• LA RONDE DES BRINS D'HERBE : "Le Brouillard"

     Piotr Illich Tchaikovsky - "Octobre: Chant d'automne"

     

    LA RONDE DES BRINS D'HERBE Automne 2017

    DEFI N°87 avec ADAMANTE

    (cliquez)

     

    LA RONDE DES BRINS D'HERBE : "Le Brouillard"

     

    3ème Jour : "LE BROUILLARD"

     

    Durant la nuit, le ciel était tombé sur la terre.

    L’incertitude grise d’un brouillard épais nivelle toutes choses et les noie dans un silence lourd et pesant.

    La brume musèle le soleil… Seule une trace de jour tremblote dans la grisaille.

    La terre boit l’eau du ciel avec avidité.

    Perdue dans cet air matinal confiné, j’avance comme une étrangère dans mon Jardin, le corps revigoré par la soudaine fraîcheur.

    Comme le monde ne cesse de tisser autour des Humains ses réseaux, le lierre lance ses bras fantomatiques dans l’infini gazeux, au dehors et au-dedans de la Terre nourricière…

    Une araignée a tricoté le temps en une dentelle légère, comme une parure de diamants, entre les bras ligneux du lierre, sur le passage des insectes butineurs..

    Le brouillard transforme la toile en piège à eau. Eau et toile s’entremêlent !

    Dans un étrange clivage entre monde de soie et monde à soi, me revient brusquement la sage réflexion lue de Pierre Rabhi que j’apprécie beaucoup :

    « L’Homme se trouve actuellement dans une série d’incarcérations. De la maternité à l’université, on est enfermé. Du bureau, on passe au « bahut ». Tout le monde travaille dans des « petites » ou « grandes » boites. Pour aller s’amuser, on va « en boite » avec « sa caisse ». Et puis, vous avez la boite où l’on stocke les vieux…. En attendant la dernière boite…. Existe-t-il une vie AVANT la mort ? »

    « Nous ne quittons jamais le parc du bébé » suggère Idriss Aberkane. « Nous en créons d’autres, intellectuels, politiques… auxquels nous cédons notre volonté » (magnifique livre « le Cerveau »)

     "Ne pas trop se prendre la tête" traduiraient les jeunes. "Avoir une vie familiale bien remplie, agréable, un compte épargne et quelques loisirs si possible... et voilà tout !"

    Tant il est vrai que se « faire une place » dans le monde actuel est rude. Chacun s’accroche désespérément à celle qu’on a, quelque soit le prix ! Sommes-nous libres ou bien conformes au moule du monde ?

    On risque fort d'y perdre son identité !

    "Faire sa place", selon l'orientation désirée par les parents ? Celle conseillée, plus ou moins subie, du cursus scolaire ? l'opportunité d'un job alimentaire ?

    Le véritable défi des jeunes d'aujourd'hui n'est plus tant de "réussir sa vie" que de "gagner sa vie"... dans une perspective de vie professionnelle chaotique, de plus en plus flexible... où performance, compétition et comparaison peuvent vite se transformer en un véritable piège...

    Peut-on trouver "sa petite musique intérieure", celle qui permet de servir de boussole, dans de telles conditions ?

    Les sourires mensongers conduisent le monde aveugle....

    Le presque visible, l’apparente réalité diluée que révèle le brouillard s’ordonnent selon le regard et la rêverie angoissés d’une grand-mère qui crie dans le silence ouaté.

    Seuls les Brins d’Herbe, sous la magnifique rosace aérienne où se cristallisent l’eau en suspension de l’air, se redressent tout joyeux, ivres de la vie bue sur le fil fragile du temps….

     Dans l’absence du jour demeure une lueur ! 

     

    LA RONDE DES BRINS D'HERBE : "Le Brouillard"

     

     

     

    LA RONDE DES BRINS D'HERBE : "Le Brouillard"

     

    Le travail des Jeunes :

     Dans le monde :

    Le taux de chômage augmente dans le monde . L'Organisation Internationale du Travail, dans son rapport annuel sur les 15-24 ans, montre l'augmentation du nombre de jeunes en situation de pauvreté extrême, malgré le fait qu'ils travaillent. Dans les pays émergents essentiellement. Ils seraient 156 millions dans ce cas.

    http://www.emploiparlonsnet.pole-emploi.org/international/le-chomage-des-jeunes-augmente-dans-le-monde

     

    En France :

    Une étude très parlante du Journal "Le Monde" illustre mes propos . A lire car très instructive....

    http://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2017/09/22/temps-de-travail-chomage-precarite-ce-qui-a-change-en-une-generation_5189897_4355770.html

    J'aime bcp son va et vient entre les générations 1980 et celles de 2016-17.

     

    La situation des Jeunes en France est très inquiétante sur le marché du Travail.

    • Avec un taux d'activité faible
    • Et un "sur-chômage" persistant

    L'insertion professionnelle est plus compliquée en France qu'ailleurs en Europe.

    Le taux de chômage des jeunes est de 24% en 2016 pour les moins de 25 ans, soit la 5è position sur 16 pays après la Grèce, l'Espagne, l'Italie et le Portugal... mais loin devant l'Allemagne, le Royaume-Uni ou les Pays-Bas.

    Le "sur-chômage" des jeunes est élevé au moment de leur entrée sur le marché du travail

    • qui persiste pdt plus d'une dizaine d'années après leur entrée sur le marché du travail
    • et 35% sont en contrat temporaire

     

    En France, la conjoncture du marché du travail est globalement dégradée.

    • cumuls des difficultés constituant de multiples barrières à l'entrée : compétences de base, mobilité, santé, logement, maîtrise du numérique... etc
    • (Agence France Presse Hélène Garnier directrice du Dpt Travail à France Stratège)

     

     

    « LA RONDE DES BRINS D'HERBE : "les bruits du monde"LA RONDE DES BRINS D'HERBE : "Métamorphoses" »

    Tags Tags : , , , , , ,
  • Commentaires

    6
    Dimanche 29 Octobre à 15:17
    Marenostrum

    tu sais trèsbien décrire la beauté de  lanature et le désarroi de notre société.  Nous sommes à une époque charnière où toutes les valeurs sont remises en cause. Technologie et didacture de la finance sont les principaux acteurs de cette défaite!

    Bises

    5
    Dimanche 29 Octobre à 08:30

    la vie devient de plus en plus difficile je trouve, ma petite fille qui était très brillante a baissé les bras après deux ans de fac, elle a réalisé son service civique dans "le collectif des morts de la rue", cela l'a profondément marquée et elle se retrouve devant un monde vide qui rend les gens vides s'ils n'ont pas un projet d'avenir, une bulle dans le brouillard, l'image est jolie, c'est désespérant pour sa famille qui avait un tel espoir en elle. Je crains beaucoup pour son petit frère qui un tout comme elle un enfant adorable, mais quel avenir lui réservons nous, il n'y a que les requins de la finance qui réussissent, les affreux de l'agro alimentaire, ou les labo pharmaceutiques qui nous vendent leurs cochonneries en se remplissant les poches alors que comme le dit si bien Pierre Rabhi, l'avenir est sans doute dans la décroissance heureuse mais ça combien peuvent l'entendre? Quand je vois ce que les gens exigent maintenant quand ils achètent une maison! J'essaie  vainement de vendre la maison de ma mère qui  aurait il y a quelques années ravit bien des acheteurs, mais maintenant , les gens ne veulent plus de mitoyenneté, une jolie vue, un grand terrain ( 300 m2, c'est pas assez) pas d'étages même si les chambres font 30 m2, c'est tout juste s'ils ne veulent pas une piscine alors qu'ils n'ont que quelques euros en banque!! Franchement je ne sais plus que penser!

    bises et bon dimanche

    4
    Dimanche 29 Octobre à 02:18
    colettedc

    Comme ces brins d'herbes redressons-nous «itou» on a fait ce qu'on a pu. Avançons oui, sans trop nous prendre la tête en nous disant que le meilleur est à venir car, il est, ce meillieur,ce  que nous en ferons. Une bien belle page, Luciole ! Bon dimanche ! Bises♥

    3
    Samedi 28 Octobre à 08:59

    De quoi sommes nous ivres aujourd'hui, soif argentée pour tout se payer, qu'importe à raison ou à tort, l'essentiel... bon pour un moine !!! Et la vie devenue trop chère... même avec ses progrès est-ce un rêve.... pas pour tous, hélas.... bises, jill

    2
    Samedi 28 Octobre à 08:18
    marine D

    Etre une bulle, n'être rien je l'ai mis en poème, un jour... "Tu n'es qu'une bulle tu n'es rien", j'avais pris cette phrase en pleine face,  car après la pluie vient le beau temps, vient le sourire, vient l'oubli, la dérision,  mais à la fin la rosée du chemin disparait, qu'en reste-t-il ?
    Bises Luciole merci pour cette belle page

    1
    Samedi 28 Octobre à 07:47

    ....la vie est à prendre comme elle vient, c'est là le constat que j'en fais , arrivée à un certain âge. Impossible de revenir en arrière pour y changer quoi que ce soit, seulement s'en servir pour ne plus revivre certains évènements. Cela s'appelle peut-être l'expérience?

    La jeunesse actuelle n'a pas les mêmes besoins, les mêmes envies que nous avions à la même période, souhaitons-lui de connaître des tas de "p'tits bonheurs" au quotidien!

    Bon w-end!

    Bises de Mireille du sablon

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :