•  

    Coucou cher(e)s aminautes

     

    J'espère que vous avez passé de très joyeuses fêtes de Fin d'année 

    Voici notre crèche cru 2020, revue et corrigée par mon mari... agrémentée de quelques personnages en plus, reçus par Internet.

    (Pas de voyage à Aubagne, cette année, à cause de la pandémie... Quel dommage ! C'était tellement une joie pour mon mari, cette expédition "santonnière"...)

    Nous n'étions que nous deux cette année, mais nous avons concoctés quand même un repas de fête pour ce midi....

    Une poularde en cocotte, au four... avec vin blanc, bouillon de poule, échalottes, ail, carottes, marrons, bouquet garni, poivre, bien arrosée avec de l'armagnac...  (pas de sel  !) Je l'avais fourrée au préalable avec un mélange de 3 vache qui rit, de beurre,  et de débris de marrons et d'un bouquet garni.... 2 heures à 180° hier, et une heure aujourd'hui...

    Un vrai délice ! Une chair goûteuse et fondante et des marrons au top ! 

    Suivie d'un gratin de courge à la crème fraîche....

    Et d'une bûche glacée chocolat au coeur fondant accompagnée des cookies maison pâtissés par mon mari... 

    Une tuerie, ce repas ! 

    Ce soir, régime ! 

    Et vous ? 

    Tendresse 

      

    (cliquez sur la photo pour l'agrandir, puis cliquez sur l'endroit que vous voulez agrandir, re-cliquez pour retrouver l'image normale....)

     

    Crèche 2020

     

    Crèche 2020

     

    Crèche 2020

     

    Crèche 2020

     

    Crèche 2020

     

     

     

     

    Crèche 2020

    Pin It

    24 commentaires
  •  

    Gare à l'eau qui dort n°38 

     

    Gare à l'eau qui dort n°38 - Une famille encombrante

    Gare à l'eau qui dort n°38 - Une famille encombrante

    Gare à l'eau qui dort n°38 - Une famille encombrante

     

     

     

     

     

     

     

     

    Mme la Baronne Louise de Montabert

                                     Mr le Baron et Mme la Baronne de Montabert

     

    Une famille encombrante

     

    Mozart Symphonie n° 25

     

     

    Au fur et à mesure des verres remplis, Stan s'égayait dans de fines plaisanteries, relayées par l'humeur délicieuse et les réparties joyeuses de Justine qui les plongeaient dans de grands éclats de rire.... L'amitié circulait en ondes bienfaisantes et la nourriture aidant, Louise retrouva progressivement son énergie du matin... Il régnait un esprit de communion et de partage entre eux... Il fût convenu de ne garder que les entrées, fort copieuses, parfaitement sublimées par le Chorey, le plateau de fromages, et de  terminer le repas par un thé gourmand pour Louise et d'un café gourmand pour Stan et Justine... 

    "Un pour tous et tous pour un !" clama soudain d'une voix de stentor Stan avec de grands gestes théâtraux

     "C'est le vin !" l'excusa Justine en riant aux larmes, les joues cramoisies

    "Oui !" pouffa Louise, dont le teint pâle s'était enflammé, en se tamponnant les yeux... 

    On ne sût pas si "c'était le vin", le rire ou .... ??? 

    (Episode précédent : Les trois mousquetaires - cliquez sur la phrase)

     

    Les jours suivants, accablée de travail, Louise dut s'imposer une stricte discipline afin de conserver sa forme et son énergie... avec l'angoisse constante de ne pas s'occuper suffisamment de sa fille Lou.... Nany avait pris en main la gestion de la maison, secondée par la bouillante Ida (la cuisinière) et la dynamique Elsa (la bonne)....

    Le peu de temps passé avec elles, à la maison, était pour Louise comme une bouffée d'air pur, une respiration... avant l'arrivée constante de ses parents.

    Une réunion de famille avec les parents de Louise, Lou et Nany avait permis de mettre toutes les choses au clair... La situation à la maison était désormais sous contrôle ! Monsieur le Baron continuait à financer les salaires des deux gardes du corps qui suivaient Lou dans tous ses déplacements.... ainsi que celui du Jardinier, indispensable dans cet immense domaine, secondé par les deux gardes pendant leurs moments de libres...

    Le Père de Louise était d'une efficacité remarquable et tout le personnel lui en sût gré.... Il manoeuvra habilement auprès des autorités afin de reporter les poursuites judiciaires qui grevaient la Famille et l'Agence en prétextant que l'état de santé de Damien était bien trop préoccupant pour répondre aux exigences de la Justice.... 

    Nany effectuait un contrôle drastique du budget familial.... qu'elle présentait souvent à Louise, exténuée, laquelle préféra lui faire entièrement confiance en lui laissant tout pouvoir.... 

    Madame la Baronne-mère et Monsieur le Baron venaient régulièrement mettre leur grain de sel dans la gestion du Domaine.... et entourer d'affection leur petite fille, au grand dam de Nany, exaspérée de devoir les laisser s'occuper de la "petite" sans grand discernement pendant qu'elle était reléguée à des taches plus prosaïques... Diriger les affaires du  Domaine lui mangeait beaucoup de temps ! Sur les ordres de Louise, Nany squattait le bureau de Damien, auparavant interdit à toute personne autre que lui, dont elle finit par connaître tous les recoins à force de fouiller pour trouver les renseignements dont elle avait besoin.

    Monsieur le Baron chapeautait tout... Cependant, Nany réussit à obtenir sa confiance totale et admirative.... Un véritable tour de force dont elle était fière et surtout grandement soulagée ! Mais elle fuyait autant que possible la présence de Madame la Baronne-mère, personne autoritaire, tatillonne et tyrannique qui  effrayait le personnel.... 

    Louise téléphonait souvent à l'Hôpital pour s'informer de l'état de santé de Damien, au centre des conversations familiales.... Damien semblait reprendre vie, mais restait obstinément muet.... Il semblait avoir perdu également l'usage de ses jambes, à la grande surprise des médecins.... et se déplaçait en fauteuil roulant à la force de ses bras... Monsieur le Baron lui trouva une maison de rééducation pour handicapés et obtint de justesse une prise en charge de son handicap à 100%.... au grand soulagement de Louise, très préoccupée des sérieuses difficultés financières de l'Agence qui ne lui permettaient plus la moindre fantaisie... 

    Louise, Nany et Lou envisagèrent de lui rendre visite dès que possible... mais aucune ne semblait y être réellement disposée.... Le temps fila et la visite, sans cesse reportée, demeurait le point noir qui troublait leurs vies.... le point noir qui pesait lourdement sur le coeur et l'âme.... 

    Seules deux personnes passaient prendre de ses nouvelles afin de le soutenir : un vénérable prêtre, aumonier de la Maison de repos, et incognito, Adèle, qui était décidée à le suivre jusqu'au tombeau qu'il s'était choisi.... 

    Les journalistes, lassés d'attendre inutilement devant la maison, étaient partis vers d'autres scoops ! Rien ne filtrait de l'étrange Domaine et, à l'Agence, le personnel prudent se refusait à tout commentaires sur la nouvelle Dirigeante et sa Famille.... 

    Un sentiment bizarre s'emparaient des habitants du Domaine... Employés, Louise, Lou et Nany ne respiraient plus vraiment à l'aise... Un fardeau invisible pesait sur leurs pensées... Tous les quartiers riches ne leur manifestaient plus qu'une froideur à peine courtoise... On les fuyait ! Monsieur le Baron avait perdu tous ses amis qui le boudaient, aussi bien au Golf qu'au Club des Anciens.... Il en fût ainsi dans toutes les Associations qu'il présidait honorablement depuis des années.... où il était reçu très respectueusement, mais avec une réserve inaccoutumée ... Toutes les conversations tournaient court à son arrivée et il lui semblait qu'il était devenu soudainement invisible.... Tant et si bien qu'il n'alla plus dans le "Monde" et ne se rendait plus dans aucune fête.... Mais il connaissait  "Le Monde" et savait que rien n'était perdu.... Monsieur le Baron fulminait en attendant son heure.... 

    Madame Mère, à la grande surprise de Louise et de Lou, s'en "fichait éperdument".... Elle s'était trouvée subitement une fibre "grand-maternelle" pour "sa petite Lou" et la gâtait épouvantablement... Louise, qui n'avait jamais reçu que froideur de la part de sa mère, en conçut une étrange jalousie, tout en se réjouissant pour Lou.

    Monsieur le Baron s'agaçait prodigieusement des "fadaises" de sa femme et tentait de récupérer Lou pour lui seul....

    Ida, Elsa et surtout Nany étaient bien fâchées de cette ambiance délétère qui ne semblait d'ailleurs pas du tout du goût de Lou, très fatiguée.... qui, au moindre prétexte, préférait s'isoler dans sa chambre.... où seule Nany avait droit de visite... 

    En vérité, Madame Mère avait décidé qu'elle était bien trop vieille et laide désormais pour pouvoir encore pavaner aux bras de son mari, qui, lui, présentait "encore beau", dans "leur Monde".... Elle s'était résolue à se calfeutrer dans son prestigieux "ermitage", ou bien dans celui de sa petite fille.... à la rigueur ! Même les voyages et les hôtels luxueux ne lui agréaient plus... "L'âge" murmurait elle "toujours l'âge ! C'est épouvantable de vieillir, savez vous! Cette fatigue qui ne vous lâche plus ...." soupirait elle en s'allongeant avec délice dans le fastueux fauteuil-releveur acheté à grands frais par Louise, afin de répondre aux désidératas subites de sa mère, qui prenait une place folle dans le salon face à la cheminée....
    C'était à peine si celle -ci venait jadis une fois par an dans le Domaine, tant Damien faisait barrage... Détestation féroce mutuelle entre gendre et belle-mère ! 

     

    Terriblement lasse, Louise restait des journées entières, dès sept heure le matin jusqu'à vingt heures, six jours sur sept, claquemurée dans son bureau, avec ses dossiers, son courriel, le courrier, les contrats et ses notes.... Elle préféra ne pas recevoir les clients tant qu'elle ne maîtrisait pas tout.... Justine s'en occupait .... 

    Il fallait user d'arguments persuasifs afin de la sortir de son antre le midi, pour leur rendez-vous joyeux à la "Cantine"... Justine et Stan se désolaient de la voir si fatiguée par son encombrante famille.... 

    Stan, qui l'observait attentivement, se réjouissait profondément. Il la trouva fort digne, fière, sérieuse et courageuse... bien qu'incroyablement autoritaire et pointilleuse.

    Chaque information, note, courrier ou contrat devaient faire l'objet d'une analyse approfondie avant d'atterrir sur son bureau, impérativement suivie d'une courte synthèse en vue d'y consigner tous les éléments à retenir.... le tout d'une manière pertinente et transparente.... 

    Or, les notes illisibles et bâclées d'Adèle s'attirèrent les foudres de Louise qui, exaspérée, explosa avec une franchise redoutable. 

    Adèle, empêtrée dans ses vieux schémas, en fut terriblement dépitée.... La nervosité lui tenaillait le ventre. Elle déglutissait avec difficulté, elle qui n'avait jamais douté de ses capacités... 

    On s'acharnait contre elle ! .........

    Luciole

     A SUIVRE

     

    Gare à l'eau qui dort n°38 - Famille encombrante

     

    ROMAN : "Gare à l'eau qui dort" - cliquez sur les phrases ci-dessous :

     1ère Partie : Justine cherche un emploi

    2ème Partie : Entretien d'embauche entre Damien et Justine

    3ème Partie :Portrait de Damien MAYER

    4ème Partie : Louise, épouse de Damien

    5ème Partie : Justine, secrétaire de Damien

    6ème Partie : Lou, fille de Louise 1

    7ème Partie : Lou, fille de Louise 2

    8ème Partie : "Le regard magique"

    9ème Partie : l'Empreinte (1)  

    10ème Partie : L'Empreinte (2)

    11ème Partie : Le Plogging

    12ème Partie : Les enfants perdus

    13ème Partie : Quel carburant voiture ?

    14ème Partie : L'Etang

    15ème Partie : Lettres anonymes

    16ème Partie : Dorian le détective privé

    17ème Partie : Réminiscences

    18ème Partie ; Filature

    19ème Partie : Le Poucave

    20ème Partie : Sous-marin (camion de filature) et pinholes (caméras minuscules)

    21ème Partie :Dignité bafouée 

    22ème Partie : La Charité fraternelle

    23ème Partie : "Le Constat d'adultère"

    24ème Partie : La "road rage" à 200 km à l'heure

    25ème Partie : Le fouille merde

    26ème Partie ; Le Daron engraine

    27ème Partie : Choc émotionnel

    28ème Partie : Prodigieuse Lumière

    29ème Partie : Inspecteur Stan Faure

    30ème Partie : Etrange entretien

     31ème Partie : Révélations fracassantes de Dorian

    32ème Partie Adèle coupable ?

    33ème Partie : Enjeux autour d'un bébé

    34ème Partie : Duo de choc Louise et Justine

    35ème Partie : Coma Damien

    36ème Partie : Réveil Damien

    37ème Partie : Les trois mousquetaires

      

     

     

    Pin It

    18 commentaires
  •  Gare à l'eau qui dort n°37 

    Gare à l'eau qui dort n°37 - Les trois mousquetaires

    LES TROIS MOUSQUETAIRES

     

     

    "Comme nous allons nous entendre, toutes les deux !" s'exclama Louise, enchantée... Nous allons former un duo de choc, vous et moi ! Appelez moi Louise, je vous prie, vous me feriez tellement plaisir....Je vous suis tellement redevable, Justine, merci... merci infiniment !" (Episode n° 34 - Duo de Choc ... cliquez sur la phrase)

     

    "Cependant, je ne comprends pas pourquoi vous êtes dans cette immense pièce aveugle, Justine.......Ce n'est guère compatible avec la santé physique et mentale d'un salarié !" s'insurgea soudain Louise.
    "Certes, cette pièce s'illumine d'une multitude de lumières artificielles, elle est bien ventilée... mais ce n'est guère motivant, ni réjouissant, de travailler dans une pièce sans fenêtres !!! 
    D'autant plus que c'est parfaitement illégal ! C'est considéré comme une pratique vexatoire... Le saviez vous ? 
    Qui vous a établie ici ?"

    Justine éclata d'un rire franc devant l'indignation vertueuse spontanée de Louise... Sa future patronne n'hésitait pas à s'attaquer d'emblée aux sujets tabous grevant lourdement les moeurs de l'Agence.... 
    La position de Louise était à contre-courant de celle affichée par l'ensemble des cadres de cette Société à son égard. Ils validaient leur antipathie exacerbée et violente sous le fallacieux prétexte qu'elle était "la maîtresse du patron"... 

    Justine n'était pas dupe . Seules sa beauté, sa compétence et surtout son extraordinaire intelligence expliquaient leur haine... 
    Mais comment l'expliquer à Louise sans provoquer un esclandre ? Elle se méfiait de cette sensibilité à fleur de peau de "la patronne" qui la poussait à réagir promptement....

    "Ah oui, Louise, rayon oubli, loin des yeux et des coeurs !" éluda Justine en souriant finement.... "Mais je ne m'en plains pas ! Avoir été parachutée ainsi au coeur de la Mémoire de l'Agence constituée au fil des ans a été pour moi une chance inouïe : celle de pouvoir avoir accès à tous les dossiers et de les étudier attentivement un par un.... 

    "Méthode radicale ! En quelques mois d'exclusion, j'ai acquis un savoir impressionnant, complété par des entretiens téléphoniques fort positifs auprès de Services adéquats, et par des recherches informatiques poussées... 

    "Bref, un défi passionnant, brillamment relevé grâce à ce lieu mythique où s'articule tout le travail d'archivage du Vécu de l'Agence, qui a été pour moi un extraordinaire moyen de palier à mon manque initial de connaissance ...

    Ce travail titanesque m'a offert la possibilité de pouvoir me focaliser sur toute la complexité de la situation ubuesque actuelle.

    Vous savez, Louise, chaque dossier relate l'histoire d'une personne ou d'une Société.... Il révèle de précieux indices sur lesquels vous pourrez vous appuyer !"

    Louise écoutait attentivement les explications de Justine, subjuguée : c'était la personne la plus intelligente qu'elle n'avait jamais rencontrée...Elle était claire, concise et surtout, d'une simplicité exquise... L'Être profond de Justine se révélait progressivement à Louise... 

    L'acharnement des cadres envers Justine, qui avait dicté les lettres anonymes, était compréhensible... Cette femme les surpassait tellement, et avec une aisance stupéfiante... Ils ne pouvaient rivaliser !

    Stan, qui s'était éclipsé discrètement pendant les explications de Justine, revint les bras chargé de parapheurs dans lesquels s'empilait le courrier non décacheté....

    Justine, Stan et Louise travaillèrent de concert, unis par une chaude complicité amicale.

    Justine, qui croulait pourtant sous le travail, prit sur son précieux temps pour guider Louise, en l'aidant à dénicher les dossiers correspondant au courrier afin de les étudier ensemble avec une attention redoublée.. Elle assura à Louise qui s'inquiétait, qu'il n'y avait jamais d'urgence absolue, et qu'il fallait prendre tout le temps nécessaire pour examiner en détail chaque affaire... 

    "Une bonne connaissance des dossiers est un atout essentiel pour devenir une excellente Secrétaire de Direction, ou une Assistante de Direction efficace C'est un privilège primordial qui permet de peser sur tout ce qui gravite autour du Patron... Ainsi que pour le Patron qui ne veut pas dépendre totalement de sa Secrétaire ou de son Assistante...  "

    Louise, qui s'obstinait à essayer de comprendre et de tout emmagasiner rapidement, se découragea soudain devant l'ampleur de la tâche....

     

     

    Gare à l'eau qui dort n°37 - Les trois mousquetaires

     

    Navrée, Justine lui proposa gentiment une pause récupératrice, tandis que Stan afficha un petit sourire narquois qui exaspéra Louise... 

    "Voulez vous connaître de suite tout le Savoir qui a demandé des générations pour l'acquérir, Louise ?" souffla en riant Stan "Il va falloir apprendre la patience, chère amie... et encore, vous n'aurez pas toujours quelqu'un pour vous mâcher le travail, comme le fait Justine avec vous en ce moment..."

    Louise, piquée au vif, comprit qu'elle allait devoir assurer, même au prix de quelques souffrances et vexations, si elle voulait tenir les rênes de l'Agence.... 

    Elle se remit au travail avec rage, tant elle était déterminée à voler de ses propres ailes le plus rapidement possible... Elle prit soudain conscience de l'ampleur du chaos provoqué par les égarements et l'absence de Damien.

    Une fois tout le courrier disséqué, annoté, elle se mit à la frappe sur un des ordinateurs de Justine, afin de se familiariser avec les programmes de l'Agence. Entre femmes, il fallait être solidaires ! 

    Elle travailla avec ordre et méthode, ce qui la rassura et lui permit de parfaitement maîtriser ses nouvelles connaissances.... 

    Les parapheurs remplis s'empilèrent devant Stan qui lut attentivement les lettres rédigées par les deux femmes, et leurs rapports destinés à rester dans les dossiers, puis apposa sa signature et glissa les feuillets dans les enveloppes au nom de l'Agence, dûment libellées... Les enveloppes fermées s'entassèrent dans des corbeilles.... 

    Adèle avait été chargée par Stan de répondre à toutes les communications téléphoniques et à recevoir les éventuels clients.... 

    Très surprise de voir Louise s'initier aux coulisses du pouvoir, Justine s'émerveilla de bénéficier ainsi de son aide, en toute simplicité, ainsi que de la franche complicité et de la confiance de celle qu'elle considérait déjà comme sa Patronne.

    Jamais,  de toute sa courte vie de Secrétaire, elle n'avait vu une Patronne s'abaisser ainsi à taper le courrier, même urgent !!! 

    Louise avait ce talent rare de savoir mettre d'emblée les gens à l'aise, ce qui était franchement très appréciable ! 

    Stan ne pipa mot, mais il perdit son air sévère, et un large sourire éclaira son visage.... 

    Un carillon égrena soudain quelques notes claires dans l'Agence, rappelant aux clients et employés qu'il était l'heure de déjeuner. 

    Stan s'empressa de terminer de parapher les derniers plis que les femmes cachetèrent... 

    "Rendez-vous à la cantine" claironna Stan en se levant... A de suite !" 

    Et il partit à grands pas, heureux de pouvoir enfin se dégourdir les jambes.... Justine apprit à Louise que la "cantine" se trouvait être le restaurant chic situé au rez-de-chaussée de l'immeuble d'en face.... Elles s'emparèrent des corbeilles pleines et Louise suivit son amie vers le vaste bureau dans lequel des employés s'occupaient de timbrer, de dispatcher le courrier, et de le porter à la poste.... Les employés, sur le départ, saluèrent respectueusement Louise.... 

    La "cantine" était déjà bondée.... Il y régnait une joyeuse pagaille entre clients pressés et serveurs soucieux aux bras chargés d'assiettes.... Justine guida sa patronne vers une sorte de terrasse privée en retrait, fermée par de larges baies coulissantes qui s'ouvraient sur un Parc boisé... Une petite et luxueuse table ronde, réservée au nom de l'Agence, les attendait, couverte d'une nappe damassée immaculée, de fines porcelaines bleues, de verres en cristal ciselé et de couverts en inox étincelant. La lumière solaire, qui  se déversait à grands flots sur les grands arbres du Parc, se tamisait heureusement à travers les frondaisons en larges raies frémissantes de vie, et baignait la terrasse d'une curieuse ambiance aquatique... Justine entrouvrit les baies et l'on entendit nettement le crissement des insectes qui colonisaient les raies de lumière... 

    Louise, enchantée, s'émerveilla... Elle choisit la chaise  à gauche de la table, Justine s'installa en face d'elle. Ne restait plus que la chaise du milieu, entre elles deux, qui tournant le dos à la grande salle,  faisait face à la baie et au sublime spectacle de verdure.... C'était la place du Patron, Damien.... qu'elles réservèrent instinctivement à Stan. Damien déjeunait toujours seul à cette table... Stan et Justine avait pris l'habitude de la squatter en son absence.... et s'en trouvaient fort réjouis ! 

    Louise profita de ce répit pour téléphoner à Lou, qui était déjà rentrée à la maison avec sa gouvernante Nany.... Lou, suffoquée d'apprendre que Mummy remplaçait Daddy dans l'Agence, s'inquiéta vivement de la santé de sa mère, la veille si défaillante.... Mummy la rassura avec une énergie qu'elle était loin d'avoir, épuisée par cette matinée de travail intensif... Mais Lou comprit de suite à sa voix qu'elle n'était pas en forme....

    La petite, malgré toute sa précocité, se mourrait de peur comme une enfant abandonnée... Elle s'enquit timidement de l'état de son père... Louise, soudain effondrée de saisir à quel point sa fillette était ébranlée, se retrouva en larmes.... Elle annonça tout doucement à sa fille que Daddy remontait lentement la pente, qu'il fallait lui laisser le temps de récupérer.... 

    Nany, remuée de voir pleurer sa petite Lou, lui prit tendrement le portable des mains et s'annonça à Louise... qui lui répondit d'une voix mal assurée... 

    "Oui, Nany ?"

    "Allez-vous bien, Madame ?"

    "Fatiguée, ma chère Nany... fatiguée ! Le travail est complexe... Il va falloir y mettre toutes mes forces et elles sont bien faibles... Mais heureusement, j'ai une nouvelle amie, Justine, qui est très performante et d'une grande générosité... Elle m'aide beaucoup ! Et vous, Nany ? Je ne vous oublie pas toutes les deux, soyez en certaine... Je pense énormément à vous en accomplissant ce travail..."

    "Lou est très perturbée, Madame, je fais ce que je peux pour la réconforter... Mais ne vous inquiétez pas, je m'efforcerai de vous rendre autant service que possible... Je vais m'occuper de l'intendance, de vos employés de maison, et des soucis de gestion courante, si vous le désirez... J'en ai les compétences, vous savez ! Votre père viendra en soirée voir Lou. Il désire également vous rencontrer, si toutefois vous en avez encore la force... Ménagez vous, Madame... vous avez été si malade... Comment va Monsieur ?"

    "Il est sorti du coma, mais pour l'instant il n'a pas repris ses esprits, d'après les médecins... Je vais téléphoner après déjeuner pour obtenir des nouvelles, je vous informerai ce soir ! Merci, Nany, j'accepte de tout coeur votre offre et j'essaierai de revoir notre contrat avec vous dès que possible..."

    "Ce ne sera pas nécessaire, Madame... Lou vous embrasse de tout son coeur... Vous avez beaucoup de courage, Madame.... A ce soir donc et mes respectueuses salutations... "

    Louise raccrocha ! Justine lui tendit un kleenex et lui souffla : 

    "Louise, reprenez vous, certains de vos cadres déjeunent ici ! Je vais commander le déjeuner... Avez vous une préférence ?"

    "Oui, repas light... s'il vous plaît, Justine, merci !" murmura Louise d'une voix mouillée... et une bonne bouteille de vin blanc., voire deux si vous en buvez... .. ne lésinez pas sur le vin, pas de piquette, je vous prie.... mon estomac est fragile !"

    Louise tamponna doucement ses yeux, pensa fortement à son maquillage et se calma... Stan arrivait lestement dans le restaurant, puis, surpris, stoppa net, l'observa de loin longuement et vit une femme qui, certes, irradiait de beauté et de grâce, mais aussi d'une tristesse et d'une lassitude infinies.... 

    Il vint s'asseoir et la sermonna doucement d'une  voix grondeuse et tendre :

    "Ne vous noyez pas dans votre stress, ma chère Louise.... Laissons nos soucis au placard.... Tout finira par s'arranger, et soyez certaine que tout ce que vous avez vécu, et ce que vous vivrez encore, serviront vos intérêts... Qu'avez vous à perdre ? Votre situation était catastrophique avant tous ces évènements, n'est ce pas ?

    Je suis parfaitement conscient de tout ce que vous avez pu traverser, et vous avez tous les atouts pour vous en sortir dignement... J'ai été un peu sévère avec vous, pardonnez moi, Louise, mais je pensais servir les intérêts de l'Agence... 

    Savez vous que vos lettres sont particulièrement convaincantes ? Vous m'épatez ! Elles inspirent respect et admiration... Vos rapports sont excellents ! Je vous félicite chaudement.... Votre travail de la matinée a déjà porté ses fruits.... Si nos clients ne sont pas rassurés avec votre courrier, je veux bien me faire moine.... "

    "Vous faire moine, vous, Stan ? Je vous vois mal fringué d'une bure rugueuse,  cloîtré dans un monastère" s'enquit malicieusement Justine, qui revenait avec un plateau chargé de fastueuses entrées, suivie du sommelier avec deux bouteilles d'un vin blanc d'appellation Chorey-les-Beaune..... 

    Le sommelier fit goûter le vin à Stan qui, fin connaisseur, le trouva excellent... Les verres se remplirent pendant que les bouteilles trouvèrent leur place dans des vasques en inox.... 

    "Je ferai le service" murmura Stan au sommelier qui se retira discrètement, en emportant le plateau vide...."Louise, je vous remercie... c'est Byzance, aujourd'hui ! Vu l'état de nos finances, il serait bon de ne pas renouveler l'expérience trop souvent...."

    Au fur et à mesure des verres remplis, Stan s'égayait dans de fines plaisanteries, relayées par l'humeur délicieuse et les réparties joyeuses de Justine qui les plongeaient dans de grands éclats de rire.... L'amitié circulait en ondes bienfaisantes et la nourriture aidant, Louise retrouva progressivement son énergie du matin... Il régnait un esprit de communion et de partage entre eux... Il fût convenu de ne garder que les entrées, fort copieuses, parfaitement sublimées par le Chorey, le plateau de fromages, et de  terminer le repas par un thé gourmand pour Louise et d'un café gourmand pour Stan et Justine... 

    "Un pour tous et tous pour un !" clama soudain d'une voix de stentor Stan avec de grands gestes théâtraux

     "C'est le vin !" l'excusa Justine en riant aux larmes, les joues cramoisies

    "Oui !" pouffa Louise, dont le teint pâle s'était enflammé, en se tamponnant les yeux... 

    On ne sût pas si "c'était le vin", le rire ou .... ???

    Luciole

    A SUIVRE

    Gare à l'eau qui dort n°37 - Les trois mousquetaires

     

    Gare à l'eau qui dort n°37 - Les trois mousquetaires

     

    ROMAN : "Gare à l'eau qui dort" - cliquez sur les phrases ci-dessous :

     1ère Partie : Justine cherche un emploi

    2ème Partie : Entretien d'embauche entre Damien et Justine

    3ème Partie :Portrait de Damien MAYER

    4ème Partie : Louise, épouse de Damien

    5ème Partie : Justine, secrétaire de Damien

    6ème Partie : Lou, fille de Louise 1

    7ème Partie : Lou, fille de Louise 2

    8ème Partie : "Le regard magique"

    9ème Partie : l'Empreinte (1)  

    10ème Partie : L'Empreinte (2)

    11ème Partie : Le Plogging

    12ème Partie : Les enfants perdus

    13ème Partie : Quel carburant voiture ?

    14ème Partie : L'Etang

    15ème Partie : Lettres anonymes

    16ème Partie : Dorian le détective privé

    17ème Partie : Réminiscences

    18ème Partie ; Filature

    19ème Partie : Le Poucave

    20ème Partie : Sous-marin (camion de filature) et pinholes (caméras minuscules)

    21ème Partie :Dignité bafouée 

    22ème Partie : La Charité fraternelle

    23ème Partie : "Le Constat d'adultère"

    24ème Partie : La "road rage" à 200 km à l'heure

    25ème Partie : Le fouille merde

    26ème Partie ; Le Daron engraine

    27ème Partie : Choc émotionnel

    28ème Partie : Prodigieuse Lumière

    29ème Partie : Inspecteur Stan Faure

    30ème Partie : Etrange entretien

     31ème Partie : Révélations fracassantes de Dorian

    32ème Partie Adèle coupable ?

    33ème Partie : Enjeux autour d'un bébé

    34ème Partie : Duo de choc Louise et Justine

    35ème Partie : Coma Damien

    36ème Partie : Réveil Damien

    37ème Partie : Les trois mousquetaires

     

     

     

    Pin It

    12 commentaires
  •  

    Gare à l'eau qui dort n° 36  

     

    Gare à l'eau qui dort n°36 - Réveil Damien

     

     

    REVEIL DE DAMIEN

     

    Sibelius Symphonie n°6

     

    Soudain, je me sens aspiré par une Force violente... me retrouve brusquement dans mon corps... et m'endors de suite.... 

    "A Dieu va !" furent mes dernières pensées remplies de paix et de douceur.... 

    (Episode précédent n° 35 - cliquez sur la phrase) 

     

    "Nous ne parvenons pas à le réveiller, Professeur... Il est toujours dans le coma... "

    "Lui a-t-on fait une artériographie ?"

    "Oui, Professeur, voici les radios d'hier...."

    Le Professeur Donarieux glisse les radios sur l'écran lumineux et les examine minutieusement... 

    Grâce à l'iode injectée dans le sang de Damien, tous les vaisseaux de son cerveau sont devenus visibles à la radio.

    "Son coma est provoqué par un caillot qui comprime le cerveau... Gardez le en réa et surveillez son rythme cardiaque.."

    Le Professeur contrôla le débit de la perfusion qui alimente et administre en continu des médicaments pour maintenir la pression artérielle nécessaire aux organes vitaux, et des sédatifs pour minimiser la douleur.

    Tout un réseau de fils et de tuyaux maintient en vie Damien le temps que le traitement symptomatique fonctionne, et que les fonctions vitales ne soient plus menacées.

    Puis le Professeur retourna  à pas vifs dans la vaste Salle de surveillance encerclée par de larges baies vitrées derrière lesquelles gisent les patients en soins intensifs, le visage à demi-couvert par un masque ou par des tubes...

    "Le cerveau de Monsieur Mayer, trop longtemps privé d'oxygène, est endommagé !" souffla le Professeur à Vincent, le Chef de service surveillant une multitudes d'écrans devant lui. "Je pense qu'il s'en tirera cette fois ci, mais dans quel état ? Et pour combien de temps ? Cet homme ne fera pas de vieux os..."

    Beaucoup de bruits dans cette Rotonde vivement illuminée. Technicité matérialisée par des sondes respiratoires, des respirateurs, des perfusions, des cathéters, des dialyses, des sondes gastriques ..... .etc,  dont la surveillance est assurée par des écrans appelés "moniteurs" munis d'alarmes sonores ou visuelles.

    "Le réveil peut être déroutant avec désorientation, confusion mentale qui peuvent subsister quelques jours... Rien de particulier aujourd'hui, Vincent ?"

    "La routine, Professeur ! rien à signaler de particulier hormis ce  réveil qui tarde..."

    Il salua Vincent, et partit, le dos voûté , écrasé par toutes ses responsabilités...

     

    J'ai la gorge en feu.... Mes paupières gonflées refusent de s'ouvrir. Une douleur fulgurante me cisaille le corps..... Un étau m'enserre la tête..... J'ai mal, j'ai mal.... 

    La réalité se tord sans cesse, je ne cesse de divaguer.. Impossible de chasser les horreurs qui défilent dans ma tête.... Tous ces bruits assourdissants qui m'anéantissent.... Je n'en peux plus... 

    Je suis vraiment très mal en point... Quelle déception ! Et mon corps, mes membres qui semblent couler dans du béton.... Impossible de bouger seulement mes doigts... 

    La réalité vacille, oscille constamment entre passé et présent, entre vie éternelle et vie terrestre... Entre Enfer et Paradis.... 

    Les illusions tombent, les doutes me taraudent... Mon coeur s'emballe : où se trouve la vérité ? J'appelle la Lumière... Pour la première fois de ma vie, je prie ardemment ... Je supplie.... 

    Brusquement, la Lumière rayonna doucement dans mon corps révulsé de douleurs physiques et mentales.... J'entrevois peu à peu que tout est connecté, tout ne fait qu'un.... J'ai de la peine à réaliser l'étrangeté de cette réalité qui me submerge....

    Je saisis soudain que mes souffrances me purifient de mes égarements... Elles ne sont rien, comparée à la Joie, à la Paix de cet Univers de Lumière qui est partout, qui est tout.... 

    Je ressens vivement toute la nécessité d'offrir mes souffrances...  Il m'apparaît progressivement que toutes mes questionnements trouveront leurs réponses dans Le Livre, les Ecritures...La Lumière n'est qu'Intelligence, Sagesse, Compassion, Amour et Vérité... Elle m'irradie, m'embrase et la Souffrance passe au deuxième plan...

    Il y a une raison pour tout ce qui se passe, et peu importe si la situation est terrible, voire terrifiante... Il y a une raison à ma souffrance, elle me purifie... Offerte, elle purifie les autres...  La Lumière me traverse de son Amour inconcevable... Les incroyables douleurs me vrillent par vagues incessantes, fluent, refluent... mais la Lumière m'enveloppe de ses bras puissants, sécurisants.... 

    Je réalise subitement que j'ai choisi volontairement cette vie terrestre .... Je suis un Esprit qui s'est offert pour accomplir une mission... Un Enfant de Dieu courageux et intrépide, dynamique, volontaire rempli du désir de faire le Bien .... dont Joie et Souffrance ne sont là que pour m'aider à progresser.... 

    Alors pourquoi ai-je tant disgressé ? tant déraillé ? Pourquoi me suis-je porté vers le Mal alors que tout mon Être intérieur ne désirait que le Bien ? Pourquoi ai-je tant fait souffrir ? 

    Il m'advient doucement qu'il fallait vite cesser d'être un étranger pour soi-même ! Rien ne m'était imposé, je suis mon seul libre arbitre pour toutes mes pensées qui entraînent mon agir.... Mais la Lumière utilise toutes mes erreurs dans le but de m'enseigner... D'un Mal, même le pire, Elle en tire le Bien !Tout n'est qu'éternels recommencements... 

    Se dévoile une certitude : je suis interconnecté avec tout l'Univers, et tout ce que je ressens affecte tout l'Univers... Si je m'aime, tout le monde m'aimera... Si je suis en paix, l'univers entier est pacifié... Si je choisis de penser le monde sous un aspect négatif, tout ce qui m'adviendra sera négatif et l'Univers entier en sera affecté... 

    Si chaque personne pense négativement, communautairement le monde sera puissamment négatif... provoquant peurs incontrôlables, névroses, drames et tempêtes spirituelles....  Nous créons notre réalité personnelle et communautaire.... Réalité créée par la conscience de masse..... 

    Vagues d'Amour, de révélations spirituelles, d'énergies et de douleurs s'enchevêtrent, m'apaisent et me torturent tour à tour... C'est une décision puissante que de désirer revenir à la vie, de s'en retourner dans mon corps.... C'est une décision courageuse que de vouloir continuer et terminer l'oeuvre.... 

    Ces révélations modifient mon regard, rendant la vie plus précieuse et sacrée... Mon égoïsme insensible et déroutant se trouble, se fissure et me laisse bien démuni face à l'évidence.... Je prends la ferme résolution d'effectuer un travail sur moi-même dès que possible avec un thérapeute, un conseiller spirituel... Ma décision s'imprime dans mon coeur.... 

    Je n'ai plus peur de mourir, mais seulement de vivre ! 

    Cependant, j'ai compris que je faisais partie de cette Lumière et que j'étais éternel ! Il m'importe brusquement de vibrer selon les désirs de l'Amour, d'être digne... d'être digne d'entrer enfin dans sa Plénitude ! 

    Alors seulement mes yeux s'ouvrent, mes doigts bougent... et des alarmes s'enclenchent... Je ressens sans les voir encore des présences humaines ... des sons inintelligibles, des mains qui me touchent... Un brouillard très lumineux m'éblouit et je cligne des paupières.... Je grelotte... On me parle, on me pince et tapote les joues.... Une main agrippe la mienne et je saisis soudain que je dois bouger mes doigts...! Je serre comme je peux la main douce et chaude qui me répond par une pression... Langage muet qui réconforte ! 

    Je souffre le martyre.... J'entends mes plaintes sourdre de mon corps, de ma gorge... Je sens un tuyau qui comprime mon larynx, qui m'étouffe et me gêne.... Une violente détresse m'étreint.... C'est ça la vie ?

    Mes pensées confuses m'éprouvent... Les épreuves de l'existence sont elles programmées bien avant ma naissance ? Sont elles nécessaires à mon évolution ? Tout s'affadit soudain ! Je crie vers mes Anges protecteurs et je suis seul, épouvantablement seul.... 

    Non, je ne suis pas seul : une main douce, une main féminine me caresse le dos de ma main... 

    L'ai-je rêvé, cet Univers parallèle d'Amour absolu habité par des Anges si compatissants ?

    A peine l'ai-je quitté que ma vie redevient chaos, souffrances intolérables, solitude extrême.... 

    Pourquoi avoir pris une telle décision de revenir à la vie, dans ce corps glacé, fracassé ? Le doute, le dépit, la désillusion me terrassent autant que la douleur....  Pourtant, j'ai comme une certitude intérieure, celle d'avoir baigné dans un vaste Champ d'Amour, de félicité... qui pulvérise à jamais tous mes repères, mes certitudes antérieures....

    Non, je ne suis pas seul.... Ma paume repose dans une main chaude, palpitante...., une main féminine... tandis qu'une autre main de tendresse caresse doucement le dos de la mienne... Vibration d'amour ! Un Ange est à mon chevet ??? 

    Luciole

     A SUIVRE

    Gare à l'eau qui dort n°36 - Réveil Damien

     

     

     

    ROMAN : "Gare à l'eau qui dort" - cliquez sur les phrases ci-dessous :

     1ère Partie : Justine cherche un emploi

    2ème Partie : Entretien d'embauche entre Damien et Justine

    3ème Partie :Portrait de Damien MAYER

    4ème Partie : Louise, épouse de Damien

    5ème Partie : Justine, secrétaire de Damien

    6ème Partie : Lou, fille de Louise 1

    7ème Partie : Lou, fille de Louise 2

    8ème Partie : "Le regard magique"

    9ème Partie : l'Empreinte (1)  

    10ème Partie : L'Empreinte (2)

    11ème Partie : Le Plogging

    12ème Partie : Les enfants perdus

    13ème Partie : Quel carburant voiture ?

    14ème Partie : L'Etang

    15ème Partie : Lettres anonymes

    16ème Partie : Dorian le détective privé

    17ème Partie : Réminiscences

    18ème Partie ; Filature

    19ème Partie : Le Poucave

    20ème Partie : Sous-marin (camion de filature) et pinholes (caméras minuscules)

    21ème Partie :Dignité bafouée 

    22ème Partie : La Charité fraternelle

    23ème Partie : "Le Constat d'adultère"

    24ème Partie : La "road rage" à 200 km à l'heure

    25ème Partie : Le fouille merde

    26ème Partie ; Le Daron engraine

    27ème Partie : Choc émotionnel

    28ème Partie : Prodigieuse Lumière

    29ème Partie : Inspecteur Stan Faure

    30ème Partie : Etrange entretien

     31ème Partie : Révélations fracassantes de Dorian

    32ème Partie Adèle coupable ?

    33ème Partie : Enjeux autour d'un bébé

    34ème Partie : Duo de choc Louise et Justine

    35ème Partie : Coma Damien

    36ème Partie : Réveil Damien

     

     

     

     

     

    Pin It

    16 commentaires
  •  Article sur "Sciences et Vie"

     

    TROUS NOIRS : VERS UNE AUTRE GALAXIE ?

     

     

    Sagittarius A*, le trou noir supermassif qui siège au centre de la Voie lactée, pourrait être l'un de ces passages spatio-temporels vers un autre univers prévus par la relativité générale d'Einstein.


    D'après les calculs d'un astrophysicien américain en tout cas, rien ne l'empêche...

     

     

    17 fois plus grand que le Soleil et 4 millions de fois plus massif. SagittariusA* (SgrA*), qui trône au cœur de la Voie lactée est un monstre : un trou noir supermassif, vraisemblablement.

    A moins que ce ne soit un trou de ver ? C'est l'hypothèse lancée par l'astrophysicien Dejan Sojkovic, de l'Université d'État de New York à Buffalo... et examinée par le calcul.

    Pourquoi pas en effet : SgrA* n'a encore jamais été observé directement. On a déduit sa présence du mouvement des étoiles qui orbitent autour. En toute rigueur, il est donc impossible d'affirmer catégoriquement qu'il s'agit bien d'un trou noir.

    Et si les trous de vers, ces passages spatio-temporel vers un autre univers, n'ont jamais été observés, leur existence est autorisée par les lois de la relativité générale d'Einstein.

    Sciences et Vie


    18 commentaires