• LE BOURDON TERRESTRE

     

    LE BOURDON TERRESTRE

    LE BOURDON TERRESTRE

     

    LE BOURDON TERRESTRE

    Photo de mon mari Bernard d'un bourdon terrestre sur un romarin en fleurs chez nous

     

    LE BOURDON TERRESTRE

    photo prise par mon mari Bernard sur un romarin chez nous
    Les Bourdons terrestres ont le béguin pour la couleur bleue ou violette

    Remarquez son "cul blanc" !

     

    Le Bourdon terrestre fait partie de la Famille des Apidés, comme les Abeilles.

    On le trouve partout - plaine ou montagne, jardins, forêts...

    Les bourdons terrestres construisent leurs nids dans des trous de la terre (trous abandonnés par des souris, des taupes.....) ou dans un trou d'arbre....etc

    Galerie qui peut atteindre 1,50 m de profondeur, tapissée de mousse et de petits végétaux.

     

     Remarquez vite la grosseur de la Reine dès qu'elle passera

     


    Le vol du bourdon Rimsky- Korsakov par rozenfelds 

     

    (mettre son à fond pendant la lecture : magnifique ! yes)

     

     

    La colonie a une durée de vie de 1 an environ - Ouvrières et mâles bourdons meurent dès les 1ères gelées. Ne resteront que les femelles fécondées à la Fin de l'été qui hiverneront dans des abris secs et protégés pendant la mauvaise saison. 

     

    Dès les beaux jours

    Chaque femelle fondatrice, la Reine, recherchera un trou propice à la nouvelle colonie, qu'elle tapissera de végétaux... Puis elle construira des cellules hexagonales (6 côtés) faites de bois mâché, qu'elle remplira de nectar et de pollen.

    Une fois les réserves en quantité suffisante stockées, elle pondra 2 à 3 œufs dans chaque cellule pourvu d'un peu de nectar et de pollen... qu'elle recouvrira de cire pour les protéger... Des larves écloseront au bout de 2 à 3 jours...

    Puis ces larves (comme un ver blanc) s'alimentent, grossissent, puis fabriquent un cocon de soie dans lequel elles se transforment en nymphes...

    Les adultes qui sortiront au bout de 12 à 14 jours seront exclusivement des ouvrières (femelles stériles)... qui s'occuperont de la prochaine génération pondue par la Reine, tout en effectuant également d'autres tâches nécessaires à la survie de la colonie.

    La Reine ne s'occupera plus alors que de construire les alvéoles pour les nouveaux œufs, et de la ponte !

     

    Vers la fin de l'été

    La Reine se mettra à pondre des mâles (œufs non fécondés par le sperme qu'elle stocke dans son abdomen dans "la poche à sperme"), ainsi que des femelles reproductives (œufs fécondés par la réserve de sperme)....

     

    LE BOURDON TERRESTRE

    Accouplement au sol bourdons femelle et petit mâle

     

    Les colonies peuvent attendre environ 600 individus. Adultes, mâles et femelles quittent le nid et s'accouplent au sol avant l'automne.

    Les futures Reines rechercheront alors un abri sec et bien protégé pour hiverner.....

    Mâles et ouvrières mourront dès les premiers froids.... et le cycle recommencera !

     

    3 INDIVIDUS DANS LE NID

    Le mâle est nettement plus petit que la femelle. 14 à 22 mm, à ne pas confondre avec le mâle de l'abeille, le faux bourdon....

    Une femelle peut atteindre 23 mm

    L'ouvrière 15 à 19 mm.

     

    Insecte très poilu au corps rayé de jaune et noir avec une tache blanche à l'extrémité de l'abdomen .... ("un cul blanc")

    Très peu agressif et très utile pour la pollinisation !

    Seule la femelle sexuée possède un dard lisse, qui sert également comme organe de ponte.

     

    LE BOURDON TERRESTRE

    Elle peut piquer plusieurs fois de suite sans mourir , car son dard lisse ne comporte pas de crochets de chaque côté du dard

     

    Par contre les ouvrières bourdons possèdent un dard à crochets et meurent après la piqure

    (crochets : excroissances agissant comme des hameçons dans la peau de celui qui est piqué par l'insecte... et qui empêchent le dard de ressortir de la peau. L'insecte comme l'abeille, en voulant dégager son dard, s'arrache tout le bas de l'abdomen et meurt pendant que son dard reste planté dans la peau du piqué... et continue son travail de pompage et d'injection du venin...)

     

     

    LE BOURDON TERRESTRE

     

    Les bourdons sont des lève-tôt et des couche-tard ...

    Et peuvent butiner même par mauvais temps à des températures inférieures à 15° au printemps, et sans soleil (contrairement aux abeilles).

    Il sait faire le point pour retrouver sa route sans la présence du soleil. Il effectue des vols de reconnaissance, tête tournée vers son nid, pour prendre des points de repères, afin de le retrouver à son retour de butinages...

     

    Excellent pollinisateur

    Beaucoup plus efficace que les abeilles, il est très utilisé dans les serres (tomates, aubergines, fraises....) et les vergers...

    On peut trouver dans le commerce des ruches à bourdons...

     

    LE BOURDON TERRESTRE

     

    Il est d'ailleurs élévé pour COMPENSER LE "SYNDROME D'EFFONDREMENT DES COLONIES D'ABEILLES" (le CDD en anglais) 

    Mortalité anormale effrayante et récurrente des colonies d'abeilles domestiques - surtout en France et dans l'Europe depuis 1998, aux Etats Unis 2006-2007. Egalement en Asie et Egypte.

    Ruches subitement vidées de toutes ses abeilles, à la sortie de l'Hiver... en Europe, jusqu'à  90%  des colonies !

    Syndrome très préoccupant !

    (De nombreuses cultures dépendent totalement des abeilles pour leur pollinisation = 84 % des espèces cultivées en Europe (source : INRA))

     

    Le bourdon se nourrit du nectar des fleurs,

    et les larves  : du pollen récolté par les ouvrières bourdons

     

    LE BOURDON TERRESTRE

    Langue ouvrière bourdon

     

    LE BOURDON TERRESTRE

    langue bourdon terrestre

     

    LE NECTAR :

    Réserve d'eau et de sucres = source principale d'énergie des ouvrières bourdons pour leurs diverses tâches de gestion du nid, de collecte de nourriture, de soins aux larves et de régulation des conditions de température et d'humidité du Nid (Heinrich 1975)

    Le Bourdon ouvrière aspire le NECTAR des FLEURS avec sa langue tubélaire de 20 mm et le stocke dans son Jabot situé à l'avant de son abdomen.

    Il peut ainsi transporter l'équivalent de son poids en nectar !

     

    LE BOURDON TERRESTRE

    Bourdon ouvrière se raclant les poils

     

    LE BOURDON TERRESTRE

    Poches à pollen remplies de l'ouvrière bourdon terrestre

     

    LE POLLEN :

    Source de protéines, de glucides et de lipides = vitale pour les larves et les individus sexués (Pendrel et Plonright 1981)

    La qualité du Pollen influencera le taux des reines qui pondent, le délai de ponte et le développement de la colonie (Poncet 1999)

    Il influence donc l'émergence des sexués et la taille des colonies (Godinho 2000)

     

    LE BOURDON TERRESTRE

    Ouvrière bourdon terrestre soupoudrée de pollen

     

    Magnifique technique de ramassage du Pollen :

    Le Bourdon ouvrière utilise ses muscles de vol pour secouer et faire vibrer la Fleur afin de décrocher le Pollen qui s'accroche alors à ses poils

    Le pollen sera raclé soigneusement avec l'aide de ses pattes et stocké dans le "panier à pollen" situé dans sa 3ème paire de pattes...


    Le restant de pollen sur ses poils fécondera les fleurs visitées ensuite !

    Il ramènera au nid l'équivalent d'environ la moitié de son poids ...

     PARFUM DE SEDUCTION DES MALES

    Le Bourdon mâle extrait, ce malin, de l'Huile des Fleurs = parfum pour séduire les femelles sexuées !

     

    POUR SIGNALER UNE SOURCE ABONDANTE DE NOURRITURE

    Les butineuses bourdons émettent des signaux sonores (le "leaving sounds" : Ocynhausen et Kirchner 2001) envers les butineuses en repos dans le nid, tout en s'agitant plus ou moins fébrilement suivant l'importance des ressources et en envoyant des messages olfactifs (phéromones, et odeurs de fleurs ramenées au nid), ainsi que par trophallaxie donnant qualité de la nourriture....

    (la trophallaxie : régurgitation de nourriture pré-digérée contenue dans le Jabot pour nourrir en "bouche à bouche" d'autres individus bourdons, ou permettant de faire circuler des informations dans la colonie. La trophallaxie existe également chez l'abeille et la majorité des insectes sociaux)

     

    LE BOURDON TERRESTRE

    Trophallaxis ou langue à langue

     

    LE BRUIT DES BOURDONS

    Est causé par les vibrations de la paroi du thorax et par le passage de l'air à l'orifice des stigmates
    Et ce bruit se maintient même si les ailes sont immobiles !

     

    FACE AU DECLIN DES ABEILLES

    Le bourdon terrestre est de plus en plus élevé en tant qu'agent pollinisateur.

    Mais les pesticides, les pyréthrinoïdes, les néonicotinoïdes et autres cocktails idem dégénèrent et désorientent les bourdons (et autres insectes sociaux comme les abeilles et les guêpes...) ou les tuent !

    Sur une trentaine de races de bourdons différentes, seules 3 espèces subsistent actuellement...

    Insectes gravement menacés, comme les abeilles, les guêpes et beaucoup d'autres insectes sociaux...

     

    Mon mari vient de perdre beaucoup de ruches dans son cheptel d'abeilles cette année... Des ruches qui se vident d'un coup !

     

     LE BOURDON TERRESTRE

    Voir article concernant déclin des abeilles sur lien suivant :

    http://www.futura-sciences.com/magazines/nature/infos/actu/d/zoologie-declin-abeilles-effets-pesticides-peuvent-additionner-42065/

     

    Les dix conseils

    1. Méfiez-vous lors des repas en plein air (pique-nique, barbecue...). Les charcuteries, les boissons sucrées, la bière, les restes de sauces, les aliments sucrés tout comme les salades de fruits, les morceaux de tarte, etc., attirent particulièrement les abeilles et les guêpes. Attention aux cannettes : un insecte pourrait s'y glisser et ensuite vous piquer à la bouche ou à la gorge. Versez toujours le contenu d’une cannette ou d’une bouteille dans un verre et inspectez l’intérieur avant de boire. Utiles : les couvercles en matière plastique avec clapets.

    2. Evitez de vous installer à proximité de sacs poubelles ou de déchets (pelures de fruits...) que les guêpes affectionnent particulièrement.

    3. Essuyez régulièrement les traces de transpiration.

    4. Si vous devez élaguer la haie, nettoyer la corniche, jardiner à proximité d’un tas de vieux bois ou de bûches, assurez-vous qu’il n’y a pas un essaim à proximité. Ne tentez rien : les pompiers sont équipés pour intervenir rapidement et efficacement.

    5. Prudence si vous vous promenez dans un champ en fleurs ou dans un verger.

    6. Ne portez pas de couleurs trop vives ni de textiles avec de grandes fleurs ou des motifs très colorés. Evitez les vêtements de couleur noire. Préférez les tissus blancs et ceux de couleur beige qui sont les moins attrayants pour les insectes.

    7. Evitez de vous promener pieds nus dans la pelouse ou dans des allées de verdure. Les guêpes et les abeilles adorent butiner les pâquerettes, les boutons d’or ou encore les fleurs de trèfle. De plus, des guêpes ont pu faire leur essaim dans la terre.

    8. Evitez des parfums trop sucrés. Ne portez pas de déodorant trop capiteux, ni de crème solaire trop grasse ou encore un after-shave à la fragrance trop prononcée. Tout cela attire guêpes et abeilles.

    9. Evitez de faire des mouvements brusques lorsqu’il y a des abeilles ou des guêpes aux alentours. N’essayez pas de tuer une abeille ou une guêpe en l’écrasant. Faites fuir ces bestioles en agitant la main, une feuille de papier ou un journal.

    10. Ne tuez pas une abeille ou une guêpe lorsqu'elle se trouve à proximité de sa ruche ou de son son essaim, cela déclencherait une réaction en cascade.

    Les idées reçues

    Appliquer du vinaigre pur, de l’ammoniaque ou encore un antiseptique classique à l’endroit de la piqûre ne sert pas à grand-chose. L'effet est psychologique et cela n’offre aucune protection contre une réaction allergique, quelle qu'en soit l'ampleur.

    Il en va de même des pommades et des sticks contre les piqûres de guêpes ou d’abeilles. Les substances qu’ils renferment ne permettent pas d’éviter la réaction allergique. Ceci étant, et c'est déjà précieux, ils agissent contre la douleur et les démangeaisons.

    Ne prenez pas d'antidouleur, car il pourrait aggraver la réaction allergique. Le cas échéant, préférez un antihistaminique oral ou l'application d'une pommade à base de corticoïdes.

    http://www.passionsante.be/index.cfm?fuseaction=art&art_id=11770

    « NON RESPECT PASSAGE PIETONSLES AMANDIERS »

  • Commentaires

    29
    Mercredi 1er Juin 2016 à 11:44

    bonjour Luciole , ah oui quel bel article et on en apprend  ! moi je les aime les bourdons  !  et j'en ai plus peur  , je les prend en photos - macros  et ils ne me disent rien  !   j'en ai même sauvé de la noyade et +++  merci pour ta grande visite qui m'a fait très plaisir ... et pour tes coms ... hi hi hi  , quelle chance d'habiter pas loin de ces lieux si beaux ! on a aimée +++ le Var ...    gros bisous belle journée A+

      • Mercredi 1er Juin 2016 à 15:19

        Coucou Bébert

        Une grande visite, car je profite de mes instants de libres,  pour venir voir tes magnifiques reportages photos... Alors je m'en donne à cœur joie chez toi ! Quand tu ne me vois plus, c'est que je n'ai pas assez de temps, ou alors en coup de vent.... et chez toi ce n'est pas possible, car il faut savoir déguster tout !

        C'est vrai que le bourdon est moins irritable que l'abeille, moins sur la défensive... mais il faut quand même se méfier, car la piqure n'est pas sans danger !

        Moi aussi j'aime ces villages du Var, surtout ceux au bord de la Côte ! Mais mon mari a peu de temps de libre avec ses abeilles:  résultat : on y va peu à partir de Mai jusqu'en Septembre....  snif !

        Un grand bisous à tous les deux et merci de tes gentilles visites chez moi

    28
    Vendredi 1er Avril 2016 à 17:59

    Un très bel article sur cet ami de l'été !

      • Samedi 2 Avril 2016 à 16:08

        Coucou Capucyne

        Un ami qui peut être aussi printemps car il n'est pas frileux ou fin de l'automne .... c'est d'ailleurs sa caractéristique principale par rapport aux autres insectes, notamment l'abeille ... car il peut sortir par temps brumeux et relativement froid !

        Un grand merci Capucyne et bisous

    27
    Vendredi 1er Avril 2016 à 12:58

    Bonjour Luciole... Ah ! Je ne connaissais rien (ou si peu) au bourdon (je connais mieux celui qui est synonyme de blues, de cafard, de mélancolie...), grâce à ce billet extrêmement détaillé et documenté, j'aurai appris de nouvelles choses. C'est magnifique de parcourir les blogs des uns et des autres, il y a à boire et à manger, à prendre et à laisser. Ici, je bois, je mange, je prends (je ne laisse rien haha)... 

    Et les photos de ton mari sont superbes, c'est qu'il faut savoir s'y prendre pour les capturer sur image, ces petites bestioles-là (surtout quand elles sont en mouvement) !

    Merci. Passe une belle journée. Bisous.

    FP

      • Vendredi 1er Avril 2016 à 13:42

        Re-coucou mon cher Fabrice

        Un peu le bourdon aujourd'hui ! un temps épouvantable froid, pluvieux et venteux qui accompagne mon vague à l'âme ! Comme tu as pu le lire précédemment, plus de voyage ! N'ai pas le courage de vider ma valise si bien agencée au mm près !

        Pas encore au lit, malgré nuit blanche avec toux à fendre l'âme.... et le plus curieux de touts petits bruits ressemblant à des pépiements d'oiseaux, ou des bruits de porte qui grince....

        Grave épidémie de grippe/bronchite dans village qui ne m'a pas épargnée ! Un véritable poisson d'Avril ! pfffff

        Mari trèèèès patient .... pour des photos, des bidouillages minutieux, le montage de modèle réduit.... etc, et heu... capital épuisé pour le reste ! Il peut rester pdt des heures planté devant une rue très passante à attendre PLUS PERSONNE, une gageure, pour LA photo du jour !!! ou un mitraillage maniaque d'une bêbête pour un concours de photos .... qu'il est certain de gagner !

        Tu as raison : quelle merveille quand on a le temps d'aller chez les uns et les autres ! Un régal !

        Prend tout ce que tu veux ! C'est encore gratuit et sans pub ! he

        Bisous... de loin et merci de tes apartés qui me font tant plaisir

    26
    Jeudi 31 Mars 2016 à 20:42

    Coucou Jill Bill

    Les romarins frémissent de toute une colonie de bourdons énormes... Je n'ose plus mettre mon linge à sécher à côté, car le blanc les attire pour.... WC ! Ils adorent ! et pompent l'eau au passage !!! Pas encore vu de guêpes .... De flopées d'abeilles par beau temps sur les amandiers (prochain article si j'ai le temps !)

    Nous avons été apiculteurs pendant plus de 20 ans, surtout mon mari ... j'étais l'aide ! Mais j'ai développé une allergie aux venins d'abeilles (grosse hypertension et gonflement) et je m'étais donc limitée à la dégustation et vente des produits miel et produits dérivés (bonbons - nougat - hydromel - cosméto - "choco-miel et confitures au miel de Bernard.... etc)... en essayant de ne pas me faire piquer par les rôdeuses qui entraient en même temps que les clients  ! Je recevais les Bus, expliquais la vie de l'abeille et tout le déroulement de la récolte de miel dans la miellerie...

    A la retraite, Bernard a repris qqs ruches par passion et vend son miel sur le marché... mais là, je ne l'aide plus : il se débrouille ! Chacun sa passion (l'écriture désormais EN-FIN pour moi !)....

    Sans agents pollinisateurs = plus de nourriture pour les humains ! A moins que ceux ci trouvent une parade pour les remplacer... ou tout faire à la main !!! he

    J'ai vu un reportage sur le "futur jardin écologique "  : un immeuble en verre dans lequel tournent à la demande un immense mécanisme constitué de gouttières où poussent des légumes sur des mousses, nourris au compte goutte par un liquide spécial... Pas étonnant que les fruits et légumes n'ont plus de goût !

    Merci de ta visite, ma chère amie et à dans 15 jours car nous partons en voyage pour nos 50 ans de mariage ....

    Bisous

    25
    Jeudi 31 Mars 2016 à 16:27

    dans le Grand Sud, les insectes sont déjà bien actifs. (les moustiques aussi ... dixit ma nièce du Var). 

    Merci pour ce bel article.

    Bises 

      • Jeudi 31 Mars 2016 à 22:30

        Holà, je pense bien Durgalola ! Le mois dernier, sommes allés à St Raphaël pour la journée ! Rentrons dans une pâtisserie : un bourdonnement agressif, des points noirs en pagaille virevoltant et s'abattant sur tous les gâteaux... des clients furieux qui fuyaient en hurlant sur la pauvre patronne... Avons du nous sauver également : des nuées de moustiques ! avons été bien piqués tous les deux, le temps de rentrer et de ressortir .... J'ai franchement plaint la patronne !

        Il paraît d'après la télé, que les fichus "Tigre" sont désormais de la partie sur toute la Côte et bien sur la Camargue !!! Bien s'asperger de produit avant de vouloir se balader là-bas ! Nous avons résolu le problème : n'y allons plus ! mais quel dommage !

        J'ai déjà été piquée en allant étendre mon linge dans le "jardin", près des romarins ! N'ai pas peur des centaines de bourdons qui les visitent, mais des moustiques ; je crainnnnnns !

        Un grand merci à toi de ta visite et passe une bonne nuit

        A bientôt et gros bisous

         

    24
    Jeudi 31 Mars 2016 à 14:26

    Bonjour Luciole,

    Je viens d'en apprendre beaucoup sur le bourdon et j'avoue que je ne vais plus les regarder de la même façon après avoir lu ton billet!!!

    Ici, tous les ans, ils investissent les trous les vieux murs et il y en a tellement que parfois je n'ose pas aller dans les bâtiments!

    Mon voisins a plusieurs ruches mais quand elles essaiment, il vaut mieux éviter d'être sur le passage de l'essaim qui parfois se pose où il peut! L'an dernier, un essaim est resté plusieurs jours accroché à la branche d'un pommier dans notre jardin, résultat, nous ne sommes pas allés arroser pendant plusieurs jours!

    Merci pour tes explications Luciole et bisous à toi

    Patricia

      • Lundi 4 Avril 2016 à 11:31

        coucou Luciole,

        j'espère que va mieux et merci pour ta réponse car l'an dernier, un jour de grand vent, on a vu beaucoup d'hirondelles valser au-dessus des ruches de mon voisin et c'est pour ça que je te posais la question, maintenant je sais!

        Merci Luciole et gros bisous à toi

      • Samedi 2 Avril 2016 à 16:04

        Coucou Patricia

        Je viens de parcourir un site concernant la Loi par rapport à l'installation d'un rucher près des propriétés.... et la distance entre ruche et propriété ou jardin varie d'un département à l'autre ! Encore une drôle de loi ....

        Ici, c'est 200 m, car très touristique  ! mais cette distance n'est pas valable partout !
        Et si une haie de 2 m de haut, ça racourcit encore la distance requise !

        Il faut aller donc aller se renseigner à la Mairie ou un syndicat apicole du coin !

        Nécessité à l'apiculteur de contracter une assurance responsabilité civile...

        Les hirondelles font partie des ennemis principales des abeilles avec les mésanges, le guêpier, certains rapaces (La Bondrée apivore : apivore signifie qui dévore les abeilles !), le Pic vert, certains papillons comme le Sphinx à Tête de mort - papillon de nuit........ entre autres !!! car les abeilles sont victimes de bcp d'ennemis.... à commencer par l'Homme !

        Bisous Patricia

         

      • Samedi 2 Avril 2016 à 11:54

        coucou Luciole,

        La haie de fait pas 2 m de haut mais elle sépare ses ruches de notre jardin dans lequel nous ne vivons pas mais mon mari a déjà été piqué en jardinant, et moi je me suis faite agresser plusieurs fois l'an dernier en allant ramasser des tomates.

        Il habite de l'autre côté de la route et je suis bien certaine qu'il n'y a pas 200 m entre ses ruches et la maison, mais ici nous ne sommes que 5 maisons alors mon mari pense que le bien être entre voisin est mieux que la bagarre perpétuelle et je suis d'accord mais quand il y a danger, il y a danger!!!!

        Ta petite histoire est quand même impressionnante et je comprends votre peur!!

        Petite question, les hirondelles mangent-elles les abeilles?

        Gros bisous Luciole et soigne-toi afin que tous les bruits partent grincer ailleurs!!!! et le voyage sera plus beau encore la prochaine fois... L'important reste la santé.

        Bon weekend à toi

        Patricia

      • Jeudi 31 Mars 2016 à 22:19

        Un essaim en principe (mais bcp de paramètres en dépendent ! voir conseils !) a tant à faire et est si occupé à trouver le bon endroit, qu'il ne pique pas ! Mais va savoir !

        Petite histoire : près de chez ma grand mère, un petit bois bourdonnant interdit à nos jeux ! puis soudain un bourdonnement intense et impressionnant... le ciel noir d'abeilles... ma grand mère nous crie de rentrer à la maison tout en ramassant avec mes parents la limonade, la grenadine et le gâteau au yaourt... puis prestement les verres sales.... Des milliers d'abeilles qui s'abattirent sur la table ! Nous à l'intérieur, terrifiés, qui regardaient par les fenêtres !

        Un jour, je ramène chez mes parents un copain (mon mari) apiculteur (avec son père)... et nous apprenons avec stupéfaction que c'était tout leur rucher d'abeilles en goguette qui nous avait tant impressionné !

        La rigolade !

        Mieux vaut leur laisser toute la place, à ces bourdons qui avaient colonisés tes bâtiments ... Là, ça demande réflexion car si tu as besoin de ces bâtiments.... comment faire ? Aller voir un spécialiste et voir avec lui ! Cas de conscience ! En principe, ils ne sont pas trop agressifs... sauf s'ils se sentent en danger ! Bâtiments à interdire aux enfants, et surtout aux chiens, aux animaux à poils !

        Si une haie de mini 2 m ne te protège pas des ruches de ton voisin, il faut une distance mini de 200 m de chez toi ! c'est la loi.... qui n'empêche pas les essaims de venir chez toi !

        Merci infiniment Patricia et plein de bisous

         

    23
    Jeudi 31 Mars 2016 à 11:33

    La vie des bourdons est fantastique et surtout très intéressante. J'ai beaucoup aimé visionner les vidéos. En règle générale, je préfères ces bestioles loin de moi même s'ils ne piquent que rarement, je suis allergique.

    Bonne journée Luciole, bisous à bientôt.

     

    22
    Jeudi 31 Mars 2016 à 11:05

    Merci pour cet article très complet. Les photos sont très belles. Bravo.

    Passe une douce journée.

      • Jeudi 31 Mars 2016 à 22:00

        Merci Quichottine ... A bientôt chez toi dès notre retour de vacances

        Plein de gros bisous

    21
    Jeudi 31 Mars 2016 à 10:06
    Bonjour Luciole,
    Je le prends souvent en photos ce "cul blanc" je le trouve magnifique. Son dard est impressionnant et je n'aimerais pas me faire piquer.
    Merci pour cet excellent article.
    Passe une bonne journée, grosses bises Véronique
      • Jeudi 31 Mars 2016 à 22:00

        http://www.passionsante.be/index.cfm?fuseaction=art&art_id=11770

        Voici des conseils intéressants pour toi pour éviter les piqures !

        Et surtout, ne porte pas de noir ! j'en ai fait la triste expérience un matin où j'ai du garder mes bottes en feutre noir, ayant oublié celles en caoutchoucs fermées pour aller visiter les ruches au printemps avec mon mari.... Une effervescence anormale et particulièrement agressive des abeilles ??? Mon mari en suivant la direction des abeilles tombe sur mes bottes... blanches de dards..... Pas un mm sans dards ... Oh les reproches  ! il a fallu déguerpir sans délai, les abeilles aux trousses, laver au savon de Marseille et à grande eau mes bottes... car une piqure libère du venin = signal de danger et de mort (car l'abeille meurt en laissant son dard dans la peau ... ou la botte, mais signale sa mort qui met en alerte toute la ruche !!!)... laisser un rucher en effervescence au risque de bagarres entre ruches... et revenir le lendemain ! oh la catastrophe !

        La piqure est trèèès douloureuse ! moi je gonfle illico ! démangeaison partout ! Fais très attention ! lis bien les conseils avant de te lancer à photographier les insectes sociaux !!!

        Et vives tes photos, chère Véronique, elles sont tjrs magnifiques !

        Bisous et merci

    20
    Jeudi 31 Mars 2016 à 09:05

    Merci pour cet article très complet et fort intéressant. J'y ai appris une foule de choses. J'aime beaucoup ces petits insectes, je les trouve sympathiques. Malheureusement, on en voit de moins en moins. Ils sont les bienvenus dans mon jardin, ils n'y trouveront pas de pesticides.

    Bise et bonne journée

    Alain

      • Jeudi 31 Mars 2016 à 21:24

        Plus je me penche sur le monde des insectes (tiens, celui trèèèès organisé des fourmis, par exemple) plus je suis en admiration !

        Ça te plairait Alain... va voir du côté des fourmis et tu verras ! peut être les futures remplaçantes de l'homme sur notre planète ? Elles résistent même aux radiations ....

        Quoique les moustiques mutent et s'adaptent sans cesse aux pesticides et autres gentillesses ... et commencent sérieusement à inquiéter la race humaine ! Une véritable invasion, dont les fameux "tigres" dans le Var et surtout sur la Côte !!!

        Je vais envoyer toutes les bestioles chez toi, quel paradis !

        Merci Alain et plein de bisous... sans dard he

    19
    gazou
    Jeudi 31 Mars 2016 à 08:32

    Article très intéressant avec de très belles photos...Merci Luciole

      • Jeudi 31 Mars 2016 à 21:17

        C'est toi que je remercie, Gazou... trop contente que mon billet te convienne !

        Bcp de photos de Bernard, mais d'autres prises sur Internet... pour démonstration !

        Plein d'énormes poutous et à dans 15 jours

    18
    Jeudi 31 Mars 2016 à 08:19

    Je ne savais pas du tout que c'était un pollinisateur aussi important ! on a donc intérêt à la protéger, même s'il fait un peu peur.

    C'est tellement dommage pour les abeilles, j'ai signé diverses pétitions contre les pesticides et autres.

    Bonne journée.

      • Jeudi 31 Mars 2016 à 21:15

        Coucou Clara 65

        "Un monde sans abeilles (ou bourdon) n’est tout simplement pas envisageable. Car cela signifierait un monde sans agriculture. Donc sans alimentation."

        http://www.humanite.fr/un-monde-sans-abeilles-est-il-vivable-569773

        Et comme tu as bien fait de signer ces pétitions ! C'est notre avenir et celui de nos enfants qui est en jeu !

        Tout ce qui pique, mord et envenime fait peur.... Mais il est important de dépasser sa peur pour sauver l'humanité !

        D'où cet article... D'autres suivront !

        Merci de tout cœur Clara et à la rentrée... de nos vacances ! (15 jours)

        Bisous

    17
    Jeudi 31 Mars 2016 à 05:32

    Article très intéressant... Je sais tout sur le bourdon maintenant. De très belles photos. Les bourdons je ne les aime pas trop et je crois même que je ne pourrais pas les prendre en photo tant ils me font peur mais je ne leur ferai pas de mal. Je suis incapable de tuer un insecte. Beau Jeudi.

      • Jeudi 31 Mars 2016 à 21:00

        Merci Martine 85

        Tout non, car volontairement passé sur bcp de choses, car trop long et surtout nous partons en vacances, alors pas bcp de temps !

        Un casse tête terrible pour.... remplir au gramme près (bécause avion) une minuscule valise à roulettes ancienne qui pèse déjà elle même fort lourd... avec à la fois du léger en cas de soleil caniculaire (on peut rêver !)  du chaud en cas de pluie et froidure ??? Météo très capricieuse apparemment sur Internet !

        Je n'ai pas peur des bourdons, car ils sont plutôt pacifiques... mais il ne faut pas se trouver sur leur passage !?! et surtout ne pas s'agiter, avoir du parfum ou un savon parfumé, boire de l'alcool, surtout de la bière ... et pas de laine dans laquelle ils s'emmêlent les pattes ... ou dans les chevelures abondantes ... et surtout pas de noir pour les abeilles car elles voient rouge (au sens propre comme au figuré !), le rouge étant synonyme de danger !

        Je déteste les guêpes qui jouent les pique-assiettes et n'hésite pas à les éliminer, car elles sont particulièrement têtues !!! même si je sais qu'elles sont indispensables ... mais leur piqure est dangereuse, surtout que leur dard est lisse et peut revenir plusieurs fois piquer et infecter car les guêpes vont sur la pourriture ! pffff  (piqure pour moi épouvantablement douloureuse ! allergie !) 

        un grand merci à toi chère Martine et à plus

    16
    Mercredi 30 Mars 2016 à 23:47

    Bonsoir Luciole... je commence à en revoir du gros bourdon au jardin, dès que le soleil est là... les guêpes on n'en voit plus des masses, c'est plus de la guêpe qui s'invite au repas à l'extérieur !! Comme ça vous faites du miel... On ne dit pas gracias aux pesticides sachant que ces insectes sont nos AMIS.... !!! Merci pour ce billet très complet sur le bourdon et autre... bonne nuit, jill, bises

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :