ?"

    "C'est parti en vrille dès le début, Tom... Je ... je ne peux pas t'expliquer, mais il était si peu.... aimant ! si... expéditif... Une horrible déception... J'ai eu beaucoup de mal à accepter ma... maternité.... Et pourtant, comme j'aime Lou... Il était si colérique, froid, glacial, hautain.... Qu'étais-je pour lui, Tom, qu'étais-je ?"

    Tom sentit des larmes lui couler sur les bras, les mains.... Il s'en voulut de n'avoir pas compris tout de suite le véritable noeud de leur désaccord.... Il réalisa soudain tout le sadisme avéré de Damien... Pauvre homme ! Bien davantage un prédateur qu'un humain... 

    Depuis quelques années, les hommes avaient tendance à se déresponsabiliser, à se laver les mains de tout ce qu'il pourrait arriver à l'autre.... Désespérant !  Il était urgent que Louise sorte enfin de l'immaturité dans laquelle elle avait été plongée depuis l'enfance .... autant par ses parents, son fameux "Milieu", que par son mari... 

    "Désires-tu reprendre la marche, Louise ? sinon, tu vas te refroidir et tu auras beaucoup de mal à repartir.... Nous pourrons toujours dialoguer si nous adoptons une cadence moins stressante"

    Elle acquiesça de la tête.... Il l'aida à se relever et, brusquement, l'attira contre lui en la serrant avec force, l'emprisonnant de ses bras protecteurs... Curieusement, cette femme quelque peu distante habituellement se laissa faire et même posa sa tête sur son épaule....Timidement, elle glissa ses bras autour de lui... Ils restèrent enlacés ainsi en silence puis Tom se détacha doucement, ramassa la couverture glissée à terre et la remit dans son sac à dos.... Elle resta immobile, la tête baissée, n'osant plus le regarder.... 

    Il voulut reprendre le chemin du retour, mais la tête baissée de Louise lui dit non... Surpris, il l'entraîna par la main vers les profondeurs de la forêt.... 

    Luciole

    A suivre 

     

    Nouvelle "Gare à l'eau qui dort" - cliquez sur les phrases ci-dessous :

     1ère Partie : Justine

    2ème Partie : Entretien d'embauche entre Damien et Justine

    3ème Partie : Damien

    4ème Partie : Louise

    5ème Partie : Justine

    6ème Partie : Lou (Louise-Hortense)

    7ème Partie : Lou

    8ème Partie : Le regard magique

    9ème Partie : l'Empreinte (1)  

    10ème Partie : L'Empreinte (2)

    11ème Partie : Le Plogging

    12ème Partie : Les enfants perdus

    13ème Partie : Quel carburant voiture ?

    14ème Partie : L'Etang

    15ème Partie : Lettres anonymes

    16ème Partie : Dorian, détective privé

     

    Pin It

    17 commentaires
  •  

     GARE A L'EAU QUI DORT ! 16ème Partie

     

    DORIAN, détective privé

    (ami d'enfance de Louise)

     

    Gare à l'eau qui dort - 16è partie - DORIAN le détective privé

     

     Fond musical musique classique

     

    Elle téléphona à Dorian... "fort surpris de la savoir encore vivante"... Heureusement, l'ami comprit vite et promit d'arriver rapidement, le plus rapidement possible....

    "Ne fais rien ! n'entame rien avant d'en avoir discuté avec moi et d'avoir les résultats... N'en parle à personne... Cache ou donne moi ces lettres, je les mettrais en lieu sûr !" lui conseilla cet ami en qui elle mit subitement sa confiance, enfin maîtresse d'elle-même.... profondément rassurée.... Elle sût qu'elle pouvait compter sur lui ! (Précédent épisode - cliquez sur la phrase)

     

     

    Dorian arriva dans l'heure qui suivit. Il avait roulé à une vitesse ahurissante avec une jubilation colossale... L'excitation se propageait dans son corps, le long de sa colonne vertébrale en frissons voluptueux... 

    Il avait toujours eu un faible pour Louise... et détestait cordialement Damien :

    "Un vieux schnoc sans intérêt, imbu de lui-même... Comment avait-elle pu choisir cet homme parmi tous ses soupirants ? Leur couple ressemblait à celui d'un conte de fée que me contait Bonne-maman : la Belle et la Bête... sauf que Damien ne se transformera jamais en Prince charmant...." 

    Dorian avait des principes auxquels il s'accrochait fermement : 

    "Les vieux et les jeunes ne sont pas fait pour vivre ensemble !" 

    L'appel téléphonique de Louise l'avait ébranlé...

    "Décidément, la Beauté n'engendre pas toujours le bonheur !"

    Il se rappelait la silhouette parfaite, sculpturale de Louise, ses cheveux dorés qui cascadaient sur ses épaules et son fin visage aux traits délicats...  Et quelle classe, quelle classe !

    Ainsi, "Monsieur" avait une conduite déplorable ?! Dorian, bien que très éprouvé par le chagrin de Louise,.... jubilait ... Son instinct infaillible, qui établissait sa notoriété, lui avait soufflé dès leur première rencontre, que Damien souffrait d'une piètre estime de lui-même sous la carapace orgueilleuse, dédaigneuse, affichée publiquement... 

    Et combien l'estime de soi est primordiale pour réussir sa vie, son couple, ses rapports amoureux.... Ce déficit de l'estime de soi aboutit souvent à une insensibilité, à une insociabilité notoires.

    Bref, Damien n'inspirait pas la sympathie ! Comment pouvait-il être à la tête d'une des plus prestigieuses Agences d'assurances de la région??? 

    Dorian admirait toutes ces femmes libérées d'aujourd'hui, fidèles à elles-mêmes, qui refusaient toute dictature...

    Et il se retrouva soudain devant une femme dévastée, fatiguée, aux traits ravagés par la détresse, l'incompréhension, la solitude... Le son de sa voix lui glaça le sang... Il l'observa attentivement, abasourdi.... Elle était méconnaissable !

    Apparemment, le luxe tapageur, la richesse, ne garantissaient pas une vie de rêve !!! 

    La propriété de Louise était fastueuse, à couper le souffle. Dire qu'il avait ressenti une brusque bouffée de jalousie, en arrivant ! Délirant... Dorian, tu vieillis ! 

    "Le Bien-être ne se règle pas par des billets de banque, mon pote !" 

    Un ange passa ! Louise l'invita à s'asseoir à côté d'elle sur la banquette hors de prix... Malgré la douceur printanière, un feu de bois rugissait dans la magnifique cheminée... Sur le marbre d'une table basse s'étalaient les fameuses lettres anonymes dont lui avait parlé Louise au téléphone... Il les prit et les lut attentivement ! Les cochonneries habituelles dictées par la malveillance... Il les enferma vivement dans sa sacoche... 

    "Bon, légalement, il n'est pas interdit d'envoyer une lettre anonyme... Le préjudice moral doit être prouvé... Toute lettre anonyme est l'arme des lâches, Louise, mais nous n'obtiendrons aucun recours... Bref, tu peux porter plainte... Je vais tâcher de trouver les coupables... 

    Cependant, si ton mari est fautif, ces lettres étant exactes, elles ne sont pas diffamatoires. 

    Mais si ton mari ne l'est pas, il peut porter plainte lui-même.

    Tu peux toutefois déposer une main courante au commissariat ou à la gendarmerie de ton secteur pour indiquer que tu es victime de calomnies... Cela a une valeur juridique non négligeable... 

    La Loi protège l'anonymat des auteurs de ces lettres anonymes, afin d'éviter toute vengeance ultérieure ... 

    Bon, en attendant, je te conseille de rester prudente et d'attendre le résultat de mes investigations... Etant assermenté, je peux témoigner pour toi ! OK ?"

    Les grands yeux clairs rougis par les pleurs le fixaient avec stupéfaction... Elle explosa, dévidant le film de sa vie brisée depuis son malencontreux mariage... avec un luxe de détails, de dates, ahurissant... Il se rappela soudain cette extraordinaire mémoire et cette intelligence incroyable qui l'avaient tant séduit ! 

    Dorian notait à la hâte, ressentant vivement la tempête intérieure qui se déchaînait en elle... devinant à travers ses paroles l'importance du regard des autres sur elle.... Il eut un sentiment funeste : comment allait elle se relever de toute cette souillure, de cette vive blessure de l'âme ?

    Sombre histoire familiale très compliquée, reliée à l'avidité du mari ! Amour impossible entre deux personnes aussi dissemblables ! 

    Il reçut un choc : le vaste et magnifique domaine appartenait en fait au père de Louise qui, ainsi, maintenait le couple et leur petite Lou dans un état de dépendance financière d'importance... Le Vieux voulait garder la main sur sa fille chérie.... 

    Pas bon, ça ! Pas bon du tout ! L'orgueilleux Damien a du en prendre un sérieux coup sur la carafe ! Dorian comprenait mieux les extravagances de cet Homme ... 

    Double choc : la brillante Agence de Damien était sous la coupe financière de ... sa femme, actionnaire principale, via le Vieux ! 

    Damien lui paraissait d'un coup presque digne de commisération...  ça alors ! La cupidité et le besoin de paraître de cet Homme lui avaient été fatales, défiaient tout bon sens ! 

    Bref, ce mariage ressemblait bien davantage à un contrat économique entre deux familles qu'à un mariage d'amour .... 

    On était loin d'un conte de fées ! Mais comment l'intelligence de  Louise n'avait elle pas saisi toute l'incongruité d'une telle situation pour elle-même d'abord, mais pour son Homme surtout...????? Dorian n'en revenait pas ! 

    Fallait il qu'elle y tienne bigrement, à ses prérogatives aristocratiques !!! L'amour pour son père l'avait aveuglée à un tel point que l'estime de Dorian pour elle en prit un sacré coup !

    Et pourtant, le mariage dans ces milieux aristocratiques incarnait l'image du Bonheur suprême, relayée par les magazines people  et les séries télévisées étalant pouvoir, richesse, beauté et sexe.... 

    Et pourtant ces illusions continuaient de diriger le monde.... à sa perte ! Cette femme raffinée, cultivée, intelligente était bel et bien piégée... bien piégée, tant elle était faible devant l'adversité.... 

    Le puissant formatage imposé à Louise par son milieu, sa famille, et le fameux "regards des autres" l'empêchaient d'évoluer favorablement... la fragilisaient.... 

    Sapristi... ! Les égoïsmes redoutables et les conneries conjointes de Louise et de Damien justifiaient ce naufrage conjugale.... Mon pote, tu l'as échappé belle ! Merci Damien !

    Le Vieux a gagné sur toute la ligne... 

    Brutale et dangereuse confrontation avec la vraie réalité pour Louise, où l'argent corrompt tous les sentiments, qui pèse lourdement sur le psychisme.... 

    Interminable, douloureux, pesant silence... Louise le scrutait intensément.... Dorian réfléchissait... Il décida d'opter pour la compassion :

    "Tes griefs contre ton mari sont légitimes, Louise, mais je sais que tu as toujours su surmonter toutes les épreuves jusqu'à présent, avec patience et courage..... "

    Mauvais choix ! Louise le coupa sèchement, avec une colère non dissimulée :

    "Dorian, je ne veux pas de ta pitié ! OK ?!... Il est vrai que toutes ces frustrations, ces amertumes me rongent... La solitude et toute cette vie futile me pèsent... Je ne ressens plus que honte et impuissance, avec la triste constatation d'être inutile... Sans la présence d'un être aimé à mes côtés, ma vie est inutile !!! 
    Et je finis par m'enfermer dans une carapace si épaisse qu'elle m'insensibilise... Comprends-tu ? A part toi, je ne puis compter sur aucun appui, encore moins familial... 

    Rien de pire qu'une souffrance absurde, qu'une vie absurde, qui dépossèdent de tout élan vital ! Au fil des ans, cette souffrance- là terrasse, anéantit ! 

    Tu sais, seule, je ne peux rien faire... Je dois affronter la réalité avec l'humilité d'une enfant sans appui...

    C'est pourquoi j'ai besoin de toi, tellement besoin de toi, Dorian... pas de ta pitié ! La vie m'a tellement érodée que je ne sais plus quel chemin aborder ???

    Alors, vite, à l'essentiel, Dorian, j'ai peu de temps devant moi !"

    Dorian se contenta d'opiner du chef, en la regardant avec attention.... Il attendait qu'elle aille jusqu'au bout de son raisonnement, afin qu'elle trouve un chemin, une issue toute seule.... Ça marchait à tous les coups ! Et paf, elle se redressa soudain, et, les yeux dans le vague, les yeux ailleurs, elle continua :

    "Je rêve de m'affranchir de ce Milieu qui m'a vu naître. Il est intolérant, cupide, sarcastique, cancanier et si superficiel... Il m'exaspère ! Je ne supporte plus les mondanités auxquelles je suis astreinte à perpétuité... Pire que le bagne ! 

    Je ne suis même plus jalouse, Dorian, ni ne veux me venger ! Mais je refuse la tromperie ! J'ai tant besoin de paix, de silence, de confiance, de tendresse, de partage... D'un monde sain, propre, dans lequel on peut se mouvoir en toute simplicité sans être exposé continuellement au mépris, au dédain.... réduite à rien parce que, pour eux, on a déchu ! Avancer masquée me navre de plus en plus ! 

    J'aimerais trouver un job, m'épanouir et retrouver ma dignité .... Voilà !"

    Dorian accueillit cette longue tirade avec un grand sourire.... Il la retrouvait telle qu'il l'avait aimée, telle qu'il l'aimait encore.... D'ordinaire, il avait tendance à se laver les mains de ce qu'il adviendra de ses clients : il remplissait sa mission suivant les demandes et point barre ! Mais là, c'était différent !!! tellement différent ! 

    Une idée saugrenue lui traversa la tête qui faillit le faire éclater de rire :

    "La mort d'un con serait tellement délivrance, une bénédiction pour l'entourage !"

    Bon, une façon d'opter pour "la paix des ménages" !!! Une logique "d'Homme civilisé profondément désintéressé" qui en disait long sur les bas-fonds de son cerveau tortueux.... Dans son métier, il ne fallait surtout pas s'embarrasser de scrupules inutiles ! 

    Terrible jeu de cache-cache dans toutes les communications derrière les belles façades ! 

    "Allons mon vieux, pas de sentimentalisme ! c'est d'un Zorro policé dont elle a le plus besoin.... "

    Bien que sa longue expérience dans son rôle de détective lui avait appris que tout humain préférait respecter, admirer, voire adorer, tous dominateurs, tous ceux qui terrifiaient plutôt qu'un homme bon... ! Hé oui ! On crucifie un Dieu bon, mais on adore des idoles sanguinaires.... L' homme reste proche encore de l'animalité ! L'Homme se rengorge d'être comparé à un Lion, mais se vexe d'être traité de chien ou de singe.... Et pourtant..... ! Dorian avait un amour infini pour son chien, qui le lui rendait bien... Ces bêtes-là, lorsqu'elles sont aimées, sont l'amour incarné sur quatre pattes.... 

    Alors, prudence, Dorian, prudence.... Louise avait peut être besoin, elle aussi, d'un dominateur.... L'utopie et la naïveté ne font pas bon ménage avec son métier....  Lui aussi avait cru en la Bonté humaine... Mais la nature l'avait doté d'une redoutable roublardise...Il fallait avoir reçu le don de la perversion dès son berceau pour réussir dans sa branche.... 

    Lui qui avait servilement pantouflé quelques années douloureuses derrière un bureau administratif, avec une fonction prestigieuse de "Haut Fonctionnaire", pour faire plaisir à papa et rassurer maman, après de longues études brillantes... Il avait été un Homme aimable, assidu, écologiste et  humaniste... Le conformisme et la bien-pensance rassurent ! 

    L'absurdité de sa vie l'avait frappé comme un coup de poing ! Il avait tout plaqué pour l'inconnu et  s'en était sorti, heureusement. Il était désormais maître de son temps, de sa vie.... et de celle des autres... tout en vivant grassement.... et tant pis pour ses parents, ses ex-amis, ses relations qui lui faisaient désormais la gueule et l'avaient exilé... banni.... de leur société guindée... 
    Humiliation suprême qui l'avait marqué au fer rouge .... de quoi se décourager et perdre confiance....  Tous ces cogiteurs soi-disant pétris d'humanité .... aux prétentions qu'ils jugeaient justes, mais bien loin d'être justifiées... Il avait été écoeuré des guéguerres perpétuelles qu'ils se livraient entre eux avec délectation. Régime de peaux de bananes balancées sous les pas des collègues par intérêt personnel ! En loucedé, bien entendu ! Orgueil démesuré et vision courte  des uns et des autres.... Dire que ces Hauts Fonctionnaires dirigeaient le monde !!!

    Mais comment expliquer cela à Louise ! On pouvait toujours s'en sortir, avec le temps, de la volonté et un ... compte en banque.... Il aimerait lui parler sans ménagements, mais c'était trop tôt.... Allons, dominons la Bête et soyons lucide... 

    Elle était bien loin de se détacher mentalement et moralement de sa Famille aristocratique, de son "Milieu" de riches Privilégiés... Les Humains ne réagissent correctement qu'en fonction de leur état corporel et mental.... Bien rares sont les attitudes dictées sans intérêt et sans dépendance.... sans égoïsme foncier.... 

    Il rompit une nouvelle fois le silence en l'exhortant à la prudence :

    "Tu veux tout changer ? Ok ! mais réfléchis d'abord à ce qui peut être changé sans te détruire.... Vis pleinement toutes les expériences que te propose la vie en essayant de les regarder d'un regard neuf ... La réalité nous dépassera toujours, tu sais ! J'en connais un rayon sur ce point !!! Il ne faut pas oublier que nous sommes des êtres limités et... périssables ... 

    Une séparation peut être lourde de conséquences... Mais tu n'es pas du genre à l'envisager sur un coup de tête ! Et puis il y a Lou ! Tu ne peux pas retourner chez tes parents non plus, enfin j'espère que tu ne l'envisages même pas ! Ta vie, ton indépendance, ton épanouissement seraient foutus, Louise ! 

    Pas de décision à la légère, car elle impliquera toute une gestion des choses acquises ensemble... Ne prête pas attention aux conseils de ton entourage, surtout : ils ne vivent pas cette situation explosive à ta place et n'en subiront pas toutes les conséquences....

    Hé, qui sait ! le changement que tu devras opérer toute seule, avec ton intelligence et ton courage, pourra très bien tourner à ton avantage... et devenir très positif pour toi ! 

    Allez, je vais m'occuper de ton dossier et te recontacte dès que possible ! En attendant, ne change rien à tes habitudes et change de visage, masque toutes tes répulsions, tes sentiments, tes émotions... Accepte cette fatalité et fais en un atout d'épanouissement.... 

    Voilà, c'était fait ! Et il fut récompensé par le petit sourire qui illumina l'espace d'un instant le visage de Louise.... 

    "A la prochaine, Louise !"

    "Ciao, Dorian ... et merci !"

    Luciole

    A suivre

     

    Gare à l'eau qui dort - 16è partie - DORIAN le détective privé

     

    Nouvelle "Gare à l'eau qui dort" - cliquez sur les phrases ci-dessous :

     1ère Partie : Justine

    2ème Partie : Entretien d'embauche entre Damien et Justine

    3ème Partie : Damien

    4ème Partie : Louise

    5ème Partie : Justine

    6ème Partie : Lou (Louise-Hortense)

    7ème Partie : Lou

    8ème Partie : Le regard magique

    9ème Partie : l'Empreinte (1)  

    10ème Partie : L'Empreinte (2)

    11ème Partie : Le Plogging

    12ème Partie : Les enfants perdus

    13ème Partie : Quel carburant voiture ?

    14ème Partie : L'Etang

    15ème Partie : Lettres anonymes

     

     

     

     

     

    Pin It

    5 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique