• Gare à l'eau qui dort - 12è partie - les Enfants perdus

      Gare à l'eau qui dort - 12è partie - les Enfants perdus

     

    Gare à l'eau qui dort - 12ème partie

     

     

    LES ENFANTS PERDUS !

     

     

    Puis il eut l'idée géniale de la responsabiliser enfin sur quelque chose  : l'écologie ! Et bingo : elle avait adhéré avec enthousiasme ! On progressait !!! On progressait !

    "Un corps sain dans un environnement sain" était devenu leur mantra...

    C'est fou comme cette connivence soudaine l'avait rendu heureux ! Il jubilait !  (Episode précédent - cliquez sur la phrase)

     

    Louise attendait son coach en sautillant sur place en bas des marches de l'immense perron qui s'élançaient vers la magnifique porte d'entrée de la Maison.... Un petit vent frais malgré un soleil radieux la frigorifia... Elle sortit son bonnet de son sac et l'enfila rapidement... en riant malicieusement : ce cher Tom la grondera ! Pour lui, il faisait toujours trop chaud ! Puis s'équipa de ses lunettes de soleil...

    Depuis l'accouchement de sa fille, elle était très sensible à l'écoute et à l'attention que Tom lui portait ! Merveilleux bain de jouvence qui lui avait tant manqué...  

    L'accompagnement mental, physique et nutritionnel de cet Homme lui était devenu indispensable... Sensation de bien-être qui se répercutait dans son quotidien pourtant si douloureux.... Même si elle devait en passer par de fastidieuses séances d'étirements, de renforcements musculaires ... et de sérieuses courbatures parfois les lendemains ...  

    Ses relations mondaines l'avaient décidée à engager ce coach fort réputé dans ce milieu pourtant si désabusé.... Elle s'en réjouissait vivement ! Un fabuleux coup de tête qui lui avait valu tant de bonnes surprises.... 

    Au rythme de ses foulées, à ses côtés, elle se sentait légère, se vidait la tête, dédramatisait et finissait par être totalement euphorique... 

    Dommage qu'il avait l'art de vouloir la ramener constamment sur terre : cette ivresse était dû à la libération des endorphines, antalgiques puissants, molécules de bien-être, opium du coureur ... etc, etc... Cette manie de tout vouloir expliquer !

    Les hommes ne savaient pas rêver ! Ce qu'elle s'en fichait, des endorphines .... 

    Les risques cardio-vasculaires diminuaient à chaque foulée... Le jogging, alternant étirements, marche forcée et course, renforçait son coeur, luttait contre l'hypertension, diminuait le mauvais cholestérol.... favorisait le renouvellement des cellules du cartilage et son sens de l'équilibre,  assouplissait ses tendons.... etc, etc... 

    Une fois lancé, Tom était intarissable ! Elle ne l'écoutait que d'une oreille distraite....  se concentrant la plupart du temps sur les accidents des sentiers, qu'il préférait au bitume bien trop dur, afin de pouvoir négocier au mieux les irrégularités du terrain, d'éviter de trébucher sur les racines, les pierres et autres embûches.... 

    Ils rencontraient souvent des écureuils, des biches, voire même quelques dangereux sangliers flanqués de leurs petits si craquants... Des envolées d'oiseaux les gratifiaient de leurs chants sublimes....

     

    Gare à l'eau qui dort - 12è partie - les Enfants perdus

     

    Tom évitait de courir le même itinéraire tous les jours à la même heure, qui pourrait les exposer à des embuscades et des agressions, devenues par trop fréquentes depuis un temps ! Au fond, il comprenait la panique de Louise et son besoin d'avoir toujours dans les parages l'encombrant 4x4 et les deux gus qui, de plus, étaient armés  !

    Ils n'étaient pas à l'abri d'une bande de malfrats !

    Des jeunes désoeuvrés, aux instincts sauvages, s'organisaient en clans afin de "punir l'oppresseur" ! 

    Ils étaient attirés comme des mouches par l'argent qui coulait à flot dans les quartiers résidentiels luxueux aux commerces huppés, qui s'étendaient  sur près de 200 kilomètres,  abrités derrière des clôtures dissuasives bardées de caméras, gardés par des Agents de Sécurité accompagnés de leurs molosses,

    Dans ces quartiers privilégiés se cachaient les demeures prestigieuses des "oppresseurs", membres de la Haute Bourgeoisie, au coeur d'un splendide écrin de verdure, possédant parcs sublimes, piscine et cours de tennis, longeant un immense golf commun toujours vert, même par temps de sécheresse.... 

    Au-delà des clôtures fortifiées, de somptueuses et profondes forêts invitaient à la randonnée et au sport, aux promenades en familles, à la détente romantique.... 

     

    Pour ces ados dévoyés, leur "justice sociale", c'était avant tout la destruction ! La vengeance appelant le sang ... La cruauté engendrant la cruauté ... Ils battaient campagne afin de débarrasser la planète, ou du moins leurs Cités, des superstructures dominantes qui empêchaient les gens, leurs familles, leurs parents et eux mêmes de bien vivre....

    Toute une partie de l'équilibre mental de ces jeunes s'était effondrée en même temps que le système contemporain ayant  aboli les règles de conduite clairement établies et reconnues d'autrefois, les poussant à une violence pathologique impitoyable comme fin en soi !

    Ils se reconnaissaient comme des rebelles refusant de se soumettre, des redresseurs de torts corrigeant les injustices sociales flagrantes causées par le cynisme des "Dominants", ces fortunes insolentes qui les écrasaient d'un pouvoir arbitraire démesuré...

    Guerre des classes qui faisait peur.. 

    Tom connaissait bien ces marginaux au mental dégradé, habitant les barres uniformes et sans âme des Cités.

    Cités reléguées fort loin, au milieu de nulle part à la périphérie de la barrière forestière, dans lesquelles les meneurs de bandes occupaient une place privilégiée, leaders revendeurs de drogues qui vivaient en marge de la Société.... et voulaient prouver que les pauvres et les faibles pouvaient être aussi redoutables que les privilégiés dont la fortune, la puissance et la supériorité étaient reconnues par tous les habitants de la Terre...

    L'usage du Pouvoir était une jouissance sans nom, un triomphe  pour tous ces petits sans espoir et sans avenir,  enfants de la violence  vivant dans des foyers parentaux  démoralisés par le chômage récurrent, souvent alcoolisés, qui n'étaient plus des havres de paix sécurisants... 

    Ils avaient pris la forêt en otage... Les municipalités concernées avaient décidé de lancer des attaques surprises par la police pour endiguer le problème... Quelques leaders ont été arrêtés et traduits en justice....

     

    Gare à l'eau qui dort - 12è partie - les Enfants perdus

     

     

     

    Mais peine perdue : la violence s'intensifiait ! Les pauvres se sont armés et, excités par la drogue, agissaient comme la foudre dans des raids contre la classe aisée, se livrant à des divertissements criminels qui les poussaient à molester, voler, violer, et parfois même  à tuer sans vergogne .. les chasseurs, les promeneurs ou les joggeurs courageux qui osaient sortir de leur ghetto de riches...

    La terreur était leur image de marque ! Un seul d'entre eux pris à part aurait courbé l'échine, mais ensembles, ils devenaient dangereux ! Leur haine des "riches" était la plus forte, ils se considéraient comme des héros, des résistants ! 

    De plus, ces aventuriers itinérants détalaient et échappaient au contrôle policier, se réfugiant dans les profondeurs sombres des forêts, puis retournaient tranquillement chez eux... Tous les habitants des Cités couvraient leurs méfaits en se taisant peureusement, certains d'être leurs prochaines victimes s'ils parlaient ! Gare aux représailles ! 

    Bien que les autorités policières s'armaient désormais de moyens modernes à infra-rouge, de drones... de véhicules tout terrains et de bien d'autres  outils de répression.... 

    Alors c'était les Cités entières qui se révoltaient, s'enflammaient, avec des incendies, des violences inouïes .... 

     

    Tom avait habité une de ces tours pendant une bonne partie de son enfance, avant de fuir dans le village contigu au ghetto des "riches" après ses études brillantes dans le monde sportif... Il avait eu la chance d'être repéré par un entraîneur sportif qui l'avait aidé à obtenir bourses et subsides pour devenir ce qu'il était ! Grâce à son travail acharné, il avait réussi à acquérir une jolie villa entourée d'un parc dont il était fier, non loin du village et du ghetto des "riches"... 

    Il savait qu'il ne pourrait plus jamais retourner dans les Cités, ni revoir les siens ! "Il était passé du côté des riches" ! 

    Mais Tom avait compris que les visages des vrais casseurs n'étaient pas ceux qu'on croyait, qu'on stigmatisait, qu'on écrasait   !

    Les vrais casseurs étaient ceux qui avaient brisés la vie et l'avenir des "petits".... et les patrons de certaines entreprises familiales,  par la même occasion....

     

    Gare à l'eau qui dort - 12è partie - les Enfants perdus 

     

    Les fonds d'investissements avaient mis à sac toutes les entreprises des environs, dont les carcasses à l'abandon envahies de ronces témoignaient encore des richesses d'autrefois,  condamnant les ouvriers au chômage... foulant leur dignité, leur identité sociale, ruinant toutes leurs chances de survie....  Ce système basé sur la recherche du profit pour le profit au mépris des humains avait conduit au désastre toute la famille de Tom et celles des Cités... 

    Une immense casse sociale ! La faillite des uns avaient fait la richesse des autres ... la morale dans les affaires est un voeu pieux, la morale n'a jamais fait bon ménage avec les affaires.... 

    Le monde des affaire est amoral, c'est à dire ni moral, ni immoral ! Il est dans une autre sphère ! Ce monde avide refuse d'endosser l'habit de la moralité.

    Cette moralité qui conduit à dire "Non", et à prendre des voies qui ne sont pas celles de la facilité. Voies qui s'inscrivent dans une perspective à long terme : celle de créer un capital immatériel de confiance qui créé un actif dans l'entreprise...

     

     

    Tom a longtemps hésité à se lancer dans la voie du coach pour les personnes fortunées... Il n'a pas eu le choix ! C'était sa seule chance de survie ! Mais il a choisi la voie de la morale et de la confiance... ce qui imposait certaines contraintes et surtout celle d'une discipline personnelle la plus irréfutable possible.... 

    "Si tu cherches la liberté, tu seras esclave toute ta vie de tes désirs,

    "Si tu cherches la discipline, tu trouveras la liberté !"

    C'était sa règle de conduite ! 

    Rien n'était plus insupportable que de vivre dans une Société sans règles, où tout est possible, surtout le pire ! Le mot clé de la réussite de toute vie est "discipline"!  

    Des personnes qui ne s'aiment pas peuvent se faire confiance et travailler ensemble parce qu'ils respectent les règles du métier... Et c'est général dans tout collectif ! De cette façon, chacun peut s'appuyer sur l'autre, s'entraider ... Les solidarités sont fondées sur les règles, d'un métier (agriculteurs ou autres), d'une Société....

    Et ces règles fondent les activités de base, oui de base, et vont de bas en haut.... Ça, Tom l'a bien compris ! Et non pas du haut en bas comme la plupart des gens le croient ! Car les règles sont toujours amarrées à la qualité de travail d'un métier, c'est à dire à partir de la base d'une activité d'une entreprise.... Ce qui suppose une écoute du Dirigeant auprès des gens "d'en bas".... Car la force d'une entreprise n'a que la force du maillon le plus faible... Si ce maillon vient à lâcher, tout lâche ! 

    Pour Tom, il n'y a pas de petits ou grand métiers ! Le rôle du Dirigeant est surtout de donner de l'énergie au maillon le plus "faible" avec amour, humilité et partage....

    Mais pour arriver à cette attitude, il faut se contraindre à une discipline, non pas régime disciplinaire, mais exigence et contrainte envers soi-même de se respecter et de respecter les autres.... Et  la discipline est toujours en rapport avec la règle qui permet ce respect mutuel et la vie en commun.... 

     

    Gare à l'eau qui dort - 12è partie - les Enfants perdus

     

    La délinquance n'est pas l'apanage de ces enfants dévoyés, elle est surtout celle des "riches" qui les conduisent vers cette délinquance et, également, celle de cette Société sans règles ! 

    Le mot "travail" vient du mot "torture"! Mais travailler, c'est faire oeuvre, c'est grandir !

    Tom voit rouge quand on lui assène le mot "ressource humaine" en parlant des employés d'une entreprise.... Cela signifie de considérer l'Homme comme une ressource, ni plus ni moins qu'une ressource financière ! Comment redonner de la fierté aux employés ou aux cadres d'une entreprise si on les ravale au niveau d'une ressource ? Pourquoi ne pas employer ce terme plus adéquat, plus juste de "richesse humaine" ? 

     

    Seulement, avec la mondialisation, et pour les actionnaires qui accompagnent les patrons gestionnaires dans l'unique but de "faire du profit", il semblerait désormais que le prix des efforts des travailleurs seraient exorbitants !!!  

     

    Gare à l'eau qui dort - 12è partie - les Enfants perdus

    "On marche sur la tête !" tempêtait Tom, furieux ! Ce discours économique est devenu d'une perversité effrayante... Il semblerait que ce serait les riches qui seraient menacés par l'avidité d'un peuple dont les "coûts" (salaires et protections sociales...) deviendraient insupportables ???

    Discours relayés par les médias, les agences de communications qui excellent dans l'art de vouloir formater les esprits !!!

    Classe dominante qui travaille pour elle seule, exploite pour elle seule, massacre pour elle seule... tout en assurant qu'elle est juste ! Alors que ses revenus grimpent si haut qu'ils font le grand écart avec  ceux du reste de la population, dont une bonne partie vit sous le seuil de la pauvreté .... tant elle subit la précarité du marché du travail...

    Les riches s'enrichissent alors que les pauvres n'en finissent pas de s'appauvrir !

    Voilà pourquoi Tom passait pour un traître aux yeux des classes populaires des Cités en travaillant exclusivement pour "les riches"  ! Même se elles avaient compris que les pauvres, voire même les classes moyennes, ne pourraient jamais se permettre de recourir à ses bons offices ! 

    Infernale complexité du monde actuel pour qui en subissait les effets !

    Mais lui avait décidé de sortir la tête hors du marasme de la pauvreté ! Et ne le regrettait pas ! Tout en distillant un peu de bon sens à défaut d'éthique, trop moralisante, dans la tête de ces "grands" qui l'embauchaient ! 

    Pourtant, son grand rêve, irréalisable hélas, était d'encadrer, d'accompagner ces enfants perdus et de redonner sens à leur vie ... Il ne perdait pas espoir ! Un jour, une fois établi, il essaiera ... gratuitement ! Comme lui-même avait été sauvé de la misère par un homme généreux qui lui avait tout donné ! 

     

    Luciole

    A SUIVRE

     

    Gare à l'eau qui dort - 12è partie - les Enfants perdus

    Gare à l'eau qui dort - 12è partie - les Enfants perdus

     

    Nouvelle "Gare à l'eau qui dort" - cliquez sur les phrases ci-dessous :

     1ère Partie : Justine

    2ème Partie : Entretien d'embauche entre Damien et Justine

    3ème Partie : Damien

    4ème Partie : Louise

    5ème Partie : Justine

    6ème Partie : Lou (Louise-Hortense)

    7ème Partie : Lou

    8ème Partie : Le regard magique

    9ème Partie : l'Empreinte (1)  

    10ème Partie : L'Empreinte (2)

    11ème Partie : Le Plogging

     

     

    « Gare à l'eau qui dort - 11ème partie- Le ploggingLe Relais subspatial »

    Tags Tags : , , , , , , , ,
  • Commentaires

    14
    Samedi 15 Février à 21:25

    Très bonne analyse de notre société....

    J'attends la suite avec impatience

    13
    Dimanche 9 Février à 19:01

    Une analyse tres pertinente de notre société actuelle . J'espère que Tom pourra mener l' action qui lui tient à coeur pour ramener un peu d'espoir dans ces cités et donner une chance  de sortir de cette violence qui devient la seule réponse à la misère .

    Bonne soirée 

    Bises 

      • Dimanche 9 Février à 22:54

        Merci bcp Gisèle... Ah comme tu as raison ! la violence devient la grande voix de la misère.... Et pourtant, elle n'apporte bien souvent qu'un lot supplémentaire de misères à celui qui s'y adonne ! 

        Bisous Gisèle

    12
    Vendredi 7 Février à 03:45
    colettedc

    Au fait, il veut donner aux suivants ; c'est bien !!! Son rêve serat-il exaucé !!! Peut-être !!! Bonne journée Luciole ! Gros bisous♥

      • Dimanche 9 Février à 22:51

        Merci Colette... A condition que les jeunes le veuillent bien ! C'est parfois si difficile de se donner quand l'autre reste figé dans ses schémas intérieurs.... 

        Je t'embrasse fort, ma chère Colette, et à bientôt 

    11
    Jeudi 6 Février à 23:51

    Coucou Flipperine 

    Merci infiniment pour ta fidélité

    Je t'embrasse fort

     

    10
    Jeudi 6 Février à 17:20

    Espérons que Tom pourra faire entendre raison à ces jeunes en perdition, j'avoue qu'ils me terrifient, si je les rencontrais au détours de la forêt je crèverai de peur.

    Vivement la suite.

    Gros bisous

      • Jeudi 6 Février à 20:28

        Merci bcp Livia ! Et moi de même ! Nous avons du passer au beau milieu d'une bande de jeunes particulièrement excités dans une vieille ville du Sud... avec la frousse au ventre... Ça hurlait de tout côtés ! Les policiers qui se trouvaient à l'autre bout de la rue nous faisaient des signes impérieux : "vite, vite" Nous courrions presque ! Une fois près des policiers, l'un d'entre eux nous a violemment interpellés : "mais que faites vous dans cette rue ? ce n'est pas votre place....etc, etc... Il y avait eu une bagarre au couteau... Tu parles, on visitait... Comment savoir ? Heureusement qu'ils étaient là en surveillance, je me demande bien ce qu'il nous serait arrivés autrement ? Nous avons eu du mal à récupérer ! Nous ne sommes jamais retourné dans cette vieille ville !

        Gros bisous

    9
    Jeudi 6 Février à 11:15
    daniel

    Tu décris bien la problématique du monde actuel. L'écart entre riches et pauvres continue de s'accroître !! Et la violence devient de plus en plus grande !!

      • Jeudi 6 Février à 20:19

        Merci bcp Daniel ! Et je pense très sérieusement que la violence est exponentielle avec l'écart qui se creuse entre les classes.... L'injustice devient par trop flagrante !    Les pauvres ont de moins en moins accès aux soins... pdt que d'autres claquent des millions en peu de tps ! Certains travailleurs couchent dans la rue pdt que d'autres se payent une maison dans plusieurs pays.... 

        Bisous

    8
    Mercredi 5 Février à 20:10

    Eu agard mon absence depuis quelques temps, je viens de récupérer mon retard. Ton récit est franchement captivant. J'attends avec impatience la suite. Bises et et bonne soirée.

      • Jeudi 6 Février à 19:22

        Tu es toute pardonnée, ma chère Zaza : Ta santé est prioritaire.... Il se trouve que je ne peux plus non plus aller sur les blogs comme je le faisais avec tant de plaisir, car ma vue est bien fragile désormais ! Ainsi que le dos et les jambes qui regimbent dès station assise prolongée ! 

        Ah ça, ns vieillissons ! 

        Très émue aux larmes de savoir Jill hospitalisée ! Et j'ai bcp de mal aussi à te voir si malade.... 

        Merci d'avoir pris plaisir à me lire malgré ton handicap santé... J'apprécie vraiment, tu sais ! C'est fou ce que j'aime mes aminautes !

        Bcp de bisous

    7
    Mercredi 5 Février à 19:47
    Je prends toujours beaucoup de plaisir à te lire même si cette fois-ci, je ne suis pas tout à fait d'accord avec toi sur ta vision de la société mais normal je suis pour le libéralisme économique car sans lui il y aurait encore plus de pauvres. Bisous
      • Jeudi 6 Février à 19:16

        Coucou Martine

        A vrai dire, je me mets dans la peau de mes personnages ! mes réflexions ne seraient pas les mêmes vraiment pour les autres ! Voir celles de Damien au début ! Louise aura certainement un discours différent, car pas du même monde ! Cependant, je pense que Tom  est celui avec lequel je me sens le plus proche ! Je ne supporte pas l'injustice... peu importe de quelle manière elle est infligée aux gens ! Sans doute ma jeunesse au coeur d'une ville où sévissaient les bonneteries, fermées désormais depuis bien lgtps, qui ressort ! Pas de bons souvenirs du tout ! Et encore, j'étais secrétaire ! car les bonnetiers et bonnetières avaient une vie de misère affreuse ! Avec un bruit infernal... Un cauchemar ! Pas le choix, il n'y n'avait que ces entreprises !

        Merci bcp Martine et bonne soirée

        Bisous

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :