• Gare à l'eau qui dort n° 17 - REMINISCENCES

     

    Gare à l'eau qui dort n° 17 - REMINISCENCES

     

    Gare à l'eau qui dort n° 17

     

    REMINISCENCES

     

    TOM

    Gare à l'eau qui dort n° 17 - REMINISCENCES

     (Coach sportif de Louise)

     

     

    "Danse Macabre", Camille Saint-Saëns, Adélaïde Ferrière, Matthieu Cognet

    (magnifique démonstration)

     

     

     

    Allez, je vais m'occuper de ton dossier et te recontacte dès que possible ! En attendant, ne change rien à tes habitudes et change de visage, masque toutes tes répulsions, tes sentiments, tes émotions... Accepte cette fatalité et fais en un atout d'épanouissement.... 

    Voilà, c'était fait ! Et il fut récompensé par le petit sourire qui illumina l'espace d'un instant le visage de Louise.... "A la prochaine, Louise !""Ciao, Dorian ... et merci !" (Cliquez sur la phrase - épisode précédent)

     

    Le bras gauche mollement accoudé à la portière, Tom roulait doucement toutes fenêtres ouvertes, humant avec délice la poésie printanière offerte, calme plage baignée de fraîcheur dans la limpidité bleue et tendre du matin.

    Une onde légère, fugace comme un rêve, effleurait les herbes frémissantes, les plumets duveteux des graminées, les gracilités mauves et odorantes des iris sauvages ...., encore emperlés de rosée?

    La houle mouvante des cimes fourmillait de cris d'oiseaux. Des trilles montaient claires dans la douceur de l'air. Les formes étranges de grands vols rapides et stridents  se débandaient brusquement, pour se reconstituer aussi soudainement qu'un mirage.

    Tom exultait ! La Voix douce et tendre du Souffle de vie qui animait tout chuchotait à ses oreilles, l'emplissait de sa secrète essence jusqu'au plus intime de lui-même... 

    Les haleines fraîches et mentholées, la sève simple et forte des essences boisées redisaient ses extases d'enfant... Affolantes effluves de délices qui montaient des mystérieuses profondeurs de la Forêt, des entrailles de la Terre... Tous ses sens s'effaraient en frissons familiers.

    Il franchit enfin le seuil du magnifique Domaine de Louise, s'engagea dans l'allée majestueuse hantée de rêves troubles, d'apparitions incertaines, de vieux ans oubliés qui baillaient d'ennui. 

    Un coucou égrenait sa plainte... On raconte dans les légendes que ses pleurs se transformaient en gouttes de sang lorsque sa compagne ne revenait plus....

    Sorte de pressentiment viscéral de Tom qui frissonna ; le Domaine était comme une sorte d'entre deux mondes à jamais lié au coucou.... 

    Doté d'une nature prudente, rudement acquise durant sa jeunesse dans la dangereuse Cité, il observait toujours attentivement son environnement... 

    Dans ce lieu hors du temps, chaque caillou, chaque arbre, buisson ou fleur lui parlaient d'un passé tiède encore, poussière constituée d'innombrables atomes comme un écho mélancolique de vies cachées, de fantômes presque palpables....qui assaillaient, enlaçaient, avertissaient sa conscience...

    Parcelles d'un Au-delà surgissant à travers les interstices du Temps, ou à travers celles du Monde visible ?

    Temporalité dédoublée de la mémoire "réminiscente" ?

    Souvenirs troubles des "autrefois" dans son âme, modelés par des récits familiaux ou autres ?

    Chacun recèle en soi des "antres de ténèbres" !

    Frémissements inexprimables entre Temps et Lieux qui se rejoignaient en ce Domaine étrange, qui laissaient des traces indicibles et durables dans l'esprit....

    Sorte de piège métaphysique enclos entre limbes d'un passé non encore totalement révolu et d'un aujourd'hui sans concessions, vibrant d'un furieux désir de durer malgré les vicissitudes annoncées des lendemains incertains....

    Bref, Tom éprouvait toujours une impression étrange en pénétrant dans ce Domaine... Ici, l'air semblait changer de texture ... Superstition ? Quelque chose de tragique flottait en permanence dans l'atmosphère, même au coeur d'une douceur printanière comme celle de ce jour... 

    Et pourtant, féérique était le Parc en ce bleu mensonge du jour qui pouvait tromper le visiteur ébloui  non averti.... Dans l'ombre des mimosas pelucheux dont l'or s'éteignait, des arbres séculaires ou des bosquets d'arbustes taillés étincelaient à foison des tapis de corolles multicolores aux fragrances entêtantes... Joyeuses métamorphoses écloses par milliers sous les verdures, par-dessus les haies, les pergolas ou perdues dans les lierres, captivant tous les regards et les nez frémissants....

     

    Louise l'attendait en bas du perron , toute de bleu vêtue... 

    Mais dès qu'il sortit de la voiture et claqua la portière, il sut que le charme était rompu, que le calme et la sérénité qui l'avaient tant charmés sur la route étaient terminés.... Il esquissa un geste de contrariété, maugréa tout bas, puis s'élança vers elle, résigné.

    Il fut vivement alerté par l'air épuisé de Louise, par ses traits creusés et par la pâleur de son visage sous le léger maquillage...

    Il remarqua soudain l'absence de l'inévitable 4 X 4 ???

    Il se planta devant elle et l'interrogea du regard. Puis, devant son silence buté, il s'exclama ;

    "Pas de guguss aujourd'hui ?"

    Elle le fusilla d'un regard noir et rétorqua brièvement :

    "Congédiés !"

    Ça alors ! Une joie intense inonda Tom ... Elle avait réussi à se débarrasser des deux espions à la solde de son mari !!! ENFIN !!! Ils étaient libérés  de la tutelle pesante du 4 X 4 qui les suivait comme une ombre... et de ses deux occupants ! 

    Il n'en revenait pas ! Mais une inquiétude sourde le terrassa : que se passait il donc ? Il tenta de lui tendre une perche :

    "Louise, tu ne sembles pas en forme ce matin... Rien de grave ?"

    Les yeux clairs s'assombrirent, elle ne répondit pas... Il n'insista pas.

    "Viens, Louise, marchons tranquillement, si tu le désires.... Détends-toi... Tu m'expliqueras lorsque tu en ressentiras l'envie..."

    Elle se raidit, tendue à l'extrême ! Cette fois, il paniqua... sa réserve inhabituelle était vraiment inquiétante... 

    "Veux-tu une boisson énergisante ? J'en ai toujours dans la glacière de la voiture...."

    Elle fit non de la tête ! Bon sang, qu'est ce que ça voulait dire ? Elle avait perdu sa langue ? Il balançait entre l'angoisse et la fureur.... 

    Ils marchèrent à un rythme infernal en silence.... Puis elle partit comme une flèche en grandes foulées vers le portail du Domaine.... Pas possible, elle a le diable au corps, aujourd'hui ? Fuyait elle ? Ambiance mortifère déprimante à souhait !!! Il refoula son anxiété et sa colère.... N'osant l'aborder, il cala son allure sur celle, effrénée, de Louise.... Elle n'ira pas loin, à ce rythme ! 

    Il tenta à plusieurs reprises de la freiner, mais elle courait comme une automate, butée à l'extrême ! Il attendit patiemment qu'elle se calme et retrouve sa parole qui semblait bloquée... Avait-elle la rage ? Oui, ça ressemblait furieusement à de la rage... Il se détendit : il était ainsi, un mur sur lequel tout le monde se cognait, quand il avait "la rage" ...

    Il se mit à rire silencieusement ! La rage, Louise ? Décidément un jour à surprises ! 

    Ils entrèrent dans l'ombre bienfaisante de la Forêt et, soudain, elle s'effondra sur le sol, à bout de forces, vidée... Une chance que Tom, inquiet, avait pris son sac à dos avant de se lancer dans cette course folle... Il se précipita et lui donna les premiers soins d'urgence, la fit boire doucement... Puis il s'installa confortablement derrière elle, passant ses longues jambes musclées de chaque côté du corps de Louise, lui releva le buste et la tira contre sa large poitrine en la berçant doucement par de petits mouvements circulaires en chantonnant comme à une enfant :

    "Là, là.. tout va bien, tout va bien... laisse toi aller, détends-toi... Louise, tout va bien, respire doucement, laisse toi faire...."

    Il fut un tel amour de tendresse que Louise essaya de se confier, mais elle trébuchait sur les mots... Elle finit par hoqueter 

    "Je suis ... l'épouse... d'un homme frivole.... d'un homme volage... Tom, j'ai peur ! Je dois.... retrouver un travail... à tout prix.... et je ne sais comment faire.... "

    Attentif, patient, Tom l'écouta débiter interminablement le flot haché du drame dans lequel elle se débattait depuis la veille.... Une violente colère contre Damien l'éclaboussa comme une fièvre.... "Comment pouvait-il, ce porc ?" 

    Puis, se calmant peu à peu, blasé, il philosopha d'une voix douce, qu'il voulait rassurante, en essayant de se persuader lui-même :

    "C'est beaucoup de bruit pour pas grand chose, ma chère Louise... Pose ton stress et réfléchis : rien n'est certain ! Attends donc les conclusions de l'enquête de Dorian.... Au pire des cas, nous t'aiderons, ton copain et moi... Tu ne seras pas seule.. Je te promets que je ferais tout mon possible pour te sortir de là .... Tu t'adapteras, Louise, tu en es parfaitement capable... crois-moi, je le sais ! Apprends la patience ! Toute ta force réside dans ton extraordinaire capacité d'adaptation... A quoi te servirait ton intelligence si elle t'empêchait d'être heureuse ? ....."

    Il la plaqua doucement contre lui en essayant de la réchauffer de tout son corps tant elle tremblait...Qu'elle sentait bon... Son maillot était trempé de transpiration... Il tira son sac vers lui et sortit une couverture de survie et la couvrit tendrement.... Elle s'abandonna totalement contre lui ! Il la tint serrée contre lui en l'enveloppant de bras protecteurs.... 

    Vite, il se mit à parler pour dissiper le malaise qui s'installait en lui.... ;

    "Louise, je pense que ton mari a peur de vieillir... malgré tous ses efforts pour rester "jeune" et les soins reçus...

    Je vois de plus en plus d'hommes qui développent un curieux besoin de se faire valoir, de parader, de tyranniser afin de se donner le sentiment d'être le plus fort, le plus important, d'être Quelqu'un ! Cela cache un grand manque de confiance en soi, vois-tu, une grande faiblesse d'être !....

    Ces personnes ont le plus grand besoin de se trouver un "objet-miroir" pour les refléter.... Une jolie maîtresse, jeune de préférence, car ils craignent les femmes qui s'assument, les rassure sur leur virilité... Ils aiment en elle ce qu'ils sont eux-mêmes ou ce qu'ils voudraient être.... Bref, ils tentent de s'aimer à travers elle....

    Pauvre femme qui n'est là que pour satisfaire les besoins profonds de ces hommes-là, pour les soulager de leurs peurs, de leurs conflits intérieurs.... Des femmes-objets, quoi ! Des femmes utilisées puis jetées après usage, car ce genre de relation s'appauvrit et s'épuise très rapidement..... Elle n'épanouit guère .... 


    Je les plains vivement, ces hommes éternellement insatisfaits ! 

    "D'autre part, Louise, une femme qui a connu un père violent ou tyrannique, possessif, dominateur, aura tendance à se choisir un mari qui lui ressemblera...." murmura doucement Tom ... "c'est à dire un partenaire rassurant, protecteur qui la paternera.... et l'époux choisi y trouvera son compte, car ce rôle le valorisera, compensera son manque névrotique de confiance en lui... 

    L'inconscient de ces deux personnes ne se trompe guère dans ses choix.... Les traits de caractère  de l'un compenseront ceux qui manquent à l'autre.... Comprends-tu ? 

    C'est une notion très importante à connaître si on souhaite comprendre ses choix ! Je pense que tu ne t'es pas trompée en désirant épouser Damien, Louise ! Il ne faut pas culpabiliser.... Je ne pense pas que tes parents appréciaient ton choix et t'aient poussée à ce mariage - Suis-je juste  sur ce point ?.....

    "Je l'ai voulu et bien voulu, Tom, tu as entièrement raison, et mes parents ont été dans l'obligation de l'accepter, bien qu'ils se soient très impliqués ensuite... Je ... je n'avais pas fait le rapprochement avec mon père à l'époque.... " lui répondit Louise d'une toute petite voix...."C'était un homme fort brillant, très séduisant et incroyablement courtisé.... Mais je... je ne crois pas.... qu'il m'ait choisie pour moi-même ! J'en suis certaine désormais.... mais pour ma condition sociale et la fortune qui allait avec.... Je ne pense pas être son âme-soeur... Tom, je ne le crois pas..."

    "Qui sait, Louise ? Tu avais le profil idéal pour lui ; une très jeune fille très amoureuse facile à manipuler qui pouvait l'aider à se défendre dans la vie contre les ennemis extérieurs et  ... ses ennemis intérieurs !  C'est un névrosé qui avait un grand besoin d'être sécurisé... ce qui lui aurait permis de renforcer son Moi défaillant ! 

    Seulement voilà, il n'avait pas prévu que tu prendrais autant de place dans le couple ! Tu brilles de mille feux, Louise, non seulement par ta beauté, mais également par ton intelligence, ta mémoire et ton aisance mondaine qui lui manque tant ! Il voulait sans aucun doute possible une éminence grise, une femme de l'ombre... qui lui apporte tout ce dont il a tant besoin mais qui sache "rester à sa place" c'est à dire derrière lui... 

    Et puis vos difficultés de couple  t'ont éloignée de lui et tu n'as peut être plus autant besoin de lui, que lui de toi ? ce qui provoque une sérieuse dysharmonie entre vous deux ... Alors il est parti, peut être, chercher son complément ailleurs .... Qu'en penses-tu ?"

    "C'est parti en vrille dès le début, Tom... Je ... je ne peux pas t'expliquer, mais il était si peu.... aimant ! si... expéditif... Une horrible déception... J'ai eu beaucoup de mal à accepter ma... maternité.... Et pourtant, comme j'aime Lou... Il était si colérique, froid, glacial, hautain.... Qu'étais-je pour lui, Tom, qu'étais-je ?"

    Tom sentit des larmes lui couler sur les bras, les mains.... Il s'en voulut de n'avoir pas compris tout de suite le véritable noeud de leur désaccord.... Il réalisa soudain tout le sadisme avéré de Damien... Pauvre homme ! Bien davantage un prédateur qu'un humain... 

    Depuis quelques années, les hommes avaient tendance à se déresponsabiliser, à se laver les mains de tout ce qu'il pourrait arriver à l'autre.... Désespérant !  Il était urgent que Louise sorte enfin de l'immaturité dans laquelle elle avait été plongée depuis l'enfance .... autant par ses parents, son fameux "Milieu", que par son mari... 

    "Désires-tu reprendre la marche, Louise ? sinon, tu vas te refroidir et tu auras beaucoup de mal à repartir.... Nous pourrons toujours dialoguer si nous adoptons une cadence moins stressante"

    Elle acquiesça de la tête.... Il l'aida à se relever et, brusquement, l'attira contre lui en la serrant avec force, l'emprisonnant de ses bras protecteurs... Curieusement, cette femme quelque peu distante habituellement se laissa faire et même posa sa tête sur son épaule....Timidement, elle glissa ses bras autour de lui... Ils restèrent enlacés ainsi en silence puis Tom se détacha doucement, ramassa la couverture glissée à terre et la remit dans son sac à dos.... Elle resta immobile, la tête baissée, n'osant plus le regarder.... 

    Il voulut reprendre le chemin du retour, mais la tête baissée de Louise lui dit non... Surpris, il l'entraîna par la main vers les profondeurs de la forêt.... 

    Luciole

    A suivre 

     

    Nouvelle "Gare à l'eau qui dort" - cliquez sur les phrases ci-dessous :

     1ère Partie : Justine

    2ème Partie : Entretien d'embauche entre Damien et Justine

    3ème Partie : Damien

    4ème Partie : Louise

    5ème Partie : Justine

    6ème Partie : Lou (Louise-Hortense)

    7ème Partie : Lou

    8ème Partie : Le regard magique

    9ème Partie : l'Empreinte (1)  

    10ème Partie : L'Empreinte (2)

    11ème Partie : Le Plogging

    12ème Partie : Les enfants perdus

    13ème Partie : Quel carburant voiture ?

    14ème Partie : L'Etang

    15ème Partie : Lettres anonymes

    16ème Partie : Dorian, détective privé

     

    « Gare à l'eau qui dort - 16è partie - DORIAN le détective privéGare à l'eau qui dort n° 18 - FILATURE »
    Pin It

    Tags Tags : , , , , , , , ,
  • Commentaires

    17
    Vendredi 26 Juin à 15:26
    daniel

    Mais les hommes aussi recherchent un maman !!

    16
    Vendredi 26 Juin à 14:00

    Une énorme déception pour Louise que ce mariage avec un homme qui ne correspond plus du tout à son idéal. Quant à Tom , il semblerait qu'il ait quelque chance avec elle , à suivre 

    Bises 

    15
    Victoria
    Mardi 23 Juin à 10:34

    Coucou Luciole, j'arrive à la dernière partie et me demande s'il y aura une suite. C'est vraiment un beau roman que tu as entrepris qui conduit le lecteur à suivre les péripéties de cette famille tout en se demandant quelle sera l'issue de l'histoire. Bravo et à bientôt

    14
    Mardi 23 Juin à 10:25
    Une fleur de Paris

    Bonjour Luciole,

    Combien de femmes ont prit un mari qui ressemblait à leur père ? Parfois inconsciemment ... Oui faut faire attention à l'eau qui dort ... Comment vas-tu ? Je n'ai plus de nouvelles. J'ai changé de plate-forme, je suis chez OB désormais : http://objectifetpixels.over-blog.com 

    Je te souhaite une bonne journée, prends soin de toi, bises, Véronique

      • Samedi 27 Juin à 23:16

        Ah, je comprends pourquoi tu ne publies plus sur ton blog ! J'ai cru que tu étais malade... J'ai pris note de ton nouveau OB !

        Je vais au mieux que je peux, malgré une vue qui baisse sérieusement et les piqures toutes les 3 semaines dans l'oeil droit, le gauche étant fichu ... et mon ordi acheté en mars qui déraille et puis meurt... Grand coup de gueule auprès de HP par mon mari efficace, on m'envoie un tout neuf : ouais, mais toutes mes données, mes dossiers et mes images, mes photos PERDUS ! Je peste, je rage, je vitupère... Bon, c'est la vie avec l'informatique !!! Dire qu'on nous demande de privilégier l'informatique plutôt que le papier mangeur de forêts !!! 

        En attendant, j'ai le portable de mon mari qui me dépanne bien, mais je galère au niveau clavier, car minuscule et je ne vois pas les touches.... 

        Et toi ? comment va ? 

        Merci pour ta lecture attentive et à bientôt

        Bisous

    13
    Jeudi 18 Juin à 21:02
    Marenostrum

    tu reprends ton métier d'écrivaine!! Je vais remonter tes écrits!

    Bises

      • Jeudi 18 Juin à 22:29

        Coucou Jacqueline

        Oui, j'ai terminé enfin de trier, lister, ficher mes livres laïques de ma bibliothèque, mais pas encore commencé ceux du côté religieux..... Bcp de livres donnés pas encore lus... Une pagaille !!! J'en ai au moins pour 2 à 3 mois .....et plus de courage ! Les RV qui phagocytent mon emploi du temps reprennent ... Bouuuuh !

        Je n'aime pas laisser un travail en plan et je me plais bien à continuer... bien que m'y remettre m'a déboussolée, car plus dans le coup ! Je comprends les écrivains qui prennent une année sabbatique pour créer en continu, sinon on perd complètement le fil !

        Il faudrait travailler au moins 5 à 6 H par jour, mais voilà, pas le temps !!!!

        Merci Jacqueline et à bientôt

        Bisous

         

         

         

         

    12
    Jeudi 18 Juin à 14:37
    Renée

    c'est toi qui écrit ce roman Luciole le peu que j'ai le temps de lire me semble super dommage que je ne puisse le suivre pas assez de temps en ce moment mais peut-être plus tard une fois. Bravo si c'est de toi tu devrais plutôt publier non? Amitiés bises

      • Jeudi 18 Juin à 22:14

        Coucou Renée

        Oui, c'est de moi .... bien que les détails "psychologiques" proviennent de notes prises sur des sites spécialisés.... arrangées à ma sauce.... ça m'évite de dire trop de bêtises !

        Ne suis pas assez hardie pour publier.... Peut être un jour ? Surtout, ne peux rien financer, au cas où ! L'auto-édition coûte cher !

        Merci bcp de ta visite et bonne nuit

        Bisous

    11
    Jeudi 18 Juin à 04:39
    colettedc

    Quel changement de comportement !!! La suite sera la bienvenue, Luciole !

    Bonne journée,

    Gros bisous♥

      • Jeudi 18 Juin à 22:10

        Merci infiniment Colette .... Suis contente de vous retrouver ! Pas encore bien définie la suite, mais vais y penser.... 

        Bcp de gros bisous 

    10
    Mercredi 17 Juin à 08:13

    Tenter de trouver un mari qui ressemble à son père s'appelle le complexe d’Œdipe. Cela n'est pas toujours une réussite.

    Vivement la suite Luciole. Bises et bon mercredi

      • Mercredi 17 Juin à 20:42

        Bien d'accord avec toi ! mais notre inconscient souvent nous porte vers des choix impossibles... Maintenant que j'ai un portable qui fonctionne, je vais me dépêcher de concocter la suite... Quelle joie de pouvoir aller sur les blogs (enfin !) Cependant la frappe surprend, car clavier tout petit ! mes doigts s'y perdent....

        Gros bisous

    9
    Mercredi 17 Juin à 04:38
    C'est vrai que souvent les femmes épouser des hommes qui ressemblent à leur père. Très juste analyse psychologique. j'ai pris plaisir à te lire. Bisous
      • Mercredi 17 Juin à 20:39

        Merci bcp Martine..... Je vais tâcher de trouver ton livre à Draguignan... sinon je le commande

        Bcp de bisous

    8
    Mardi 16 Juin à 23:04

    A suivre, on sent venir comme... un rapprochement physique, bonne nuit Luciole; bises

      • Mercredi 17 Juin à 20:37

        Coucou Jill Bill 

        Ah ??? peut être ?! sarcastic he

        Merci Jill et bonne soirée 

        Je penserai à toi le 3 Juillet, c'est noté !

        Gros bisous

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :