• Gare à l'eau qui dort n° 48 - Diners de Louise

     Gare à l'eau qui dort n° 48

     

    Gare à l'eau qui dort n° 48 -

     

    LES DINERS DE LOUISE

     

    Le médecin qui avait constaté le décès lui donna le permis d'inhumer.... Et ce fut le début de la galère ! Après avoir rempli toute la paperasserie requise par la Maison de repos, elle téléphona à l'Agence de Pompes funèbres familiale qui s'occupera des démarches à accomplir... 

    L'air frais du dehors lui dégrippa le cerveau, et la libéra de la chape de plomb qui l'écrasait. Elle aspira goulûment de grandes bouffées d'air... monta dans sa voiture et conduisit prudemment vers l'Agence de Pompes funèbres...  (Episode précédent n° 47 - cliquez sur la phrase)

     

    Les jours suivants, Louise n'eut guère le temps de souffler...  La fatigue lui cisaillait le dos ! Les médias, en possession d'informations infâmes, s'étaient déchaînées... Un service d'ordre se remit en place au Domaine... Lou, dévastée, refusa de se rendre à l'école... La vie se compliquait,  lourdement entravées par les démarches liées à la mort, par les médias, les visites de la famille, celles des voisins, par les violentes crises de nerfs et le désespoir d'Adèle qu'il fallut gérer au plus vite... Sans parler des problèmes récurrents de l'Agence d'Assurances, heureusement administrés de main de maître par Stan... assisté de Justine... 

    La situation risquait de devenir explosive ! Le cauchemar allait-il prendre fin un jour ?

    La cérémonie intime, tenue secrète, fut paisible... Louise demanda à Adèle d'être à ses côtés. Elle avait habilement expliqué la situation aux siens, puis  à Lou auparavant ! Les présentations furent quelque peu guindées, mais Adèle fut fort digne malgré son visage ravagé par les pleurs.... Il ne resta de Damien qu'une poignée de cendres enfermée dans une magnifique urne que l'on déposa dans la case réservée par Louise, encastrée à l'extrémité d'un  mur imposant entourant un splendide "Jardin du Souvenir" arboré et fleuri, soigneusement entretenu,  situé au centre du cimetière des "Privilégiés"... 

    Et tout rentra dans l'ordre !

    Romain, qui s'était pris d'affection pour Louise, Nany et la petite Lou, vint souvent au Domaine où il avait sa chambre privée... Il faisait désormais partie de la famille ! Louise, surprise du dénuement extrême dans lequel se repliait Adèle, l'encouragea à venir vivre avec eux... au grand dam de Nany, préoccupée par l'adoration éblouie de la grand-mère pour sa splendide et intelligente petite fille, Lou.. Adèle reportait tout son amour refoulé de  mère sur la petite...

    Lou, enchantée par l'amour inféodé de sa nouvelle et humble Maminou, la prit sous sa protection et elles devinrent deux amies inséparables... Au final, Adèle se révéla fort utile à la maisonnée... Elle soulagea grandement le travail épuisant de Nany. La bienveillance et l'empathie naturelles de la gouvernante la portaient à sympathiser avec cette vieille femme aigrie et bileuse qui frémissait de peur lorsqu'elle se focalisait sur son avenir, tant la vieillesse avait peu d'attraits désormais dans ce monde matérialiste et consumériste.... Au contact de cette famille généreuse, Adèle retrouva la fraîcheur de son coeur gonflé d'amour des premiers temps de sa jeunesse... Sa communication, brouillée par une vie ingrate, l'isolement et la réclusion, ainsi que par un besoin abyssale d'être reconnue, se rétablit dans la confiance. La confiance en elle était déterminante afin de favoriser la  confiance en l'autre 

    Il fut convenu qu'il était temps pour cette septuagénaire de prendre enfin sa retraite. Les démarches pour recevoir ses allocations de retraite révélèrent un montant de la prestation octroyée fort décevant, malgré toutes les années de labeur d'Adèle. Stupéfaites, Louise et Adèle revisitèrent les documents.... elles durent se rendre à l'évidence : Adèle avait reçu un salaire de misère, en comparaison de ses compétences requises et établies.....

    La fière Adèle proposa de se mettre au service de Lou et des siens à plein temps, sans gratifications, afin de ne pas alourdir le budget de Louise et de ne pas se sentir une "charge" au sein de la Maison.

    Louise, fort gênée, acquiesça, à la condition qu'Adèle accepta une "indemnité complémentaire mensuelle", ce qui lui permettra "de faire face"... "au cas où"... Une façon discrète de la rémunérer sans la vexer...

    Stan dut, en urgence, recruter une nouvelle Secrétaire de Direction... qu'il trouva au coeur même de l'Agence, en la personne de Nadine, jeune femme compétente et dynamique, férue d'informatique, qui accepta chaleureusement. Elle n'attendait que cette occasion pour s'épanouir enfin dans un poste à la hauteur de ses aspirations.... Le quatuor, un instant ébranlé, se reforma... Cette élite de choc s'en trouva grandement renforcée et Stan fut vivement félicité de son heureux choix.

    Romain, fragilisé par les ans, finit par accepter de venir loger  définitivement dans le "Château de Louise" et devint le Curé attitré de la Maison. Une réunion familiale détermina l'emplacement d'une Chapelle, complétée par une petite sacristie, dans une des ailes du "Château". Des ouvriers travaillèrent à son aménagement deux longs mois et Romain put enfin célébrer sa première Messe devant tous les membres de la "Famille", parents de Louise compris ! La Chapelle était splendide et spacieuse... Les ouvriers avaient abattu des murs, ouvert des fenêtres... et la lumière rentrait à flots dans la vaste salle consacrée. Un décorateur fut dépêché en urgence pour l'aménagement, aidé par les conseils avisés de Romain... La Sacristie s'ouvrait sur un bureau qui, lui même, donnait accès à un petit appartement constitué d'une pièce à vivre avec cheminée insert, comportant une cuisine aménagée et un salon, suivie d'une chambre avec salle de bain. 

    Adèle devint sa plus fidèle dévote et  fit office de sacristine, aidée par Lou, déjà habitée par la Grâce, trop heureuse de découvrir en Maminou un coeur tendre et dévoué. Les employés, généreusement invités par Louise, finirent par assister à toutes les Messes et Offices religieux selon leur disponibilité... 

    Finalement, Romain fut de service à plein temps et s'en trouva fort heureux et réconforté ! Son bureau, dont les deux portes fenêtres donnaient sur le Parc, ne désemplissait pas. Il croulait sous les demandes des uns et des autres. Les mains dans le dos, il aimait se promener dans l'immense Parc  ainsi que dans le nouveau Potager qui fournira fruits et légumes,  et discuter avec Pierre, le jardiner, ses aides : Régan, le conducteur du 4x4, et Marc, son collègue... les deux gardes du corps de la Famille... "De bien braves gaillards !" se félicitait le Curé. Sa santé s'en trouva très nettement améliorée... Son dos se redressa et sa démarche fut plus vive, plus assurée ! Bref, il jubilait et rajeunissait ! Ida, la bouillante cuisinière et Elsa, la gentille bonne, l'adoraient et le choyaient. Toute la maisonnée l'entourait ! Son humilité l'encourageait à modérer ses enthousiasmes, mais il était difficile de ne pas se sentir indispensable...

    Les Parents de Louise lui vouaient une cordialité respectueuse surprenante et il s'entendait à merveille avec l'intraitable Monsieur le Baron . Ils ne tardèrent pas à se tutoyer comme deux vieux amis...

    Henri de Montabert retrouvait toute sa vigueur, pourtant particulièrement ébranlée par tous les évènements et les souffrances de ces longs mois écoulés, aux côtés de cet humble curé qui, lui semblait-il, avait fait "merveille" avec la Famille et les employés... Monsieur le Baron avait recueilli le récit détaillé de Louise sur la fin de son gueux de mari, confirmé par les dires du brave curé, et il n'en revenait pas ! Comment un si petit curé avait-il pu se débrouiller pour changer à ce point ce.... pauvre type, dont le prénom désormais lui écorchait la bouche ??? Toute sa vie avait basculé à cause de lui ! Un jour, il retrouvera son lustre auprès des autres... un jour ! Bien que le petit curé  (il avait au moins une bonne tête de moins que lui)  l'encourageait à pardonner, il n'arrivait pas à s'y résoudre... 

    Louise décida soudain de retrouver les dîners de son enfance. Chacun se revêtit donc avec enthousiasme de ses plus beaux atours, et les dîners familiaux furent des plus gais dans l'immense et somptueuse Salle à manger servant aux réceptions... Lou s'amusait beaucoup et prenait un temps infini à choisir et à soigner "sa toilette du soir"... Adèle, accompagnée de Nany et de Lou, dut se précipiter fébrilement dans les magasins de luxe de la "Ville des Privilégiés",  afin de pouvoir "briller en Société"... ou tout du moins de faire, plus modestement, "honneur", quoi ! 

    Jamais Lou n'avait été aussi heureuse ! Sa mère lui manifestait une tendresse débordante et la surprenait chaque jour davantage... Nany et Maminou se relayaient auprès d'elle et elle avait bien du mal à s'isoler un peu.... tant Maminou la "collait"... Nany dut intervenir, avec toute sa douceur et son tact habituels, pour faire comprendre à Adèle, que la jeune fille aimait travailler, rêver ou lire seule dans sa chambre... Alors, le "coeur gros" Adèle allait aider Nany au Bureau et se mettait à l'écran de son ordinateur.... 

    Nany grognait sur les dépenses faramineuses des coups de tête subites de Louise... et la gestion des comptes lui donnait le vertige... Elle finissait par comprendre les inquiétudes, voire même les magouilles, de Monsieur Damien... Adèle, alertée, reconnut "qu'on vivait sur un grand pied" et qu'il faudrait  restreindre les dépenses... Elle se lança dans un mémorable et volumineux rapport, synthétisant et commentant les éléments des différents documents comptable et, une fois terminé, malgré les vives réticences de Nany, osa le présenter d'office à Louise... 

    Louise, qui venait de rentrer, fatiguée par sa longue et laborieuse journée de travail à l'Agence, horripilée par l'insistance et les remontrances acides d'Adèle, faillit exploser de colère... Elle eut la sensation fugace de se retrouver face à la fureur de Damien qui lui reprochait sans cesse ses dépenses somptueuses.... Décidément, mère et fils se ressemblaient ! Elle se contint néanmoins et se contenta de lui arracher des mains le tendancieux rapport... Elle monta dans sa chambre, jeta le lourd rapport sur le lit, se doucha, se changea et se maquilla pour le diner... puis, calmée, prit le document et le lut en entier, fascinée par le laborieux et judicieux travail de synthèse annoté d'Adèle en oubliant l'heure du dîner...

    La tête lui tourna ! L'angoisse lui souleva le coeur... Adèle avait raison... Les redoutables chiffres, indubitablement, confirmaient les violentes inquiétudes de la vieille dame. Il fallait agir, et vite ! Elle soupira, et, le document à la main, descendit dans la Salle à manger où tout le monde l'attendait en silence....  Romain, au courant de l'incartade d'Adèle, était prêt à s'interposer.... mais Louise, à la surprise générale, leur sourit d'un air contrit et,  s'excusant de son retard, posa le rapport à côté de son assiette, et se lança...

    - "Asseyons nous, je vous en prie ! Je pense que vous êtes tous au courant que nos comptes sont affolants... Merci à nos dévouées Nany et Adèle qui ont superbement bien travaillé... Merci à Maminou d'avoir eu le courage de m'alerter malgré mon mauvais caractère... Je pense que vous avez tous compris qu'il fallait faire des économies... Je vais voir comment  remédier à cette situation incommode......"

    "Pourquoi ne pas vendre les bolides de Daddy, Mummy... Ils ne servent plus à rien et sont fort coûteux ! ça pourrait vous dépanner ?...."

    Louise regarda sa fille avec stupéfaction : comment n'y avait-elle pas pensé plus tôt ! Cette gamine était plus fûtée qu'elle ! Il est vrai qu'elle était plus souvent à l'Agence qu'à la Maison.... Pourtant, elle les côtoyait tous les jours dans le garage, ces bijoux de luxe qui devaient valoir des fortunes.... 

    Elle pensa aussitôt à toutes ses splendides et onéreuses parures, qui dormaient dans des coffres, et dont elle aimait se parer pendant les longs dîners mondains... Son coeur se serra brutalement ! On verra.... on verra.... 

    - "Un immense merci, ma Chérie ! C'est une merveilleuse idée ! Je suis ravie que tu aies trouvé ce moyen toute seule.... Je vais m'y employer demain... Laquelle préfères tu  garder, pour nos courses, nos sorties ? Nous sommes nombreux, désormais !"

    - "Je garde ma voiture et à mes frais, Louise, comme d'habitude ! Ne changez rien pour moi surtout.. N'ayez crainte, j'en ai les moyens !" s'empressa Romain

    - " J'ai la mienne également, et je continuerai naturellement à l'assumer financièrement, Louise !" se récria promptement Adèle, soulagée par les bonnes dispositions de Louise à son égard, trop contente que Louise l'ait appelée "Maminou"... Décidément, le bonheur existait et elle en bénéficiait ! Enfin, mieux valait tard que jamais !

    - "Je préfèrerais une voiture plus commode et moins luxueuse que la limousine, pour Lou et moi !" murmura doucement Nany, finalement admirative du courage d'Adèle qui avait su émouvoir enfin Louise sur ses dépenses avec lesquelles elle se débattait seule depuis le début de son nouveau et lourd mandat... 

    - "Je suis très contente de ma petite Clio.." déclara pensivement Louise "et je vous comprends, Nany... Nous pourrions vendre tout et achetez pour vous une petite voiture selon vos souhaits.. Qu'en penses-tu, Lou ?"

    Lou, qui aimait le luxe et le confort de la limousine, soupira... Elle se ravisa soudain et comprit que la situation était grave et qu'il fallait montrer l'exemple ! Sa mère avait besoin d'elle.... 

    - "J'aimerais bien choisir avec vous, Mummy et Nany... Mais alors, Régan et Marc ne nous conduiront plus à l'école, Nany ? Je les aime bien, moi, ils nous protègent !"

    - "Je pense que votre maman a raison, Lou, nous pourrions acheter une petite voiture, ce qui n'empêchera pas à ces "anges gardiens" de monter devant et nous irons toutes les deux derrière, ma Chérie ! Nous devrions peut être laisser Régan s'en occuper, Madame, c'est son affaire, après tout ?"

    - "C'est une bonne idée, j'en parlerai demain à Régan ! Merci Nany !"

    - " Je peux peut être revoir les menus de nos repas, bien trop copieux, avec Ida, Madame" se hasarda Nany

    - "Je crois que notre brave Ida nous gâte trop, en effet... Aurez vous le temps, Nany ?"

    - "Madame Adèle m'aide beaucoup,  je prendrai le temps !"

    - "C'est vrai, Maminou, vous êtes une perle, et je vous en remercie vivement...

    "C'est parfait ! Si tu as de merveilleuses idées comme ce soir, ma Chérie, surtout parle m'en ! De mon côté, je vais réduire la fréquence de mes diners mondains qui, finalement, sont fort onéreux et le retour n'est pas à la hauteur de mes espérances !...  Puis tous ces bijoux dans les coffres... Allez, c'est assez de tracas pour ce soir... "

    - "Ah non, Mummy, pas vos merveilleux bijoux ! Vous m'avez promis de me les prêter quand je serais grande !" s'angoissa soudain la petite qui les aimait tant, ces parures étincelantes de sa mère..... 

    - "Je te promets d'y réfléchir, ma Chérie ! C'est vrai qu'une promesse doit être tenue !" se rassura Louise, touchée par la requête de la fillette dont elle connaissait la coquetterie... 

    "Nany, auriez vous l'obligeance de m'appeler soit Adèle, soit Maminou... à votre convenance... Le "madame Adèle"... c'est trop pour moi !!! Nous sommes collègues, Nany, en quelque sorte et je vous estime tant ! Merci"

    "Avec joie, Adèle ! J'en suis très honorée ! Mon prénom est Emmy... !"

    "C'est joli, Emmy !" s'enthousiasma Lou... "C'est vrai, j'avais oublié !"

    - "Hé bien... la demande d'Adèle me réjouit et m'encourage à vous demander à tous d'user de mon prénom, sans le prétentieux "Madame"... "Louise" devra vous convenir, j'y tiens... ! Nous sommes tous membres solidaires, désormais, d'une même Famille et j'en suis vraiment ravie... Jamais je n'ai ressenti autant de bonheur à me retrouver "en Famille"..." déclara doucement Louise, fort émue.

    Un grand vent d'optimisme  passa sur l'assemblée qui retrouva sa gaité coutumière... 

    Mais Louise se sentait mécontente ! Quelque chose la tracassait encore ! Elle n'avait toujours pas réglé le problème épineux d'Agathe et de son bébé... Devait-elle en parler après le diner ou bien convoquer tout le monde à une nouvelle réunion de famille ? Elle regarda Romain.

    Alerté par son regard anxieux, Romain devina que Louise avait un souci majeure qui la tracassait... Louise continuait à l'interroger du regard... Surpris, il tenta de comprendre et soudain, il saisit ! C'était une grosse affaire ! Il se racla la gorge et se lança courageusement, percevant combien c'était difficile pour Louise... 

    - "Je crains que Louise n'ait une révélation à vous faire qui est loin, pour elle, d'être facile à dire et....hmmm....  pour vous de l'entendre... Je vous demande donc d'être très compréhensives" 

    - "Un grand merci, Romain ! Je profite que mes Parents ne soient pas avec nous pour en débattre avant qu'ils n'arrivent demain pour quelques temps... Avez vous la force et le courage de m'écouter ce soir ?..."

    - "Mummy... voulez vous que je m'en aille ?"

    - "Heu... c'est à dire... tu es directement concernée, ma grande Chérie ! Il va te falloir être courageuse et me dire avec franchise ce que tu en penses.... Tu nous as montré combien tu étais mâture, ce soir... Je pense que tu peux parfaitement assumer la situation qui va se présenter à nous tous d'ici peu ...

    Voilà..... En fait.... Ton papa aimait une toute jeune personne, que nous ne connaissons pas encore, qui se nomme Agathe .... et il se trouve qu'elle a accouché depuis peu d'une petite fille, Daisy... Je vous ai raconté que Daddy...... enfin, Damien, m'a parlé à la Maison de repos, mais j'ai omis volontairement ce message qu'il m'a adressé... Il m'a demandé expressément de m'occuper de cette jeune fille sans le sou et de la petite Daisy..... qui logent provisoirement dans une association, qui ne peut les garder indéfiniment... Leur dirigeant m'a téléphoné pour m'en avertir ....... "

    - " Mais... Mummy ? En quoi cela nous regarde t il ?" la coupa vivement Lou, brusquement alertée, angoissée... le coeur en vrac à l'idée que son père... son propre père....  même si elle avait depuis longtemps compris.... la télé, les journaux, les rumeurs à l'école... ses propres intuitions..... et maintenant sa mère..... Non, pas sa mère ! pas sa mère !

    Louis en avait les larmes aux yeux ! Tous les convives baissèrent la tête, ayant parfaitement compris la situation... Nany vola doucement au secours de Louise :

    - "Ma Chérie, votre maman essaie de vous expliquer que la petite Daisy est.... la fille de votre papa... donc votre petite soeur.... Vous savez, les adultes commettent aussi de graves erreurs, ce n'est pas l'apanage des enfants..."

    - "Je ne fais jamais de bêtises, Nany, et vous le savez !" se récria Lou, qui refusait la vérité... De grosses larmes coulèrent sur ses joues blêmes... "

    - "Je suis tellement désolée, ma grande Chérie, tellement désolée pour toi ! Je t'avoue avoir eu beaucoup de peine, moi aussi, à l'annonce de cette nouvelle ! Mais que faire, désormais ? Que faire ? Allons-nous laisser ce petit bébé aux mains de mauvaises personnes ? Je crains fort que ce  ne soit le cas !"

    - "Comment cela, Mummy?"

    - "Agathe et son bébé sont en danger, ma Lou... Un méchant homme, que mon ami Dorian recherche pour le livrer aux autorités judiciaires, veut s'emparer d'elles... C'est un ... proxénète ! Connais-tu ce mot ?"

    - "Bien évidemment, Mummy... Je ne suis plus une enfant ! Cela signifie également que cet homme est dangereux et que nous sommes en danger, n'est ce pas ?"

    Un murmure ébahi secoua l'assemblée... Cette petite comprenait vite ! Louise souffrait atrocement !

    - "J'en ai bien peur, ma Lou ! C'est pourquoi je veux tant que tu soies au courant et participes au débat de ce soir ! J'ai .... beaucoup attendu... et je pense qu'il devient urgent de prendre une décision collective.... L'association ne pourra pas les garder plus longtemps...  Nous sommes tous concernés et toi en premier lieu...."

    - "Vous voulez prendre chez nous cette prostituée et son bébé, Mummy ?" cria douloureusement Lou "Vous ne m'aimez plus ? Croyez vous que je sois assez stupide pour accepter de me retrouver aux côtés d'une pareille engeance ? La catin de mon propre père ? Cette prostituée n'a que ce qu'elle mérite ! Que de drames à cause d'elle, non ??? J'ai perdu mon papa, à cause d'elle... C'est d'une violence inouïe de nous proposer une chose pareille, Mummy ! Je ne vous comprends plus !"

    - "Louuu !" hurla Louise, bouleversée. "Comment osez vous prononcer de telles paroles ?"

    - "Vous m'avez demandé de parler avec franchise, Mummy !" s'insurgea la petite, au bord de la nausée.

    Lou, violemment secouée par les cris de sa mère, se tourna, affolée, vers Nany et Maminou... Nany lui dit tendrement, avec un grand sourire compréhensif :

    - "Ma chère Lou, votre maman ne me semble pas coupable du tout de vous faire part d'un souhait de votre père... Je comprends totalement votre réaction mais je ne l'approuve pas !

    Vous avez trop de noblesse de caractère pour offenser ainsi votre mère !"

    Maminou se leva vivement, fort en colère, et prit la petite dans ses bras en lui affirmant :

    - "Ce sont des affaires de grandes personnes, ma petite Lou, cela ne te regarde en rien ! Tu as raison de te fâcher... Ma petite Lou, ne te mets pas dans des états pareils, tu sais bien à quel point nous t'aimons... Je t'aime si fort, mon petit coeur... Tu es une si merveilleuse petite fille !"

    Brusquement, la petite éclata dans un sanglot bruyant qui tourmenta tout le monde... Louise était pétrifiée, clouée sur sa chaise, ne sachant plus que faire ! Adèle prit la serviette de table de Lou, la mouilla avec  l'eau de la cruche et la passa  sur le visage de la petite qui se pâmait... Louise réussit à se lever, saisit doucement la serviette mouillée des mains d'Adèle. La grand-mère s'effaça devant la mère qui enlaça la petite et lui bassina doucement le visage...

    - "Je suis d'accord avec Maminou, ma petite Chérie, j'ai trop tendance à te considérer comme une adulte... tant tu es éveillée... Pardonne moi, je t'en prie.... Lou, pardonne nous, à ton père et à moi, de te faire autant de mal ! Je suis si désolée, si désolée... "

    La petite s'agrippa au cou de sa mère et se pelotonna contre elle... Subitement, Louise l'embrassa fébrilement sur le visage mouillé de larmes... Les pleurs se calmèrent peu à peu et la fillette, surprise des câlins inhabituels de sa mère, se mit à geindre comme un bébé :

    - "Mummy, Mum chérie... J'ai si mal ! Je l'aime bien, Daddy ! Il me manque beaucoup !  Alors pourquoi nous fait il cela ? Mummy... J'ai si mal ! J'ai peur, Mummy... "

    Nany se dépêcha d'intervenir avant que Lou ne se ramollisse complètement. Il fallait que la petite se reprenne ! Il le fallait ! Elle fit un signe à Louise, surprise, qui,  instinctivement, lui remit la serviette tiède... Nany la refusa gentiment et gendarma énergiquement et fermement la petite : 

    - "Lou, je vous demande de vous ressaisir, s'il vous plaît ! Il n'est pas convenable que vous fassiez l'enfant ainsi... Votre maturité ne vous le permet plus ! Vous savez fort bien combien votre maman vous aime, et nous tous ici aussi ! Alors je vous somme de vous reprendre ! Tenez vous droite sur votre chaise et faites comme nous, assumez cette situation difficile, douloureuse pour tout le monde, surtout pour votre maman ! N'alourdissez pas sa charge, je vous prie ! Vous l'aimez assez pour vous le permettre...

    Redressez vous et réfléchissez au sort de cette pauvre enfant exploitée, maltraitée... et celui de son bébé, qui se retrouvent toutes les deux à la rue, qui ne peuvent compter que sur nous ! Avez vous une idée de ce qu'elles subissent ? Votre père a effectivement gravement fauté et il a parfaitement raison de vouloir nous demander d'y remédier, même si ce n'est pas de notre faute... C'est à la famille d'agir ! 

    Votre égoïsme et votre insensibilité ne vous honorent pas, Lou ! Vous rejetez à la rue, aux mains de vilaines personnes, des petites sans défense... Allez vous le comprendre, à la fin ? Il s'agit de votre petite soeur, Lou... Daisy est votre petite soeur ! Allez vous rejeter votre petite soeur, Lou ?"

    Louise, suffoquée, défaillait et se rattrapa vivement au bras d'Adèle... Tout le monde fut debout, prêt à soutenir la mère et l'enfant... Romain prit une chaise et se précipita à la pousser sous les fesses de Louise qui s'assit lourdement... Un grand silence s'établit, un de ces silences de mort qui étranglent... Nany fit un signe impérieux à tous de reculer et de la laisser faire... 

    - "Ce n'est rien, Louise, n'ayez crainte... Lou est suffisamment adulte pour comprendre la situation dans laquelle vous vous débattez seule depuis si longtemps ! Il est grand temps que vous la partagiez avec nous... Remettez vous, et patientez, Lou a besoin d'un peu de temps... 

    - "Lou, je respecte toujours votre sensibilité, mais ce soir, vous me décevez grandement ! Votre réaction me gêne ... Je comprends votre souffrance, mais celle-ci ne doit pas altérer votre altruisme... C'est indigne de vous ! Êtes-vous prête à y réfléchir ?"

    -"Oui, Nany, je suis désolée ! J'ai ... je ne sais pas ! Je crois que je n'aime pas... cette femme ! Le bébé, oui, mais "Elle" ? C'est une femme de.... mauvais vie, Nany ! J'en ai peur, moi !"

    - "Lou, avez vous compris qu'il s'agissait d'une ... très jeune fille... Peu importe son âge, d'ailleurs ! Nous ne pouvons pas la laisser à la rue, quoiqu'elle ait fait ! Ce serait trop injuste, Lou ! Nous n'avons pas le droit de rejeter l'autre parce qu'il a fauté, que ce soit votre père ou cette enfant !"

    - "Vous avez raison, Nany, je suis désolée ! C'est si difficile ! J'ai très peur d'elle... Et si elle était mauvaise, vraiment mauvaise....?"

    - "Alors, dans ce cas, Lou, nous serions dans l'obligation de faire appel à la Justice et de lui retirer sa petite fille qui, elle, est un petit ange... et ne mérite pas d'être rejetée !

    Je vous promets que nous ne vous laisserons pas aux mains d'une méchante fille ! Il existe des institutions pour les enfants perdus, perturbés... Vous pensez bien que votre mère y a pensé ! Alors, pourquoi ne pas essayer ? Est-ce si difficile à concevoir ? Comment pouvons nous juger cette petite Agathe sans l'avoir vue ? Auriez vous le coeur de la juger ainsi sans la connaître ? A-t-elle eu la chance d'avoir reçue avec amour une bonne éducation comme la vôtre ?"

    - "Puis-je laisser Mummy décider seule, Nany... ?"

    - "Non, Louise-Hortense ! Vous avez un coeur, comme tout le monde, et votre coeur doit vous dicter votre conduite ! Vous seule devez prendre vos propres décisions.... en toute connaissance de cause... Vous n'aurez personne pour vous aider, dans votre vie d'adulte.. Il faut vous résoudre à agir de vous-même dès maintenant ! Vous allez devoir faire face aux étudiantes des grandes écoles très bientôt, et, croyez moi, elles ne seront pas tendres avec vous ! Allez vous être faible ?"

    - "Alors je veux bien ... que nous essayons de recevoir cette.... fille et ma petite soeur.... Je suis ... très ... heureuse pour ma petite soeur... J'ai toujours rêvé d'en avoir une ! " parvint à articuler Louise-Hortense, fort décontenancée... 

    Progressivement, l'idée d'une petite soeur à choyer s'imposa dans son coeur ! Elle sourit à cette pensée... qui la submergea d'émotion et de plaisir... Elles allaient bien s'amuser, toutes les deux ! Elle la protégera ! 

    Louise enlaça de nouveau sa fille et lui murmura tout bas des petits mots d'amour... pendant que Romain et Adèle débarrassaient furtivement la table avec Ida et Elsa...

    Nany les laissa et se retira au salon, en pleurant  silencieusement d'avoir dû bousculer sa petite Lou... Que son métier était ingrat, parfois ! Elle était si seule ! Elle n'entendit pas Lou qui la cherchait et elle sursauta violemment, prise en flagrant délit d'hypersensibilité ! Lou se jeta contre elle et la serra de toutes ses forces... 

    - "Je t'aime fort, ma Nany... " osa murmurer la petite qui voulait se faire pardonner...

    Elle comprenait parfaitement sa gouvernante.... C'était la seule qui raisonnait juste ! Toujours ! Et cela rassurait Lou ! Nany ne plaisantait jamais avec les histoires de conscience.

    Lou pouvait être tranquille, elle savait qu'elle pourra toujours compter sur elle ! En toutes circonstances... Nany était comme un roc !

    D'ailleurs, elle l'avait également perçu dans le regard admiratif de Romain  envers Nany ! Et Romain était le plus grand ami qu'elle n'avait jamais eu... C'était curieux : il raisonnait comme Nany ! Quelque chose les rapprochait mieux que les attitudes et les paroles ! 

    Lou se rappela que Nany était pieuse, même si elle n'en parlait que très peu, obligée qu'elle était de se taire selon les ordres des Parents... Elle l'avait souvent surprise en train de lire sa Bible de poche, pendant qu'elle-même faisait ses devoirs... 

    Elle demandera des explications à Romain... 

    Luciole

    A SUIVRE

     

    Gare à l'eau qui dort n° 48 - Diners de Louise

     Un grand merci à tous mes visiteurs

    17/03/2021 : 

    8 H 44 : 2883 visiteurs et 4640 pages lues

    23 H   :  2953      "          4856        "

    18/03/2021 :

    20 H 30 : 628 visiteurs et 716 pages lues

    20/03/2021 :

    14 H 00 : 1242 visiteurs et 1267 pages lues

    24 H 00 : 1300     "           1344       "

     

     

     

    ROMAN : "Gare à l'eau qui dort" - cliquez sur les phrases ci-dessous 

    1ère Partie : Justine cherche un emploi 
    2ème Partie : Entretien d'embauche entre Damien et Justine 
    3éme Partie :Portrait de Damien MAYER
    4ème Partie : Louise, épouse de Damien
    5ème Partie : Justine, secrétaire de Damien
    6ème Partie : Lou, fille de Louise 1
    7
    ème Partie : Lou, fille de Louise 2 
    8ème Partie : "Le regard magique"
    9ème Partie : l'Empreinte (1)  
    10ème Partie : L'Empreinte (2) 
    11ème Partie : Le Plogging  
    12ème Partie : Les enfants perdus 
    13ème Partie : Quel carburant voiture ?  
    14ème Partie : L'Etang 
    15ème Partie : Lettres anonymes  
    16ème Partie : Dorian le détective privé  
    17ème Partie : Réminiscences  
    18ème Partie ; Filature  
    19ème Partie : Le Poucave  
    20ème Partie : Sous-marin (camion de filature) et pinholes (caméras minuscules)  
    21ème Partie :Dignité bafouée  
    22ème Partie : La Charité fraternelle  
    23ème Partie : "Le Constat d'adultère"  
    24ème Partie : La "road rage" à 200 km à l'heure  
    25ème Partie : Le fouille merde  
    26ème Partie ; Le Daron engraine  
    27ème Partie : Choc émotionnel  
    28ème Partie : Prodigieuse Lumière  
    29ème Partie : Inspecteur Stan Faure  
    30ème Partie : Etrange entretien 
    31ème Partie : Révélations fracassantes de Dorian  
    32ème Partie Adèle coupable ?  
    33ème Partie : Enjeux autour d'un bébé  
    34ème Partie : Duo de choc Louise et Justine  
    35ème Partie : Coma Damien  
    36ème Partie : Réveil Damien  
    37ème Partie : Les trois mousquetaires  
    38ème Partie : Une famille encombrante  
    39ème Partie : La tornade blanche  
    40ème Partie : Mutique imposture  
    41ème Partie - Le bon curé 
    42ème Partie - Le bon curé suite  
    43ème Partie : Révélations fracassantes  
    44ème Partie : Les prisons de l'âme  
     45ème Partie : l'Assemblée Générale Extraordinaire  
    46ème Partie : Mort de Damien  
    47ème Partie : Baiser d'outre-tombe  
    48ème Partie : Diners de Louise  
    49ème Partie : Jour de traîne-misère  
     50ème Partie : Eve ou Lilith ?  
    51ème Partie - Self contrôle  
    52ème Partie - La Maison d'accueil  
    53ème Partie - Les secrets d'Agathe  
    54ème Partie - Le Château de Louise  
    55ème Partie - La Chambre d'Agathe    
    56ème Partie : "Oh que c'est sublime  
    57ème Partie : Toubib 
    58ème Partie : La violence des Mots ! 
    59ème Partie : Madame est servie ! 
    60ème Partie : Querelles de préséance ! 
    61ème Partie : Lou et Agathe amies ? 
    62ème Partie : La Fosse aux Lions 
     63ème Partie : Si le Loup y était. 
    64éme Partie : Le coup de foudre !
    65ème Partie : La maison de Pierre et de Suzy 
    66éme Partie : Péché de gourmandise 
    67éme Partie : Frontières sociales ! 
    68ème Partie : Une journée mémorable ! 
    69ème Partie : Retrouvailles
    70ème Partie : Vie nouvelle en Août
    71ème Partie : Les filets du Roman
    72ème Partie : Requiem
    73ème Partie : Bas les Masques !
    74ème Partie : Les Noces de L'Epoux !
    75ème Partie : Nombre affolant de zéros !
    76ème Partie : La vie continue 
    77ème Partie : Etrange pouvoir des mots !
    78ème Partie : Lou : la Pension !
    79ème Partie : Barbe noire
    80ème Partie ! La Morale et Lou ! 
    81ème Partie : Lou et sa Ferrarri !
    82ème Partie : Soleil couchant !
    83ème Partie : Le Roi déchu !
    84ème Partie : La Parisienne
    85ème Partie : Le Pragmatisme ! 
    86ème Partie : Le Cri !
    87ème Partie : Sidération
    88ème Partie : La bonne place
    89ème Partie : L Maison connectée de Lou
    90ème Partie : Sauvons le monde !
    91ème Partie : Coup de théâtre !
    92ème Partie : Le nouveau monde 
    93ème Partie : Un monde à l'envers !
    94ème Partie : Des petits riens délicieux !

     

     

    « Gare à l'eau qui dort n° 47 - Baiser d'outre-tombeGare à l'eau qui dort n° 49 - Jour de traîne-misère »

    Tags Tags : , , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    11
    Mardi 30 Mars 2021 à 14:04

    Tu es une vraie romancière chère Luciole. Je n'ai pas encore tout lu (je viens de récupérer une connexion internet) mais je le ferai. A quand l'édition papier ? 

     

      • Mardi 30 Mars 2021 à 14:25

        Coucou Lavallière
        Un grand merci, j'aimerais bien l'être, en effet ! Pour l'édition, le roman n'étant toujours pas terminé, on verra bien ??? Je ne suis pas très disponible, en fait, pour pouvoir faire la promotion de mon livre .... ça doit demander bcp de temps et de travail ??? 

        Je t'embrasse de tout coeur,

        A plus

    10
    Dimanche 21 Mars 2021 à 17:36

    Que la vie est difficile parfois ! Mais  je pense que tout va s'arranger, je l'espère...J'ai lu ce nouvel épisode avec beaucoup d'intérêt....

    9
    Vendredi 19 Mars 2021 à 14:54

    C'est une grande famille, mais je la sens fatigante ! il y a toujours des conflits, on ne peut pas passer outre. Merci pour ce long épisode. Bon week end et bises.

    8
    Jeudi 18 Mars 2021 à 13:41

    Pas facile en effet d'avoir le courage d'accéder à la demande d'un mari parti rejoindre l'au - delà , l'altruisme exigé se heurte à une blessure profonde , et avoir tous les jours à la faire revivre ce n'est pas évident . Je comprends la réaction de Lou toute en interrogation et stupéfaction devant cette requête .

    Toujours aussi passionnant tes écrits 

    Bonne journée 

    Bises 

    7
    Mercredi 17 Mars 2021 à 15:15
    DANIEL

    La maison va s'agrandir !! 

    6
    Mercredi 17 Mars 2021 à 11:59

    J'admire Louise, aurais-je eu son courage  si cela avait été le cas, de recevoir "l'amie et le bébé de mon mari" ?

    C'est dur dur pour une femme !

    Bisous

    5
    Eglantine-Lilas
    Mercredi 17 Mars 2021 à 09:23
    Eglantine-Lilas

    smile alors voilà, lorsque j'avais cette belle table je voulais te demander de m'inviter mais tout compte fait en lisant ton récit, je crois que je vais rester chez moi lol... cette famille me semble un peu trop compliquée à vivre pour moi. yesyes je préfère les diners plus intimes ...

    bisous

    4
    Mercredi 17 Mars 2021 à 09:17

    Tout allait si bien, et patatras, après les restrictions budgétaire, l'obligation morale de s'occuper d'Agathe et de Daisy !

    Bises et bon mercredi Luciole

    3
    Mercredi 17 Mars 2021 à 04:59
    On croit que tout va mieux et cela repart. Du suspens, j'aime. Bisous
    2
    Mercredi 17 Mars 2021 à 00:27
    colettedc

    Bonjour Luciole,

    Superbe, cette page !!! Lue avec un grand intérêt ! Mille et un bravos !

    Bon et doux mercredi,

    Gros bisous

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :