• Gare à l'eau qui dort n° 29 - Inspecteur Stan Faure

     

     Gare à l'eau qui dort n° 29

     

    Gare à l'eau qui dort n° 29 -

     

    Inspecteur Stan Faure

     

    Impromptu de Claude Debussy

     

    Elle arriva tant bien que mal sur le parking désert de l'Agence et gara sa clio, puis, respirant à fond, sortit du véhicule , fourragea dans son sac, trouva le trousseau de clés de l'Agence, ouvrit difficilement la porte de verre, et s'engagea timidement dans le Hall désert de l'immense vaisseau de verre.......(Episode précédant n° 28 - cliquez sur la phrase) 

     Un vertige s'empara de Louise en arrivant sans encombre dans l'immense Hall de l'Agence d'Assurances, étrangement vide et silencieux à cette heure matinale.

    Seules ronronnaient les machines à boissons. 

    Armée de son trousseau de clés, elle ouvrit la porte du vaste bureau d'Adèle, une pièce chic et fonctionnelle aux murs d'un gris satiné mouluré égayé de tableaux résolument modernes et d'éléments de rangements bleus, dans laquelle le bureau bleu d'Adèle, flanqué de trois ordinateurs, prenait une place importante....ainsi que son fauteuil ergonomique en cuir gris clair, adapté au dos fragile de la Secrétaire de Direction... L'endroit sentait bizarrement la soupe et le désodorisant, le déodorant fleuri et le cuir du fauteuil et des chaises... Louise n'osa pas ouvrir les baies, tant elle eut peur de déclencher une alarme... 

    Puis , le coeur battant la chamade, elle ouvrit la porte du bureau de Damien, dans lequel flottait encore les fraîches  fragrances épicées de son parfum Bleu de Chanel qu'elle lui avait offert...

    Moment très difficile à vivre ! Une boule d'émotions violentes lui serra la gorge, lui comprima le coeur. Elle s'était tellement investie dans ce lieu.... en transformant d'une façon spectaculaire un immense espace blanc sans âme en une subtile harmonie de gris clair et de gris foncé, de gris foncé légèrement bleuté.

    Elle inspira profondément et entra dans ce lieu de vie agréable et confortable, véritable havre de paix où se libérait le mental, favorisant le calme et la concentration au coeur du vaisseau de verre contaminé par le stress et l'agitation.

    Intemporel et indémodable, le gris était sa couleur de prédilection, surtout lorsqu'il s'associait à des couleurs plus soutenues. 

    Pour capitaliser sur la lumière du lieu et briser l'uniformité, les murs s'habillaient de panneaux d'un gris bleuté, soulignés délicatement de bandes d'un gris nacré très clair, afin de créer des contrastes en résonance avec les panneaux muraux des châteaux.

    Des appliques murales élégantes et raffinées, dont la fine structure en épi de fils de laiton s'ornait de tulipes d'opaline, illuminaient un panneau sur deux... 

    Le tout avait un aspect feutré très "aristocratique"  dont raffolait Louise qui aimait mélanger les styles et les époques. 

    Sur les plans, Louise avait travaillé tout spécialement le plafond avec des encastrements appelés "caissons" au charme rétro qui apportait beaucoup de caractère à l'immense pièce. Dans les caissons, de superbes suspensions en fils de laiton et verroteries, entourées d'un abat-jour gris.... ajoutaient à l'élégance bourgeoise du lieu... 

    Pour dynamiser davantage la pièce, des leds s'encastraient discrètement dans les plafonds, et des lisérés de lumière douce soulignaient délicatement les encastrements. 

    Un meuble bibliothèque gris clair optimisait en partie le mur du fond et comportait deux parties... Sur chaque extrémité d'un meuble bas fermé où dormaient les dossiers importants s'élevaient deux colonnes bibliothèque qui formaient entre elles une niche éclairée d'un magnifique tableau-champêtre derrière lequel se dissimulait un coffre-fort.

    Devant la bibliothèque s'alignait l'imposant bureau de Damien. Un plateau de bois gris clair reposait sur deux colonnes de tiroirs de la même teinte... Un panneau en claire-voix d'un gris foncé fermait discrètement l'espace extérieur entre les colonnes, afin de dissimuler les jambes de l'occupant.... Le bureau était flanqué du luxueux fauteuil cuir ergonomique au design moderne élégant gris foncé qui faisait face à deux fauteuils confortables en cuir de la même couleur prêts à accueillir les clients.

    L'immense espace servait d'écrin également à un coin-salon au look contemporain qui recevait collaborateurs et visiteurs en toute tranquillité, et s'intégrait parfaitement à l'ensemble.... 

    Louise avait joué avec toutes les différentes notes de gris pour cet espace empreint de douceur. Le canapé en cuir gris clair, s'agrémentait  de coussins dans toutes les teintes de gris. Le gris foncé et bleuté des fauteuils se mariaient avec élégance à l'anthracite de leurs coussins.

    La table basse en bois gris nacré, très lumineuse, apportait à l'ensemble une vive touche de gaîté.

    Les panneaux du mur du fond, de chaque côté de la bibliothèque, s'ouvraient discrètement côté gauche sur la salle d'eau avec douche et toilettes, côté droit sur une petite cuisine avec micro-onde, plaques de cuisson, machine à café et rangements intégrés.Les deux pièces communiquaient entre elles pour optimiser le confort.... 

    La salle d'eau et la cuisine reprenaient les codes couleurs de l'espace bureau-salon, pour apporter de la luminosité à ces espaces aveugles.

    Louise avait fini par bouder depuis des années ce lieu de vie chaleureux et cosy, où s'entremêlaient souvenirs délirants et joyeux de jeune mariée profondément amoureuse de son mari, la tête farcie de rêves et d'avenir, et souvenirs  pénibles d'une femme meurtrie par la cruauté et l'indifférence d'un mari infidèle.... 

    Refoulant les sanglots, elle s'effondra dans la banquette.... Solitude poignante devant l'irrémédiable de sa situation... Conscience profonde de l'humilité de sa position actuelle.... Elle était bien loin de l'ivresse des sommets ...

    Toute sa vie dépendait de la bonne marche de cette Agence...

    Elle s'ouvrit au silence comme à une nécessité... 

    Puis elle entendit des voix, des rires, des claquements de hauts talons. Le vaisseau de verre s'éveillait !

    Elle chassa vivement tous les relents de nostalgie et de marasme de son esprit, se leva et alla s'asseoir sur le fauteuil de Damien... qui était déjà le sien... et s'aperçut que les ordinateurs de Damien avaient retrouvé leurs places sur l'immense bureau... 

    Elle les alluma et supprima patiemment tous les codes confidentiels qui bloquaient les entrées dans les machines infernales... 

    Il était temps pour elle de faire de ce bureau luxueux un espace de travail productif, tout en étant entourée des meubles, d'objets, de couleurs qui la ravissaient.... 

    Elle éprouva soudain un étrange sentiment de gratitude qui la bouleversa, puis la calma et la rassura... La Lumière l'accompagnait, elle en était certaine ! 

    Il était temps de se vider la tête, de respirer tranquillement quelques instants, selon la méthode de Tom, afin de permettre à son esprit de passer plus facilement en mode travail...

    La porte s'ouvrit à grands fracas sur un duo de choc : un homme furibond, quadragénaire athlétique et svelte d'au moins un mètre quatre vingt dix, qui dégageait une autorité et une impression de force impressionnantes, ainsi qu' Adèle, profondément stupéfaite et réprobatrice :

    "Vous, Madame la Baronne ?..." bredouilla la Secrétaire dont le visage grimaçait une accusation muette "comment se fait-il ?" 

    Louise comprit de suite qu'entre cette femme sournoise, implacable, et elle débutait une lutte acharnée..... Elle la congédia d'un ton sec qui décourageait toute tentative de pérorer  plus longtemps :

    "Merci Adèle, je vous appellerai plus tard.... Monsieur ?" 

     

    Gare à l'eau qui dort n° 29 - Inspecteur Stan Faure

    "Inspecteur Stan Faure" répliqua l'homme aux cheveux bruns, courts et soigneusement laqués, qui la fixait de ses yeux verts virant par moment sur le jaune "Votre père, Madame le Baronne, m'envoie remettre de l'ordre dans cette Agence... Je ne m'attendais pas du tout à votre présence ici... Je vous croyais sévèrement malade et alitée....

    Est-ce raisonnable de votre part de venir si rapidement sans prendre le temps d'une convalescence indispensable à votre état ?......"

    L'ironie du ton et le sourire narquois frappèrent Louise en plein coeur... Cet homme était manifestement en colère et l'examinait sans aménité....  Elle ne s'était pas préparée à un rude combat aussi rapidement avec un inconnu déjà mis en place par son père... 

    Son rêve, avorté  avant même de naître, mourrait en elle... Père était diablement efficace ! La Lumière lui avait elle menti ? S'était elle illusionnée ? 

    Elle s'efforça de surmonter son désarroi et lui fit face. 

    L'homme, sans attendre sa réponse qui tardait, traversa tout le salon et vint s'asseoir en face d'elle.... 

    "Café, thé ?" le cueillit de plein fouet le ton autoritaire  mais bienveillant de Louise, qui opta pour la Lumière qu'elle sentait vivre en elle.... 

    Surpris, l'homme aux traits taillés au couteau sourit, étrangement séduisant... heureux de la diversion qu'elle lui offrait si vaillamment... Sa voix fut un peu moins assurée :

    "Café, je vous prie ! merci" 

    Louise avait gagné ! Elle jubila et une action de grâce monta vers la Lumière qui l'avait si bien inspirée.... Elle retrouva soudain une pleine maîtrise d'elle-même...

    Elle le terrassera de ses bonnes manières, cet ours mal léché, comme elle savait si bien le faire avec ses invités lors des repas mondains avec tout le gratin de la Société dans le Domaine pour le compte de Damien... Cette fois ci, ce sera pour elle ... et l'Agence ! 

    Luciole 

    A suivre 

    Gare à l'eau qui dort n° 27 - Choc émotionnel

     

     

    Nouvelle "Gare à l'eau qui dort" - cliquez sur les phrases ci-dessous :

     1ère Partie : Justine

    2ème Partie : Entretien d'embauche entre Damien et Justine

    3ème Partie : Damien

    4ème Partie : Louise

    5ème Partie : Justine

    6ème Partie : Lou (Louise-Hortense)

    7ème Partie : Lou

    8ème Partie : Le regard magique

    9ème Partie : l'Empreinte (1)  

    10ème Partie : L'Empreinte (2)

    11ème Partie : Le Plogging

    12ème Partie : Les enfants perdus

    13ème Partie : Quel carburant voiture ?

    14ème Partie : L'Etang

    15ème Partie : Lettres anonymes

    16ème Partie : Dorian, détective privé

    17ème Partie : Réminiscences - Tom.

    18ème Partie ; Filature

    19ème Partie : Le Poucave

    20ème Partie : Sous-marin (camion de filature) et pinholes (caméras minuscules)

    21ème Partie :Dignité bafouée 

    22ème Partie : La Charité fraternelle

    23ème Partie : Le Constat d'adultère

    24ème Partie : La road rage

    25ème Partie : le "Fouille-merde"

    26ème Partie ; Le Daron engraine

    27ème Partie : Choc émotionnel

    28ème Partie : Prodigieuse Lumière

     

    « Gare à l'eau qui dort n° 28 - Prodigieuse LumièreGare à l'eau qui dort n° 30 - ETRANGE ENTRETIEN »
    Pin It

    Tags Tags : , , , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    9
    Victoria
    Vendredi 18 Septembre à 16:48

    Bonjour Luciole, j'avais raté ce chapitre. J'aime beaucoup la description que tu fais du bureau avec les couleurs tendances actuelles. Mais ce que j'apprécie par dessus tout, c'est la volonté qui anime Louise enfin prête à reprendre sa vie en main. Je file à la suite

    8
    Vendredi 18 Septembre à 02:40
    colettedc

    C'est une Louise décidée, là !!! Ça part bien !!! 

    Bon vendredi chère Luciole,

    Gros bisous♥

    7
    Mardi 15 Septembre à 08:22

    Louise semble bien décidée à reprendre sa vie en mains  . Elle a réussi à déstabiliser l'adversaire!

    Bonne journée

    6
    Lundi 14 Septembre à 13:54

    Rudement efficace pour désarçonner l'adversaire , la proposition café , thé . Louise semble avoir les clés en mains  malgré l'adversité pour mener à bien ce qu'elle a décidé .

    Bonne journée et bonne semaine 

    Bises 

    5
    Lundi 14 Septembre à 08:55
    Marenostrum

    J'aime beaucoup la description de l'ameublement !! On s'y croirait!!! Et quand au "self control" de Louise.....chapeau!!!!!!! Bises

    4
    Dimanche 13 Septembre à 14:34
    daniel

    Elle reprend du poil de la bête !!

    3
    gazou
    Samedi 12 Septembre à 19:44

    Bravo ! Louise a su réagir et ne pas se laisser abattre; Très bonne réaction !

    2
    Samedi 12 Septembre à 17:55
    Bien joué la proposition : café ou thé. Bon week-end. Bisous
    1
    Samedi 12 Septembre à 16:30

    Louise a eu raison d'employer un ton conciliant vis à vis de cet ours mal léché, cela désarçonne souvent ! 

    Bises et bon weekend

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :