•  

     

    FUTUR PROCHE n°50

    (Hé oui ! déjà !!!)

     

    LE TRAQUENARD !

     

     

    Puis quelque chose glissa, comme une inquiétude dans la transparence de l'air surchauffé.... comme une résonance saugrenue dans la quiétude.... comme l'attente d'une chose qui ne forme pas sens....

    Une vibration infinie qui s'amplifiait, qui exerçait une pression sur les oreilles....

    Les deux amies épièrent  l'horizon, souffle suspendu ... ??? (Episode précédent  n° 49 - ICI !)

     

    Elles épièrent l'Horizon, tout souffle suspendu .....

    Enfièvrement qui étreignait les viscères, qui ricochait sur l'inquiétude....

    Puis le son élargit l'Espace qui sembla se mouvoir en grondements démentiels....

    Impression sauvage que tout pouvait arriver... D'autant plus que Wanga ralentissait sérieusement...

    La route était un lieu vide... Nulle présence... Lieu de l'attente...

    Et pourtant, insensiblement, le paysage changeait... Danse tourbillonnante des feuillages... Les arbres bougeaient et craquaient... Des bandes d'oiseaux sillonnaient le ciel en criaillant... 

    Roulement crescendo qui s'enracinait dans un mystère sans nom... Terrible fragilité de l'être ! Est-ce un violent orage qui s'annonçait ?

     

    La Chose se précisa... Des ombres épousaient l'Horizon trouble qui dansait dans les vapeurs de chaleur... L'épouvantable grondement se déploya, entra dans les corps, déborda de toutes parts, annihilant les distances....

    Chair de poule !

    Dans un fracas d'enfer, une colonne de mastodontes surgit au ralenti - choc lourd du métal sur le revêtement de la route qui propageait le bruit assourdissant...

     

    FP n° 50 - LE TRAQUENARD

     

    Quarante cinq tonnes de coupe de bois, par camion, et de tôles martyrisées s'avançaient vers eux dans les incandescences vibrantes de la touffeur tropicale....

    "Des grumiers, longs de plus de 18 mètres" expliqua enfin Wanga... "Ils partent vers le port de Libreville où ils seront chargés sur des cargos

    "Des grumes de bubinga, bélé, ébène, sipo et padouk qui serviront à la fabrication de meubles en ébénisterie ou en marqueterie.

    "D'autres bois de moindre qualité, comme l'okoumé ou le limba, seront dirigés vers des usines locales pour y être débités en planches...."

     

    FP n° 50 - LE TRAQUENARD

     

    Brusquement, le premier camion fit des appels de  tous ses phares, toute sirène hurlante... comme un signal codé ....

    Les femmes éblouies, sursautèrent violemment, le coeur battant la chamade... Elles hurlèrent sous le choc des décibels en se plaquant les mains sur les oreilles.... 

    Wanga semblait inquiet ! Il ralentit encore et roula au pas... Le deuxième camion, loin derrière le premier, fit de même... Cette fois Wanga comprit ! 

    Incompréhension totale des femmes, profondément apeurées... Une attaque en règle des camionneurs ?

    Wanga prit une décision rapide et le 4x4 s'arracha brutalement du bitume dans un crissement de pneus.... Il remonta la file des grumiers à toute vitesse....

    "Un barrage de militaires, accompagnés par les agents très spéciaux de  'la Sécurité'!" expliqua brièvement Wanga "Ils nous attendent ! Vos bots vous trahissent ! "...

    Les agents de la "Sécurité" avaient très mauvaise presse dans le monde entier... On les soupçonnaient d'opérer des enlèvements manu-militari.... Les personnes enlevées ne revenaient plus... Les Cités tremblaient à l'évocation de ce terrible nom... Il répandait une sorte de terreur...

    La Justice s'appuyait sur cette force très spéciale pour se faire respecter... Chacun le savait !

    Les amies respirèrent  profondément, le coeur fracassant à grands coups leurs cages thoraciques... Leurs bots ne les aidaient plus ! Ils n'essayaient plus de tempérer leurs émotions... Mylan avait les nerfs à vif... Catlin essuyait la vraie peur pour la première fois de sa vie.... Mano ne lui donnait plus aucun conseil... Elle sentit combien elle était petite face aux aléas de la vie sans sa protection....

    Pourtant, la vie émergeait en elle, bouillonnait, galvanisée par l'adrénaline... Elle découvrit à quel point elle était comme morte sans le savoir, son bot prenant toutes les décisions pour elle...  Mano était d'ordinaire comme une présence réelle, si réelle qu'elle le sentait en permanence à ses côtés... Il se manifestait constamment, surtout quand elle souffrait, mais il paralysait sa volonté...

    Son silence était étrangement perturbant ! Douleur de la solitude ! D'un coup, la consternation la submergea....  Mano l'avait aidée à se réfugier dans un autre monde... Grâce ou à cause de lui, elle avait constamment fui la réalité....

    Enfin, un immense parking se présenta... Wanga ralentit l'allure, roula sur le parking, et, tournant à droite à angle droit,  engagea le véhicule sur un étroit chemin forestier quasi impraticable qui se perdait dans les profondeurs glauques de la forêt... Comme dans un immense couloir  de cathédrale... 

    Les femmes, ballottées en tous sens, se cramponnèrent comme elles purent à la poignée des portières.... en se tenant le bras pour ne pas se cogner la tête sur les vitres.... La végétation labourait violemment le véhicule en grinçant... Le 4x4 tressautait de toute sa carcasse  dans un bruit métallique infernal et force couinements... Le supplice sembla durer une éternité !

    Les roues de la voiture lourdement chargée émirent soudain des clapotis, puis de grandes vagues d'eau submergèrent le véhicule.. Elles comprirent que Wanga venait de traverser une profonde mare dans le sol accidenté... Catlin se cramponnait au bras de son amie en gloussant d'excitation... comme si elle se trouvait dans un manège très spécial... ou dans une séance de réalité virtuelle mouvementée.... Mylan éclata d'un  rire nerveux... qui libéra une partie de la tension accumulée en elle.... 

     

    FP n° 50 - LE TRAQUENARD

     

    Soudain, Wanga ralentit, stoppa net en leur soufflant un chut impératif... et coupa le moteur... le véhicule se trouva totalement enfoui dans un tunnel de verdure...

    Un flap flap bien reconnaissable ainsi qu'un sifflement aigu au-dessus de leur tête, le bruit de la végétation secouée en tous sens avertirent les femmes qu'un Drone patrouillait à plus de dix mètres d'altitude, au ras de la canopée.... Elles retinrent leur souffle !

     

    FP n° 50 - LE TRAQUENARD

     

     

    Wanga fouilla rapidement dans le fatras d'un immense sac placé sur le sol du 4x4 côté passager, jeta vivement sur elles une sorte de lourde couverture argentée, puis fit de même pour lui... rendant inutilisables les appareils de détection de la chaleur humaine... matériel acheté aux braconniers qui lui servait de tente en forêt... 

    Le bruit s'intensifia... le Drone s'impatienta en tournant en larges cercles au-dessus de l'épaisse canopée.... Puis la végétation se calma, signifiant que le Drone était loin.... Le sifflement s'atténua, on ne distingua plus les flap-flap.... 

    Cependant, les Assistants Personnels des deux femmes émettaient un signal bien précis, permettant d'ordinaire de localiser les connectés en cas de danger ou d'enlèvement, ou tout simplement les déserteurs.... et les Drones revinrent peu à peu... fouillant méticuleusement de leurs appareils les épaisseurs insondables de la frondaison... 

    Wanga pesta mentalement.... conforté dans sa décision de ne jamais être connecté, malgré toute son incapacité à vivre dans une Cité ... Combien de temps pourra t-il vivre ainsi en lisière de forêt sans être inquiété par toutes ces conneries rendues obligatoires par les techniciens actuels qui gouvernaient la Planète à l'aide d'une Machine tellement perfectionnée que sans elle, rien ne serait possible ??? 

    Il se contraint à rester calme... Les femmes ne bougeaient pas... lui rendant la tâche plus facile ! Il se rendit soudain compte à quel point elles étaient dangereuses malgré elles pour sa Communauté... ou toute autre d'ailleurs !!!

    Allait-il pouvoir remplir son contrat et leur faire admirer la faune et la flore de sa merveilleuse  Jungle ? Les conduire vers ce lieu tenu si secret par les dirigeants où se trouvaient emprisonnés les Insurgés ? Il allait devoir faire prévenir ceux-ci par un de ses amis en qui il avait entièrement confiance et leur demander leur autorisation... Les idées lui venaient en vrac dans son esprit rationnel.... Tout s'organisait... puis se mémorisait... 

    Les Dirigeants les avaient suivis depuis le début... !!! ... Ces foutus bots ! 

    Le Drone cherchait à se poser, c'était évident ! Wanga rit sous cape.... Il connaissait sa forêt par coeur... Ils pouvaient toujours courir, ces connards... 

    Cependant, il sut que la partie était perdue d'avance... Ils les suivraient en tous lieux, via les bots ! Même si les locaux les aidaient à se cacher...

    Comment faire ? 

    Perdus pour perdus, il tenta de téléphoner à un scientifique de sa connaissance... Lui expliqua la situation en quelques mots... Les femmes, qui commençaient à transpirer dur sous la couverture, malgré la relative fraîcheur diffusée par leurs combinaisons thermo-régulées, pliées par une envie naturelle... écoutaient fébrilement ... 

    Un jour, se rassura Catlin, elle racontera à son entourage tous ces événements et.... ils en riront.... un jour.... 

     

    Le Drône s'éloignait... il s'éloignait.... Sans doute les occupants avaient-ils compris l'inutilité de leurs efforts... Ils les attendraient sur terrain découvert...

    Mylan les débarrassa rapidement de leur couverture étouffante... 

    Des mouches et des myriades d'insectes s'agglutinaient en crissant  sur les vitres sales tachetées de débris d'herbes.. Une fraîche odeur de verdure, d'humus, se mêlait à des exhalaisons de pourriture et de linge moisi.... 

    Wanga écoutait religieusement son correspondant sans mot dire.... Même si celui-ci vivait dans un blockhaus sous terre, il savait que leur conversation était enregistrée dans les circuits de la Machine... via son téléphone... Sans aucun doute, un voyant rouge clignotait quelque part....  Il enrageait !!! Jamais il n'avait subi une telle situation et il comprit soudain  à quel point les êtres humains étaient entièrement sous tutelle, et lui aussi, lui aussi..... 

    Il reposa l'appareil sur son support et projeta un liquide bleu sur l'immense glace de devant et sur la vitre arrière... que les essuies-glaces tartinaient en couinant....

     

    La chaleur devenait suffocante... Une buée se formait progressivement sur les vitres... Il était impossible d'ouvrir les fenêtres à cause des nuées d'insectes au dehors...

    Wanga mit la ventilation au maximum... démarra le 4x4 et déclencha la clim...

    Il se tourna vers les deux femmes et leur annonça sur un ton autoritaire :

    "Vous devez me faire confiance... La piste latéritée qui devait nous conduire au Parc de la Lopé est devenue trop dangereuse... La Sécurité nous y attend certainement... Je vais devoir emprunter les chemins forestiers..."

     

    Les femmes, résignées, profondément déçues, hochèrent la tête...

    "Pas d'inquiétude, nous verrons les occupants de la forêt : promis !" leur assura tendrement Wanga... En route !"

    "Heu... peut être pouvons nous .... nous soulager avant ?" demanda timidement Catlin... Mylan approuva vigoureusement... 

    Wanga éclata de rire et reconnut que lui aussi...  Il fouilla dans son sac et les pulvérisa d'un puissant insecticide à l'odeur entêtante.... puis il remit à chacune une moustiquaire serrée par un élastique qu'elles enfilèrent sur leur tête... 

    "Pas pratique, vos combinaisons" s'inquiéta t-il soudain... 

     

    Catlin tira sur le haut de sa combinaison moulante qui se détacha comme une peau du pantalon... 

    "Pas de souci" déclara t-elle... 

     

    Chacune s'engagea dans la végétation dense avec moult précautions... Ce n'était pas le moment de rencontrer un serpent ou autres bestioles indésirables.... 

    Quand elles revinrent dans la voiture, Wanga les attendait avec une bouteille d'eau glacée pour chacune et des barres vitaminées délicieuses au chocolat... La voiture empestait l'insecticide, qui piquait les yeux et raclait la gorge... 

     

    Puis le véhicule reprit les chaotiques chemins forestiers qui formaient des labyrinthes et des entrelacs compliqués au coeur d'une végétation touffue...

     

    Luciole

    A suivre

     

    Episodes n° 1 à 35  : voir ICI (sur n° 35)

    Episodes n° 36 à 45 : voir ICI  (sur n° 45) 

    Epicode n° 46 - Révélations de Wanga- Jésus - Juan Diego - Notre Dame de Guadalupe - Espionnage du CDU - Pas de bot pour Wanga - Les Fang et Dieu Amour - La Peur de Mylan - Déception de Catlin - Mano muet - Complot du CDU

    Episode n° 47 - Le Chant en Langue ou glossolalie - Extase et Fou rire de Catlin - Le rire contagieux - Les locaux - Allégresse générale - l'Esprit d'Amour et les Fang - Thérèse d'Avila - "Le Grand Rire Divin" de Paul Claudel - Silence radio des bots de Mylan et Catlin ???

    Episode n° 48 - Les cigognes noires - Départ de l'Hôtel de Libreville - La Brume - les insectes - Procréation - le Marigot - les cigognes noires - les nids des cigognes noires - le Vol des cigognes noires - Départ

     

     

    Pin It

    16 commentaires
  •  

     FUTUR PROCHE n° 49

     

    LA MOTO ET WANGA

     

    FP n° 49 - LA MOTO et Wanga

     

    Route de Libreville vers le Parc de la LOPE (en vert)

     

    L'air n'était plus désormais que tempête de feu... Des parfums lourds, entêtants, charriaient l'explosion de la vie, la vase, la pourriture, la mort.... 

    Ils quittèrent ces lieux magiques avec regret... La clim ronronnait dans le 4x4 chauffé à blanc... (Episode précédent n° 48 - ICI)

     

    FP n° 49 - LA MOTO et Wanga

    Projet de la future route PK5-PK12 pour 2018 (7 km de prévu : 80% de réalisés en Sept 2018) 

    Peut être pour 2050 ?

     

    "Les routes à touristes sont désormais constamment restaurées" commenta fièrement Wanga...

    Autrefois, ce n'était que des saignées rouges en latérite au milieu d'un océan de verdure...

     

    FP n° 49 - LA MOTO et Wanga

    Route en latérite et poussière à chaque passage à la Lopé en saison sèche

     

     

    Comme le sont encore actuellement la plupart des pistes desservant nos villages .... Des routes cahoteuses presque impraticables, hors d'usage pendant la saison des pluies... Des pistes qui malmènent les lombaires des usagers... 

    Cependant, ces routes qui bénéficient d'un revêtement spécial, adapté à notre région, souffrent beaucoup et sont soumises à de rudes conditions climatiques, surtout pendant la saison des orages ou ouragans.... Les eaux de ruissellement, les inondations brutales, l'agressivité permanente de la végétation, le trafic constant de lourds camions transportant des grumes de bois de l'intérieur du pays vers Libreville..... les dégradent à une vitesse impressionnante.... 

    Sur nos pistes de latérite, le moindre trou d'eau finit par devenir très rapidement une crevasse imposante.... ces voies de circulation latéritées n'opposent qu'une maigre résistance au matraquage des pluies violentes... limitant fortement tout échange ou distribution de produits.... Beaucoup de nos villages en lisière de forêts sont isolés... 

    D'autant plus que les grands arbres font écran aux rayons solaires qui pourraient assécher rapidement mares ou bourbiers....

     

    FP n° 49 - LA MOTO et Wanga

    Piste de latérite en saison des pluies 

     

    Ne soyez donc pas surprises si nous rencontrons des villages qui semblent figés dans le temps,  ou des routes qui se terminent brusquement en pistes, souvent transformées en torrents sous les pluies torrentielles....

    Hormis quelques Drônes au coût fort élevé pour les villageois, le meilleur moyen pour se déplacer : c'est la moto ! "

    "Une moto ?" s'exclama Mylan stupéfaite.... "Mes parents en avaient une, je me souviens ! Il en existe encore ?"

     

    FP n° 49 - LA MOTO et Wanga

     

    "Je pense bien ! Nous avons des mécaniciens hors pairs qui peuvent ressusciter tous les vieux modèles hors d'usage...."répliqua en souriant Wanga.... Elles permettent à de nombreux villageois de se glisser dans les sentiers étroits, peu carrossables,voire même en forêt ....!

    Ce sont désormais des motos très perfectionnées par les soins de nos petits génies de la bricole.. mais qui demandent une grande dextérité, une vigilance de chaque instant...  La conduite est particulièrement sportive ! surtout sous la pluie, le vent, la chaleur torride.... Nous risquons souvent de nous embourber... C'est vite épuisant, je l'avoue ! 

    Mais quelle aventure aussi .... Je suis un passionné de moto, vous savez ! c'est exaltant !!!"

    "Tu en possèdes une, Wanga ?" demanda Catlin qui rêvait de chevaucher un pareil engin derrière lui"

    "Une bonne partie des Hommes de ma famille en possède une... J'ai récolté celle de mon père que je bichonne comme un trésor ! C'est mon bébé !"

     "Seulement les Hommes de ta famille, Wanga" sourit malicieusement Mylan "Seriez-vous machistes ?"

    Wanga éclata de rire ! 

    "C'est très dur physiquement, vois-tu ! Mais peut être as-tu raison ! La Femme est maîtresse dans beaucoup de domaines, mais les traditions sont très présentes, c'est vrai ! Ce sont ces traditions qui dominent encore nos vies dans nos villages reculés ! Cependant, rassures-toi, Mylan, beaucoup de Femmes conduisent actuellement les 4x4 ! Certainement d'avantage que les personnes des villes modernes qui prennent en permanence taxis, voitures auto-commandées ou transports en commun... Avez-vous l'occasion de conduire souvent par chez vous ? "

    "Ma foi, non, tu as raison, Wanga.... Mille excuses ! J'ai conduit dans mon jeune temps, mais nous n'en avons plus la possibilité... La conduite personnelle est interdite désormais dans nos villes ... " reconnut Mylan en riant.... Puis songeuse, elle continua en soupirant :
    "Et nous ne sortons guère plus loin que dans nos quartiers... tout devient compliqué et surtout très onéreux ! Les réalités virtuelles remplacent confortablement les véritables voyages... Nous contentons nos envies de voir le monde, la Nature, la flore et la faune à peu de frais sur nos immenses écrans, dans nos caissons de réalités virtuelles.ou dans le monde magique mais artificiel des canopées, des musées...C'est ainsi que l'on nous maintient enfermés, gavés d'images et de bruits, soumis....  dans notre veulerie..."

    "J'ai longtemps conduit avec passion un petit bolide que m'avait acheté mon père", soupira Catlin... "Mais je monterai volontiers sur ta moto, Wanga..." se livra -t-elle soudain avec enthousiasme"... 

    Wanga ressentit une immense joie à l'écoute de cette requête  inattendue... Il la regarda avec tendresse dans l'immense rétro du véhicule et lui sourit de toutes ses dents blanches.... que Catlin reçut comme la promesse d'un fougueux baiser... Elle soutint son regard avec la hardiesse d'une femme sûre d'elle ! Ses yeux parlaient pour elle !

    Elle avait le visage d'une petite fille grandie trop vite, une petite bouche enfantine mais un regard sans innocence.... Tout son corps respirait une sensualité assumée très tôt...  Une prompte jalousie le broya .... Il eût tant aimé l'initier... Sa chair se réveilla soudain au moment où il ne s'y attendait le moins... Il concentra son esprit sur la route... Mais quel âge pouvait elle avoir... elle paraissait si jeune.... 

    Catlin rêvait toute éveillée ! Au fond d'elle même, elle se préparait déjà à ce qui allait être.... bercée par un avenir incertain mais prometteur... fort différent de tout ce qu'elle avait connu jusqu'alors... Elle supputât mentalement de la tournure des événements à venir... puis y renonça, tant ils lui semblèrent hors de sa conscience.... Tout était si étrange ici ! 

     

    La voiture filait à grande allure sur la voie Express surchauffée, enchâssée dans un écrin de frondaison, ou longeant des plaines flamboyantes sous les éblouissements blancs du soleil .... 

     

    FP n° 49 - LA MOTO et Wanga

    Parc de la Lopé 

     

    "Nous nous rendons dans le PARC NATIONAL DE LA LOPE", dans le Province de OGOOUE-IVINDO, situé à 290 km de Libreville, à environ 5 heures de route de cette ville" reprit Wanga, rompant le silence qui s'était installé....

    Les deux femmes, fascinées, regardaient défiler une merveilleuse mosaïque de forêts denses qui s'allumaient soudain de plaines où se creusaient parfois des marigots scintillants... suivies de magnifiques paysages vallonnés à couper le souffle.... 

     

     Puis quelque chose glissa, comme une inquiétude dans la transparence de l'air surchauffé.... comme une résonance saugrenue dans la quiétude.... comme l'attente d'une chose qui ne forme pas sens....

    Une vibration infinie qui s'amplifiait, qui exerçait une pression sur les oreilles....

    Les deux amies épièrent  l'horizon, souffle suspendu ... ???

    Luciole

    A SUIVRE

     

    FP n° 49 - LA MOTO et Wanga

    Bisous

     

     

    Les grands petits enfants arrivent pour quelques jours de vacances...Bises et à bientôt (fin de semaine)... !

     

     

    Episodes n° 1 à 35  : voir ICI (sur n° 35)

    Episodes n° 36 à 45 : voir ICI  (sur n° 45) 

    Epicode n° 46 - Révélations de Wanga- Jésus - Juan Diego - Notre Dame de Guadalupe - Espionnage du CDU - Pas de bot pour Wanga - Les Fang et Dieu Amour - La Peur de Mylan - Déception de Catlin - Mano muet - Complot du CDU

    Episode n° 47 - Le Chant en Langue ou glossolalie - Extase et Fou rire de Catlin - Le rire contagieux - Les locaux - Allégresse générale - l'Esprit d'Amour et les Fang - Thérèse d'Avila - "Le Grand Rire Divin" de Paul Claudel - Silence radio des bots de Mylan et Catlin ???

    Episode n° 48 - Les cigognes noires - Départ de l'Hôtel de Libreville - La Brume - les insectes - Procréation - le Marigot - les cigognes noires - les nids des cigognes noires - le Vol des cigognes noires - Départ

     

    Pin It

    19 commentaires
  •  

     

    EPOUSTOUFLANT CALCUL MENTAL EN CM1- CM2 

     

    Qui a dit que le calcul mental était rébarbatif pour les élèves?

     

    Démonstration de différentes techniques de C.M.R. (Calcul Mental Rapide) utilisées à l'école Sainte-Bernadette de Tarbes en C.M.1-C.M.2.

    La gestuelle nous est propre.

    Elle est librement adaptée de la gestuelle indienne "abacus finger".

    Les techniques d'additions et la graphie des chiffres sont inspirées de celles de Scott Flansburg,

    la plupart des autres techniques sont personnelles à notre école: nous les avons adaptées aux enfants à partir de techniques de Trachtenberg ou de techniques védiques.

    Ces enfants ne sont pas des surdoués mais des enfants ordinaires. Et surtout, tous y arrivent, y compris des enfants encore en difficulté il y a 6 mois.

    Ce résultat est obtenu grâce à une équipe pédagogique professionnelle et passionnée.

     

    Pour en savoir plus, cliquez sur le lien ci-dessous :


    27 commentaires
  • Mélodia africana Ludivico Einaudi 

     

    Mylan, allongée dans son lit, les yeux grands ouverts dans le noir de sa chambre, souriait tranquillement.... c'est vrai que Do-Mi était aux abonnés absents... Elle se mit à rire doucement... Que leur préparaient donc les dirigeants du CDU  (Centre de Données Universel) ???

    Le fait que Wanga n'était pas manipulable par un bot quelconque la rassura complètement ! C'était un Homme fort qui ne comptait que sur lui-même.... Waouuuh ! Que  c'était bon ! Brusquement, elle l'envia ! 

    (Episode précédent n° 47 - CLIC)

    FP n° 48 - Les Buffles

    Brouillard au petit matin

     

    FP n° 48 - Les Cigognes noires d'AfriqueLe bourdonnement des voix dans le couloir, les bruits de pas pressés martelant le carrelage, les klaxons impatients des bus qui ronronnaient au dehors... réveillèrent Mylan bien avant sa montre connectée. 

    Immobile dans son lit douillet, elle guettait les bruits.... Echos lointains des Drônes....

    Rêves et réalités s'enchevêtrèrent dans l'obscurité de la chambre pour s'enfuir sur le fil ténu d'un ailleurs plein d'ivresse.... quand l'alarme de la montre connectée la ramena brutalement au creux de son lit dont elle dut s'extraire avec peine.

    Voile cafardeux qui s'étira sous le jet d'eau bouillant de la douche.... puis s'éparpilla dans le silence ouaté de la chambre...

    La valise était prête et attendait sagement au pied du lit sous la lumière tamisée des plafonniers...

     

    FP n° 48 - Les Cigognes noires d'AfriqueCatlin était déjà prête, fraîche et pimpante dans sa combinaison de camouflage  thermo-régulée identique à celle de Mylan, qui moulait son corps de déesse africaine... 

    Mylan lui sourit... La vie s'écoula comme une chanson claire, chassant le vertige embrumé de son esprit.... 

    La musique feutrée des mots léthargiques gonflés de sommeil, nimbée de lumières tamisées, les cueillit dans la salle du restaurant à moitié vide.... 

    De vifs éclats de lumière frétillaient dans la nuit encadrée par les grandes baies.... Frénésie des drônes circulant en tous sens.... 

     

     

    FP n° 48 - Les Cigognes noires d'AfriqueWanga était là ! Un Tee-shirt marron sculptait son corps vigoureux et puissant, sur un pantalon de brousse vert bariolé de marron... Il respirait la Force tranquille d'un Homme équilibré et épanoui... 

    Qu'il est beau ! pensa Catlin impressionnée, qui scruta machinalement son reflet dans le miroir noir des grandes baies... Satisfaite, elle s'élança d'un pas vif vers Wanga qui lui souriait, les yeux pétillant d'une gaieté amusée... 

    Cet amoureux des grands espaces, épris de liberté, était profondément heureux d'avoir accepté de diriger cette expédition aux côtés de ces deux femmes magnifiques....

    Cependant, il était conscient qu'il devra user de beaucoup de diplomatie et de finesse d'esprit face aux réactions et points de vue de ces deux amies, formatées par un mode de vie artificiel ultra policé et connecté, brusquement sorties de leur contexte, projetées dans un monde sauvage et dangereux... Le choc promettait d'être rude ! 

    Lui qui était si ancré dans l'Histoire et les moeurs de son pays, allait-il trouver les fragiles passerelles rendant possible une union entre leur monde et le sien ? 

    Leur enthousiasme résistera t-il aux lendemains lucides dans la Jungle sauvage et hostile ? 

     

    Une forte humidité montait lentement du sol, se transformant progressivement en de mystérieuses brumes épaisses parcourues de lueurs douteuses... 

    Médusées, les deux amies assistèrent au spectacle saisissant de l'agonie d'un demi-jour qu'un brouillard dense noyait de tristesse....

    "C'est l'"o-bongebonge" : le brouillard de l'aube" expliqua Wanga "Ce brouillard vient souvent de la mer et des amplitudes de températures... C'est un crachin qui salit. Chaque gouttelette en suspension entoure une fine poussière ou du sel qui se sédimente sur tout, sur les voitures....."

    Le solide petit déjeuner avalé, ils partirent en traînant les valises vers le fantomatique 4X4 garé non loin.... Un froid polaire les cueillit dès la porte de l'Hôtel franchie.... Wanga leur offrit à chacune une confortable veste de treillis verte et marron bien chaude... tirée de la voiture chargée à bloc... Une fois les valises difficilement casées, les femmes se tassèrent derrière, serrées l'une contre l'autre.... Les combinaisons s'ajustèrent enfin à la température ambiante et réchauffèrent les corps gelés...

    Wanga revint en leur tendant d'immondes bottes caoutchouc montant jusqu'aux genoux et.... d'épaisses chaussettes... Sans rechigner, elles retirèrent leurs superbes bottines moulantes, enfilèrent les chaussettes et les bottes ... Bon sang, quelle allure ! Elles éclatèrent de rire et plaisantèrent, ce qui soulagea grandement Wanga.... Pas sure qu'elles sachent marcher avec ces lourdes bottes dotées d'une épaisse semelle protégeant des épines et des aléas des chemins forestiers.... 

    Le 4x4 vrombit et s'engagea dans des abstractions mouvantes sur une route parfaitement bitumée... Les femmes eurent l'impression d'être prises dans un étau ouaté... L'espace se resserrait malgré les lumières des projecteurs du véhicule... vacillantes comme des torches.... Wanga conduisait prudemment...guidé par ses écrans, la voix neutre qui donnait des ordres brefs et l'habitude.... Les deux amies eurent l'impression de plonger dans une piscine d'eau laiteuse... 

    Bercées par le roulis et le ronron du 4x4, elles ne tardèrent pas à s'endormir, blotties l'une contre l'autre.... Wanga sourit... Le voyage leur paraîtra moins long ! Elles émettaient de petits bruits de souriceaux... Il retint un formidable éclat de rire.... 

     

    Il fit jour presque sans transition... Le brouillard se disloquait en lambeaux, balayé par un souffle de brise... et les rayons obliques du soleil... Elles furent brusquement réveillées par le raffut strident, métallique des grenouilles ... Les batraciens s'époumonaient en opéra indescriptible de cris, sifflements, coassements, vibrations, stridulations, voire de longs cris de bébé.... Tout un jeu de séduction grégaire féroce pour prolonger leurs gènes, procréer  à tout prix ! 

    Les hautes herbes vibraient de toute une population invisible d'insectes... des myriades d'insectes... Un bruissement aigu, continu d'élytres....  La plaine, enserrée par l'implacable étreinte de la Forêt,  exsudait de fines évaporations transparentes en longues vagues molles ... Senteurs âcres et fortes qui montaient du sol couvert de rosée.... 

    Plus loin, un marigot enclavé, comme une tache de lumière, se perdait dans les labyrinthes de verdure... 

    Wanga stoppa le 4x4.... Il fit signe aux femmes de se taire et de regarder la vie matinale qui déjà se débattait en secret dans les herbes et les buissons... Des drames s'y jouaient en silence.... 

    Il leur chuchota que parfois, cet endroit magnifique révélait des trésors, mais il fallait absolument rester immobile et ne pas sortir du véhicule pour ne pas dévoiler leurs odeurs humaines.... L'attente fut brève...

     

     

    FP n° 48 - Les Cigognes noires du Gabon

    Cigogne noire africaine

     

     

    Bientôt, de curieuses cigognes noires sévères, compassées et dignes sortirent de l'abri des roseaux d'une démarche lente, mesurée, hésitante, levant délicatement leurs longues pattes avant de les reposer avec circonspection, puis figées d'immobilité, à l'affût, pour repartir enfin à pas comptés...

    Dandinement cocasse et si peu gracieux, si solennel que Catlin pouffa de rire en sourdine .. 

    "Chuuut ! L'espèce est très discrète et farouche" chuchota doucement Wanga " supportant mal le moindre dérangement qui peut l'inciter à abandonner nid et petits.... Ces cigognes sont très protégées par les habitants, mais elles fuient la compagnie des Hommes...

    "Cependant, il est vrai qu'elle a été très menacée par la déforestation, le drainage des zones humides et l'usage intensif  des pesticides en Afrique

    "Cette cigogne ne quitte pas l'Afrique. Elle est de la même famille que les ibis, les hérons et les flamants roses.... Sa taille est plus petite que la cigogne blanche. A peu près de 0,95 à 1,05 m, envergure de 1,85 à 2,5 m et son poids d'environ 3 kg.

     

    FP n° 48 - Les Cigognes noires d'Afrique

     

    "Regardez son plumage, il s'irise de vert et de pourpre.... Son ventre et le dessous de ses ailes sont blancs. Son bec et ses pattes sont rouges. Le mâle est identique à la femelle.

    "Les jeunes  qui s'égaient à droite, là, observez leur plumage plus terne, et leurs pattes jaunes.... 

     

    FP n° 48 - Les Cigognes noires du Gabon

     

    FP n° 48 - Les Cigognes noires du Gabon

     

    "Elle niche en forêt dans le haut des arbres... ou bien dans une corniche rocheuse. D'abord, elle aménage une volumineuse plate-forme à l'aide de branchages, sur laquelle elle construit le nid avec des rameaux plus fins et de la mousse .

     

    "Lors de la parade nuptiale, les partenaires tendent le cou, la tête basse, tout en écartant les ailes de manière à présenter les belles plumes blanches. Ils se saluent au-dessus du nid et continuent ensuite à parader sur celui-ci. 

    "Ces échassiers font des claquements de bec lorsqu'ils sont irrités, mais en général, ils émettent des sifflements saccadés.... Ils sont cependant très expressifs, possédant plusieurs notes au son guttural...

    "Les oeufs sont blancs teintés de vert. Le couple couve les oeufs et s'occupent des petits - les cigogneaux - chacun à leur tour... Les couvées durent en général de 30 à 40 jours.. Et 2 à 8 cigogneaux sont élevés de Mars à Juillet pendant 60 à 70 jours.... 

     

    Magnifique vidéo, mais tournée en France...; Désolée : pas trouvé en Afrique ! Merci à leurs auteurs..... 

     

    FP n° 48 - Les Cigognes noires du Gabon

     

    FP n° 48 - Les Cigognes noires du Gabon

     

    "Les petits quittent le nid au bout de 60 à 70 jours et sont sexuellement matures à 3 ans... Cette espèce ne produit qu'une seule couvée ....."

     

    "De quoi se nourrit -elle ?" demanda Catlin, passionnée...

     

    "Les cigognes noires vivent en forêt près des marais et des plaines humides. Elles se nourrissent de batraciens, de petits mammifères, de poissons, de serpents, de crustacés, d'insectes... 

    Cigogne contre une martre qui lui vole ses oeufs

    La martre, éjectée.. s'écrasera au sol...

     

    FP n° 48 - Les Cigognes noires du Gabon

     

    "Elles peuvent rester à l'affût avec une patience infinie, scrutant l'eau, parfaitement immobiles... Soudain, leur cou se détend à une vitesse extraordinaire pour remonter une proie. Spectacle saisissant ! ..."

     

    Wanga fut brusquement interrompu par un vacarme infernal de claquements, de sifflements, de cris discordants ... Un attroupement de cigognes se disputait une grenouille dans un grand enchevêtrement d'ailes noires... Des cigognes s'élancèrent brutalement à l'assaut du ciel,  en jetant de grands claquements de bec d'excitation, de cris rauques, battant l'air de leurs immenses ailes dans un vol long et majestueux... 

     

    FP n° 48 - Les Cigognes noires du Gabon

     

    Ravies, les deux femmes sortirent vivement du 4x4 pour admirer le vol élégant, vigoureux et régulier de ces échassiers qui, le cou et les pattes tendues,  se glissaient dans les courants thermiques de leurs ailes raides...  et tournaient en rond au-dessus d'elles...

     

    FP n° 48 - Les Cigognes noires du Gabon

    Wanga leur demanda de retourner dans le véhicule... Juste à temps pour voir peu à peu atterrir les immenses volatiles, les rémiges grands ouverts (plumes noires au bout des ailes qui servent à décoller une fois fermées et à l'atterrissage, ouvertes)... Quelle grâce prodigieuse... Quelle Beauté absolue ! 

     

    FP n° 48 - Les Cigognes noires du Gabon

    Atterrissage, rémiges grands ouverts

     

    Mais la paix était fracassée... les volatiles se dandinaient, exaspérés... Départs impulsifs, retours pitoyables en protestations indignées au gré des fluctuations incohérentes du groupe.... L'atroce odeur humaine flottait dans l'air... Tous les volatiles s'enfuirent brusquement dans l'abri de la forêt toute proche.... 

    Demeurait dans l'esprit des deux amies la Beauté entrevue dans ces quelques instants intenses.... 

     

    L'air n'était plus désormais que tempête de feu... Des parfums lourds, entêtants, charriaient l'explosion de la vie, la vase, la pourriture, la mort.... 

    Ils quittèrent ces lieux magiques avec regret... La clim ronronnait dans le 4x4 chauffé à blanc... 

     

    Luciole

     

     

    Episodes n° 1 à 35  : voir ICI (sur n° 35)

    Episodes n° 36 à 45 : voir ICI  (sur n° 45) 

    Epicode n° 46 - Révélations de Wanga- Jésus - Juan Diego - Notre Dame de Guadalupe - Espionnage du CDU - Pas de bot pour Wanga - Les Fang et Dieu Amour - La Peur de Mylan - Déception de Catlin - Mano muet - Complot du CDU

    Episode n° 47 - Le Chant en Langue ou glossolalie - Extase et Fou rire de Catlin - Le rire contagieux - Les locaux - Allégresse générale - l'Esprit d'Amour et les Fang - Thérèse d'Avila - "Le Grand Rire Divin" de Paul Claudel - Silence radio des bots de Mylan et Catlin ???

     

     

    Pin It

    21 commentaires
  •  

     

     

     

     

    FUTUR PROCHE N° 47

     

    LE CHANT EN LANGUE ou GLOSSOLALIE

     

    Les membres du CDU complotèrent et décidèrent de saborder leur dangereux voyage initiatique..... 

     Wanga était inquiet ! Son instinct l'avertissait que l'avenir leur réserverait bien des surprises.... 

    (Prédédent épisode n° 46 - ICI)

     

    Catlin boudait.... Les mots cafardaient... Ô combien elle se sentait seule !!!

     

    Comment expliquer son profond désir de vouloir s'affranchir de toute autorité religieuse, de tout lien spirituel... 
    Voilà bien qui allait la couper de la tendresse de Wanga ! Douloureux découragement !

     

    Soudain, sur le fil tendu de son vertige se glissa comme le voile d'or d'un Ailleurs lumineux qui se coula sur ses épaules, comme pour la réconforter....

    Il lui sembla entendre murmurer :

    "Je suis là ! Dans ton Hier comme dans ton Aujourd'hui.... et tous tes Demains m'appartiennent ! Pourquoi as-tu peur de Moi ?"

    Enigme d'un sourire indicible entre rive et rêve.... Légère brise qui doucement s'éloigne... 

     

    Il vient, Il parle, Il va.... Nul ne sait d'où Il vient, nul ne sait où Il va.... 

     

    Coeur brûlant qui s'affole, palpite à grands coups redoublés... Fulgurante allégresse...

    Sous les regards stupéfaits de Mylan et de Wanga, Catlin fut prise d'un irrépressible fou-rire qui durait, durait, s'éternisait...Son visage s'empourprait, les larmes coulaient.... 

    Mylan s'alarma, voulut se lever pour lui porter secours.... mais Wanga l'arrêta d'un geste, hilare lui aussi :

    "Ne t'inquiète pas"  finit il par dire "C'est là l'Oeuvre de l'Esprit ! Je connais...."

    "Je brûle !" cria Catlin entre deux quintes de rire

    "Moi aussi !" réussit à verbaliser, Wanga, secoué par une violente tempête jubilatoire....

     

    Ahurie, Mylan les observait avec inquiétude. Que leur arrivaient ils ?

     

    Les touristes, fatigués du tapage des locaux et des débordements de leurs voisins, finirent par quitter la salle les uns derrière les autres... Il ne resta bientôt plus que la grande attablée des locaux qui regardaient en riant les trois farfelus près de la grande baie... 

    Bientôt tous s'esclaffèrent en choeur... Le rire est aussi contagieux que le baillement....

    Un grand vent de folie traversa la salle.... Des voix  masculines entonnèrent soudain une étrange mélopée inintelligible, étonnamment harmonieuse... Certains firent signe aux trois amis, qui enfin se calmaient, de se joindre à eux... On leur fit de la place au bout de la table... 

    La respiration musicale, ample et profonde, s'enfla, doucement scandée par des battements de mains... Résonances aux lentes ondulations... De sublimes arpèges féminins aux voix haut- perchées s'élevèrent ... Les corps, secoués de frissons, oscillaient, tanguaient.... 

    La jubilation se passait de mots ! C'était le chant de l'âme que la joie inondait... jaillissant sans paroles.... De curieuses onomatopées s'échappèrent des bouches ouvertes... s'entremêlèrent... 

     

    Singulier phénomène vibratoire qui émerveilla Mylan...  Chacun vibrait selon son timbre propre et modulait des sons étranges qui semblaient surgir des profondeurs de l'être.... 

    Le plus surprenant fut d'entendre la voix sublime de Catlin qui vocalisait, les yeux fermés, le corps tout entier plongé dans la vibration qui emplissait la salle... 

    Mylan, ahurie, écoutait avec tout son corps brûlant et  frissonnant... le coeur battant la chamade...   La Joie la plongea dans un grand Courant qui englobait tout jusqu'au contenu de la propre profondeur des êtres.... Plénitude dans laquelle l'âme informe le corps et le corps accède à l'âme.... 

    Les coeurs s'ouvraient, se dilataient ....

    L'Invisible était audible et se manifestait dans l'allégresse de l'Être véritable de l'Homme, racine d'éternité en lui.... 

    Au paroxysme du chant, les voix se turent .... Immense et profond silence... Recueillement .... 

     

    Il vient, Il parle, Il va.... Nul ne sait d'où Il vient, nul ne sait où Il va....

     

    Bientôt, formidable ovation, tonnerre d'applaudissements.... Les mains s'enlacent... on se congratule... on est heureux !

    Catlin planait ! Elle ne cherchait pas à comprendre, le Bien-Être dont elle bénéficiait la remplissait toute.. Une douce chaleur l'inondait... Elle se sentait en profonde communion avec tous ces gens inconnus qui les observaient avec bienveillance... 

    Mylan, profitant de l'accalmie, interrogea Wanga qui lui répondit :

    "Lorsque nous sommes affaiblis ou que notre âme est abattue, nous nous rechargeons en énergie spirituelle par le Chant en Langue...
    Nous nous laissons habiter par l'Esprit qui nous renouvelle. 

    "Il faut coopérer avec l'Esprit, mais également s'écouter les uns les autres afin de s'ajuster.... Ainsi, nous rentrons dans une autre dimension et nous recevons la Consolation du Ciel

    "Le Negro spirituel, chant spontané des esclaves, était un peu comme "le chant en langue de la souffrance"... 

    "Le Chant en Langue, c'est aussi chanter par des cris de jubilation, quand le coeur enfante des sentiments que l'Homme ne sait ou ne peut pas exprimer.... Nous redevenons en quelque sorte des enfants.... et que c'est bon ! que c'est bon ! L'apôtre Pierre nous parle de cette joie qui ne peut se partager avec des mots... (Pierre 1,8).

    "As-tu senti combien ton coeur, ton corps étaient habités par la Joie ?....Avec l'Esprit nous proclamons la Victoire, nous prions comme des gagnants, pas comme des perdants"

     

    "Je me sens comme ivre" déclara Catlin " et une joie immense emplit mon coeur ! Je ne comprends pas ce qui m'arrive !"

     

    "L'Esprit d'Amour n'a pas notre étroitesse d'esprit " lui répondit un homme au large visage imberbe rayonnant de bonté, vêtu d'une tunique blanche brodée de motifs colorés sur laquelle brillait l'or d'une croix au bout d'une fine chaîne..."Il peut attirer à Lui de diverses manières..." Ainsi parlait Ignace de Loyola !"

    "Thérèse d'Avila parlait de ses extases spirituelles comme "de céleste folie, de glorieux délires" Elle ne savait plus si elle riait, pleurait, chantait ou dansait.... sans pouvoir comprendre ni l'expliquer aux autres...." renchérit un autre qui riait de toutes ses dents blanches, les yeux brillant d'un feu intérieur qui le transfigurait... 

     "Nous dansons aussi parfois" dit en souriant une femme avenante, d'une beauté sublime dans sa longue robe aux motifs africains et ce curieux turban artistement noué autour de ses cheveux frisés... "La Joie qui nous habite nous incite à danser dans l'Esprit d'Amour...Tout le corps participe dans la jubilation... Nous nous lançons dans d'immenses farandoles en chantant, c'est magnifique tu sais ! "

    "L'Esprit est souverain dans ses actions et nous savons qu'Il en utilise une grande variété...Nous ne devons pas Le limiter là où Il ne s'est pas limité Lui-même !" Continua un Homme athlétique aux cheveux et moustache légèrement grisonnants... moulé dans une tunique bariolée de motifs traditionnels aux couleurs vives...

    Le regard respectueux et confiant des autres convives vers cet Homme lui conférait une consécration sociale ou spirituelle visible, voire les deux.... Toute son attitude impliquait une franchise pleine d'une sagesse affectueuse qui offrait gratuitement la possibilité d'une relation co-fraternelle....

    Action du corps et du regard qui étaient la marque de "l'efficacité maximum de communication" des leaders.... reconnut de suite Catlin, dont les études l'avaient habituée à en distinguer toutes les caractéristiques.... 

    "Nous sommes dans un monde craintif et anxieux, manipulé par les Assistants Personnels qui veulent contrôler chimiquement toutes nos émotions ... Voilà pourquoi nous avons tous refusés ici d'être connectés... 

    "La Flamme de vie doit être ranimée en nous, de temps en temps. Autrement la Flamme meurt lentement...  car nous ne pouvons plus vivre en dehors de notre groupe spirituel... Les portes de la modernité nous sont fermées... Certains sont parfois paralysés par leurs angoisses et abandonnent en prenant la décision irrationnelle de se faire connecter...

    "L'Esprit d'Amour transforme les être craintifs en des individus remplis de Foi et de courage, lorsqu'on s'abandonne en Lui.... Il est un Esprit de Force ! 

    "J'ai déjà vu nombre de miracles se produire devant moi, grâce à la Puissance dynamique de l'Esprit, vois-tu !" 

     

    "Qui est l'Esprit d'Amour ?" demanda Mylan, passionnée par tous ces témoignages des uns et des autres... 

     

    Celui qui paraissait le leader du groupe lui répondit de suite : 

    "L'Esprit d'Amour est "l'instrument du Père" qui nous "ajuste" si je puis dire, à la "longueur d'onde" du Père et nous "déconnecte" des "entités mauvaises" qui courent dans le monde invisible comme dans le monde terrestre... La Loi de Dieu est comme le courant dans lequel coule son Esprit d'Amour... 

    "Je relativise pour que tu comprennes mieux ! 

    "Nous n'en parlons pas souvent, car les gens ne comprennent pas ou pensent que ce sont là des contes de fées.... Mais il se passe beaucoup de choses entre le Ciel et la terre que nos intelligences humaines ne peuvent imaginer... 

    "Toutes ces choses doivent être vécues pour être comprises.... !

     

    "Je saisis parfaitement tout ce que vous décrivez si remarquablement les uns et les autres" reprit Mylan, "mais pourquoi ce rire incroyable qui vous a tous submergés ? J'ai eu beaucoup de mal à le supporter !"

     

    "Il y a un temps pour pleurer et un temps pour rire" reprit l'Homme Sage... "Je cite Ecclésiaste 3,4... pour les habitués... Le "saint rire", le "rire salvateur" est mentionné dans la Bible et est connu depuis l'aube des temps.... 

    "Il est bénéfique, nécessaire pour garder un bon équilibre.... Il est utile à l'évolution de chacun.... 

    "Cette hilarité qui nous prend au dépourvu est une relation créatrice et salvatrice qui unit le Très Haut avec l'Humanité...

    "S'avouer "au fond du trou" est parfois une condition parfaite pour recevoir un Salut radical offert par un Dieu qui n'a pas hésité à s'anéantir Lui-même en prenant notre condition humaine... 

    "Catlin et Wanga sont "tombés" sous la Puissance de l'Esprit d'Amour et ont été pris d'un fou rire incoercible .... Ce saint rire est un parfait exemple d'extase... 

    "Ces manifestations s'accompagnent parfois de guérisons spectaculaires, ou plus intimes comme les réveils spirituels... 

    "Les manques de liberté d'expressions des émotions et corporelles dans certaines Eglises laissent bien des gens captifs de leurs chaînes... Il est bon que le peuple de Dieu s'abandonne à Lui et Lui exprime ses larmes, ses souffrances, ses joies..... et sa jubilation dans la Liberté de l'Esprit....

     

    "Oh, bien sur, on nous prend pour des originaux, voire des détraqués, mais qu'importe, puisque par ce rire, nous entrons dans la Joie du Père qui nous offre La Lumière de Sa Grâce....

    "Ô sot, au lieu de raisonner, profite de cette Heure d'or ! Souris ! Comprends, tête de pierre ! Ô face d'âne, apprends le Grand Rire Divin !" dira Paul Claudel qui y voit un "reflet du rire de l'Esprit d'Amour à travers l'humilité hilare qu'Il pratique.... 

    "Comme une Porte ouverte brusquement vers l'Absolu, comme le coup de Grâce....d'un rire pédagogique ! Voilà bien résumée toute l'Histoire de  l'Humour du Père... car "Joie et Humour sont étroitement liés...". dira Benoît XVI.... 

    "Le travail de l'Esprit sur nos âmes a toujours été accompagné de manifestations plus ou moins "anormales".

    "Un flot surabondant de Puissance et de Lumière Divines agissant profondément sur les émotions et transformant nos vies... a de remarquables résultats.... N'est-ce pas ce qui importe le plus ? La pédagogie du Père est un Mystère qui nous dépasse...."

     

    "Bien en accord avec vous tous.... Avec un grand merci pour cette magnifique soirée grâce à vous" coupa gentiment Wanga qui se leva soudain... "Mais demain, nous devons nous lever à l'aube... la journée sera dure... Pour éviter les rugissements du soleil, la solution consiste à lever tôt ! Mesdames : allons nous voir les gorilles ou préférez vous le spectacle sensationnel de chutes d'eau ?"

    "Gorilles" répondit Catlin enthousiasmée...

    "Idem !" renchérit Mylan qui pourtant, semblait n'afficher aucune préférence... bien trop passionnée par tout ce qu'elle apprenait... 

     

    Mais le départ discret de Wanga créa un brusque déséquilibre et les deux amies, soudain perdues, préférèrent se retirer en remerciant chaleureusement tous leurs amis locaux... On promit de se revoir, chacun se leva pour les embrasser... Chaleur réconfortante de l'amitié profonde partagée... 

     

    De retour dans le couloir qui les amenait à leurs chambres, Catlin ressentait au fond d'elle comme une inquiétude bizarre qu'elle n'arrivait pas à définir ???  Soudain, une évidence !

    "Mylan, as-tu senti en toi une interférence quelconque de Do-Mi (l'Assistant Personnel de Mylan) ?

     

    Surprise par cette question inattendue, Mylan réfléchit ... 

    "Tiens, non, du tout ! c'est vrai, tu as raison !" dit elle, totalement indifférente aux manifestations de son bot....

     

    Catlin ressentit un grand coup au coeur ! Mano ne s'était manifesté en aucune façon... ce qui n'était vraiment pas habituel ! Si, sauf au moment du repas... Mais plus rien ensuite.... Il n'avait pas interféré du tout avec toutes ces sensations extraordinaires de la soirée... 

    "Nous auraient-ils déconnectées sans qu'on le sache ?" paniqua -t-elle ...

    "Penses-tu !" la rassura Mylan... "Ils nous espionnent trop par leurs intermédiaires pour nous déconnecter... "Non, c'est silence radio... et c'est tant mieux ! vive la liberté de penser tranquillement.....Vive la liberté d'éprouver toutes les émotions sans leur chimie permanente ... il n'est pas dit d'ailleurs qu'ils nous oublient, ces chers bots ! peut-être qu'ils agissent en sourdine... Va savoir !"

    Le fait que la porte de leur appartement s'ouvrit sans problème devant leurs bras tendus détendit un peu Catlin... Elle testa sa montre connectée : un écran apparut et l'hologramme de la journaliste de sa chaîne habituelle se mit à débiter des nouvelles du monde entier... 

    Un grand soulagement dans tout son corps... Elle s'aperçut qu'elle tremblait ... Après les ablutions du soir, elle se coula dans son lit et s'endormit comme une masse.... 

    Mylan, allongée dans son lit, les yeux grands ouverts dans le noir de sa chambre, souriait tranquillement.... c'est vrai que Do-Mi était aux abonnés absents... Elle se mit à rire doucement... Que leur préparaient donc les dirigeants du CDU  (Centre de Données Universel) ???

    Le fait que Wanga n'était pas manipulable par un bot quelconque la rassura complètement ! C'était un Homme fort qui ne comptait que sur lui-même.... Waouuuh ! Que  c'était bon ! Brusquement, elle l'envia !

     

    Luciole

     

    A SUIVRE

     

     

    Note de Luciole : Toutes ces manifestations décrites dans cet épisode ont été vécues par moi... Je n'invente rien ! J'ai éprouvé ce fou-rire inattendu bien avant de connaître le Sanctuaire marial charismatique... tout simplement dans une Eglise un jour de la semaine, pendant une prière personnelle... et ce pendant toute la journée.... Je ne comprenais rien ! Soulagement indicible pendant au moins toute la semaine ! Souvenir impérissable ! 

    Suite à cela, des amies m'ont conseillé de me rendre dans un Sanctuaire marial charismatique... dans lequel J'ai pris peu à peu connaissance de toutes les autres manifestations .. avec toutes les incompréhensions, les doutes, les stupéfactions, les joies soudaines, les exaltations que beaucoup de non-initiés éprouvent ...

    Puis, malheureusement, on s'habitue... Le coeur est dur et les sensations s'émoussent ! On est moins présent, .... moins ouvert... Les soucis de la vie reprennent souvent le dessus...et font barrage...  Il faut un certain temps pour rentrer enfin dans la Louange qui, souvent, déclenche tout ! 

    Vient ensuite la longue recherche de la Vérité... Celle qui est enfouie et inscrite au fond de soi et qui fait écho avec les lectures des Evangiles... C'est alors que toutes ces manifestations prennent tout leur sens et les réactions de joie sont beaucoup plus profondes... Ce n'est plus une recherche du "sensationnel", mais une "Rencontre" !!! 

    Quoique, parfois, on se retrouve plongé dans la plus profonde stupéfaction de ce qui nous arrive .... et qui peut vraiment bouleverser jusqu'aux tréfonds.... 

    Merci de tout coeur de votre lecture attentive !

     

    Je ne vous oublie pas : j'ai simplement la difficulté de venir m'asseoir pour vous rencontrer, à cause d'une superbe sciatique... Il faut patienter... c'est long !!!

     

     

    Episodes n° 1 à 35  : voir ICI (sur n° 35)

    Episodes n° 36 à 45 : voir ICI  (sur n° 45) 

     


    24 commentaires