•  

     

     

    DEFI n° 145 MENE PAR FANFAN pour le 18 Mai

    POEME DADAÏSME

     

    Pour faire un poème dadaïste :

    -Prenez un journal

    -Prenez des ciseaux

    -Choisissez dans ce journal un article ayant la longueur que vous comptez donner à votre poème.

    -Découpez l’article.

    -Découpez ensuite avec soin chacun des mots qui forment cet article  et mettez-les dans un sac.

    -Agitez doucement.

    -Sortez ensuite chaque coupure l’une après l’autre.

    -Copiez-les consciencieusement dans l’ordre où elles ont quitté le sac.

    "Le poème vous ressemblera.

    Et vous voilà un écrivain infiniment original et d’une sensibilité charmante,

    Encore qu’incomprise du vulgaire.(Nous sommes tous des incompris)"

    Tristan Tzara

     

    Voici, tardivement, mes participations :
    (arrangées à ma façon, car je n'aime pas trop les mots sans suite logique no) 

    1er tri :

    Envoi, d'or, le temps, noces, les souvenirs, de, bouquet, chanter, laissons, et, faire, toutes, de, s'assemblent, tous, passées, ensemble, les, années, si, joli, qui, un, distinction, bourgeoisie, nappe, striée, par, dans la, glace, du soir, 2 tasses, douceur, l'abat-jour, sur la.

    POEME DADAÏSME

    Quel envoi d'or, le temps des noces !

    Les souvenirs, en bouquet, chantent : laissons les faire et s'assembler tous !

    Passons ensemble ces années si jolies qui toutes n'en font qu'une...

    Bourgeoise distinction : sur la nappe striée, dans la glace du soir, 2 tasses sous l'abat-jour ...

    Douceur !

     

    POEME DADAÏSME

     

    2ème tri pour corser un peu ce défi :

    Distinction, chanter, d'or, le temps, passées, ensemble, toutes, envoi, les souvenirs, noces, de, s'assemblent, la douceur, qui, du soir, bourgeoisie, laissons, les années, faire, striée, la glace, 2 tasses, sur, abat-jour, la nappe, un, bouquet, et, tous, si joli.

     

    POEME DADAÏSME

     

    Distinction de chanter, ô d'or ce temps passé ensemble toutes !

    Envoi des souvenirs de noces qui s'assemblent dans la douceur du soir....

    Bourgeoisie :

    Laissons faire les années dans la glace striée ...

    Sur la nappe : 2 tasses, un bouquet, l'abat-jour.... et tous si jolis !

     

    POEME DADAÏSME

    Repas de Noces à Yport (1886)

    Albert Fourié

     

    Tristan Tzara : (cliquer sur : Wikipédia)

    Dada reste dans le cadre européen des faiblesses, c'est tout de même de la merde, mais nous voulons dorénavant chier en couleurs diverses, pour orner le jardin zoologique de l'art de tous les drapeaux des consulats do do bong hiho aho hiho aho. », (Premier manifeste Dada).

    • « Dada ne signifie rien. »
    • « Dada est un microbe vierge. »
    • En 1922, lors d'une conférence à Weimar et Iéna, il dit : « Dada met une douceur artificielle sur les choses, une neige de papillons sortis du crâne d'un prestidigitateur. »
    • Plus tard, il dira :
      • « Dada est la danse des impuissances de la création. »
      • « Les débuts de dada n'étaient pas les débuts d'un art mais ceux d'un dégoût. »
      • En 1963, il dit : « Dada n'était pas seulement l'absurde, pas seulement une blague, dada était l'expression d'une très forte douleur des adolescents, née pendant la guerre de 1914. Ce que nous voulions c'était faire table rase des valeurs en cours, mais, au profit, justement des valeurs humaines les plus hautes. »

     

    Pin It

    37 commentaires
  • Poésie écrite en Mars 2010 !

     

     

     

    PRINTEMPS, JE T'ATTENDS !

     

    PRINTEMPS, JE T'ATTENDS !

     

    Au petit matin, printemps, je t'attends !

    Capricieux Mars, oh l'extravagant,

    Qui sème la blanche neige ou le vent violent,

    Les âpres gelées ou la pluie cinglante...

     

    PRINTEMPS, JE T'ATTENDS !

     

    Hirondelle prophétique, viens enflammer mon cœur,

    De ton retour d'Afrique apporte la chaleur

    Je veux rire au soleil, oiseau porte-bonheur

    Vers toi mon âme s'élève, gentil ambassadeur....

     

     

     PRINTEMPS, JE T'ATTENDS !

     

    Lasse de l'oisiveté où l'hiver m'a enclose

    Dans le frissonnant azur, je flâne, morose.

    Mais dans l'aube fraîche soudain vocalise un virtuose

    Oh ! Dans le voile incertain du pudique matin, une apothéose :

    Là, noyées dans la rosée : violettes et primevères écloses !

     

     

    PRINTEMPS, JE T'ATTENDS !

     

    Une flamme joyeuse bouillonne dans mon sang :

    Mars, en secret, prépare le doux printemps !

    Voici de frêles pâquerettes, prêtes pour la fête, chères aux amants.

    Puis de timides jonquilles, la jupe en trompette affriolante,

    Penchant la tête dans une humble prière sous le vent...

     

    PRINTEMPS, JE T'ATTENDS !

     

    Sur les ramures noires des arbres dénudés

    Eclatent des tâches de couleurs chaudes mordorées

    Des bourgeons, pressés de naître, craquellent leurs corsets duvetés.

    A pas feutrés, partout, m'accompagne ce rêve enchanté...

     

    PRINTEMPS, JE T'ATTENDS !

    Claude Monet : Champs au printemps

     

    Le triste Hiver est bien mort, tout renaît, vit !

    c'est encore une voix bien timide qui nous parle de folie.

    Une pluie de bonheur s'abat sur la terre bénie.

    Quelle puissance étrange nous parle d'Infini ?

    Mon regard boit à longs traits et s'en nourrit, ivre.

    Douceur exquise !

     

     

     

     

     

    PRINTEMPS, JE T'ATTENDS !

    Très bonne journée ensoleillée !

     

     

    <<Le Grenier de la maison familiale

    Pin It

    68 commentaires
  •  

    ELLE EST OU, MAMAN ?

    (Cliquez sur l'image)

     

    Défi n°140 de "FADOSI CONTINUE" pour les "Croqueurs de mots"

    (Cliquez sur les mots en bleus)

    "Titre à donner au défi à partir de ce que vous inspire l'image suivante.
    Vous donnerez au texte qu'elle vous suggère la forme que vous souhaitez (prose, vers, calligramme, etc)

     

    ELLE EST OU, MAMAN ?

     

     

    ELLE EST OU, MAMAN ?

    ELLE EST OU, MAMAN ? 

    Un battement de cils          - Abandon vif de la chair
    Une paupière se ferme       - Referme le Livre d'un coup sec
    La chambre se vide            - Des chuchotis dans l'air
    Les bouches se remplissent - Boivent un verre de larmes, cul sec ...

    ELLE EST OU, MAMAN ? 

    Elle est où, Maman ?
    - Partie !
    Partie où ?
    - Loin !
    Pour longtemps ?
    - Longtemps !

    ELLE EST OU, MAMAN ? 

    Une mauve glycine exhale des adieux
    En tordant, accablée, ses longs bras noueux
    Et coule en pleurs sur le front en deuil
    De l'Homme qui suffoque sur un banc affalé.
    Flot des ténèbres dans l'Heure décapitée !

     ELLE EST OU, MAMAN ?

    Naufrage de l'âme qui rêve de mourir,
    Levant les yeux au Ciel, vers Dieu gémir :
    "Seigneur, je veux céder aux ans
    Puisque Tu m'as pris mon Printemps !
    Je sais, j'étais un mari bien fade
    Pour cette coquette au cœur maussade
    Qui s'échappait en maintes escapades !

    "Femme étrange rongée de souffrances
    Esclave liée à son amant inconstant
    En lentes effeuillaisons se dépouiller
    Puis au fond du gouffre, nue, se jeter
    Âme ensevelie, au poison s'abandonner"
     

    ELLE EST OU, MAMAN ?

      

    Une mèche de ses longs cheveux frisés
    Brûle la paume de la main de l'Homme poignardé...

     

    Lorsque l'Enfant d'innocence paraît,
    Sa robe en frissons de deuil toute fraîche
    D'une douce haleine de fleurettes massacrées
    Gisantes dans un panier d'osier, à ses pieds...

     

    ELLE EST OU, MAMAN ?

    Elle est où, Maman ?
    - Partie !
    Partie où ?
    - Loin !
    Pour longtemps ?
    - Longtemps !

    ELLE EST OU, MAMAN ?

     

    Luciole

     

    ELLE EST OU, MAMAN ?

    Mort de Mme BOVARY, qui s'est empoisonnée au cyanure

     

    ELLE EST OU, MAMAN ?ELLE EST OU, MAMAN ?

    Gustave Flaubert (1821-1880)                                                                                                                    Charles Léandre (1862-1934)

     

    Quelques explications sur la peinture concernant le défi  de Jeanne :

    Cette illustration a été réalisée par Monsieur Charles LEANDRE (1862-1934) : peintre, lithographe, caricaturiste et dessinateur français de grande renommée.

    Elle représente Monsieur BOVARY effondré par la mort de sa femme - Emma BOVARY qui s'est suicidée en absorbant du cyanure.

    Roman de Gustave Flaubert paru en 1857, œuvre majeure de la littérature française et mondiale (malgré un scandale retentissant dans la Bourgeoisie de l'époque). Le roman connaîtra un immense succès en librairie.

    Emma, fille d'un riche fermier, enfermée dans un couvent pour son "éducation",  rêve d'une vie mondaine. Elle épouse Charles BOVARY, piètre officier de santé (qui exerce le métier de médecin, mais sans le titre) et s'enlise auprès de lui dans une vie monotone... elle finit par ne plus l'aimer, malgré la naissance de la petite Berthe, qu'elle rejette et donne en nourrice à une autre femme.

    Emma prend des amants, Rodolphe - clerc de notaire et surtout le libertin et inconstant  Léon - châtelain.
    Pour leur plaire, elle s'endette très lourdement auprès de son marchand de tissus, pour de somptueux vêtements... marchand qui réclame son dù !

    Ses amants refusant de lui donner de l'argent, désespérée, elle finit par se suicider en absorbant du poison, du cyanure (horrible mort !). 

    Monsieur BOVARY, Homme bon et mari généreux, en meurt de chagrin !

    Berthe est confiée à une tante très pauvre, et devra travailler dans une filature pour subsister. Sa vie sera une vie de misère !

      

     

     

    <<VOYAGE A ROME du 5 au 10/10/2014 : suite 4

    Pin It

    58 commentaires
  •  

    NEIGE DANS LE VAR  (04/02/2015)

     

    NEIGE DANS LE VAR
    (04 Février 2015)
     

    Le petit matin est né.
    Dans le ciel, le gai soleil du Var s'est esquivé,
    Et se cache sous un voile de larmes gelées.
    Une chaste neige déroule son châle immaculé,
    La terre frileuse tressaille sous son baiser glacé.

     

    NEIGE DANS LE VAR  (04/02/2015)

    Le vent rude et âpre soulève un rideau de perles,
    Une écume légère s'agite et frissonne en danses lascives.
    Les arbres cristallisés entremêlent leurs branches de sel,
    Craquent et chuchotent... Les herbes blanches se brisent...

     

    NEIGE DANS LE VAR  (04/02/2015)

     Nul vol d'oiseaux, ils se sont enfuis.....
    Nulle trace humaine aujourd'hui.
    Ce monde lunaire, pétrifié,  filtre la lumière.
    Le visible et l'invisible se mêlent en une prière....

     

    NEIGE DANS LE VAR  (04/02/2015)

     Dans un spasme d'amour, la neige folâtre tombe,
    Avec mille précautions dans la pénombre,
    En gouttes de poésie
     Réveillant l'âme transie....

     

    NEIGE DANS LE VAR  (04/02/2015)

     Comme une jeune épousée,
    La terre lourde de ses graines, amusée,
    Sourit sous son étreinte givrée
    Et rêve des moissons d'été, enivrée ....

     

    NEIGE DANS LE VAR  (04/02/2015)

    La neige tourbillonne, tisse, ourle, festonne
    Dans le ciel opale atone.
    La vie semble éteinte, enclose. 
    Vie et mort sont même chose....

     

    NEIGE DANS LE VAR  (04/02/2015)

     La neige qui rend l'enfant heureux
    Etend son écharpe de silence.
    Tout s'apaise ! Immanence ....
    Mon cœur extasié, joyeux,
    Contemple l'infini laineux

    Sérénité.

    Luciole

     

    NEIGE DANS LE VAR  (04/02/2015)

     

    NEIGE DANS LE VAR  (04/02/2015)

    Côté droit de la maison, au matin

     

    NEIGE DANS LE VAR  (04/02/2015)

    En face de la maison dans l'après midi

     

    NEIGE DANS LE VAR  (04/02/2015)

    Vignes non loin de notre maison dans l'après midi

     

    NEIGE DANS LE VAR  (04/02/2015)

    Route longeant les vignes non loin de notre maison dans l'après midi

     

    NEIGE DANS LE VAR  (04/02/2015)

    En face de chez nous le matin

     

    NEIGE DANS LE VAR  (04/02/2015)

    Devant la maison le matin

     

     

    NEIGE DANS LE VAR  (04/02/2015)

    Devant notre maison

     

     

    Pin It

    46 commentaires
  • RITOURNELLES

     

    RITOURNELLES

     

    "Ainsi font, font, font, les petites marionnettes,
    Ainsi font, font, font, 3 ptits tours et puis s'en vont...."

     

    Valsent, valsent les années,
    Tourne, tourne le Carousel,
    Montent et descendent les chevaux de bois,
    La vie a filé à la vitesse d'un TGV,
    La vie, inexorablement, emporte mon passé...
    D'en voir la sortie je brûle parfois....

     

    RITOURNELLES

     

    Dans ce nouveau pays de la vieillerie,
    Règnent la confusion, l'insomnie,
    La débâche du corps, objet d'une bataille dure
    Sans cesse renouvelée, peine perdue !
    On grelotte ou l'on brûle...
     

     

    RITOURNELLES

     

    L'amertume qui se cache remonte en rides,
    Aux gestes limités : les verres se brisent...
    En fonction du retour : la balade programmée...
    Trop fragile, le cœur empêche de courir,
    Et l'ouïe qui défaille laisse sur la rive...

     

    RITOURNELLES

     

    "Ainsi font, font, font les petites marionnettes,
    Ainsi font, font, font 3 ptits tours et puis s'en vont..."

     

    Alors, me dites-vous :
    "Au soleil couchant livrer son avenir
    Tranquillement à ce feu céleste s'accommoder...
    Puis tout doucement, allumer la lampe,
    Toute passion éteinte, s'endormir sur un livre...
    Aux affections tendres se régénérer,
    S'abandonner comme un enfant
    Aux choses simples, avec confiance....

    Voilà, me dites-vous :
    "C'est l'âge de raison..."

    Et ron et ron, petit patapon !

     

    Méchante !

     

    RITOURNELLES

    RITOURNELLES

     

     

     

    RITOURNELLES

    RITOURNELLES

    RITOURNELLES

    Hue, cocotte !

     

    RITOURNELLES

     

     

    CADEAU DE OLD NUT :
    Merci infiniment Old Nut

     

    Luciole, à la guérilla du temps
    Faisons de la résistance

    Ron et ron petit patapon

    Soyons de vilains garnements
    Ne quittons pas la danse

    Ron et ron petit patapon

    Prenons nos belles par la taille
    Et soyons un peu canailles

    Ron et ron petit patapon

    RITOURNELLES

    Pin It

    37 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique