• FP n° 50 - LE TRAQUENARD

     

     

    FUTUR PROCHE n°50

    (Hé oui ! déjà !!!)

     

    LE TRAQUENARD !

     

     

    Puis quelque chose glissa, comme une inquiétude dans la transparence de l'air surchauffé.... comme une résonance saugrenue dans la quiétude.... comme l'attente d'une chose qui ne forme pas sens....

    Une vibration infinie qui s'amplifiait, qui exerçait une pression sur les oreilles....

    Les deux amies épièrent  l'horizon, souffle suspendu ... ??? (Episode précédent  n° 49 - ICI !)

     

    Elles épièrent l'Horizon, tout souffle suspendu .....

    Enfièvrement qui étreignait les viscères, qui ricochait sur l'inquiétude....

    Puis le son élargit l'Espace qui sembla se mouvoir en grondements démentiels....

    Impression sauvage que tout pouvait arriver... D'autant plus que Wanga ralentissait sérieusement...

    La route était un lieu vide... Nulle présence... Lieu de l'attente...

    Et pourtant, insensiblement, le paysage changeait... Danse tourbillonnante des feuillages... Les arbres bougeaient et craquaient... Des bandes d'oiseaux sillonnaient le ciel en criaillant... 

    Roulement crescendo qui s'enracinait dans un mystère sans nom... Terrible fragilité de l'être ! Est-ce un violent orage qui s'annonçait ?

     

    La Chose se précisa... Des ombres épousaient l'Horizon trouble qui dansait dans les vapeurs de chaleur... L'épouvantable grondement se déploya, entra dans les corps, déborda de toutes parts, annihilant les distances....

    Chair de poule !

    Dans un fracas d'enfer, une colonne de mastodontes surgit au ralenti - choc lourd du métal sur le revêtement de la route qui propageait le bruit assourdissant...

     

    FP n° 50 - LE TRAQUENARD

     

    Quarante cinq tonnes de coupe de bois, par camion, et de tôles martyrisées s'avançaient vers eux dans les incandescences vibrantes de la touffeur tropicale....

    "Des grumiers, longs de plus de 18 mètres" expliqua enfin Wanga... "Ils partent vers le port de Libreville où ils seront chargés sur des cargos

    "Des grumes de bubinga, bélé, ébène, sipo et padouk qui serviront à la fabrication de meubles en ébénisterie ou en marqueterie.

    "D'autres bois de moindre qualité, comme l'okoumé ou le limba, seront dirigés vers des usines locales pour y être débités en planches...."

     

    FP n° 50 - LE TRAQUENARD

     

    Brusquement, le premier camion fit des appels de  tous ses phares, toute sirène hurlante... comme un signal codé ....

    Les femmes éblouies, sursautèrent violemment, le coeur battant la chamade... Elles hurlèrent sous le choc des décibels en se plaquant les mains sur les oreilles.... 

    Wanga semblait inquiet ! Il ralentit encore et roula au pas... Le deuxième camion, loin derrière le premier, fit de même... Cette fois Wanga comprit ! 

    Incompréhension totale des femmes, profondément apeurées... Une attaque en règle des camionneurs ?

    Wanga prit une décision rapide et le 4x4 s'arracha brutalement du bitume dans un crissement de pneus.... Il remonta la file des grumiers à toute vitesse....

    "Un barrage de militaires, accompagnés par les agents très spéciaux de  'la Sécurité'!" expliqua brièvement Wanga "Ils nous attendent ! Vos bots vous trahissent ! "...

    Les agents de la "Sécurité" avaient très mauvaise presse dans le monde entier... On les soupçonnaient d'opérer des enlèvements manu-militari.... Les personnes enlevées ne revenaient plus... Les Cités tremblaient à l'évocation de ce terrible nom... Il répandait une sorte de terreur...

    La Justice s'appuyait sur cette force très spéciale pour se faire respecter... Chacun le savait !

    Les amies respirèrent  profondément, le coeur fracassant à grands coups leurs cages thoraciques... Leurs bots ne les aidaient plus ! Ils n'essayaient plus de tempérer leurs émotions... Mylan avait les nerfs à vif... Catlin essuyait la vraie peur pour la première fois de sa vie.... Mano ne lui donnait plus aucun conseil... Elle sentit combien elle était petite face aux aléas de la vie sans sa protection....

    Pourtant, la vie émergeait en elle, bouillonnait, galvanisée par l'adrénaline... Elle découvrit à quel point elle était comme morte sans le savoir, son bot prenant toutes les décisions pour elle...  Mano était d'ordinaire comme une présence réelle, si réelle qu'elle le sentait en permanence à ses côtés... Il se manifestait constamment, surtout quand elle souffrait, mais il paralysait sa volonté...

    Son silence était étrangement perturbant ! Douleur de la solitude ! D'un coup, la consternation la submergea....  Mano l'avait aidée à se réfugier dans un autre monde... Grâce ou à cause de lui, elle avait constamment fui la réalité....

    Enfin, un immense parking se présenta... Wanga ralentit l'allure, roula sur le parking, et, tournant à droite à angle droit,  engagea le véhicule sur un étroit chemin forestier quasi impraticable qui se perdait dans les profondeurs glauques de la forêt... Comme dans un immense couloir  de cathédrale... 

    Les femmes, ballottées en tous sens, se cramponnèrent comme elles purent à la poignée des portières.... en se tenant le bras pour ne pas se cogner la tête sur les vitres.... La végétation labourait violemment le véhicule en grinçant... Le 4x4 tressautait de toute sa carcasse  dans un bruit métallique infernal et force couinements... Le supplice sembla durer une éternité !

    Les roues de la voiture lourdement chargée émirent soudain des clapotis, puis de grandes vagues d'eau submergèrent le véhicule.. Elles comprirent que Wanga venait de traverser une profonde mare dans le sol accidenté... Catlin se cramponnait au bras de son amie en gloussant d'excitation... comme si elle se trouvait dans un manège très spécial... ou dans une séance de réalité virtuelle mouvementée.... Mylan éclata d'un  rire nerveux... qui libéra une partie de la tension accumulée en elle.... 

     

    FP n° 50 - LE TRAQUENARD

     

    Soudain, Wanga ralentit, stoppa net en leur soufflant un chut impératif... et coupa le moteur... le véhicule se trouva totalement enfoui dans un tunnel de verdure...

    Un flap flap bien reconnaissable ainsi qu'un sifflement aigu au-dessus de leur tête, le bruit de la végétation secouée en tous sens avertirent les femmes qu'un Drone patrouillait à plus de dix mètres d'altitude, au ras de la canopée.... Elles retinrent leur souffle !

     

    FP n° 50 - LE TRAQUENARD

     

     

    Wanga fouilla rapidement dans le fatras d'un immense sac placé sur le sol du 4x4 côté passager, jeta vivement sur elles une sorte de lourde couverture argentée, puis fit de même pour lui... rendant inutilisables les appareils de détection de la chaleur humaine... matériel acheté aux braconniers qui lui servait de tente en forêt... 

    Le bruit s'intensifia... le Drone s'impatienta en tournant en larges cercles au-dessus de l'épaisse canopée.... Puis la végétation se calma, signifiant que le Drone était loin.... Le sifflement s'atténua, on ne distingua plus les flap-flap.... 

    Cependant, les Assistants Personnels des deux femmes émettaient un signal bien précis, permettant d'ordinaire de localiser les connectés en cas de danger ou d'enlèvement, ou tout simplement les déserteurs.... et les Drones revinrent peu à peu... fouillant méticuleusement de leurs appareils les épaisseurs insondables de la frondaison... 

    Wanga pesta mentalement.... conforté dans sa décision de ne jamais être connecté, malgré toute son incapacité à vivre dans une Cité ... Combien de temps pourra t-il vivre ainsi en lisière de forêt sans être inquiété par toutes ces conneries rendues obligatoires par les techniciens actuels qui gouvernaient la Planète à l'aide d'une Machine tellement perfectionnée que sans elle, rien ne serait possible ??? 

    Il se contraint à rester calme... Les femmes ne bougeaient pas... lui rendant la tâche plus facile ! Il se rendit soudain compte à quel point elles étaient dangereuses malgré elles pour sa Communauté... ou toute autre d'ailleurs !!!

    Allait-il pouvoir remplir son contrat et leur faire admirer la faune et la flore de sa merveilleuse  Jungle ? Les conduire vers ce lieu tenu si secret par les dirigeants où se trouvaient emprisonnés les Insurgés ? Il allait devoir faire prévenir ceux-ci par un de ses amis en qui il avait entièrement confiance et leur demander leur autorisation... Les idées lui venaient en vrac dans son esprit rationnel.... Tout s'organisait... puis se mémorisait... 

    Les Dirigeants les avaient suivis depuis le début... !!! ... Ces foutus bots ! 

    Le Drone cherchait à se poser, c'était évident ! Wanga rit sous cape.... Il connaissait sa forêt par coeur... Ils pouvaient toujours courir, ces connards... 

    Cependant, il sut que la partie était perdue d'avance... Ils les suivraient en tous lieux, via les bots ! Même si les locaux les aidaient à se cacher...

    Comment faire ? 

    Perdus pour perdus, il tenta de téléphoner à un scientifique de sa connaissance... Lui expliqua la situation en quelques mots... Les femmes, qui commençaient à transpirer dur sous la couverture, malgré la relative fraîcheur diffusée par leurs combinaisons thermo-régulées, pliées par une envie naturelle... écoutaient fébrilement ... 

    Un jour, se rassura Catlin, elle racontera à son entourage tous ces événements et.... ils en riront.... un jour.... 

     

    Le Drône s'éloignait... il s'éloignait.... Sans doute les occupants avaient-ils compris l'inutilité de leurs efforts... Ils les attendraient sur terrain découvert...

    Mylan les débarrassa rapidement de leur couverture étouffante... 

    Des mouches et des myriades d'insectes s'agglutinaient en crissant  sur les vitres sales tachetées de débris d'herbes.. Une fraîche odeur de verdure, d'humus, se mêlait à des exhalaisons de pourriture et de linge moisi.... 

    Wanga écoutait religieusement son correspondant sans mot dire.... Même si celui-ci vivait dans un blockhaus sous terre, il savait que leur conversation était enregistrée dans les circuits de la Machine... via son téléphone... Sans aucun doute, un voyant rouge clignotait quelque part....  Il enrageait !!! Jamais il n'avait subi une telle situation et il comprit soudain  à quel point les êtres humains étaient entièrement sous tutelle, et lui aussi, lui aussi..... 

    Il reposa l'appareil sur son support et projeta un liquide bleu sur l'immense glace de devant et sur la vitre arrière... que les essuies-glaces tartinaient en couinant....

     

    La chaleur devenait suffocante... Une buée se formait progressivement sur les vitres... Il était impossible d'ouvrir les fenêtres à cause des nuées d'insectes au dehors...

    Wanga mit la ventilation au maximum... démarra le 4x4 et déclencha la clim...

    Il se tourna vers les deux femmes et leur annonça sur un ton autoritaire :

    "Vous devez me faire confiance... La piste latéritée qui devait nous conduire au Parc de la Lopé est devenue trop dangereuse... La Sécurité nous y attend certainement... Je vais devoir emprunter les chemins forestiers..."

     

    Les femmes, résignées, profondément déçues, hochèrent la tête...

    "Pas d'inquiétude, nous verrons les occupants de la forêt : promis !" leur assura tendrement Wanga... En route !"

    "Heu... peut être pouvons nous .... nous soulager avant ?" demanda timidement Catlin... Mylan approuva vigoureusement... 

    Wanga éclata de rire et reconnut que lui aussi...  Il fouilla dans son sac et les pulvérisa d'un puissant insecticide à l'odeur entêtante.... puis il remit à chacune une moustiquaire serrée par un élastique qu'elles enfilèrent sur leur tête... 

    "Pas pratique, vos combinaisons" s'inquiéta t-il soudain... 

     

    Catlin tira sur le haut de sa combinaison moulante qui se détacha comme une peau du pantalon... 

    "Pas de souci" déclara t-elle... 

     

    Chacune s'engagea dans la végétation dense avec moult précautions... Ce n'était pas le moment de rencontrer un serpent ou autres bestioles indésirables.... 

    Quand elles revinrent dans la voiture, Wanga les attendait avec une bouteille d'eau glacée pour chacune et des barres vitaminées délicieuses au chocolat... La voiture empestait l'insecticide, qui piquait les yeux et raclait la gorge... 

     

    Puis le véhicule reprit les chaotiques chemins forestiers qui formaient des labyrinthes et des entrelacs compliqués au coeur d'une végétation touffue...

     

    Luciole

    A suivre

     

    Episodes n° 1 à 35  : voir ICI (sur n° 35)

    Episodes n° 36 à 45 : voir ICI  (sur n° 45) 

    Epicode n° 46 - Révélations de Wanga- Jésus - Juan Diego - Notre Dame de Guadalupe - Espionnage du CDU - Pas de bot pour Wanga - Les Fang et Dieu Amour - La Peur de Mylan - Déception de Catlin - Mano muet - Complot du CDU

    Episode n° 47 - Le Chant en Langue ou glossolalie - Extase et Fou rire de Catlin - Le rire contagieux - Les locaux - Allégresse générale - l'Esprit d'Amour et les Fang - Thérèse d'Avila - "Le Grand Rire Divin" de Paul Claudel - Silence radio des bots de Mylan et Catlin ???

    Episode n° 48 - Les cigognes noires - Départ de l'Hôtel de Libreville - La Brume - les insectes - Procréation - le Marigot - les cigognes noires - les nids des cigognes noires - le Vol des cigognes noires - Départ

     

     

    « FP n° 49 - LA MOTO et WangaFP n° 51 - LA CHANSON DU COEUR »
    Pin It

    Tags Tags : , , , , , , ,
  • Commentaires

    16
    Mardi 14 Mai à 17:03
    daniel

    C'est une aventure! Un vrai suspens !!

    15
    Vendredi 10 Mai à 11:33

    un épisode tumultueux et stressant pour les personnages comme pour les lecteurs.... La technologie s'est insinuée partout et les hommes en deviennent esclaves ( ça commence à se réaliser d'ailleurs). Comment vivre comme avant quand toute cette technologie envahit tout?

    Les voilà sauvés... pour l'instant!

    bisous

      • Samedi 11 Mai à 19:55

        Assez stressant pour moi aussi, car quand mes personnages se mettent dans de pareilles situations, j'ai un mal fou à imaginer la suite... qui sera forcément différente, suivant l'inspiration, de ce que j'avais décidé auparavant... Et je t'assure que je dis vrai ! A chaque fois, je patauge avec eux !

        "La Machineoutil" disait Prévert avec bcp de justesse... prophète déjà à son époque ! Il parlait de l'Homme-Machine, de ce qu'on appellerait maintenant "le cyborg" : "mi-homme, mi-machine"... au service d'une élite, voire d'une Machine qui centraliserait tout.... 

        Et c'est en cours !!! la voiture qui conduit toute seule, le bus sans conducteur, la voiture qui vole, les drones, les maisons portables, l'avion sans pilote... et les pièces métalliques ou celles fabriquées par des imprimantes 3D remplaçant les organes défectueux de l'Homme ... et bien d'autres choses encore dont on n'est pas encore au courant... On donne même des robots chiens qui tiennent compagnie aux personnes âgées bien trop seules... ou l'on installe des faux arbres synthétiques qui brillent la nuit, des fausses fleurs énormes fluos...

        Mais bcp de voix s'élèvent contre tout cela... et proclame que si le monde veut s'en sortir, il faut revenir à un mode de vie plus austère et plus responsable, écolo, un peu comme celui de nos grands parents.... sinon la Planète ne suivrait pas... 

        Merci bcp Maryline et bon dimanche très serein

        Bisous

    14
    Vendredi 10 Mai à 03:30
    colettedc

    Merci beaucoup Luciole pour cette suite si intéressante ! Oui, oui, je suivrai ! C'est super !

    Bon vendredi,

    Gros bisous♥

      • Samedi 11 Mai à 19:35

        Merci du fond du coeur, Colette... Ton enthousiasme me fait chaud ... et me donne envie de poursuivre... J'ai comme l'impression d'être menée par mon inconscient autant que par l'inspiration... Rien ne se passe comme j'avais décidé au départ... avec animaux de la jungle ou plantes comme vedettes... Me voilà embarquée dans une drôle d'affaire et je vais devoir me dépêtrer pour en faire sortir les personnages, qui, à vrai dire, vivent leur vie sans moi... Je me mets devant la page blanche de mon écran, et hop, ils décident de tout ! he ce qui est véridique !!!

        Bcp de gros bisous Colette et à la prochaine

         

    13
    Jeudi 9 Mai à 21:17

    Oh miam miam les barres vitaminées au chocolat wink2

    La suite est formidable! J'adore le ressenti de tes personnages, on perçoit ce ressenti dans les tripes et les veines... ça secoue sacrément!

    On ressent l'arrivée des énormes "machines" et le chaos qui s'abat sur tes héros...

    Je te dis bravo pour tes publications, tu fais très plaisir à tes lecteurs

    Gros bisous

    Omar Rayyan (American-Jordanian, b. 1968, Jordan, based West Tisbury, MA, USA) - Red Slider With Raspberries from Little Big II, 2016 Paintings: Watercolors

      • Samedi 11 Mai à 19:28

        Ah ? tu crois ? j'en suis bien contente alors... Merci infiniment pour tes encouragements... QQs fois je laisserai bien tout tomber, tant je suis fatiguée ! Dommage que je ne puisse plus manger des barres vitaminées.... surtout au chocolat ! J'étais fan de ces barres particulièrement caloriques... Fini, ce bon vieux temps ! 

        J'aime bcp ton image, car elle me rappelle un rêve assez incroyable fait il y a lgtps, mais qui est resté dans ma mémoire...

        Je n'étais pas sur la tortue, mais dedans ! Cette tortue ressemblait à un automate (ou un tank ?) avec une fente par laquelle je pouvais entr'apercevoir un espace très rétréci du paysage... C'était cette lourde et pesante  tortue qui décidait tout pour moi, qui décidait de ma vie,de mes trajectoires... J'étais comme une petite chose translucide, minuscule femme apeurée  lovée au fond d'une coquille d'huître ouverte .... Ce rêve m'avait formidablement frappée !!! beurk

        Tiens, entre parenthèses, cette tortue qui décidait pour moi ressemble bcp aux "bots" de mon récit... Je n'avais pas fait le rapprochement ! ^^ clown frown

        Un grand merci Cendrine et porte toi bien surtout.... Passe un bon dimanche ensoleillé.

        Auj, curieux tps ! matin, ciel noir et pluie... cet après midi grand soleil et ciel d'azur, mais le fond de l'air est frais (15°)

        Gros bisous à vous deux et à bientôt

         

    12
    Jeudi 9 Mai à 10:43
    Que de suspense et ce n'est pas fini j'attends la suite. J'espère qu'ils s'en sortiront. Bisous
      • Samedi 11 Mai à 19:07

        Bah moi aussi ! 

        Merci Martine, de ta fidélité qui me touche bcp !

        Bisous et à bientôt

    11
    Jeudi 9 Mai à 08:51

    Coucou Luciole.

    Merci pour ce 50ème épisode. J'ai du en rattraper quelques uns que j'avais loupé, et tes écrits sont toujours aussi captivant. Merci !

    Bises et bon jeudi

      • Samedi 11 Mai à 19:05

        Tu me fais bien plaisir, vraiment, Zaza... Merci bcp ! je vais devoir en faire autant par chez toi.... les petits enfants étant repartis chez eux... avec la pluie ! Une chance que leur séjour fut ensoleillé !!!

        Gros bisous et à bientôt

        Semaine prochaine, RV médicaux et kiné... pffff...  Merci de ta patience

    10
    Jeudi 9 Mai à 08:48

    Coucou Luciole,

    C'est haletant!

    Mais j'espère que je ne verrai jamais pareil incongruité, avec des machines nous gouvernant...

    Bises et belles journée

    9
    gazou
    Jeudi 9 Mai à 07:30

    Ce monde là  me fait frémir...J'attends la suite...Bonne journée Luciole

      • Samedi 11 Mai à 19:01

        C'est bien pour cela que j'avais commencé ce "roman" : pour m'élever contre un monde de technologies redoutables ... Le mieux vivre n'est pas dans la machine, si perfectionnée qu'elle soit, mais c'est mettre l'Homme au centre, en collaboration avec la Nature... 

        Le "Machineoutil" comme disait si bien Prévert n'est pas le bon mode d'emploi du bien vivre... cela signifie esclavage ....

        Merci bcp Gazou

        Bon imanche et à bientôt

        Bisous

    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    8
    GinetteD
    Jeudi 9 Mai à 00:04

    Bonsoir Luciole. Tu es imbattable pour conter....quelle imagination!

      • Samedi 11 Mai à 18:57

        C'est vraiment gentil de me suivre dans mes pérégrinations ... Merci bcp Ginette !

        Bon dimanche et à bientôt

        Bisous

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :