• LE TANGO EST UNE PENSEE TRISTE QUI SE DANSE

     

    LE TANGO EST UNE PENSEE TRISTE QUI SE DANSE

    Cliquez sur l'image 

     

    DEFI n° 202 des CROQUEURS DE MOTS

    Pour le Lundi 19 Mars 2018

     

    Luciole à la barre !

     

     

     SUPERBE ! surtout en grand écran.... 

     

     

     

    "LE TANGO EST UNE PENSEE TRISTE QUI SE DANSE !"

    (Enrique Santos Discépolo)

     

    Tous les Vendredis soirs, l'esplanade bordée de cafés aux terrasses bondées se transforme en piste de danse....

    Par le jeu des Hauts-parleurs, le Tango envahit la Ville, la pénètre, la captive !

    Tango sentimental qui tisse la toile de la mémoire collective

    Où s'entremêlent les fils des souvenirs d'amours brisés, de la jeunesse enfuie...

    Où se pose la trame poétique ou burlesque des moeurs, personnages ou paysans d'une Argentine lointaine....

    Où se brode la danse des faubourgs, celle des temps révolus de l'Avant-Guerre, des filles publiques et des souteneurs, des bourgeois qui s'encanaillent....

    Boudé par l'Aristocratie argentine, considéré comme une danse vulgaire, le Tango a pourtant fait une entrée fracassante en France en même temps que la Java.... avec les mêmes impératifs : "on ne parle pas : on danse !", ainsi que la domination de l'Homme sur la Femme...

    La Java s'est éteinte, le Tango résiste !

    Malgré ce monde Techno où l'on évite de se toucher, qui prône la séparation des corps... dans cette Société de plus en plus individualiste, qui ne communique que par téléphone, qui ne regarde l'autre que par l'intermédiaire d'un écran....

    Mais Tango hybride, versions décadentes "branchées" pour les besoins du marketing, du tourisme ou des exportations... qui prend des allures hollywoodiennes caricaturales, souvent ridicules, loin de sa poésie musicale populaire.

    Mot "Tango" qui renvoie cependant au "tam-tam" noir, au "tang" africain ("toucher"), au "tangir" espagnol ("jouer un instrument"), au "tanguillo" andalou ("toupie")....

    Tango reflétant les mutations du monde qui l'engendrent !

     

    Un couple se présente ...

    Joute sensuelle, corps lianes, joue contre joue, poitrine contre poitrine, élan de l'un répondant à celui de l'autre ...  tourbillon de pas stylés porteurs d'un exotisme passé, réglés, millimétrés... jeux de jambes calculés, virevoltants, déroutants....

    Jambes de l'Homme poussant, pliant, bloquant jambes féminines dociles, sveltes, tout en arabesques graciles ....

    L'homme avance, la Femme recule ! Sensualité lente, grave, enveloppante, ondulatoire.... musique, corps, âme vibrant à l'unisson...

    Harmonie subtile, élégante, arrogante, tout en pas glissés, aériens....

    Joue contre joue, haleines mêlées... Femme dominée par l'Homme pressée, protégée, guidée....

    Sensibilité exaltée, troublée, extasiée... au-delà des limites !

    Deux corps suspendus, irréels, joue contre joue, coeur contre coeur... Jubilation !!!

     

    Puis la magie quitte la scène, le temps s'arrête, tangue... frémit sous les applaudissements nourris....

    C'est l'Heure où les loups se travestissent ! La magie s'effiloche sous le comique des tangos livrés à la foule devant les regards amusés des badauds égrillards... dans une sorte d'hystérie où l'on joue avec le désir... intimité et exhibition offertes ....

    C'est l'Heure du regard insistant, des sourires enjôleurs, des flatteries sussurrées à l'oreille, peau contre peau, main sur la nuque, soupirs excessifs, léger tremblement .... avant la phrase fatidique : "tu viens prendre un verre ?".

    Tutoiement avec la poésie livrée aux dos raides des maladroits, aux sourires carnassiers... sous les rires narquois des Ados gênés par ces airs ringards surgis de l'Antiquité.

    "DANSEZ UN TANGO QUI HURLE !" lancent les Hauts-parleurs...

    Peu à peu la scène se vide pour ne garder que quelques couples magnifiques, corps en osmose tout tournés vers l'intérieur dans un ailleurs magnétique qui excluait tout intrus....

    Et la Foule se tue, fascinée !

    Celles (et ceux) qui ont fait "tapisserie" respirent ! Ouf ! Leur calvaire cesse enfin ! 

    Brutalité extrême de ne pas avoir été choisies, désirées... Tango trahison !

    Hommes (ou Femmes) passaient sans les voir ! 

    Il pleuvra longtemps dans leur coeur !

    Le sourire crispé des pieds blessés, en sang, recroquevillés dans les escarpins à talons aiguilles soupire vers la mule, ou la charentaise réconfortante... 

    Un quémandeur ose enfin :

    "M'accorderiez vous le plaisir de cette danse ?"

    Elle, sourire cruel :

    "Non merci, j'aimerais  avoir du plaisir aussi !"

     

    Luciole

     

     

     

    « DANSE, EAU, AIR, FEU ET TERRELA DANSE et LA RELATION à L'AUTRE »

    Tags Tags : , , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    25
    Lundi 26 Mars à 00:36
    DDD59

    C'est vrai que pour certaines danses comme le tango en l'occurrence le ou la partenaire a une importance capitale. le tango est une danse qui se vit intensément où il faut être en fusion totale avec l'autrewink2

    Tu l'as parfaitement bien décrit.

    Merci beaucoup pour ce bon moment.

    Bisous.

    Domi.

    24
    Jeudi 22 Mars à 11:40

    comme promis je suis revenue lire posément ce texte qui rend un bel hommage au tango qui c'est vrai excluait certains. Danser le tango entre danseurs qui s'accordent se méritaient et je suppose se mérite encore dans les lieux où il subsiste.

    merci pour ce sujet original

      • Jeudi 22 Mars à 14:48

        Je te remercie bcp de ta participation si sympathique, Jeanne, je n'ai pas eu de mal avec ce sujet, car j'aime énormément la danse et suis bien frustrée de ne plus pouvoir danser selon mon désir profond... 

        Il est indispensable d'avoir un bon cavalier, sinon c'est très triste , en effet ! 

        Bisous

    23
    Mercredi 21 Mars à 01:13

    Bonjour Luciole,

    Quel magnifique hommage au tango. Cette danse si sensuelle m'a toujours attirée. Mais je ne l'ai jamais pratiquée hélas.

    J'ai regardé ce couple fabuleux de la vidéo. 4mn30, c'est long. Et jusqu'au bout pas un faux pas, pas un couac, que de l'harmonie. Ils ont certainement une longue pratique ensemble. Quel régal! cela donne envie d'apprendre et vivre une telle fusion.

    La chute avec cette phrase est est peut-être cruelle mais bon: lorsque l'on est habituée à une cuisine épicée, on décline tout plat trop fade

    Merci pour cet excellent moment sur ta page

    Bisous

     

      • Mercredi 21 Mars à 14:12

        Très touchée par ton commentaire, chère Martine, un grand merci !

        Je raffole du Tango, même si je ne le danse plus faute de cavalier.... Mais je l'ai pratiqué pendant toute mon adolescence avec un de mes oncles, jeune encore, qui était un danseur remarquable... (sans l'enroulé de jambe qui n'aurait pas été correcte...bien sur !)... C'était sublime ! 

        Mon oncle me guidait par son bras qui tenait le mien, mais aussi par le bras qui me tenait la taille... il fallait être fort à l'écoute, car c'était selon son humeur ou son inspiration du moment... Mais j'étais liane à l'époque !!! Temps béni chez ma grand mère paternelle autour de l'électrophone... avec oncles, tantes et cousins cousines... presque tous les dimanches... 

        Quelle déception en effet ensuite avec les danseurs occasionnels dans les bals de mariages qui se contentaient maladroitement du pas de base .... Tango corse minimaliste, comme le chante si joliment Fernandel qui laisse sur sa faim !

        Bisous

    22
    Mardi 20 Mars à 13:13

    J'adore la danse, et j'admire les bons danseurs, quelque soit la danse... J'aime danser, et je fais de mon mieux et tant pis si ce n'est pas parfait, l'important est d'y prendre du plaisir et de le partager... Je n'ai pas connu le temps des bals où l'on risquait de faire tapisserie... ;-)

    Le tango corse, c'est un tango conditionné

    Le tango corse c'est de la sieste organisée

    On se déplace pour être sur qu'on ne dort pas

    On se prélasse, le tango corse c'est comme ça.. ;-)

    Fernandel

    Dans ces conditions, j'y arriverais... peut-être!

    Bisous

     

      • Mardi 20 Mars à 14:00

        Coucou Maryline

        Oh que c'est mignon ! j'aime ton commentaire... et nous avons un point commun : je n'ai pas connu non plus les bals car parents trop stricts et mari pas amateur du tout ! 

        Mais par contre, je suis allée comme tout le monde à plusieurs mariages qui donnaient un certain aperçu des bals populaires... Et il n'était pas rare de "faire tapisserie", car les hommes mariés dansaient en complicité avec leurs femmes,  et invitaient rarement... Du coup, les célibataires ou "celles dont le mari ne dansait pas" dansaient entre elles... ce qui n'était pas pour moi un problème, car j'aime guider... 

        Maintenant le problème est réglé : tout le monde danse en ligne, même les musiques populaires "d'avant"... avec une chorégraphie qui demande une bonne mémoire et bcp de pratique voire une école de danse.... 

        Ah le tango corse ! j'ai écouté la vidéo correspondante : que c'est drôle ! 

        Merci Maryline et à bientôt

    21
    Lundi 19 Mars à 21:10
    colettedc

    Quelle magnifique page, Luciole !!! J'♥ beaucoup !

    Très belle aussi la vidéo !

    Bonne fin de ce lundi !

    Bises♥

      • Lundi 19 Mars à 22:12

        Merci de tout coeur chère Colette ! 

        J'ai trouvé effectivement moi aussi que cette vidéo était la plus proche du "vrai" Tango tel que je l'ai appris... Je n'aime pas trop les fioritures acrobatiques ou jeux de jambes exacerbées... 

        Je t'embrasse fort

        A plus !

    20
    Lundi 19 Mars à 20:31
    Durgalola
    Merci pour l'historique du tango. Comme toi j'avais été voir. J.etais nul en tango... préférant la valse et d'autres danses. Grâce à ton défi je redecouvre cesaria evora. Bises
      • Lundi 19 Mars à 22:10

        J'ai hésité sur le choix de la vidéo en tombant sur celle-là ! Puis j'ai fini par choisir un tango classique plus adéquat avec mon récit !

        Je connaissais qqs bribes sur l'Histoire du Tango par mon oncle, mais mes connaissances commençant sérieusement à dater désormais (^^ erf), j'ai du faire qqs recherches !

        Merci Durgalola et bisous

    19
    Lundi 19 Mars à 18:17
    A une époque, j'aurais aimé savoir danser le tango.
    Maintenant, avec les douleurs, plus question.
    Bisous et bonne soirée et merci pour ta visite
      • Lundi 19 Mars à 22:06

        Coucou Abby

        Moi itou ! Apprendre dans une école de danse, je pense bien ! 

        Merci Abby et bisous

    18
    Lundi 19 Mars à 14:13

    En te lisant Luciole, tu m'as donné envie de guincher. Tu sais, c'est papa, expert en danseur de tango argentin qui a appris à ses filles à danser le tango... j'adorais faire les crèmes renversées.

    Bises et bon début de semaine

      • Lundi 19 Mars à 14:47

        Ah nous avons un point commun alors, sauf que moi, c'était mon oncle, un danseur expert ! J'ai tout appris de lui.... et mes cousines aussi !

        Et moi donc ! quand j'entends un tango... j'ai le regret de cette époque bénie.... Mes jambes tricotent presque malgré moi !

        Bises et à plus

        Un début de semaine.... SOUS LE GRAND SOLEIL et une température printanière.... ENFIN !

         

    17
    Lundi 19 Mars à 12:33

    Comme je rame au lieu de danser sur mon ordinateur, j'ai lu avec plaisir mais seulement en diagonale pour avoir la possibilité d'indiquer que j'ai enfin pu faire paraître ma participation.

    Merci pour ce défi.

      • Lundi 19 Mars à 14:44

        C'est une bonne idée de venir te signaler aux Croqueurs de mots... As-tu donné ton URL à Dômi ? 

        D'autant plus que ton billet est très émouvant et bien mené... Ce serait dommage qu'on te loupe !

        JEANNE FADOSI a enfin réussi à publier son texte sur ce thème... après bien des déboires techniques avec son ordi....  Avis aux Croqueurs ! Merci bcp !

        Bisous Jeanne... 

    16
    Lundi 19 Mars à 10:35
    M'mamzelle Jeanne

    Quelle passion ! et comme tu as bien décris ce moment magique. Danser le tango est envoutant mais comme beaucoup de choses dans la vie.. il faut être deux.. et être complices.
    Comme Jazzy.. je me suis laissé entrainer sur ta piste de  danse ... Merci...!

      • Lundi 19 Mars à 14:37

        Merci infiniment Jeanne ! le fait est que c'était (et c'est au fond de moi !) une passion ... pratiquée en famille, puisque les bals nous étaient interdits... puis plus tard au cours de mariages...  

        Et comme tu le dis si bien : il faut être deux ! mon mari pas prédisposé pour ce genre d'exercice, préfère le vélo ou la moto... 

        J'ai regardé avec envie les danseurs des vidéos rencontrées dans le Net... Snif !

        Bisous

    15
    Lundi 19 Mars à 09:53

    Une très belle page de tango, et même si la fin est cruelle et triste, l'envie de danser soudain m'a envahie yes

      • Lundi 19 Mars à 14:34

        Merci ABC, c'est gentil ! 

        J'ai voulu finir sur une note d'humour.... Bien que ce ne soit pratiquement jamais verbalisé, il reste néanmoins qu'on se débarrasse volontiers par un "non, merci... je suis fatiguée" ou autre d'un piètre danseur ... qui, souvent, revient à la charge quand on accepte pour lui faire plaisir : résultat... une soirée de gâchée.... (souvenirs véridiques au cours de différents mariages)

        Je n'ai pas eu l'occasion d'aller dans un bal, car mes parents trop stricts et mariée jeune (18 ans) avec un jeune homme qui n'aimait pas du tout la danse.... ni la musique de bal ! frown C'était ma passion !!! 

        Suis allée à une soirée dansante entre Ainé(e)s : catastrophe... tout le monde danse en ligne, même les danses rétros.... Curieux ! la chorégraphie apprise dans des cours de danses... est impossible à suivre si pas initié(e)...

        Bisous

         

    14
    Lundi 19 Mars à 07:19
    Une très belle analyse du tango si vraie et j'adore la fin surprenante lais comme je la comprends. Bisous
      • Lundi 19 Mars à 14:24

        Ah merci bcp ! J'ai voulu finir sur une note d'humour... mais cela aurait pu être moi, car je ne supporte pas un piètre danseur ! je préfère m'abstenir ... sauf que je ne verbalise pas, simplement "Non, merci !"

        De trop bons souvenirs autour d'un électrophone familiale avec un danseur hors pair, mon oncle,  qui avait bien du mal à souffler avec mes cousines, sa fille et moi.... Puis mes parents sont partis habiter dans un autre endroit et tout a été fini ! Tristesse ! 

        Je t'embrasse 

        A bientôt

    13
    Lundi 19 Mars à 07:18

    Je me suis laissée entraîner avec plaisir sur la piste de danse , tes mots  s'envolent  et la magie opère .

    Bonne journée 

    Bisous 

      • Lundi 19 Mars à 14:18

        Merci Jazzy

        Suis contente que cette musique t'ait emportée dans son sillage... 

        Bisous

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :