• L'HORRIBLE BASILIC 1ère partie

     

     

    Guillaume de Machaut

    https://fr.wikipedia.org/wiki/Guillaume_de_Machaut

     

    Ballade  "Une vipère réside dans le coeur de ma Dame" (14ès) où l'on parle du "Basilic"

    "Une vipère réside dans le coeur de ma Dame
    Qui étouffe son oreille de sa queue
    Pour qu'elle n'entende pas mes lamentations
    Voila, rien de plus, ce qui la tient aux aguets tout le jours
    Et, dans ma bouche, ne se repose jamais
    Le scorpion qui blesse mon coeur à mort
    Son doux regard abrite un BASILIC

    Tous trois m'ont tué, mais elle : que Dieu la garde !

     

     

    L'HORRIBLE BASILIC

     

    Cliquez sur l'image

     

    DEFI N° 226 des Croqueurs de mots

    Du lundi 11 novembre 2019

     

    Bien à l’abri dans sa cachette Josette nous demande d’écrire un « bestiaire fantastique »

    En vers ou en prose ayant pour sujet un être, un animal

    (Sirène, ondin,Licorne, dragon…) sorti de votre imagination.

     

    Nouvelle

     

    L'HORRIBLE BASILIC

     

    1ère Partie 

     

    Victor, un journaliste scientifique, rédigeait tranquillement un article pour son magazine quand vibra son téléphone portable... C'était "le Vieux" !

    Le visage sympathique de Victor, Homme cultivé et sportif que l'on disait fort séduisant et désinvolte se plissa de mécontentement... "Le Vieux" n'avait pas bonne réputation ... D'un caractère atrabilaire, ses foudroyantes et imprévisibles colères le rendaient particulièrement antipathique aux yeux de ses employés.

     

    "Une chose incompréhensible vient de se produire, qui dépasse l'imagination. Dans mon bureau tout de suite !" aboya le Patron de l'Agence.

     

    En soupirant, Victor ramassa ses papiers, les enfouit dans une chemise, et enferma le tout dans un tiroir... Prit tranquillement la clé qu'il cacha dans son coin secret... Attrapa au vol son portable et s'en alla d'un pas rapide vers le bureau du Boss, à l'autre bout du couloir... 

     

    Le Patron était d'une humeur massacrante ! Il triturait les feuilles d'un dossier en mâchonnant son éternel cigare rarement allumé, à cause de ses poumons malades... Il exhalait une forte odeur de transpiration, un lourd parfum de luxe sentant le tabac froid ; ses mains tremblotaient en permanence, trahissant une nervosité survoltée.... 

     

    "Nous sommes en plein Moyen Âge" déclara l'asthmatique de sa voix sifflante... Les Hommes jouent avec les rumeurs les plus folles... et naturellement les médias s'en font l'écho ! 

    Il semblerait qu'une Bête mythique ferait son retour... Au 21ès, on croît encore à ces sornettes... et le mystère s'épaissit ! Ce genre de créatures, entre l'Homme et l'animal le plus souvent, apparaissent et disparaissent régulièrement au fil des siècles partout dans le monde... et voilà que cela tombe par chez nous .... 


    "Bref, les rumeurs les plus fantaisistes circulent... Abracadabrante histoire ! Il paraîtrait que cette Bête serait un signe qui révélerait tout simplement l'Homme dans tous ces comportements .... Que ce Monstre serait la synthèse des travers humains.... blablabla, blablabla....

    Qu'un démiurge prométhéen aurait fabriqué ce Monstre en manipulant les gènes et les hormones pour modifier les animaux... 

    Que l'Apocalypse serait à nos portes.... Voyez le genre ! 

    Bien ! Votre travail consiste à élucider cette énigme, d'éliminer toutes les affabulations, d'y trouver éventuellement une origine scientifique..., et de vous collez dans les traces de cette fichue bestiole.... 

    Allez, je ne vous retiens pas ! Portez vous le plus rapidement possible vers le Square St Martin dans lequel se trouve le Théâtre de Guignol...Il y aurait  plein de monde à cette heure ci.... et du grabuge... N'oubliez pas de tout enregistrer... Portez une caméra cachée.... 

    Tenez moi au courant !"

     

    "Hé, Victor, pas de zèle intempestif : j'ai une conscience moi aussi !"

    Touché, le Victor ! Remué même ! Bien la première fois que le Patron lui parlait ainsi ! 

     

    Par les baies vitrées de son bureau, Victor contempla le fabuleux panorama de la petite ville de Provence et chercha à localiser le Parc en question ??? La chaleur printanière commençait déjà à peser... Ça promettait un été brûlant ! 

     

    En quelques longues minutes, il atteignit les environs décentrés du Parc St Martin, en pleine Cité non loin de la forêt : quel choc !

    Des voitures de police, toutes sirènes hurlantes, roulant à vive allure, suivies de nombreuses ambulances, obligeaient tous les véhicules à se rabattre sur les parkings encore libres le long des trottoirs pour les laisser passer...

    Des policiers au bout de l'avenue refoulaient les véhicules en les répartissant dans les rues adjacentes... Là, d'autres policiers, à grands coups de sifflets, les renvoyaient d'où ils venaient .... Une pagaille d'enfer ! 

     

    Victor pesta ! Devant lui, une silhouette familière attira son attention... Profondément soulagé, il gara sa voiture et s'avança vers le policier en lui brandissant sa carte de presse... 

    "Hé té, Victor !"

    "Avé, Castor (surnommé ainsi parce que ce fada de pêche aimait faire quelques barrages sur les cours d'eau pour assurer ses prises .. qu'il retirait consciencieusement une fois son seau rempli de poissons)... Que se passe t-il donc ? 

     

    "Oh pôvre ! c'est épouvantable" lui hurla le policier, blême et les traits tirés, par dessus le vacarme.... On n'y comprend rien ! Il ne reste plus rien du Parc et de tous les promeneurs... et de tant d'enfants... Pense donc, c'était la sortie des classes ! Par ce beau temps, ils étaient en grand nombre éparpillés dans le Parc à jeux !

    Va voir, va voir.... mais je te préviens, c'est l'Horreur totale  là-bas !

     

    Une odeur épouvantable prenait à la gorge !

    Victor se mit à courir et déboula  devant le café grand moderne bondé d'une foule des grands jours, clinquant de toutes ses couleurs vives, qui mangeait tout le coin de l'intersection et faisait face au Parc...

    Il suffisait de traverser la rue perpendiculaire à celle empruntée par Victor pour accéder à ce magnifique espace vert.... Normalement !!!

    Médusé, Victor stoppa net ! Derrière la barrière de policiers et d'officiels, tous portant un masque sur leur visage,........ plus de Parc !

     

     

     

    La gigantesque zone arborée, fleurie, aux allées sablonneuses sur-fréquentées, surtout aux jours d'affluence : les Mercredis et les Dimanches....

    agrémentée de bancs, de pièces d'eau où s'ébattaient canards et autres volatiles, de petites cryptes croulant sous la verdure et parc à jeux, son célèbre monument aux morts et sa buvette... 

    lieu incontournable de retrouvailles familiales, de footing...  véritable bulle d'oxygène au coeur d'une immense Cité populaire bétonnée....  ...

    était mystérieusement détruite.... volatilisée... dévastée.... Brûlée.... 

     

    Une sorte de brume grise et des fumées âcres, si malodorantes que Victor dut se plaquer un mouchoir sur son nez et sa bouche, s'élevaient de la Zone calcinée recouverte d'une épaisse couche de poussières.... 

     

    On empêcha Victor, visiblement très choqué, de plonger la main dans la poussière.... "Hautement toxique", lui cria t-on !"

    On lui passa un masque de circonstance pour se protéger des vapeurs toxiques.... Tous les yeux larmoyaient et l'on toussait à s'arracher la gorge.... La peau découverte piquait affreusement... 

     

    Victor avait la nausée ! Ce qu'il voyait le glaçait : "un désert de poussière fumant et grisâtre ! Une odeur pestilentielle corrompant l'air ! Aucun survivant" enregistra t-il avec peine... 

     

    "En quelques minutes, la totalité de la Zone fut réduite en poussière" expliqua un gendarme éploré..."Mon enfant aurait pu y être aujourd'hui avec ses camarades, soudain décédés aujourd'hui, si sa nounou n'avait pas eu la flemme... la brave femme !"

    De grosses larmes allèrent se perdre dans son masque... 

     

    "Mais où sont les corps" s'écria Victor qui, pour une fois, avait du mal à réaliser.

    "Là !" lui répondit laconiquement le brave policier qui se mit à sangloter, en montrant de son index l'étendue poussiéreuse.... 

    Victor, ému, lui tapota le dos et alla rejoindre les policiers regroupés sur le trottoir du café en leur présentant sa carte.... 

    "Des témoins ?" espéra t-il

    "Dans le café, une bonne dizaine... Ils étaient attablés dans le café, derrière la grande baie... 

     

    Il se précipita dans le café, si illuminé que c'était comme une injure à la catastrophe d'en face.... 

    Une bonne dizaine de personnes, hébétées, silencieuses, tassées sur les chaises et les banquettes, attendaient le feu vert pour déguerpir au plus vite. Des infirmiers et infirmières naviguaient entre eux pour leur porter secours....

     

     

    Une grand mère affreusement blanche se balançait d'avant en arrière en tremblant violemment, une couverture jetée sur elle... Elle serinait une sorte de complainte : "la Bête, la Bête, la Bête....."

    "Quelle Bête ?" lui demanda Victor, pris de compassion

     

    Un vieux monsieur, sans doute son mari ou son compagnon, se tourna vers Victor, la figure déformée par l'épouvante :

    "Une Bête monstrueuse, une Bête diabolique... Je n'ai jamais vu une Horreur pareille... De toute ma vie, Monsieur.... "

     

    Une petite fille aux grands yeux anormalement fiévreux se faufila auprès de Victor et lui tira la manche... en lui criant d'une voix suraigüe :

    "c'est comme un dragon, mais c'est pas un dragon! Je sais, j'ai des livres sur les dragons.... La Grosse Bête, elle a des yeux jaunes qui tuent les gens, Y bougent plus ! Y sont comme Mowgli avec le serpent Kaa... Pareil ! Et pis elle crache du gaz qui tue et pffffuit,  pus personne, pus rien... Les gens y brûlent tous et les fleurs et les arbres ... et même les grosses pierres... J'ai eu très peur, M'sieur et ma mamie aussi... elle est pas bien !"

     

    "Tu peux me la décrire, la Bête qui n'est pas un dragon, mon petit ?" s'enquit doucement Victor

    "Ben, elle pue très fort et elle pue d'la gueule ! Pis elle est toute verte et comme violette... sais pas bien dire... avec des taches toutes blanches sur sa drôle de tête de coq... "

     

    "C'est des temps de misère, M'sieur" psalmodiait la mamie... "Des temps de misère qui arrivent.... C'est le diable qui s'est jeté sur not'pôv'terre... c'est une Bête infernale.. malfaisante... "

     

    Un jeune homme en survêtement gris, encapuchonné, interpella nerveusement Victor :

    "Je l'ai vu... Elle fait bien ses deux mètres de hauteur, p't'être même plus  ? Une Bête immonde qui pue horriblement... C'est comme mi-cop et mi-reptile, la p'tite a raison ! ...."

     

    "Fichtre !"  s'exclama Victor

     

    "C'est exact, Monsieur !" déclara posément une femme au teint blafard couperosé, qui tremblait convulsivement sous sa couverture...

    C'est vraiment comme un corps de coq recouvert d'écailles ou de plumes écailleuses jaunes, noires et violacées ou vertes, avec des ailes de chauve-souris épaisses se terminant par des épines recourbées... Une longue queue de reptile bien trois mètres de long recouvertes d'écailles vertes avec comme un éperon au bout... Elle frappait les gens avec cette épine et ils mourraient de suite... 

    La Bête a une tête, un cou, le corps et les pattes d'un coq.. avec un bec énorme recourbé...

    Sa peau suinte d'un quelque chose de gluant qui coule et qui sent très mauvais...

    Elle crache sans cesse des sortes de jets de vapeur sans doute acides, je pense, qui pulvérisent les gens... je ne sais pas comment dire...

    Ses yeux jaunes sont affreux, comme les yeux d'un démon, et paralysent les gens qui les regardent... ça c'est certain ! car ils ne bougent plus et se laissent faire ! 

    Et elle crache, elle crache cette sorte de brouillard pestilentiel apparemment venimeux et acide, qui asphyxie, brûle et consume de suite ... Tout disparaît dans ce brouillard... Il désertifie tout sur son passage... Même les pierres !

    J'ai eu l'impression que le poison ou le venin ou l'acide ou je ne sais quoi est si violent qu'il passe même à travers les pierres et les dissout... 

    Une vision infernale, Monsieur, infernale !"

     

    "Infernale, oui, infernale" répéta la mamie qui avait cessé son mouvement de balancier... "Il faudra lutter pour rester vivant, M'sieur... not'monde va s'écrouler, c'est sûr ! Elle va tout détruire !"

    Epuisée, elle se tut brusquement !

    Elle se trouva mal, et son pouls se ralentit d'une façon dramatique... Les infirmiers la couchèrent sur une banquette et appelèrent une ambulance...

    On l'emmena à l'Hôpital sur un brancard, mais un infirmier déclara à Victor en chuchotant "qu'elle avait passé !"... Comme si il était urgent de clore sa vie... et de quitter cette terre maudite.... 

     

    Cette nouvelle jeta un froid terrible ! Les rescapés, profondément choqués, n'arrivaient plus à contrôler leurs émotions et leur stress ! On dut évacuer le Bar et tous se retrouvèrent embarqués par les ambulances.... 

     

    Sauf un vieillard décharné, sans âge, qui s'était planqué dans l'arrière boutique d'articles touristiques du Bar... 

     

    Il trottina vers Victor et lui cracha avec forces postillons : "C'est un Cocatrix !

    Mes grands parents m'en parlaient sans cesse... Ils voulaient m'effrayer avec ça, pour m'obliger à m' tenir tranquille chez eux ! 

    Il est revenu ! Pour sûr, il est bien vivant ! Y'en avait des tas, autrefois ! Ils avaient déjà dévasté le village... Çui-là a traversé les âges... C'est une sale race... C'est y pas possible, c'est y pas possible ! 

    Mes "Vieux" m'parlaient d'un truc pour le réduire à néant, mais y m'faudrait m'dégourdir les pensées : y'a tout qui fout le camp, maint'nant ! ... sais plus !"

     

    Les choses n'étaient pas simples ! et les complications administratives n'allaient rien arranger...  Victor était secoué par des émotions contradictoires... 

     

    "Pensez vous que nous avons affaire à une sorte de robot, ou à une machine effrayante faite de mains d'hommes ? demanda t-il au Patron du Bar...

     

    Le petit vieux tout malingre en tremblait de colère... "Non mais, c't'idée ! C'est bien vivant, bien vivant !"

     

    "Il a raison, le Papé ! c'est bien vivant, pour sûr !" confirma le Patron du Bar....

     

    L'HORRIBLE BASILIC

     

    Le Basilic ou Cocatrix ou Basilicoq 

    Luciole

     

    A SUIVRE  

     

     

    Le 11/11/2019 : 170 visiteurs et 1 700 pages lues

    « Le Transhumanisme vu par le Dr Nozman L'HORRIBLE BASILIC - 2ème partie »
    Pin It

    Tags Tags : , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    25
    Eglantine lilas
    Samedi 16 Novembre à 09:28

    happy e bé dis donc,  elle n'est pas sympathique ta bestiole ! Ce n'est pas pour rien qu'elle s'appelle Basilic? Tu sais certainement que chez les anciens, anciens, il symbolisait la haine et le malheur...ça a changé depuis yes  ( http://mere-grand.over-blog.com/article-33998810.html)

    bisous

    24
    Mardi 12 Novembre à 20:17

    Coucou Luciole, bravo ! Tu nous happes dans l'histoire ! Du fantastique pur et dur mais je ne peux m'empêcher de penser au nuage toxique de Rouen ... Gros bisous.

      • Mardi 12 Novembre à 21:12

        Hé ... moi aussi ! La Bête monstrueuse n'est pas toujours celle que l'on croit ! Les forfaitures des hommes dépassent l'imaginaire.... 

        Merci Hélène et bonne soirée

        Bisous

    23
    Anne
    Mardi 12 Novembre à 19:54

    Un style de conteuse, du suspense, une histoire fantastique ! Tu as su éveiller notre curiosité. Bravo pour cet exercice !

      • Mardi 12 Novembre à 21:07

        Merci bcp Anne... Une fois partie sur ce thème, rien ne m'a plus arrêté... 

        Bisous

    22
    Mardi 12 Novembre à 17:34
    Josette

    Opus quelle sale bête que voilà j'attends la suite et j'espère que le vieux monsieur retrouvera un cahier avec la recette pour sauver le village...et la région !

    Merci pour cette nouvelle

    Bisous

      • Mardi 12 Novembre à 18:25

        Ben, heureusement que Victor sait manier tous les rouages d'Internet... Il y trouvera la réponse !

        Merci Josette et merci surtout de ton thème qui, sur le coup, m'a bien plantée !

        Gros bisous

    21
    Mardi 12 Novembre à 14:02

    Whaouh , je ne connaissais pas le cocatrix , brr je n'aimerais pas me trouver sur son chemin, même avec une belette dans la main ! C'est passionnant ton histoire , je suis curieuse de savoir comment va se débrouiller Victor  pour faire son article  et si l'horrible basilic va continuer à sévir . Bref j'attends avec impatience la suite ! 

    Bonne journée 

    Bises  

      • Mardi 12 Novembre à 18:23

        La suite est à l'avenant de cet article... he... On ne se débarrasse pas rapidement d'une Bête mythique .... 

        Merci Gisèle et à bientôt

        Bisous

    20
    Mardi 12 Novembre à 09:08

    C'est un animal horrible   que tu nous présentes là ! Un vrai cauchemar. Le mystère reste entier.J'espère que Victor sera à la hauteur pour résoudre cette énigme.

    Bonne semaine

      • Mardi 12 Novembre à 18:21

        Là, je crois bien que Victor aura besoin de se documenter.... et de faire confiance aux remèdes de "bonnes femmes" !

        Merci Fanfan 

        Bisous

    19
    Mardi 12 Novembre à 02:09
    colettedc

    Certainement, que je vais te suivre, chère Luciole ! C'est vraiment super ton histoire mais on l'♥ loin de nous, hein cette bête !!! 

    Bon mardi,

    Gros bisous♥

      • Mardi 12 Novembre à 18:20

        Merci bcp chère Colette... je suis très touchée...

        Heu, moi aussi ! loinnnn ! 

        A bientôt et gros bisous

    18
    Lundi 11 Novembre à 17:59

    bises et bonne soirée. 

      • Lundi 11 Novembre à 18:05

        De même, Durgalola et merci de ta visite

    17
    Lundi 11 Novembre à 15:57
    daniel

    Effrayant !! J'espère bien ne jamais la rencontrer !

      • Lundi 11 Novembre à 16:05

        yes ! Moi itou !  he

        Bises Daniel et merci

    16
    Lundi 11 Novembre à 13:34
    J'ai aimé te lire mais j'attends la suite pour m'exprimer plus. Bisous
      • Lundi 11 Novembre à 13:56

        Le thème, qui m'a surprise de prime abord, m'a tellement passionnée ensuite que j'en ai fait une Nouvelle.... 

        Alors à plus

        Merci Martine

        Bisous

    15
    Lundi 11 Novembre à 12:16

    Superbe ton histoire de basilic!

    Nous espérons tous qu'elle ne reviendra pas cette horrible bête!

    Bises et belle journée

      • Lundi 11 Novembre à 14:02

        Trop contente chère Livia et merci infiniment

        Ah ça : la suite le dira... Mais c'est coriace, ces Bêtes revenues des Enfers

        Vais vite faire mon ménage 

        A bientôt donc

        Bisous

    14
    Lundi 11 Novembre à 08:50

    Pour ma reprise de blog, tu viens de nous servir une savoureuse histoire qui appelle une suite J'adore Luciole Bises et bon début de semaine

      • Lundi 11 Novembre à 14:00

        Ah chouette alors ! suis ravie, ma chère Zaza ! vais faire mon ménage (urgent) et reviens vite te lire sur ton blog

        Bcp de bisous et à bientôt

    13
    Lundi 11 Novembre à 08:39

    Brrrr ça fait froid dans le dos... même en histoire... on te suit, beau lundi Luciole, bises

      • Lundi 11 Novembre à 13:59

        Coucou Jill Bill

        J'espère bien : c'était escompté ! Merci bcp Jill et à bientôt... Un peu de ménage (en retard du fait de cette Nouvelle !) m'attend et je reviens vite vous lire toutes... 

        Bisous tout contents

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :