•  

    Gare à l'eau qui dort 5ème partie: JUSTINE

     

    GARE A L'EAU QUI DORT  :  5ème Partie

     

     

    Musique classique d'ambiance

     

    JUSTINE

     

    Justine était reléguée par Melle Adèle dans la vaste Salle des Archives, qui servait également de Salle de Conférence.

     

    Gare à l'eau qui dort 5ème partie: JUSTINE

     

    L'accès direct à tous les dossiers archivés de l'Agence constituaient une mine d'or pour Justine, une source appréciable de renseignements... ce que n'avait pas envisagé Melle Adèle ... 

    Mr Damien, entretenant une relation forte avec ses clients, investissait énormément pour l'image de marque, la notoriété de son Agence, afin de pouvoir exister durablement sur le difficile marché des Assurances.... 

     

    Gare à l'eau qui dort 5ème partie: JUSTINE

     

     

    Tout ce qui était mis en oeuvre dans la politique de communication, de marketing, de développement des produits proposés devait être en totale adéquation avec sa volonté. Il partait du principe que plus l'Agence communiquait sur l'excellence, plus elle devenait fragile... Oui, parfaitement, fragile !  
    Les assurés devenaient très exigeants, même sur le comportement éthique des dirigeants et employés de cette Agence....
    Une exposition médiatique défavorable pouvait être fatale....

    "Chaque faiblesse, maladresse d'expression ou de comportement au sein de l'Entreprise pouvait être exploités par les concurrents... C'est pourquoi le moteur de toute entreprise étaient d'abord les femmes et les hommes qui y travaillaient....

     

     

    Gare à l'eau qui dort 5ème partie: JUSTINE

     

     

    Leur intégrité et leur savoir-faire étaient primordiales........."

    ...... martelait inlassablement  Mr Damien,

    qui oubliait manifestement ses petites entorses à la morale familiale .... sans doute des peccadilles qui ne méritaient pas qu'on s'y attarde ! 

     

    Ce qui présupposait pour Justine un état de veille permanent afin de savoir réagir promptement à toute problématique.... Elle devait acquérir très rapidement une totale maîtrise de tous les produits ..........

     

    Elle était particulièrement fébrile à chaque fois qu'elle devait se rendre dans le bureau de son Patron. 

     

    Gare à l'eau qui dort 5ème partie: JUSTINE

     

    Il consultait posément chaque dossier présenté en fronçant les sourcils, avec un curieux mélange de sévérité entachée d'un sadisme évident  et d'affection,  feinte ou sincère... ???

    Son regard d'acier, impérieux et narquois, la décontenançait totalement... 

    Il pouvait tout à la fois la morigéner de sa voix d'orateur une heure durant, et la rassurer sur ses capacités à exercer ses nouvelles fonctions en quelques mots.... sans pour autant lui indiquer le fil conducteur qui aurait pu l'aider dans son travail.... 

    Cependant, elle avait saisi très rapidement le profond mal être de cet Homme compliqué, la tristesse infinie, la grisaille d'une vie obligée.... dans les intonations de sa voix, dans ses silences lourds, dans ses expressions corporelles.... Dans toute cette vibration, cette électricité subtile qui se dégageaient de lui....

    Curieuse symbiose temporaire avec tout l'être de l'autre ; constellation de sensations, d'émotions éprouvées de corps à corps... Gêne aussi face à la vulnérabilité exposée de chacun dans le face à face.....

    Manifestement, Mr Damien essayait de dominer émotionnellement, d'inspirer de la crainte.... de prouver sa puissance.... Plus elle le fréquentait par la force des choses, plus c'était flagrant ! 

    Désir de se mettre en scène ? Besoin d'exorciser un réel qui étouffe et mutile ? Rapport de force qui dévoile "l'impouvoir" sur sa propre vie ?

     

    Gare à l'eau qui dort 5ème partie: JUSTINE

     

    Justine se sentait face à lui comme un héron juché sur un pied dans un champ de mines.... 

    Imbrication de pensées qui débusquaient les symptômes, les nommaient, les fichaient, les classaient, les cataloguaient, les enfermaient dans des cases, ainsi que les dossiers dans les boîtes à archives.... 

    Symptômes qui devinrent très rapidement syndromes .... syndromes qui laissaient envisager une pathologie, une pathologie sévère chez Mr Damien..... 

    Toile de fond sur laquelle la raison raisonnante de Justine butait, bouleversée..

    Rage impuissante du moucheron qui se débattait dans une toile aranéide pleine de noeuds, noeuds qui tissaient des liens, liens qui aliénaient.....

    Cadrée, recadrée par ce schizophrène  pétri par des générations de petits patrons Agents d'Assurances qui rigidifiaient sa position, 

    Oppressée par la peur de l'échec, du renvoi, pressurée comme un citron,

    Justine se retranchait dans un silence obstiné, attendant qu'une porte s'entrebâille enfin sur une bonne raison de poursuivre cette histoire peu banale, bien que la lumière se trouvait au coeur même de cette étrange histoire : elle servait de défouloir à l'égo de Damien ! 

    Effroi devant cette révélation assourdissante, effroi d'être dans l'incapacité de savoir où allait la mener cette histoire dérangeante ??? 

    Le "nom prestigieux" qui portait haut cette Agence n'était qu'un mirage, un miroir aux alouettes..

     

    Gare à l'eau qui dort 5ème partie: JUSTINE

     

    Découragée, profondément désemparée, envahie par une colère grandissante, elle retournait à sa place sous les regards sournois de Melle Adèle qui se posait beaucoup de questions sur les raisons....  pouvant retenir aussi longtemps Justine dans le bureau du Patron....

     

    Gare à l'eau qui dort 5ème partie: JUSTINE

    Melle Adèle

    Elle avait des joues bien rouges, bien enflammées... Justine ! Le regard bien brillant.... Un port de reine... Elle se rengorgeait, la belle ! Oh que Melle Adèle n'aimait pas cela !

    Adèle furetait souvent dans la Salle des Archives et la voyait se plonger dans des piles de dossiers, consulter des livres énormes ouverts en éventail devant elle, prendre des notes... pianoter fébrilement sur ses ordinateurs, téléphoner à de mystérieux correspondants sur des questions bien précises... qui déroutaient Adèle.... Elle se sentait complètement dépassée, Adèle ! 

    Plus les mois passaient, plus Adèle angoissait.... 

     

    Gare à l'eau qui dort 5ème partie: JUSTINE

     

    Quant à Damien, la "bizarrerie" de Justine l'oppressait ! Ses silences obstinés, ses yeux furibonds qui le défiaient sans cesse lui inspiraient un profond malaise... l'énervaient au plus haut point....  le fustigeaient même !

    Il la rendait responsable de son incessante mauvaise humeur !!! 

    Sans cesse, elle le scrutait de ses yeux sombres, le détaillait... Des yeux laser presque chirurgicaux  qui semblaient le mettre à nu, le fouailler dans sa chair, le découper en rondelles... Ah qu'il n'aimait pas cela ! 

    Il comparait les dossiers de Justine à des travaux d'horloger tant ils étaient minutieusement ordonnés, organisés, fouillés, détaillés... Rien n'était laissé dans l'ombre !

    Stupéfait, il avait peur ! Elle n'avait rien d'une secrétaire ordinaire... Sacré caractère, cette petite elle ira loin ! 

    Les dossiers de Justine lui étaient d'une aide précieuse.... une aide imparable devant des clients pointilleux.... Une précision d'horlogerie comptable qui ne laissait aucune chance aux clients litigieux.... 

    Profondément admiratif, Damien n'osait plus lui donner le moindre conseil tant la capacité de travail et l'intelligence de Justine le dépassaient.... Intelligence vive dont il devait se protéger... De cela, il en était certain !

    Tous les gestes de cet enfant surdoué révélaient une distinction innée qui le fragilisait... Bon sang, il avait l'âge d'être son père ! 

    Cet Homme au coeur sec, qui ne s'abandonnait qu'en sa voluptueuse sensualité avec les Babé, perdait contenance devant cette jeune femme brillante et sauvage au corps souple et musclé, dont les cheveux d'un noir de jais encadraient un visage mat et déterminé....lui qui l'avait perçue timide !

    Il maudissait sa maladresse qui plombait leurs entrevues... Le visage contracté de Justine en disait long sur sa souffrance... Une tristesse singulière la chiffonnait depuis son arrivée....

    Il reconnaissait en lui-même qu'il la bousculait, l'humiliait sans cesse, malgré toute l'estime qu'il avait pour elle.... Attitude de sa part qu'il ne s'expliquait guère... Il s'en trouva fort désappointé ...

    Son instinct de séducteur, pourtant, l'avertissait qu'elle "en pinçait pour lui".... Le savait elle ? 

    Son corps, d'ailleurs,  ne s'y trompait pas et  s'affolait  devant l'orgueil mêlé de candeur de cette jeune beauté qui n'avait peut être jamais connu de mâle .....

     Il savait par les insinuations perfides de cette commère d'Adèle,  qu'elle avait grand succès auprès des "jeunes loups" de l'Agence qui, quelques fois, la suivaient comme une ombre, la taquinaient, la flattaient, l'ennuyaient.... et combien elle se jouait froidement de leurs galanteries sans jamais se départir de son sourire... 

     

    Gare à l'eau qui dort 5ème partie: JUSTINE

    Rien n'échappait à l'oeil acéré d'Adèle... Elle était mortifiée  ! Sa jalousie pesait si lourd qu'elle laissa entendre à quelques personnes bien choisies, au milieu d'un flot de paroles insignifiantes, que Justine et le Patron..... La "Favorite" susurrait-elle avec délectation.... 

    La rumeur alla bon train... Les "manoeuvres douteuses"  de la Nouvelle "risquaient fort de ternir la renommée intrinsèque de l'Agence"... sans parler des "valeurs traditionnelles de la famille"... pensez donc, le Patron est marié... et bien marié, avec une Femme de qualité, dont la fortune assurait la bonne marche de l'Entreprise  ! Un si beau couple et une petite fille si adorable !

    Elle dérangeait, la Nouvelle ! Son travail acharné, sa discrétion, son intelligence affolaient les jeunes loups éconduits, affamés de promotion, confrontés à l'implacable Loi de la concurrence..... 

     

    Un climat de suspicion, d'insécurité et de tensions se développa autour de la jeune femme.... 

     

    Tant et si bien que des lettres anonymes échouèrent un beau matin dans la boîte aux lettres du domicile de  Mr Damien... 

     

    Luciole

     

    A SUIVRE 

     

    Gare à l'eau qui dort 5ème partie: JUSTINE

     

     

    14/12/2019 : 119 visiteurs et 500 pages lues

    15/12/2019 : 147     "           1 470     "

    16/12/2019 : 226     "           2 000     "

     

     

    Pin It

    14 commentaires
  •  

     

    GARE A L'EAU QUI DORT 4ème partie

     

    LOUISE

     

    Gare à l'eau qui dort  4ème partie LOUISE

     

     

     

     

    Louise attendait son mari au coin du feu, mais ne lisait pas... Le livre était une excuse... 

    Le Feu était douceur et torture. 

    Comme un papillon dans la nuit, elle était fascinée par la lumière de la flamme. 

    Puissance génésique du Feu qui remontait de sa mémoire le Goethe de son enfance : "meurs et deviens !"

    Le Feu, symbole de la vie précaire qui pouvait à tout moment s'éteindre ! 

    Jet de flammes, gerbe d'étincelles : feux d'artifices intérieurs des passions, des désirs, des joies....

    Craquement des bûches qui éclatent : mystère de l'écorce intérieure qui se crispe et se fissure.... Le passé trop usé, l'avenir chimérique.... 

    Et brusquement toutes choses trouvent leur fin.... De nouveau, un océan d'obscurité noire, dense, obsédante, terrifiante... 

    Feu mensonger du bonheur conjugal ! Il révélait l'espace vide autour du Moi rétréci de Louise, son Moi comprimé comme ce Feu mourant, prisonnier de l'Insert ! 

    Voilà bien une idée de Damien : contenir la Flamme de Vie derrière une vitre.... afin que le plaisir, la raison d'être de Louise, sa femme, deviennent utiles.... 

    Un élan de Vie domestiqué ! 

     

    Damien allait rentrer : il fallait se bouger, allumer les lumières, ranimer la flamme du foyer, inspecter la table basse riche de mets variés qui composaient le dîner froid de son mari, selon ses goûts, puis retourner à son fauteuil et faire semblant de lire....

     

    Pourtant, comme elle l'avait aimé, cet Homme énigmatique, qui chavirait tous les coeurs juvéniles....

    Elle se sentait abandonnée, comme encerclée  par  les eaux glacées de l'Indifférence polie.... Elle avait désormais presque peur de respirer....

     

    Cet Homme avare ne savait pas savourer les plaisirs, pas même les plaisirs simples, comme détaché de la Beauté des choses.... 

    Il n'avait pas l'intelligence de l'argent.... L'argent est serviteur ou maître... Il possède l'avare ! 

    L'argent n'était pour Louise qu'un moyen d'indépendance et de plaisir... un moyen de subsistance... 

    Damien, d'une discrétion terrible sur sa fortune, enchaînait Louise... Lui demander quelques subsides le plongeait dans des colères insensées, le rendait malade.... 

    Une boule d'amertume enserra la gorge de Louise... 

    Il la laissait mourir à petit feu ! Son amour n'avait été que feu de paille...  ou pire, peut être, n'était-il que le parvenu, le prédateur apeuré par l'infortune, qui avait abusé de sa naïveté, comme le prétendaient ses amies....

    Damien, c'était l'eau sur le feu ardent de la jeunesse de Louise... L'amour s'éteint quand il devient cendre.... L'amertume y fait son nid.... 

    Elle qui n'aimait tant que les ambiances romantiques, la poésie de l'amour, les paroles douces... Damien l'avait cueillie sans le moindre égard, sans le moindre mot amoureux qui eussent enflammé sa virginité.... 

    Dès lors, il était devenu le centre de son ennui, de ses soucis, de son angoisse.... Elle se sentait si frémissante, si apeurée.... 

    Il ne lui manifestait qu'une politesse empressée, paternelle... condescendante.... lui qui ne s'habillait qu'en jeune homme, gardant le corps beau et souple au prix de séances régulières de musculations-fitness dans un établissement de luxe....dans lequel ils s'étaient rencontrés.... 

    Conscience de sa solitude... Les yeux clos, elle réfléchissait longuement dans le noir.... 

    Puis le temps pressant, elle rejeta la douce couverture de cachemire, cadeau somptueux de son père, et se dégagea avec peine du confort tranquille de son fauteuil... Elle aimait ce salon avec ses élégants canapés et fauteuils de cuir blanc, sa cheminée grand style et les meubles en bois précieux...

     

    Gare à l'eau qui dort  4ème partie LOUISE

     

     

    Elle ouvrit la porte en verre de l'Insert, et rassembla les tisons...

    Damien était rentré sans bruit !

    Les bougies éclairaient le salon d'une lumière vacillante qui projetait des ombres... Le feu réactivé allumait de joyeux reflets dans les cheveux d'or de sa femme.... Qu'elle était belle ainsi en déesse du feu ! Une brève lueur s'alluma dans son esprit.... Une sorte de pause nostalgique en clair-obscure, une rêverie indéfinie... Il l'observa en silence remettre des bûches sur les braises rougeoyantes....

    L'enchantement ne dura pas ! Elle en mettait bien trop, le feu n'allait pas tarder à se muer en fournaise.... selon son habitude ! Des fumerolles s'élevèrent dans le conduit, s'échappant par la porte trop longtemps ouverte... Odeurs de bois brûlé, crépitement d'étincelles, vision du feu qui palpitait ,vibrait, bruissait... Les bûches déjà faisaient grande fête ! 

    "Bon sang, mais ferme la porte ! Tu vas nous enfumer... regarde toutes ces étincelles qui volent partout... Recule ton fauteuil.... Il coûte une fortune ! ..." 

    Il maugréa en se précipitant à reculer le luxueux fauteuil, referma vivement la porte de l'Insert... La chaleur lui brûlait le visage... 

    Interdite, incapable de réagir, portant encore la pincette brûlante au bout du bras ballant, Louise le regardait faire... Le spectacle délectable de la féerie des flammes les projetait l'un contre l'autre... les brisait.... 

    "Mais tu es folle, ma pauvre amie... Tu vas te brûler !" l'interpella encore Damien en arrachant la pincette fumante de sa main pour la déposer sur le serviteur en fer forgé placé à côté de la cheminée... 

    Il rencontra son regard... Dans les yeux de Louise, une infinie tristesse.... Il culpabilisa soudain, l'embrassa vivement sur le front et alla s'affaler dans son fauteuil, tira la table remplie de victuailles, s'agaça de tant de nourriture... Quelle gabegie encore ! Mais quand aura t-elle le sens de la mesure ! 

    "Ecoute" tenta t-il de lui expliquer... "Je travaille comme un forcené... Mon Agence me mène, décide pour moi... Je ne m'appartiens plus....comprends-tu ? Je suis harassé ! harassé, Louise.... Et pourtant, nos finances ne supportent plus notre train de vie.... Peut être me trouves-tu insupportable? Moi non plus, je ne me reconnais plus... Je ne suis plus le même.. Le temps qui passe nous change, tu sais ! Je suis si fatigué de toujours te répéter les mêmes choses, Louise...

    "Regarde toute cette nourriture, Louise" s'énerva t-il brusquement.... "Crois-tu que je puisse manger tout cela en une seule soirée ? C'est un festin de roi ! Sommes nous à la Cour ? Toute cette nourriture gâchée que tu devras jeter... trop exposée à la chaleur de la fournaise !....."

    L'estomac noué par la colère, il picora dans tous les plats ... c'était délicieux... Il s'efforça d'en manger le plus possible, puis, découragé, repoussa la table basse.... 

    Il se recula, gavé, dans son fauteuil, posa les pieds sur le tabouret de cuir et se laissa aller... surpris de la voir encore debout à quelques pas de lui... Un sourire peiné, désabusé,  tremblait sur ses lèvres  ! Il ferma les yeux, décidé à l'ignorer... Cette femme avait le don de l'exaspérer ! 

    Louise savait qu'elle aurait dû s'en aller, monter dans sa chambre, se coucher... Qu'avait-elle espéré ?

    Elle débarrassa la table, portant tout à la cuisine, hésita, puis cala comme elle put les plats à peine entamés dans le frigidaire... La bonne s'en occupera demain ! La charcuterie avait mauvaise mine... Peut-être qu'en la cuisant avec des pommes de terre ?.... Elle soupira, le coeur lourd comme une pierre... 

    Se sentant désormais complètement inutile, elle désirait s'en aller... mais elle n'osa pas.... et revint se lover dans son fauteuil,  s'enveloppant de son plaid.... Elle se hasarda à scruter Damien... Il regardait le feu... Il y avait toute la détresse du monde dans son regard dur.... 

    Le Feu de la haine, de la dissension brûlait une à une les bûches entassées... Une brûlure dévorante dans le coeur de Louise....

    "Meurs... et deviens !"

     

    Luciole

    A suivre

     

     

    Gare à l'eau qui dort  4ème partie LOUISE

     

     

     

    Gare à l'eau qui dort  4ème partie LOUISE

     

     

     05/12/2019 : 151 visiteurs/516 pages lues

    10/12/2019 : 162        "      678       "

    11/12/2019 : 207        "       924       "

    12/12/2019 : 147         "       768       "

    13/12/2019 : 132         "      1085       "

     

    Pin It

    15 commentaires
  •  

    Gare à l'eau qui dort 3ème partie DAMIEN

     

     

    Gare à l'eau qui dort

    3ème partie

    DAMIEN

     

    Sarabande de Haendel 

     

    "Parfait, parfait ! Commencez donc de suite ! On est appelé à se revoir ! A bientôt donc.... Melle Adèle ! " appela t-il par l'interphone, Melle Justine est à votre service aujourd'hui même : mettez là au courant sans tarder, je vous prie ...." (Episode n°2  - cliquez)

     

    Se levant d'un geste las, Damien rangea enfin son bureau, portant les dossiers classés secrets ou importants dans le coffre qu'il referma soigneusement... Il avait hâte de regagner sa belle propriété enfouie dans la verdure d'un grand Parc artistement arboré et fleuri, située dans le quartier résidentiel de la ville.

    Il soupira, Louise-Hortense devait déjà dormir. Comme à son habitude, sa femme Louise l'attendait en lisant dans son fauteuil confortable en cuir blanc, recouverte de son magnifique plaid en cachemire chatoyant offert par son père, devant la cheminée où crépitait été comme hiver une belle flambée de hêtre.... Louise était frileuse .... et l'immense villa froide, inchauffable... Bien trop vaste pour les goûts simples et économes de Damien.... et trop petite pour les réceptions obligées qui dévastaient sans cesse ses finances.... 

    "Ah ! je dois commander du bois bien sec au pouvoir calorique optimal qui ne dégagera pas trop de fumées, donc pas de gaz à effet de serre.... invariablement du hêtre pour Madame car il était le seul à crépiter selon ses voeux....  La note allait encore être salée ! Cette femme de luxe me coûte une fortune.... "

    S'il l'écoutait, il engloutirait vite le Bien de ses pères. Louise était une petite chose fragile qui végétait dans le mirifique salon qu'elle avait décoré avec un goût exquis... en dehors de son jogging avec son coach et des visites mondaines, de ses shoppings avec ses amies et des matinées culturelles... Elle ne s'occupait que peu de sa fille Louise-Hortense, confiée à une nounou et menait la vie dure aux domestiques s'occupant de la Villa.... et du Parc... Ces domestiques la délestaient avec un empressement respectueux, qu'il n'obtenait jamais lui-même, de toutes les tâches quotidiennes... 

     

     

    Gare à l'eau qui dort 3ème partie DAMIEN

    Louise

     

    Cependant, elle avait une classe incomparable pour recevoir les invités de marque tout en ayant  l'oeil à tout... Rien ne lui échappait ! Il admirait profondément chez elle cette classe innée, privilège que possèdent les castes dominantes, fruit d'un lent et long processus de formation dès la naissance..., empreinte corporelle des expériences vécues dans des situations d'élite.... 

    Inscrire en soi la marque du "privilège" et lui donner l'expression corporelle, définition de "l'aisance"... que Damien était loin d'avoir.... Il n'avait aucun mal à se documenter sur écrivain, poète, artiste, musique classique, choix des vins....  ou autres, mais Ô combien lui était plus difficile de savoir comment se comporter "'dans le monde" .... Et pourtant, il était impératif qu'il sache manoeuvrer avec assurance dans une Société aussi structurée....

     

    Gare à l'eau qui dort 3ème partie DAMIEN

     

    Il profitait bien souvent du charme irrésistible de sa très jeune femme pour élargir le cercle de ses relations d'affaires... Elle brillait de mille feux, pur diamant au milieu de pâles imitations ! Elle subjuguait par sa beauté qu'elle savait parfaitement mettre en valeur, par ses tenues et ses parfums hors de prix, par son rire léger, musical, ses gestes gracieux, élégants....

    Il savait qu'il ne pourrait  jamais lui donner l'avenir dont elle rêvait ! Et, tout comme son père l'avait été à un niveau moindre,  il avait constamment, désespérément,  besoin d'argent !

    Louise n'aimait pas les choses ou les plaisirs vulgaires... Elle étalait volontiers une opulence indécente avec une grâce insolente qui déplaisait à Damien.. 

    Le luxe est un colosse aux pieds d'argile... Eblouir est ruineux ! On s'immole vite en folles dépenses ... Le Bonheur se rit de ces vains plaisirs qui camouflent bien souvent des vérités amères...

    Damien était devenu un Homme inquiet... Il se sentait captif de sa vie actuelle... Ça finissait par altérer son humeur. 

    L'âme se gâte à se contrefaire sans cesse !

    Il avait tant de mal à s'intégrer dans ce monde étranger de la Haute Société, ressentant l'extrême précarité de sa situation. 

    Pourtant, il ne s'épargnait guère, n'ayant qu'une préoccupation : ne pas passer pour un incapable, ou pire pour un idiot !

    Profondément humilié par le fantasme de sa mère, par les supplications de son père, qui le confortaient sans cesse dans cette obsession : devenir le Leader du Marché des Assurances, reprendre la petite affaire familiale au bord de la faillite, au détriment de son bonheur, au détriment de son bien être....

     

    A cause de ses parents, ses rêves d'enfant - devenir écrivain et vivre en bohème - avaient pris une toute autre tournure ! 

    Il s'était laissé enfermer pour ne pas chagriner ses parents, pour ne pas les décevoir... pour les sauver de la faillite.... Il s'était laissé marier à cette jeune fille mondaine dont il n'était pas amoureux.... 

    Sans cesse sur le qui-vive dans ce monde raffiné qui tuait "l'autre" d'une manière subtile... l'obligeant à abdiquer sa dignité d'être... 

    Sans cesse cette Epée de Damoclès : montrer à tous ces gens friqués, beaux parents, femme et privilégiés, qu'il pouvait les surpasser par son intelligence, sa compétence.... les éblouir par ses talents !

    Eternel présumé coupable d'avoir "abusé" de sa femme par cette union basée sur le besoin. 

    Honte de la pauvreté de sa jeunesse insouciante... et de devoir habiter cette demeure somptueuse offerte par Beau-Papa à sa fille unique, à sa fille chérie.....

     

    Gare à l'eau qui dort 3ème partie DAMIEN

     

    Damien pouvait passer à tout instant d'une assurance arrogante à l'anxiété la plus noire, persuadé que "tous ces gens" n'attendaient qu'une faille, une faiblesse dans la cuirasse qu'il s'était forgée tout au long des longues années avec acharnement... pour le briser mentalement, psychologiquement... et mettre en faillite cette belle entreprise qu'il maintenait à bout de bras.... 

    Profonde haine mâtinée de fascination pour ce monde codifié, protocolaire, qui entravait sa liberté !

    Ah, qu'il eût aimé la liberté simple de l'Homme de la rue qui, n'éprouvant nulle influence et nul jugement, pouvait vivre à sa guise, n'intéressant personne.... 

    Cet éternel blessé se consumait de rage sous les sarcasmes, les sous-entendus, les regards narquois concernant sa si jeune épouse aristocrate ... la fortune de Beau Papa et la soudaine ascension dans l'échelle sociale de la petite entreprise familiale.....

    Sans parler de sa femme qui voulait tant lui démontrer qu'elle était un indispensable atout pour lui.... alors qu'il s'enfermait de longues heures dans son bureau, dans son rôle de Leader, à travailler jusqu'à la folie, jusqu'au désespoir....

    L'apparente unité de leur couple se construisait sur des mirages, des illusions, des mensonges, des faux semblants... Damien avançait si masqué qu'il était difficile de deviner la meurtrissure sous-jacente.... 

     

    Gare à l'eau qui dort 3ème partie DAMIEN

    Dépendant de la Belle Famille, de son épouse, du milieu qu'elle incarnait, il n'avait plus la possibilité de lui parler en termes clairs, directs, vrais... Il était avec elle d'une courtoisie extrême, d'une indifférence polie avec une gaité feinte .... qui sonnait triste ! 

    Il était loin pourtant de chérir la servitude, mais il s'était engagé trop loin, dans l'impossibilité de faire marche arrière.... malgré ses impérieux désirs de retrouver sa liberté d'être.....

     

    Dès lors, la fausseté s'enracina en lui.. Il se créa une double vie, un monde à part où le naturel de sa complexité intérieure s'élançait en liberté. Un monde voluptueux qui, flattant son orgueil, courbait devant lui....

     

    Gare à l'eau qui dort 3ème partie DAMIEN

     

    Son sang bouillonnait au contact des Babé, délicieuses petites choses au babil frivole, à la malice osée, pleines de vivacité, qui paraient leur charmante nudité de provocants déshabillés .... 

    Ces roses à peine écloses le ravissaient, le réchauffaient de leur extrême jeunesse.... Sa supposée fortune exerçait sur elles un pouvoir souverain.... 

    Il se satisfaisait de ces brèves aventures sans lendemain. Il était hors de question de mettre sa position et sa tranquillité en danger ! 

    Mais il se lassait vite, ces Babé se  flétrissaient par trop de papillons se posant sur elles... 

    Alors il débaucha Agathe , nouvelle Babé,  bouton de roses sans épines, toute fraîche encore, un peu perdue dans sa virginale vertu, muse novice qu'il se réserva et logea à grands frais.... ne lésinant pas sur les petits cadeaux qui entretenaient les amitiés vénales pour son plus grand bonheur.... 

     

    Gare à l'eau qui dort 3ème partie DAMIEN

     

    Babé était devenue une petite créature volcanique qui se livrait sans hésitation à ses pulsions incontrôlables ... Damien adorait cela ! Il aimait la sentir déchaînée et sans retenue aucune... Une vraie chatte sauvage.... 

    Comme elle le changeait de sa prude épouse !

     

    Damien soupira, profondément indécis ! Il eût tant aimé la rejoindre ! Désir impérieux, violent, voluptueux qu'il avait bien du mal à canaliser.... tournant dans son bureau comme lion en cage....

    Mais ce travail, cette heure si tardive... La prudence lui conseillait de rejoindre sa femme qui l'attendait tranquillement, en lisant, au coin du feu.... 

    Rampant par ambition, se toisant avec mépris, avec au coeur une haine impuissante... il quitta le bureau.

     

    Gare à l'eau qui dort 3ème partie DAMIEN

     

    Adèle fouinait encore, selon sa détestable habitude de partir la dernière.... L'espionnait-elle ? L'odeur écoeurante de ses éternels "bouillons de poule" crachés par la machine du Hall empuantissait l'air, toute sa personne... 

    Depuis leur sévère algarade au sujet de Justine, elle le boudait, avec cette souffrance disproportionnée qui la caractérisait lorsqu'il osait la contrarier.... 

    "Mais quoi, je dispose à mon gré de mon personnel !" ragea Damien, passant devant sa figure qui virait à l'aigre en la saluant à peine.... 

    Depuis six mois déjà, Justine donnait toute satisfaction. Il allait même jusqu'à lui confier des dossiers sensibles qui demandaient compétence, doigté et discernement... excitant la jalousie de l'encombrante Adèle... Il se fera un immense plaisir de provoquer la "mise à la retraite" de cette mégère dès que Justine connaîtra toutes les facettes de cet emploi, d'importance capitale pour l'Agence.... 

    Il n'oubliait pas qu'Adèle avait été la maîtresse de son père et combien elle avait fait pleurer sa mère ! Il l'avait compris fort petit, sa mère ne se gênant pas de le crier à son père devant lui..... 

     

    Luciole 

     

    A suivre

     

    Gare à l'eau qui dort 3ème partie DAMIEN

     

     

     

    30/11/2019 : 131 visiteurs/478 pages lues

    01/12/2019 : 182 visiteurs/550 pages lues

    02/12/2019 : 141 visiteurs/500 pages lues

    03/12/2019 : 131 visiteurs/511 pages lues

    04/12/2019 : 131 visiteurs/584 pages lues  

     

    Pin It

    9 commentaires
  •  

     Musique d'ambiance - Beethoven Silence

     

     

    Gare à l'eau qui dort !

    2ème partie

     

    Gare à l'eau qui dort ! 2ème partie

    Le "Patron"  

     

    Melle Adèle consulta un de ses écrans d'ordinateurs, puis téléphona d'une voix singulièrement douce à son Patron :

    "votre Rendez-vous, Melle Justine Forestier, est là, Monsieur Damien !"

    "Suivez moi !" ordonna t-elle sèchement à Justine, d'une voix cassante sans même lui accorder le moindre regard.... "  Episode n°1 - Clic ici !)

     

    L'opulence de l'Antre du "Grand Chef" l'oppressa

    Paralysée par le trac, Justine n'osait entrer... Cette Agence de courtage était manifestement à l'abri de tout souci d'ordre financier... Elle ronronnait de prospérité, sa pérennité sans doute assurée par des contrats bien ficelés aux horizons lointains.... 

    Un cinquantenaire aux cheveux grisonnants, svelte, fort beau, sportif, habillé avec une certaine recherche  : costume gris clair avec une pochette assortie à sa cravate et à ses chaussettes se leva, s'avança vers elle d'un pas souple et félin et lui tendit la main sans plus de façon, en homme habitué aux mondanités... 

    Il l'inspecta rapidement de la tête aux pieds avec un sourire mi-courtois, mi-ironique ... Justine se sentit mise à nu en un éclair de secondes.... 

    Damien remarqua la beauté classique aux proportions parfaites, la lourde chevelure brune lustrée par les shampoings et les produits de beauté, le visage hâlé aux traits fins, l'ovale équilibré, le nez aquilin et les très grands yeux sombres au regard intense de la jeune femme. Sa bouche mince joliment ourlée, crispée dans un sourire anxieux... Il soupira : elle était timide ! Pas bon ça ! 

    Mais les gestes étaient élégants, racés et il remarqua les mains longues et fines... la fermeté presque masculine et fraîche de sa poignée de main... Ah c'est mieux ! Elle a du caractère et de l'ambition ! 

    Cette jeunesse de vingt cinq ans devait attirer tous les regards ....

    Il l'enjoignit à prendre place dans un fauteuil en cuir somptueux et confortable... Elle osa s'asseoir avec grâce sans ni s'affaler ni se contenter d'un équilibre précaire au bord du fauteuil....comme c'était souvent le cas avec bon nombre de postulant(e)s..... Un bon point ! Un très bon point... Il respira soudain... La grâce juvénile de la toute jeune femme l'émut brutalement.... Allons, mon vieux, pas le moment de s'attendrir ! C'est une gamine ! 

    Il prit la fuite vers la sécurité de son immense bureau directoriale encombré de dossiers en attente, prit son CV et la lettre de recommandations qu'elle lui tendit en silence.... les étudia longuement.... 

    Justine eut donc tout le temps de l'observer à son tour... Monsieur MAYER avait le visage creusé,  fatigué, des gens habitués à une vie mondaine bien remplie...

    D'après Internet, il était intelligent, entreprenant et excellait dans ses affaires... Marié à une toute jeune femme blonde splendide dotée d'une particule, d'un blason et d'une grosse fortune... qui l'avait introduit dans les plus hautes sphères mondaines... Papa d'une petite fille de dix ans affublée d'un prénom composé fort lourd à porter de nos jours : Louise-Hortense ! 

    Toujours d'après le bottin numérique, mère et fille auraient gardé le nom prestigieux à particule ?! Sans doute une lubie de l'épouse aristocratique ?! Louise et Louise-Hortense de Montabert ! 

    Cependant, Justine décelait intuitivement les traits caractéristiques de l'Homme de plaisirs derrière la façade de l'Homme d'affaires.... bien qu'Internet n'en disait mot .... 

    Elle sursauta, plongée dans sa rêverie potinière : d'une voix grave, posée, le Patron lui infligea les questions habituelles auxquelles elle répondit succinctement d'une voix trop sourde à son gré.... Il posait sur elle l'indifférence glacée de ses yeux bleus.... Manifestement, il s'impatientait ! 

    Damien s'agaçait des manières embarrassées de cette jeune postulante, de ses réponses laconiques, de ses silences persistants.... Allait-il l'engager pour ce poste d'importance dont sa situation pécuniaire avait tant besoin ? Il fallait du sang neuf à son Agence..  Il hésitait, tergiversait... Il retourna à sa lecture attentive, pesa les termes fort élogieux... 

     

    Gare à l'eau qui dort ! 2ème partie

     

    Justine le trouvait séduisant ! Le fin réseau des petites rides qui griffaient ses tempes, le regard impérieux et pourtant las, les plis barrant le front haut, la bouche bien dessinée, plissée aux commissures, un rien désabusée, le menton carré.... dénotaient un caractère inflexible, pondéré par l'éducation et le jeu nécessaire aux manoeuvres des passions dominatrices du pouvoir auquel il semblait se cramponner.... 

    Le Patron paraissait méditer sur la lettre de recommandations... Elle eût peur d'être rejetée ! Une soudaine colère la raidit et ses mains se crispèrent.... A quoi jouait il, ce crétin ! C'était long... 

    Il glissa un regard sévère sur cette beauté virginale aux lèvres closes qui le regardait intensément... Surpris, il devina un caractère passionné dans les yeux sombres qui le défiaient... Un soulagement subite le fit sourire, voilà qui le rassurait bien davantage que les mots flatteurs de la lettre .... 

    "On vous recommande vivement, Mademoiselle... !" commença t-il en la scrutant fixement de ses yeux d'acier... laissant sa phrase en suspens... Silence embarrassant, silence oppressant....

    Ce mufle ! non mais ce mufle... Veut-il me casser ? Qu'on en finisse et vite ! ... Elle se redressa, les joues empourprées d'une brusque  fureur contenue...

    Il remarqua le geste vif et la chaleur des joues... Les yeux sombres le foudroyaient, les lèvres closes manifestement se serraient sur une colère rentrée.... Elle faisait front, altière, attitude bien ridicule pour une personne de sa condition... et dans sa position de "demandeuse d'emploi" ...  Cette attitude manquait singulièrement de respect.... Tout de même ! C'était insensé de sa part.... Très mauvais point !!! 

    "Mais qu'elle est jolie, cette petite frondeuse !" admit-il, bien qu'il se refusait tout élan du coeur ou de séduction .... dont il ne connaissait que trop bien les dangers.... 

    Sous la provocation du franc regard qui le fouettait dans tout le corps, le ragaillardissait, soudainement troublé,  il faillit éclater de rire... mais se contint, déplaça un dossier sur le bureau pour se donner le temps de se ressaisir et se lança enfin dans une grande explication en pesant soigneusement tous les mots :

    "Puis-je vous appeler Justine ? vous êtes si jeune encore.... 

    "Justine" reprit-il sans attendre la réponse " les racines historiques quasi paternalistes ayant conforté cette Agence de courtage se sont transformées sous la nouvelle gouvernance et les réformes décisives qui passent ... par la mobilisation de toute l'entreprise.... dont vous allez faire partie dès aujourd'hui.... La marchandisation de la protection sociale et industrielle est en pleine croissance...

    C'est pourquoi le recrutement d'un personnel, dont il faut assurer la discipline et la stabilité dans l'entreprise, se pose ! Cependant, c'est du donnant-donnant ! Je suis exigeant sur la bonne tenue de mes employés...

    Toutes les bonnes volontés ont leur place dans cette Maison, Justine, dans une hiérarchie dont le sommet a des responsabilités à l'égard des échelons inférieurs mais également dans le sens inverse.... 

    "Voyez vous, le capital le plus précieux d'une entreprise telle que la nôtre repose sur son image de marque... surtout quand elle porte un nom aussi prestigieux qui remplit une fonction d'attraction valorisante.... et fidélise les clients.... Cela requiert une attention vigilante permanente qui mobilise tous les éléments de l'Entreprise..... 

    L'image de marque d'une Société est fragile ! Il se trouve que c'est l'actif le plus tangible de l'Entreprise alors qu'il s'agit en fait d'un actif immatériel... Elle est basée sur les liens de confiance entre les clients et nous tous.....

    C'est pourquoi je ne tolérerai pas le moindre écart de langage, la moindre indiscipline, le manque de maîtrise, l'incompétence, une tenue inconvenante... Bref, un manquement qui vous semblerait peut être fort négligeable mais qui pourrait avoir des conséquences, des retombées  catastrophiques dont vous n'avez pas conscience pour le moment... Seule l'expérience vous le prouvera ! ....."

    Il sourit soudain et tout son visage s'éclaira d'une vive sympathie pour la jeune femme qui l'écoutait avec attention... Elle le reçut comme un cadeau spontané délicieux....

     

    Gare à l'eau qui dort ! 2ème partie

     

    "Je ne suis pas à l'abri, même après quelques années, de ce genre de bévues que me reproche vivement Melle Adèle, férue dans l'art de les relever avec un flair infaillible... Elle est redoutable à ce petit jeu : méfiez vous ! Il est vrai qu'elle m'a connu gamin, ce qui explique peut être...... 

    Bien ! Melle Adèle sera votre chef direct ! Elle vous expliquera tout, soyez en certaine... mais il vous faudra beaucoup de patience, de tact et de maîtrise de soi ! Soyez souple, sachez encaisser et votre avenir sera tout tracé.... Je serais très peiné de devoir vous infliger un renvoi après votre mois d'essai : faites honneur à la personne qui vous recommande si chaudement ! 

    J'ai le plus grand mal à m'habituer à une nouvelle secrétaire... La patience n'est pas mon fort ! Il m'est très désagréable d'avoir sans cesse affaire à de nouvelles personnes pour cause de négligence ou d'incompétence.... ou d'intolérance.... que sais-je encore  ! 

    Hum... hum... si vous vous sentez capable de pouvoir affronter un dragon, alors restez... Sinon, faites moi le plaisir de partir de suite... 

    Ce sera tout pour aujourd'hui ! Alors, votre réponse ?"

     

    "Je désire vivement rester, Monsieur... Je ne suis pas à la rue, mais j'ai besoin de payer mon loyer et d'assumer ma vie.... Et je veux faire carrière... dans votre entreprise en priorité... je veux dire en particulier.... "

     

    Gare à l'eau qui dort ! 2ème partie

     

    "Parfait, parfait ! Commencez donc de suite ! On est appelé à se revoir ! A bientôt donc.... Melle Adèle ! " appela t-il par l'interphone, Melle Justine est à votre service aujourd'hui même : mettez là au courant sans tarder, je vous prie ...."

     

    Luciole

     

    A suivre

     

    Gare à l'eau qui dort ! 2ème partie

     

     

     

    Pin It

    17 commentaires
  •  

    L'Amour assassiné

     Cliquez sous l'image

     

     

    DEFI n° 227 des CROQUEURS DE MOTS

     LENAÏG à la barre  (Ciquez sur le nom)

     

    Inventer un titre de livre

    En écrire la présentation 

    (Qui est l'auteur, de quoi parle t-il ? proposer un extrait)

     

    Musique d'ambiance  

     

     

    Gare à l'eau qui dort !

    Justine

     

     

    GARE A L'EAU QUI DORT !

     

    Auteur : Luciole 83

    Album : Nouvelle

    Titre    : Gare à l'eau qui dort !

    Scénario :

    Justine, une très jolie jeune femme de 25 ans, postule un emploi de Secrétaire de Direction dans la prestigieuse Société de courtage d'assurances située dans une grande ville de France, dirigée par Damien MAYER Junior, aidé dans sa tâche par sa Secrétaire de Direction Melle Adèle POUTIN, doyenne de l'Etablissement, ancienne bras droit du père de Damien... 

    La maigrichonne Melle Adèle, qui connaît tout et tout le monde, est une célibataire acariâtre et potinière, dont toute la vie se résume à son bureau, en quelque sorte sa "résidence principale", reléguant son triste petit logement de solitude à ses moments obligés en dehors des heures de bureau.... 

    Melle Adèle, cerbère de la Société,  ne voit pas d'un très bon oeil l'arrivée d'une nouvelle Secrétaire de Direction, même en suppléante, car celle-ci pourrait être susceptible de la remplacer un jour....  peut être ! Melle Adèle connaît toutes les ficelles pour éliminer les importunes ... Il faut dire que Monsieur MAYER a de la constance ! Inlassablement, il réitère sa demande malgré toutes celles qui se sont succédé depuis son investiture... 

    Monsieur MAYER n'est pas commode ! Justine en fera maintes fois les frais et pourtant.... tout comme Adèle, elle éprouve une tendre attirance pour son "Patron"

    Monsieur MAYER "possède" une prestigieuse épouse aristocratique accomplie, docile, soumise, excellente Maîtresse de Maison, Louise de Montabert,  dont l'éducation, la fortune et le blason ont hissé la petite entreprise familiale dans les plus hautes  sphères mondaines de la Haute Société....

    Mais Damien s'ennuie auprès de sa jolie et prude épouse qu'il n'aime pas, malgré leur mignonne petite fille de dix ans, appelée à succéder à son cher Papa ! 

    Monsieur MAYER s'encanaille en secret avec des courtisanes, toutes surnommées par lui : "Babé" , ce qui évite les malencontreuses bévues... La dernière en date, la pulpeuse Agathe, agréable petite poupée de luxe fort dégourdie et sachant y faire, lui donne toute satisfaction ! 

     

    Cependant, Louise n'est pas la gourde apeurée qu'on croit ! Epouse délaissée fort malheureuse, elle flaire intuitivement l'infidélité de son mari... Gare à l'eau qui dort ! 

     

    EXTRAIT

    "Justine se rendait d'un pas alerte vers un immeuble de verre cossu dont le mariage subtil de verre fumé, d'aluminium et de différentes essences de bois en renforçait l'aspect moderne et raffiné....

    Le vaste Hall d'Accueil, plantes vertes à profusion, bouquets de fleurs odorants, murs recouverts de faux marbres, de miroirs, de panneaux de verre fumé listant les noms des Entreprises et Agences abritées dans ce Bâtiment..... la terrifia ! Le luxe tapageur du Hall l'atterrait ! C'était comme une gifle puissante qui la paralysait !

    Elle finit pourtant par trouver ce qu'elle cherchait ! 

    Le siège de la Société de courtages en assurances occupait tout le deuxième étage. On y accédait par un ascenseur silencieux qui la mena dans une immense Salle d'Attente aux tons chauds et clairs composée de plusieurs zones cosy accueillantes meublées avec goût de fauteuils et de canapés de cuir de couleur bleue garnis de coussins chatoyants autour de tables basses en bois clair.... ou d'espaces de bureaux permettant de travailler ou de remplir des papiers.... 

    Malgré l'heure fort matinale, quelques clients ou visiteurs occupaient les bureaux ou attendaient confortablement assis en lisant des revues ou leurs dossiers.... 

    Un diffuseur d'huiles essentielles diffusait une agréable odeur boisée....

    Au comptoir de la Réception, deux pimpantes Hôtesses tout sourire et courtoisie en costume bleu étiqueté d'un prénom accueillaient et  renseignaient les clients ... proposant  un verre d'eau fraîche, du café, du thé ou du chocolat que crachait une énorme machine ronronnant derrière elles.... 

    Partout des plantes vertes luisantes, des bouquets de fleurs raffinés et des corbeilles de bonbons, de pommes vertes, de gâteaux secs.... 

    Au centre du Hall, un Jardin d'intérieur enclos de verre, aux céramiques colorées débordantes de plantes exotiques disposées sur un lit de galets blancs.... 

    Les immenses baies vitrées s'ouvraient sur un paysage urbain dans lequel s'élançaient des immeubles modernes au long d'un écheveau de  rues bruyantes de circulation dense.... entrecoupé de parcs miniatures verdoyants..... 

    Le trop plein d'émotions de Justine réclamait un exutoire et elle le trouva dans ce décor gai et confortable qui inspirait le respect et la rassurait.... 

    D'emblée, elle éprouva une sympathie spontanée pour ces lieux .... ainsi que pour les deux jeunes Barbies sanglées dans leur costume bleu... 

    L'une d'entre elles, prénommée "Ophélie" d'après l'étiquette qui lui barrait la poitrine, s'avança vers Justine avec un sourire sincère.... 

    Justine se présenta et demanda gentiment Monsieur Damien MAYER.... "Je vais vous annoncer" assura avec courtoisie cette jeune femme stylée qui, vraiment, valorisait la Société qui l'employait.... 

    Pendant qu'Ophélie téléphonait derrière le comptoir, Justine ne put s'empêcher de penser au rôle si ingrat et discret de cette jeune employée dont l'impact relationnel était primordial auprès des clients.... 

     

    Dans le vaste couloir moquetté, elles rencontrèrent des groupes animés de jeunes loups fraîchement diplômés,  tirés à quatre épingles, croquant les joies de la compétition à pleines dents dans l'espoir de faire fortune rapidement en s'astreignant à des conditions de travail démentielles : leur excès de zèle pouvait devenir tragique ! Justine, pour avoir fréquenté ce milieu, ne connaissait que trop bien les burn-out consécutifs à des jours d'affilés sans dormir, qui conduisaient parfois au suicide.

    Un panneau de marbre gravé rappelait à tout l'étage que Monsieur Damien MAYER dirigeait cette partie du gigantesque vaisseau de verre.... 

    Ophélie frappa discrètement, puis s'effaça pour laisser entrer Justine...

    Mademoiselle Adèle, la doyenne de la Société, sobrement vêtue d'un costume chic noir sur un chemisier blanc et cheveux blancs permanentés, la figure maussade, la reçut froidement. C'était une créature anguleuse. Sa maigreur osseuse révélait la nature acariâtre d'une célibataire blanchie sous le harnais, aimant son bureau bien davantage que son triste logis de solitude, suppléant son patron lors de ses nombreuses absences.... 

    Bref, Melle Adèle tirait à boulets portants sur toutes les nouvelles secrétaires qui s'étaient succédées dans ces lieux, susceptibles de la remplacer un jour.... 

    Justine fit de son mieux pour dissimuler sa vive déception et essaya de faire bonne figure...

     

     

    Gare à l'eau qui dort !

     

    Melle Adèle

    Melle Adèle consulta un de ses écrans d'ordinateurs, puis téléphona d'une voix singulièrement douce à son Patron :

    "votre Rendez-vous, Melle Justine Forestier, est là, Monsieur Damien !"

    "Suivez moi !" ordonna t-elle sèchement à Justine, d'une voix cassante sans même lui accorder le moindre regard.... "

    Luciole

     

    A suivre.....

     

     

    A bientôt donc et passez une très bonne soirée... 

     

    Pour nous, ça va mieux ! la pluie s'est calmée... et j'ai retrouvé mon ordinateur après quelques coupures de courant.... Le village a quelque peu souffert, des rues transformées en torrents, des maisons inondées, un effondrement brutal de route devant la porte de certaines maisons.... 

    Pensées bouleversées pour tous les sinistrés ..... 

     

    Mille excuses pour le retard ! 

     

    Bisous

     

     

     

     

     

     

     

    Pin It

    24 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique