•  Antonio Vivaldi - Il gardellino,

    où le séduisant chant du chardonneret est omniprésent

     

    LA RONDE DES BRINS D'HERBE Automne 2017

    DEFI N°87 avec ADAMANTE

    (cliquez)

     

    LA RONDE DES BRINS D'HERBE : "les bruits du monde"

    Le Cri de Edvard MUNCH symbolisant l'Homme moderne emporté par une crise d'angoisse existentielle

    (entre 1893 et 1917 : 5 versions du Cri)

     

    Munch écrivit dans son journal, le 22 janvier 1892 :

    « Je me promenais sur un sentier avec deux amis — le soleil se couchait — tout d'un coup le ciel devint rouge sang. Je m'arrêtai, fatigué, et m'appuyai sur une clôture — il y avait du sang et des langues de feu au-dessus du fjord bleu-noir de la ville — mes amis continuèrent, et j'y restai, tremblant d'anxiété — je sentais un cri infini qui passait à travers l'univers et qui déchirait la nature"

     

     

    2ème JOUR

    "LES BRUITS DU MONDE"

     

    Aujourd’hui, l’azur est si limpide que je pouvais presque percevoir l’Eternité à travers les espaces.

    Des espaces aux lentes métamorphoses en ce petit matin… Mon âme paresseuse porte mes pas vers le murmure feutré du lierre.

    Pas un souffle de vent ! Tout est figé dans l’immobilité. Quelques bruits d’ailes dans les arbres, bientôt suivis par le joyeux gazouillis des oiseaux, vaquant à leurs affaires.

    Les premiers rayons du soleil balaient déjà la Terre.

    Tout autour des frondaisons craquèlent les feuilles mortes sous mes pas… Je vais rendre visite à mes Brins d’Herbe.

    Témoins de la violence du monde et de la vie, ils se déploient avec ferveur dans la douceur de l’air, prêts à affronter tous les dangers sans se lasser.

    Leur obstination sereine m’interroge. Simplement être !

    Accueillir ce qui est. Accueillir l’éphémère de ce qui est, de l’instant qui passe et puis s’en va… même s’il me défait, même s’il me dérange. Accueillir la course du soleil sur un monde déclinant…

    Qu'apprennent-ils des Horizons, ces courageux Brins d'Herbe, passeurs du Monde de l'Infime vers Celui  de l'Infini ?

    Monde de Sagesse, riche d'un Savoir millénaire ?

     

    LA RONDE DES BRINS D'HERBE : "les bruits du monde"

     

    Images qui surgissent de l'inconscient....

    Dans ma bulle, monde et sacré se confondent. J'y ai trouvé ma place entre l'au-delà et l'au-dedans...

    Dans ma bulle, j'écoute le silence et laisse mon regard s'ouvrir sur la poésie qui me protège des bruits du monde.

    Bruits du monde qui diluent l'âme humaine !

    Indigence existentielle des Hommes, parfois sous des costumes d'apparat....

    Communion avec les Brins d'Herbe... Ils savent si bien résister !

    Dans leur silence se résorbent bruits et fureur...

    Luciole

     

    LA RONDE DES BRINS D'HERBE : "les bruits du monde"


    22 commentaires

  •  

     

     

    LA RONDE DES BRINS D'HERBE Automne 2017

    DEFI N°87 avec ADAMANTE

     (cliquez)

     

    LA RONDE DES BRINS D'HERBE : la Grenouille

     

    1ER JOUR

    « La Grenouille »

     

    L’Enfer tout entier s’est transféré dans mon Jardin. Ses élans incendiaires pavent de larges chemins de terre craquelée et d’herbe brûlée. Les arbres sales et roux se décharnent.

    L’audace indomptable d’une longue file de fourmis traverse la poussière sans peur des caprices du bouillonnant soleil, sans se détourner de sa voie…

    Une éternité caniculaire court sur les jours, et les nuits sont fébriles.. Les vents du Sud ont drainé tous les nuages sur leur passage….

    De sécheresses en inondations, de cyclones en tsunamis…. Le changement climatique nous talonne !

    Une utopie libertaire vaniteuse met au cœur des Hommes une hostilité farouche envers sa Terre nourricière, envers son frère….

     

    LA RONDE DES BRINS D'HERBE : la Grenouille

     

    « Un jour, une grenouille fut plongée dans l’eau froide d’une bassine que l’on porte à ébullition.

    La grenouille, fort surprise tout d’abord, s’habitua, s’adapta à la chaleur progressive et … finit ébouillantée ! » (conte philosophique de Olivier CLERC, écrivain et philosophe)

     

    L’Humanité est ainsi ! Elle sait « qu’elle est en train de cuire », mais elle persiste à rester « dans la marmite » au lieu de réagir.

     

     

    « Al Gore » utilise cette fable en 2006 dans le film « une vérité qui dérange » pour illustrer la manière dont l’Humanité court à sa perte, si elle ne cherche pas les solutions adéquates au lent réchauffement climatique de la Planète.

     

    "A force de tout voir, on finit par tout supporter,
    A force de tout supporter, on finit par tout tolérer,
    A force de tolérer, on finit par tout accepter,
    A force d'accepter, on finit par tout approuver"

    (St Augustin - Algérie = 430 ap JC)

     

    "Le gavage permanent d'infos de la part des médias sature les cerveaux qui n'arrivent plus à faire la part des choses, et ne font que les préparer psychologiquement à accepter des conditions de vies décadentes, voire dramatiques" (Olivier Clerc - écrivain et philosophe)

     

    LA RONDE DES BRINS D'HERBE : la Grenouille

    le lierre - dessert des insectes butineurs

     

    Seul le lierre prospère ! Il déploie en tous sens sa profusion. En amant vorace, il dévore muret et arbres, se couvre d’insectes butineurs.

    Et là, au pied du mur, au cœur de cette exubérance, s’épanouit une tendre pousse d’herbes, verte encore, comme un printemps de vie.

    Le champ des possibles est immense !

    Luciole

     

    LA RONDE DES BRINS D'HERBE : la Grenouille

     

    LA RONDE DES BRINS D'HERBE : la Grenouille

    Petit complément à ma réflexion :

    Quand au "Petit âge glaciaire", (période Louis 14 et Louis 15), il correspondrait à une intense activité volcanique depuis la 1ère méga-explosion en Indonésie (Samalas 1257) puis successivement de 4 explosions "méga-colossales" tropicales riches en souffre explosif... (surtout Tambora, en  1815,  en Indonésie actuelle) avec projection grandiose dans le ciel diminuant l'efficacité solaire...

    Léger refroidissement climatique de 1°C environ... mais avec quand même plus ou moins 2 millions de français morts entre 1693 et 1694 !

    Période qui se termine milieu du 19ès !

    En fait, la Terre ne fait que sortir de ces 400 ans de "Petit âge glacière" !

    Selon l'étude pilotée par Chronis Tzadakis, chercheur à l'Universiy Collège London, l'orbite terrestre actuelle serait proche de celle observée il y a 800 000 ans. Dans cette condition, l'ensoleillement attendu à l'avenir devrait conduire à une glaciation dans environ 1500 ans.

    Mais c'est sans compter sur le CO2 : un début d'âge glaciaire nécessiterait des concentrations en dioxyne de carbone inférieures à celle du niveau préindustriel de 280 PPM (parties par millions ) Or, aujourd'hui, cette valeur est de 390 PPM.

    La terre n'est pas prête à retrouver cet âge glaciaire avant une très longue période, à cause d'une teneur en CO2 très élevée dans l'atmosphère !

    Et même si on stoppait ce niveau de CO2, celui-ci resterait encore de très longues années dans l'atmosphère, son absorption dans les océans prendrait des milliers d'années...

    Ce en quoi nous nous dirigeons, affirme Luke Skinner (Université de Cambridge) n'est pas le maintien de notre climat actuel, mais SON RECHAUFFEMENT.

    Ajouter du CO2 a un climat déjà chaud a des conséquences bien différentes qu'à partir d'un climat froid.

    Le rythme des changements liés au CO2 est SANS PRECEDENT, il y aura des CONSEQUENCES GIGANTESQUES si on ne fait rien !"

    Merci de votre attention

     

     

    Suite Jour 2 : "Les bruits du monde"

     


    23 commentaires
  • UNE HEURE, CE N'EST RIEN, MAIS C'EST BEAUCOUP !

    Cliquez sur l'image

     

    DEFI 192 pour Lundi 9 Octobre 2017

     

    Jeanne FADOSI à la barre des Croqueurs de mots :

    "Une Heure de votre vie en quelques mots"

     

     

     

    Prélude au Temps qui passe - Bernard SALLES - Scherzo

     

     

    UNE HEURE, CE N'EST RIEN, MAIS C'EST BEAUCOUP !

     

    UNE HEURE, CE N'EST RIEN, MAIS C'EST BEAUCOUP !

     

    Nerfs en pelote - Système neuronique en faillite !

    Divers ions entrent en action, tentent désespérément d'établir connexion,

    mais cerveau zombie !

    Quel gâchis !

    L'Heure s'écoule et m'échappe... file, file !

    Modules intérieurs en guerre civile....

    Ma plume est punie !

    Encéphalogramme plat maudites statistiques annoncé !

     

    Une Heure, ce n'est rien, mais toutes ces heures de ma vie volées ?

     

    Drogue, ce blog,

    Liberté de vivre menacée !

    Piratage de l'esprit ?

     

    Une Heure, ce n'est rien, mais c'est beaucoup,

    Tous les jours d'une vie !

     

    Luciole

     

     

     

    UNE HEURE, CE N'EST RIEN, MAIS C'EST BEAUCOUP !

    UNE HEURE, CE N'EST RIEN, MAIS C'EST BEAUCOUP !

     

    Voilà ! Je viens de terminer de charger le camping car

    et nous partons demain matin pour une balade de quelques jours ! 

    Où ? quelque part le long de la Côte ...

     

    Une façon de rendre plus agréable les heures qui viennent ! winktongue !

     

    A bientôt donc et bisous


    26 commentaires
  •  

    Musique douce

    avec la musique de l'Univers en fond sonore

     

    LE SUPERAMAS LANIAKEA,

    "Horizon céleste immense"

     

     D'après un article de Serge Brunier, Sciences et Vie.com

    et Wikipédia

     

     

     

    LE SUPERAMAS LANIAKEA

     Laniakea, le Superamas de galaxies

    dont fait partie la Voix Lactée représentée ici par un point rouge, au centre de l'image

    Laniakea s'étend sur plus de 500 milliards d'années-lumière

    et compte des centaines de milliers de galaxies... voire bien davantage ?

     

     

    LE SUPERAMAS LANIAKEA

     

    LE SUPERAMAS LANIAKEA "Horizon céleste immense"

     

    Les travaux de :

    • R. Brent Tully  (de l'Université d'Hawaï à Manoa),
    • Hélène Courtois (de l'Université de Lyon),
    • Hehuda Hoffman (de l'Université hébraïque de Jérusalem) 
    • Daniel Pomarède (du Commissariat à l'énergie atomique et aux énergies alternatives),
    • présentés le 4 Septembre 2014, dans la Revue scientifique Nature (en anglais),

     

    dévoilent la dynamique de l'Univers local.

     

    LA VOIE LACTEE se situe dans une immense structure, LANIAKEA, centrée sur le "GRAND ATTRACTEUR"...

    C'est, en quelque sorte, notre adresse dans l'Univers !

    Superamas - dont le nôtre - en mouvement autour d'un flot de matière noire : "le Grand Attracteur".

     

    Laniakea signifie "Paradis incommensurable" ou "Horizon céleste immense" en dialecte Hawaïen.

    La langue hawaïenne a été choisie en "hommage à ce pays de navigateurs aux étoiles, qui abrite désormais quelques-uns des plus grands télescopes du monde, utilisés pour cette découverte", raconte Sciences pour tous.

     

    Ce superamas englobe :

    • Le superamas de la Vierge, dont fait partie la Voix Lactée, donc le système solaire et notre Terre
    • Le superamas de l'Hydre-Centaure où se trouve le "Grand Attracteur"
    • Le superamas du Paon-Indien

     

    Suivant un ordre, une organisation dans ces immensités qui les reçoivent, les galaxies se rassemblent en groupes, en amas, et même en superamas....

    Les galaxies et la matière dessinent ainsi une sorte de réseaux de filaments qui contournent de grands espaces vides (la matière noire, non observable), "ce qui évoque irrésistiblement l’aspect d’un réseau neuronal", décrit le blog Autour du ciel.

     

    Les dimensions de Laniakea donnent le vertige :

    • un demi-milliard d'années-lumière de diamètre
    • pour une masse avoisinant cent millions de milliards de masses solaires.

     

    "Si la Terre est votre appartement, le Système solaire est votre ville, la Voie lactée votre région, le Groupe local (nommé "superamas de la Vierge") votre pays, et Laniakea votre continent", résume ainsi le blog Autour du ciel.

     

    Des "courants galactiques" transportent les galaxies vers les puits d'attraction les plus "profonds", vers "VIRGO" ou le "GRAND ATTRACTEUR", par exemple ...

     

    Les galaxies ne vont pas se fondre les unes dans les autres, car leur attraction réciproque est contrebalancée par l'EXPANSION de l'UNIVERS.

    En effet :

    • D'un côté la Force de Gravitation tend à les rapprocher,
    • Alors que de l'autre, l'Expansion universelle les éloigne les unes des autres.

     

    En réalité, cette masse formidable est en train de se diluer, emportée par l'Expansion cosmique.

    L'Univers est formidablement dynamique, en constante évolution.

     

    Laniakea va donc se diluer, se fondre dans d'autres superamas, au gré des "courants" de l'Espace, dans les milliards d'années-lumière à venir.......

     

    LE SUPERAMAS LANIAKEA "Horizon céleste immense"

     

    D'après un article de Serge Brunier

    https://www.science-et-vie.com/ciel-et-espace/laniakea-horizon-celeste-immense-5133

    et Wikipédia :

    https://fr.wikipedia.org/wiki/Laniakea

     

    LE SUPERAMAS LANIAKEA "Horizon céleste immense"

     

    VIDEO A VOIR ET SURTOUT A ECOUTER ABSOLUMENT

    Par Hélène Courtois

     

    Une balade et une aventure exceptionnelles

    dans l'infiniment grand et ses secrets.

     

    Astrophysicienne-cosmologue lyonnaise, Hélène Courtois a découvert les frontières du continent de galaxies dans lequel nous vivons : "Laniakea".

    Ce travail de longue haleine a fait la Une de "Nature" (magazine scientifique anglais).

     

     

     

    LE SUPERAMAS LANIAKEA "Horizon céleste immense"

     


    10 commentaires
  •  

    Le Petit Berger - Claude Debussy
     

    L'HERBIER DE POESIES n° 87

    ADAMANTE

    (cliquez)

     

    LA CHOSE !

    Toujours la couleur, le rêve. Merci MarHacK

     

    LA CHOSE

     

    Au beau milieu du ventre chaud des lendemains, une panique soudaine du troupeau l'avait laissé seul, loin de sa mère... Il errait dans la nuit noire, l'âme en peine.

    Ses cris creusaient le silence effrayant, traçant une quête sonore dans l'Infini.

    Tout demeurait en attente... La nuit l'écouta, puis l'oublia... La vie se terra au fond de lui jusqu'au petit matin.

    Dans la transparence cristalline de l'air, la lumière irradia peu à peu les êtres et les choses.

    Les loups enragés l'avaient épargné et la peur desserra son étau.

    C'était un petit mouton noir à peine sorti du ventre de sa mère.

    Qu'ils étaient beaux, les rêves d'hier ! Cheminant auprès de sa mère, tout baigné de lumière, enivré et joyeux, il possédait la terre sans y songer ....

    Dans ce monde sans boussole, où s'égouttaient encore des voiles de brumes au-dessus des flaques d'eau, vacillait l'espoir.

    Soudain surgit d'une flaque une Forme immense enveloppée de bleu où rutilaient l'or et le rouge...

    Une Chose, à la crinière illuminée de lumière d'où émergeait une tête à cornes, se dressait devant lui, semblant prendre d'assaut l'Horizon.

    Des frissons d'épouvante figèrent le petit mouton sur place. Il lutta pied à pied contre les forces mauvaises qui habitaient sa tête.

    Une main levée semblait prête à s'abattre sur lui. Déjà son âme pulsait, tourbillonnait, voulant s'enfuir de la prison de son corps.

    Il sentait la vie le quitter...

    "N'aie pas peur, petit", tonna une voix mâle, "je suis ton père et je viens te chercher !"....

    Luciole

     

    LA CHOSE

     

     

     

    Pour protéger leurs troupeaux contre les prédateurs, les éleveurs et bergers utilisent à nouveau des chiens de protection. Ce ne sont pas des chiens de compagnie, ni des chiens de conduite : ils défendent le troupeau contre toute intrusion en raison de leur fort attachement aux brebis. De l'hiver autour de la bergerie à l'été en alpage, découvrez leur travail et celui des bergers.Les chiens de protection sont de retour, apprenez à mieux les connaître et adoptez les bons gestes.


    32 commentaires