•  

     

    AUTOMNE 2014 - L'ETE INDIEN

     

    L'ETE INDIEN DANS LE VAR

     

    C'est l'été qui résiste et perdure dans la verdure,

    Se lovant sous la lumière pure d'un ciel d'azur.

    Mais dès le soir un souffle, tiède encore, torture

    Et retrousse, plein d'espoir, les capitules pourpre-noir

    Des somptueuses dahlias exhibant leur fière gloire

    Sous les cieux où flambe l'Automne

    Qu'une écharpe brumeuse amidonne.

    AUTOMNE 2014 - L'ETE INDIEN

    Les inflorescences sublimes dressent avec vigueur

    Leurs silhouettes sages, inflexibles, au vent séducteur,

    Qui s'éclipse, déconfit, en une amère douleur,

    Effleurant d'un baiser furtif le velouté des fleurs.

     Puis le jour chavira, éperdu, dans un gouffre de sang,

    Et des voiles de deuil se jetèrent sur l'Horizon mourant.

    Dans l'air chuchotent déjà les frimas perfides.

    Un sourd frémissement étreint les fleurs qui se rident.

    Les hirondelles s'expatrient : les nids se vident.

     AUTOMNE 2014 - L'ETE INDIEN

    Mais l'âme voyageuse paresse, joyeuse, indolente,

    Dans la tiédeur du Bel Automne qui vient à pas lents.

    Il pleut des glands qui roulent sur le chemin...

    La vie est douce dans l'or exquis du petit matin !

    Gonflée de sang rouge la vigne chancelle et ploie

    Lourde de ses grappes noires que le soleil poudroie...

    Tiens, un frisson de feuilles rousses au coin d'un bois !

     

    LUCIOLE 83

     AUTOMNE 2014 - L'ETE INDIEN

     

     

    AUTOMNE 2014 - L'ETE INDIEN DANS LE VAR

    AUTOMNE 2014 - L'ETE INDIEN DANS LE VAR

    AUTOMNE 2014 - L'ETE INDIEN DANS LE VAR

    AUTOMNE 2014 - L'ETE INDIEN DANS LE VAR

    (Châtaigniers Collobrières Var)

     

    AUTOMNE 2014 - L'ETE INDIEN DANS LE VAR


    94 commentaires
  • 1er Prix de poésie sur le Net 2011. Thème : l'Amour ! 

    ELOGE DE L'AMOUR

    ELOGE DE L'AMOUR

    J'aime à vivre auprès de toi,
    Ma toute belle, mon aimée,
    Au soir de ma vie, près du foyer
    Quand la douce lumière du soir est tombée.

    Mamie, reste encore à mes côtés
    Avant que la nuit ne vienne nous chercher

    Nous étions si plein de tendresse de toute la journée
    Mesures-tu à quel point je te suis attaché ?
    Auprès de toi, je suis inspiré !

    Mamie, reste encore à mes côtés
    Avant que la nuit ne vienne nous chercher.

    Toi toute douceur, de franchise, de simplicité,
    Toi que je préfère à toute autre sans difficulté
    Auprès de toi, je me sens exister.

    Mamie, reste encore à mes côtés
    Avant que la nuit ne vienne nous chercher

    Qu'y a t'il de plus doux que l'asile de ton sein
    Au matin ,
    Avant la rude journée, les soucis, les soins ?
    Rudement je vieillis, m'économise
    M'épuise...

    Mamie, reste encore à mes côtés
    Avant que la nuit ne vienne nous chercher

    Ta petite main fébrile, amaigrie,
    Comme un petit oiseau fragile,
    Repose dans la mienne déjà presque sans vie...

    Mamie, reste encore à mes côtés
    Avant que la nuit ne vienne nous chercher

    Toi que j'aie cueillie au cœur de l'enfance
    Toi que j'aie bercée en pleine adolescence
    Toi que j'aie gardée avec tant de jouissance

    Mamie, reste encore à mes côtés
    Avant que la nuit ne vienne nous chercher

    Mon cœur te regarde, te contemple...
    Ecoute ton silence.
    Ah, que ne t'ai-je trompée, pourtant...

    Mamie, reste encore à mes côtés
    Avant que le nuit ne vienne nous chercher

    Mon âme attristée se couvre de nuages
    Obscurité soudaine devant l'âtre.
    Ces désordres cruels auxquels je tenais tant,
    Ce soir m'épouvantent !
     

    Mais ta présence tranquille apaise mes tourments
    Et je m'étonne d'être si heureux encore ensemble !

    Mamie, reste encore à mes côtés
    Avant que la nuit ne vienne nous chercher.

    Luciole 83

     

     

    ELOGE DE L'AMOUR

     

     

     





    33 commentaires
  •  

     

     

    Je vous écris du petit matin. J'ai un Rendez-vous d'amour !

    Sur mon âme un rêve encore voltige et bourdonne, comme sur une fleur une abeille en vol.

      

    PRINTEMPS - PETIT MATIN AU JARDIN

     

    Et le rituel commence. J'enchaîne les gestes familiers qui réveillent en ouvrant mes volets pour boire à la fraîche aurore.

    Un soleil timide encore me sourit et j'offre mon front à ses tièdes rayons d'or.

    A son cou déjà se suspend l'aube comme une jeune épousée
    Et l'air est en fête et palpite sous la rosée.

     

     

    PRINTEMPS - PETIT MATIN AU JARDIN

     

     

    Un ciel d'azur tout neuf se pare de rose et d'or irisé.
    Une sourde jubilation jaillit de la terre qui enfante.
    L'herbe scintille, heureuse et pure, fume comme l'encens.

     

    PRINTEMPS - PETIT MATIN AU JARDIN

    Ici et là, les iris, couleur d'améthyste, dansent au vent,
    Offrant leurs cœurs aux insectes butineurs bourdonnants

     

     

    PRINTEMPS - PETIT MATIN AU JARDIN

     

     

    Le forsythia flamboie de tout son or.
    Il jaillit de la terre comme une torche,
    Cadeau de lumière pour des milliers d'abeilles
    Ivres de tant de pollen, quelle merveille !

     

     

    PRINTEMPS - PETIT MATIN AU JARDIN

     

    L'air se trouble d'une puissante odeur camphrée,
    Imprègne le vent de mes subtiles pensées.

    Là-bas, la haie des romarins échevelés,
    D'un vert intense les aiguilles, au revers satinés,
    Constellées de fragiles fleurettes mauves étoilées,
    (jadis par les Romains vénérés comme plante sacrée)
    Jette dans l'air une fragrance boisée,
    Aux courtisans bourdons, maraudeurs enivrés.

     

     

    PRINTEMPS - PETIT MATIN AU JARDIN

     

    Les chênes bruissent sous le vent printanier.
    Et le chœur des oiseaux s'élève dans les blanches ramées
    Des merisiers. Sous leur voile de mariée,
    J'entends l'amour chanter, roucoulement des ramiers.
     

     

    PRINTEMPS - PETIT MATIN AU JARDIN

     

     

     

    PRINTEMPS - PETIT MATIN AU JARDIN

     

    Les pissenlits complotent ! Avec les chardons à profusion
    Se liguent et s'imposent, règnent en maître et se confrontent
    Aux petites fleurs bleues, blanches ou jaunes qui percent le gazon.

    Hermaphrodite pissenlit, petit frère du soleil, ami des enfants polissons
    Soufflants sur tes akènes, qui s'envolent en longues ribambelles fécondes.

     

     

    PRINTEMPS - PETIT MATIN AU JARDIN

     

    PRINTEMPS - PETIT MATIN AU JARDIN

     

    Comme moi, mon jardin ne maîtrise pas tout.
    La "mauvaise herbe" pousse partout.
    Est-elle laide ? Faut-il s'en protéger ?
    Sans elle, le monde ne serait que pierre.
    Il est si bon de se coucher dans l'herbe.

    Dans mon Jardin, la sélection n'existe pas,
    La Nature a fait son choix !

     

     

    PRINTEMPS - PETIT MATIN AU JARDIN

     

    Comme moi, ce Jardin a des limites,
    La liberté est à ce prix !
    Par la clôture, le muret et le portique....

    Comme mes mots enclos par mon éthique,
    Mon intelligence, ma culture et mon Christ !

     

     

    PRINTEMPS - PETIT MATIN AU JARDIN

     

    PRINTEMPS - PETIT MATIN AU JARDIN

      

     

     

     

    PRINTEMPS - PETIT MATIN AU JARDIN

    Poème de ma fille LALY sur le Printemps

     

     Ah ! Merveilleux printemps
    Que nous attendions tant !
    Saison où tout renaît !
    A tous nos sens, bien plaît !
    Il caresse et éveille,
    Par toutes ses merveilles !

    Printemps tant désiré,
    Plein de belles promesses
    Renouvelées sans cesse !
    Avec son arrivée
    Remet plein de couleurs ;
    Dans nos regards : lueurs !

    Avec ses chants d'oiseaux,
    Nos voix se mêlent : "bravo!"

    Laly

    (Merci ma chérie : très beau ! j'aime bcp ! Mum)

     

     

    PRINTEMPS - PETIT MATIN AU JARDIN

    Cliquer sur l'image - Merci !
    pour avoir l'article du blog INSUNDGAU (très intéressant)
    "Les vertus des bonnes 'mauvaises' herbes les plus courantes"
     

     



    34 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique